Flight-Report.com

Avis sur le vol Paris - St Denis avec Corsair Internatio…

Compagnie Corsair Internatio…
  • Paris
  • ORY
  • Paris-Orly
  • Départ à
    15:45
  • St Denis
  • RUN
  • Roland Garros
  • Arrivée à
    05:35
  • Date
    20/02/2010
  • Numero vol
    SS910
  • Siége
    49G
  • vues
    8545
  • Langue
    Francais
  • Auteur
    Flight94

Reportage

Bonjour et bienvenue sur mon deuxième Flight-Report ! :-)
J'ai retrouvé dans mes archives ce vol Paris-La Réunion effectué avec la compagnie Corsairfly, compagnie régulière membre de TUI Airlines.
Je sais, ce vol n'était pas fait pour être publié sous la forme d'un récit, d'où le manque de photos, veuillez m'en excuser, merci de votre compréhension.
Je ne connaissait pas le site à l'époque, c'est la raison de tous les défauts de ce récit. Je vais donc essayer de présenter d’un œil différent ce vol sur cette compagnie, cette ligne étant beaucoup représentée sur Flight-Report.

1 - INTRODUCTION :

J'avais lu que Corsairfly présentait des vols médiocres, laissant la ponctualité à désirer, le confort pas bon du tout, le repas de mauvaise qualité, mais avec des PNC attentifs et souriants, serviables. Cette tendance va se confirmer.

Je sais, j'aurais pu prendre Air Austral (UU), mais avec des tarifs plus élevés et un service et confort plus à la hauteur que Corsairfly, mais SS permettait de rester un jour de plus à la Réunion, en payant moins qu'en restant un jour plutôt et en partant avec UU.
Alors, pourquoi pas en profiter. En plus, ce vol est une occasion de prendre le Boeing 747-400.

Un avantage, Corsairfly opère ses vols à partir de Paris-Orly (ORY) terminal Sud, et c'est beaucoup plus proche de chez moi que l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle (où opère Air Austral pour RUN, ndlr).
Le but de ce voyage était de découvrir la superbe île de La Réunion, petit bijou de l'océan Indien. Donc, un vol SS910 ORY-RUN, un vol de nuit, dans des conditions pas très favorables.

L'itinéraire :

1- Paris, Orly Sud (ORY) – Saint-Denis, Roland Garros (RUN)
Corsairfly, Boeing B747-400
[VOUS ÊTES ICI]

2- Saint-Denis, Roland Garros (RUN) – Paris, Orly Sud (ORY)
Corsairfly, Airbus A330-243
[PAS DE RÉCIT]


2 - RÉCIT :

Je rejoins donc l'aéroport vers 12h30, et le taxi me dépose devant le terminal Sud que je trouve un peu vieux. L'odeur de kérosène est là pour m'accueillir. :-)
Je suis loin de m'imaginer ce qui se passe dans le bâtiment. C'est la première fois que je rentre dans ce terminal, j'inaugure donc.

Et là, le choc, un choc terrible : il y a des gens partout, des familles, chariots à bagages, la cohue incompréhensible, des gens qui courent, les files d'attentes longues, comptoirs pleins etc. Jamais vu ça.

Je consulte le petit écran d'affichage et je m'aperçois que mon vol est prévu à l'heure.
C’est vraiment la cohue, noir de monde avec toutes les zones d’enregistrements pleines à craquer :-(.

Il y a des vols Royal Air Maroc et pleins de vols vers l’Afrique du Nord (Aigle Azur, Jet4You) des vols transatlantiques Métropole - Antilles avec Air Caraïbes (TX) et bien sur deux gros longs courriers de Corsairfly, le Paris Réunion, numéro de vol SS910, le mien donc, opéré en B747-400 et le vol Paris Punta Cana, opéré lui aussi en B747-400, en tant de SS908.

Je me dirige donc avec difficultés, en traversant le terminal bondé (c’est presque « Mission impossible ») vers les comptoirs d’enregistrement situé à l’extrémité droite du terminal Sud, la zone Corsairfly, comptoirs 79 à 86.

