Review of Uni Air flight Nangan Island Taichung City in Economy

Airline Uni Air
Flight B7372
Class Economy
Seat 4D
Flight time 01:05
Take-off 07 Jan 12, 13:10
Arrival at 07 Jan 12, 14:15
B7   #72 out of 132 Airlines A minimum of 20 Flight-Reports is required in order to appear in the rankings. 31 reviews
marathon
By GOLD 1376
Published on 8th January 2012
Ceci est le récit de ma tentative avortée d'aller en Chine ce week-end. Il se comprend mieux en lisant d'abord le FR de l'aller.

La propriétaire du gîte a eu beau me dire qu'il y aurait peut-être un bateau le lendemain, cela n'avait rien de garanti, et surtout cela m'obligeait à poser un jour de congé pour rentrer à Taipei le lundi.

Donc ayant annulé mes vols chinois, je suis retourné directement à l'aéroport pour annuler mon vol KNH-RMQ du lendemain qui n'avait plus de raison d'être. Dans un pays où billet d'avion reste valable un an sans pénalité même en cas de no-show, cela a surpris, mais je ne pense pas en avoir besoin à nouveau. Quand même, un point de bonus pour l'accueil.

photo P1200396a

Je n'ai pas menti dans ma conclusion du FR de l'aller : tous les vols vers Taipei étaient bien complets (ils sont affichés en noir à l'écran), mais il y avait aussi un vol vers Taichung. Je m'étais bien gardé de le mentionner car les failles dans les documents contractuels, cela fait partie de ma raison de vivre ou plutôt d'avoir un salaire pour vivre, mais BSG avait déjà deviné : un point de bonus à Gryffondor.

(Les administrateurs, eux, n'avaient pas deviné - RMQ manquait dans la liste des aéroports taïwanais. Un point de malus pour Serpentard.)

photo P1200404a

Sans guère de difficulté, j'obtiens donc un billet pour Taichung (rappelé d'un coup de tampon en rouge, pour faciliter le contrôle à l'embarquement). Un hublot plutôt qu'un couloir ? Pas de problème, l'employée corrige au crayon à bille.

[mode Cours de chinois ON] Taichung, ça veut dire au milieu de Taïwan; effectivement, c'est à peu près à mi-distance entre Taipei et Kaohsiung. Le deuxième idéogramme (au milieu) est très facile à retenir : une barre verticale qui passe au milieu d'un carré [mode Cours de chinois OFF]

photo P1200399a

Nangan est aussi équipé de bornes d'enregistrement libre-service toutes neuves.

photo P1200402a

Là aussi, une employée s'empresse pour guider les clients.

photo P1200401a

Les deux clients qui font la queue sont en treillis, et ils ont tous les deux un masque, car monter la garde à l'entrée de l'une des innombrables bases militaires de l'île, par un temps pareil, c'est le meilleur moyen pour attraper la crève. D'ailleurs qui aurait l'idée d'aller à Nangan à cette saison ? Regardez la zone publique de l'aéroport, avec ses décorations de Nouvel An chinois : il y a une majorité de treillis, qui sont autant d'appelés dont l'uniforme cache mal la jeunesse.

photo P1200397a

Montage panoramique de la salle d'embarquement avec la boutique censée être duty-free.

photo P1200453%252520pano%252520a

Les WC, au fond à droite, sont plus simples qu'à TSA, mais tout aussi propres. Le bouton rouge au mur à gauche est un bouton d'alerte en cas de malaise.

photo P1200455a

Et arrivée sur le tarmac, où il y a inévitablement un PAX en treillis devant moi

photo P1200458a

Pour répondre à Ouréa, non, je ne sais pas le pourquoi de l'escalier mobile masquant l'escalier de la porte. Je me hasarde à imaginer que 1/ les marches de cet escalier sont plus larges et donc plus faciles à franchir 2/ ça fatigue moins la porte, donc moins de maintenance sur le long terme.

photo P1200461a

Le petit détail qui tue : le panonceau qui rappelle que cet avion va à Taichung.

photo P1200463a

J'évoque à peine le café servi à bord : c'était identique à l'aller.

Mauvaise nouvelle : le taux de remplissage est de 50%, mais l'un des derniers PAX à s'asseoir vient à côté de moi en 4C, et c'est un militaire. OK, un appelé, certes, mais cela ne facilite pas la prise de photos, d'autant que RMQ, de même que MFK est à la fois un aéroport civil et une base aérienne, donc très spotter-unfriendly.

Néanmoins, quelques vues de Taichung, très grande ville que je sais être sans grand intérêt.

photo P1200466aphoto P1200470a

Atterrissage à l'heure sur une piste immense qui se termine par des filets d'arrêt. C'est sûr, ça fait très militaire, d'autant qu'on passe devant des silos abritant quelques F5. Vraiment délicat de prendre des photos avec un voisin en uniforme. En revanche, bonne nouvelle : la partie civile de cette immense base aérienne est isolée par des talus de terre de la zone militaire, ce qui fait que rien ni personne ne m'empêche de prendre des photos au sol.

photo P1200480a

Toujours l'escalier qui intrigue Ouréa.

photo P1200476a

Taichung est une ville qui bénéficie de vols directs avec la Chine, d'où la présence de cet appareil de Hong Kong Express, à l'autre bout du terminal sans doute dédié aux vols internationaux.

photo P1200478aphoto P1200477a

A proximité en revanche, un E-190 Mandarin Airlines bien de chez moi.

photo P1200479a

Pas de séparation des flux domestiques qui sont modestes. Cette photo du contrôle de sûreté n'a rien de clandestine : j'en ai demandé au policier présent l'autorisation, car le panneau