Et là, nouvelle surprise à laquelle il fallait s’y attendre : une queue, très longue, longue devant ces comptoirs même que cette queue dépasse à l’extérieure de la zone d’enregistrement pour empêcher les usagers de l’aéroport de circuler.

Je constate alors que le vol est full en économie, la classe « Horizon » de Corsairfly et aussi en Business la classe « Grand Large ».
Il y a aussi l’enregistrement du vol pour Punta Cana donc plus de 1000 passagers devant s’enregistrer, d’où le monde et le personnel est débordé ! :-(

Plein de gens se rajoutent dans la queue et doublent d’autres personnes, c’est vrai qu’on ne savait pas trop où cette file commence. :-)
J’avance dans la file mais je m’aperçois qu’avant d’enregistrer, il y a une hôtesse derrière un stand mobile qui contrôle les feuilles de réservations et les tamponnes avec un sigle « Sécurité ». Elle consulte les réservations de tous les passagers alors imaginez l’attente qui était déjà longue ! :-(
¼ d’heure après, j’arrive à ce premier contrôle.

Elle me remet également des étiquettes à bagages en soute, pour gagner du temps au comptoir ! Bien vu :-) Très sympathique, elle discute avec les gens, et nous souhaite de belles vacances à RUN ! Apparemment, elle n’est pas de Corsairfly, un agent au sol d’un autre prestataire pour le compte de CRL/SS.

Les tags
Image

La file avance très lentement de chez lentement. C’est le pire enregistrement que j’ai fais ! 30 minutes après, j’arrive enfin au début de la file, derrière la bande jaune au sol « Ne pas dépasser », juste devant les comptoirs de bagages drop.

Un avantage (que je n’ai pas) d’être en Grand Large business pour éviter la queue : il y a un comptoir réservé ! :-)

Je suis appelé pour enregistrer, comptoir 81, où je trouve un agent homme sympathique qui m’édite ma carte d’embarquement et appose sur mon sac cabine une étiquette « Cabine ». Il me souhaite un agréable voyage sur Corsairfly ! Je lui demande s’il reste une place côté hublot et il dit que c’est possible !
Image
Hors, une fois parti, je regarde la carte d’embarquement, siège 49G, donc, pas de hublot, rangée centrale : pas content du tout contre cet agent !
Ps : carte d'embarquement du vol SS903 retour car pour l'aller, l'hôtesse m'a rendu que la partie talon de la carte. Alors désolé !
Image
Un enregistrement qui souffre de problèmes : 1 heure au total pour enregistrer une valise en soute, un record.

L’embarquement se fait zone A, vols internationaux, donc je prends l’escalator qui me permet de monter à l’étage départ de l’embarquement A.
Le plan :
Image

Je suis encore en zone publique, et je peux observer le trafic : A332 Air Algérie, B737-800 RAM etc.
Là, il faut passer les contrôles de sécurité. L’écran indique temps d’attente 45 minutes !!! En effet, la queue est très longue ! Je suis excédé, vraiment, l’énervement commence à monter !
D’autant plus que là c’est la pointe de la sécurité, un contrôle des cartes d’embarquement puis un contrôle des passeports par la PAF et enfin la fouille :-(. Oui, je ferais tout ça en plus de 45 minutes ! Je débarque par escalator dans la grande et longue galerie des portes d’embarquement.

Je consulte le panneau, mon vol est en porte A26, celle la plus éloignée du terminal, mais vraiment tout au bout ! :-( Je me dépêche car j’ai suffisamment perdu du temps comme ça. Les boutiques sont nombreuses et je regarde le trafic. Dans une boutique, maquettes de B777-300 AF, A333 TX et B744 SS.
Je déguste des macarons achetés chez Paul, un peu de réconfort après ces files à rester debout ! :-)

Je fais un petit tour des portes, arrive le F-OONE d’Air Caraïbes et le repoussage d’un B737 de Jet4you ! J’aime bien la livrée verte qui change du bleu du groupe TUI !

J’arrive en porte A26 et découvre la bête, c’est gigantesque : c’est le F-HLOV qui me transportera à RUN ! J’avais parié d’avoir le F-HSUN ou HLOV, et j’ai gagné mon pari ! Une joie de pouvoir prendre un B747-400 !

Cet appareil a été livré à CRL le 12/11/2006 et ayant auparavant appartenu à United Airlines, il est sorti des usines Boeing début 1992. Il a actuellement 19,6 ans (Novembre 2011).
Voici la bête :
Image

Je vois le personnel au sol qui imprime la liste des 584 passagers du vol ! Très impressionnant de voir la grande et longue feuille sortir de l’imprimante !
Image
Image

Le vol pour Punta-Cana est en porte A25, à côté donc, effectué avec le F-GTUI. En sachant qu’on n’entend plus rien puisque que les deux agents font des annonces en même temps !
J’attends pendant une bonne demie heure cette fois assis sur un siège de la salle.
L’embarquement commence à l’heure, vers 14:00. Et comme je suis siège 49G, au fond donc, j’embarque dans l’appareil vers les premiers.
Image

Malheureusement, il y a dans la passerelle un contrôle des passeports, je me demande pourquoi ! Alors là, la personne en charge de cette tache me donne la réponse : une personne a été trouvée alors qu’elle ne devait pas être là ! Quoi ? Elle a réussi à passer tous les contrôles auparavant ? J’aime bien, j’ai l’impression qu’il se moque de moi ! Il y a des journaux en libre service.

Verdict : Orly-Sud n’est pas vraiment pratique.

J’arrive à la porte de l’avion et je suis accueilli par les PNC, souriants et tout et tout. Je traverse la cabine et je trouve mon siège. A ma place, une couverture et des écouteurs. Malheureusement, pas de coussin, ni de boules-quies, pas de masque pour les yeux ! Mauvais point, surtout pour un vol de nuit !

Et pas d’écran vidéo individuel, pour un vol de 11h, ça promet ! Il y a tout de même des écrans centraux :-). Il y a aussi des magazines, je prends AutoPlus ! Je constate qu’il y a beaucoup de famille à bord, SS fidèle à son slogan, « Le ciel sourit enfin aux familles » lol :-).

Je m’aperçois qu’il manque beaucoup de passagers après une longue attente de plus de 45 minutes dans l’avion ! On nous laisse à nos sièges, sans rien faire, d’autant plus qu’on nous sert rien du tout et j’ai soif ! La clim est mal réglée en plus ! 1 heure de retard déjà, sans indications ! Le magazine de bord est bien fait : voici les canaux musicaux :
Image
Image
Image

Le pilote fait une annonce : Retard du à une alerte à la bombe dans l’aéroport, il manque une centaine de passagers.
Je n’imagine même pas la panique dans l’aéroport, avec tout le monde qu’il y avait. :-(

Donc, on patiente, il manque encore 10 passagers annonce le commandant de bord, et au bout de deux heures de retard au final, on peut repousser.
Les annonces de bienvenue sont dites en français, anglais et créole réunionnais et en mahorais ! C’est cool !

Les démonstrations de sécurité sont effectuées sur vidéo.

Ensuite, petit roulage, jusqu’au seuil de la piste. Take-off, top. Notre B747 s’élève dans les airs !
Un film institutionnel très bien fait nous est présenté sur écran.

Un stewart passe dans l’allée et propose des serviettes rafraichissantes. Par contre sur les écrans des choses par intéressantes du tout, des publicités, des pubs pour Nouvelles Frontières. On n’oublie pas son attachement ancien chez SS ! :-(

Image
Les serviettes et un jeu de morpion !

Concernant, la cabine, elle fait vieille, plastiques jaunis, et sièges pas très confortables, pas d’IFE et sièges en tissus. Place aux jambes réduite et place réduite tout court, alors éviter d’incliner votre siège pour pas recevoir des coups et injures de votre voisin de derrière ! :-( On est en configuration sièges maximum, et ça ce voit !
Les PNC distribuent aux enfants des pochettes de jeux.
Sur écran, un programme de relaxation étrange mais utile.

Puis encore une vidéo sur les conseils choses à ne pas faire et à faire à bord, les interdits et devoirs (Ne pas mettre le plateau repas par terre dans l’allée, des trucs dans le genre qui font sourire plus qu’autre chose !)

Puis une présentation sur les destinations de SS, documentaire sur la Réunion, le Rhum, enfin l’île Maurice et les Antilles, Cuba … Un film sur la boutique à bord, le programme de fidélité Air2Famille.

Les enfants mangent en priorité alors que des turbulences troublent la quiétude de la cabine. Le JT de France Outre-Mer est passé : cyclone Gélane en vue sur la Réunion, pas de chance pour ces vacances. Flotte à bord une agréable odeur de repas. L’équipage sert l’apéritif et les plateaux du dîner. Je prends un jus d’orange.
Pour le plateau, il y a deux choix pour le plat : poisson, riz et légumes ou des lasagnes. J’opte pour ces dernières. Pas de photos des repas, désolé.

Image
Avec le plateau, sel, poivre etc.

Menu :
Entrée : - Petite salade de chou avec sauce.
Plat : - Lasagnes.
Fromage : Camembert président et beurre. Pain
Dessert : Clafoutis aux cerises.

Le tout est servi sur un plateau dans des capsules en plastiques aux couleurs vives (Rose fushia, bleu etc. C’est bon mais cela pourrait être plus savoureux et en quantité plus importante. Sachant que les couverts et les verts sont en plastique !
Extinction de la cabine, fermeture des hublots pour la nuit. Des sketchs de Gad Elmaleh sont passés durant le repas et le début de la nuit.

Nuit passée difficilement car : des ados et enfants insupportables criaient toute la nuit et s’agitaient, tapait dans le siège de devant et pour cause c’était le mien : ils était juste derrière ; Clim encore trop forte. Les gens n’arrêtait pas d’aller aux toilettes et dérangeaient tout le monde ! Pas d’appuis tête réglable donc votre tête penchait et tombait. :-(

Les films tuent le temps : les Choristes, un avec comme acteur Dany Boon. J’ai du dormir quelques instants mais pas beaucoup, vol de nuit pas très agréable donc. Et puis comme les films occupent l’écran toute la nuit impossible de voir la Géovision qui sera mise juste avant l’arrivée et de savoir la position de l’avion. :-(

Le vol est long, très long, un IFE manque cruellement, vivement les nouveaux aménagements après le plan Take-Off 2012 et l’arrivée de nouveaux A332 pour Corsairfly. L’équipage passera plusieurs fois avec de l’eau pendant la nuit.
Je suis allé faire un tour au galley et je constate qu’il y a un grand plat plein de pâtes si on a un petit creux et des gâteaux. Je me prends un verre de jus de fruits. C’est en pleine nuit et là, les PNC se reposent et se relayent pour le confort et la sécurité des passagers.


Ça y est, la Géovision marche. On est au dessus de la côte africaine et avant Madagascar.
Image
Image
Sur les écrans, passe Caméra-Café d'M6 avant le petit-déjeuner ! Sympa !
Rallumage de la cabine et le service du petit-déjeuner commence 1 heure avant l’atterrissage à RUN. Le plateau est minuscule mais il ne faut pas s’en plaindre car maintenant SS fourni des boîtes en carton ! Le petit-déjeuner n’est pas très bon.

La cabine durant le petit-déjeuner
Image
Image

Il se compose de pain (gelé), d’un petit pain au chocolat, d’un yaourth, de la confiture de fraise, et d’une capsule difficile à ouvrir de jus d’orange. Il y a aussi du beurre Président.
Le jus est « chimique » et le pain gelé et tout mou ! Infect ! Le chocolat chaud, que j’ai choisi auprès de l’hôtesse est assez bon !
Image
Image

Le soleil austral se lève mais je ne suis pas du côté hublot donc impossible de faire des photos. Désolé encore.
Image
L’écran indique que nous arriverons à 07:31 en heure locale alors qu’on devait arriver à 05:35. Des passagers ont raté leurs correspondances vers ZSE, MRU et d’autres îles.
Image
Image
Image
On amorce la descente et particularité chez Corsairfly, les démonstrations de sécurité nous sont représentées. Bon point, les PNC passent avec des paniers avec des bonbons en vue de l’atterrissage ! ;-)

Alors, nous sommes dans les nuages et nous arrivons à la Réunion dans l’axe normal. En finale, on peut voir sur le côté droit le Port, St-Denis et enfin on atterrit.

C’est du hard-landing chez Corsairfly, les roues fument et c’est aussi bumpy landing ! Donc c’est assez violent, la cabine est secouée et après l’avion freine très fortement.
On aura donc environ 2h de retard, on arrive vers 07:40 heure locale.
Arrêtés en bout de piste, on dégage par la droite et remontons le taxiway jusqu’au parking. On se met au contact entre un B772 UU, le F-OMAY et un poste vide.

Le débarquement s’organise et tout le monde quitte l’appareil par les deux portes avant gauches et en étant salué par l’équipage qui vous souhaite un agréable séjour. Dans la passerelle, la chaleur humide nous accueille à la Réunion.

Je savais que c’était à la Réunion aléatoire les contrôles de la PAF, là on n’en a pas eu !

Les passagers se massent autour du carrousel à bagages : les premières valisent arrive mais le tapis s’arrête au moins ¼ d’heure ! :-( Non cela ne va pas recommencer ! On attend et ma valise arrive enfin. Je vais prendre un chariot à bagages mais il faut une pièce ! Heureusement des jetons siglés « Air Austral » sont à dispositions près des tapis.

Des guides touristiques « Kosa ou fé » présentant la Réunion sont gratuits pour les usagers de l’aéroport Roland-Garros.
J’arrive dans la zone publique des arrivées et sort du terminal
J’apprécie particulièrement cet aéroport, doté d'une architecture moderne avec une terrasse pour observer les aéronefs !

A moi la Réunion, île magnifique, avec la volcan, les plages et diversité du paysage.

3 - BONUS :

©Flight94 – 2011, all rights reserved.


 

 

Notes

Note de Corsair Internatio…

4.10 / 10
Mauvais
  • Confort cabine 2.5

  • Equipage 6

  • Repas et catering 4.5

  • Divertissement ( IFE, presse, ... ) 5

  • Ponctualité 2.5

Note de Paris, ORY

5.8 / 10
Moyen
  • Fluidité des controles 3

  • Accés et parkings 8

  • Services et animations 4

  • Propreté générale 8

  •  

Note de St Denis, RUN

5 / 10
Moyen
  • Fluidité des controles 5

  • Accés et parkings 5

  • Services et animations 5

  • Propreté générale 5

  •  

Conclusion

4 - CONCLUSION :

5/20 => Ponctualité : Alerte à la bombe, on ne sait pas si SS a menti, bref dans tous les cas, on a attendu 2 heures dans l'avion sans rien, les PNC auraient pu faire quelque chose. Deux heures de retard au départ et donc à l'arrivée.

5/20 => Confort : Bel avion le 747-400 mais : enregistrement à ORY le plus nul, queues immenses etc.

Sièges vieillots en tissu, plastiques jaunis, espace limité, pas de coussins, boules-quies et masques (kit confort en vente 5 euros), c'est abusé. Pas d'IFE et écrans centraux difficile à voir au milieu de la cabine pour les petits enfants. Avion bruyant et hard-landing.
- Manque vraiment l'IFE.
+ pour la pochette jeu et les écouteurs gratuits, canaux variés de musique.
La climatisation était aussi trop forte : heureusement qu'il y avait la couverture.

12/20 => Personnel : PNC sympas mais sans plus, point noir les agents au sol qui m'ont enregistré et celui qui a contrôlé les passeports dans la passerelle.

9/20 => Repas : Diner bon mais sans plus et petit-déjeuner médiocre vers le pas bon.


BILAN FINAL =>
Bon rapport qualité/prix mais avec un service qui n'était pas à la hauteur.
Atouts : voyager en B747-400 avec une ambiance familiale et détendue avec SS.
Je privilégie Air Austral qui propose un service bien meilleur en dépensant un peu plus.
Orly-Sud, j'évite aussi, je préfère Roissy-CDG ou Orly West.

 

Ils peuvent vous interesser

Commentaires

Ecrire un commentaire

Seuls les membres connectés; peuvent réagir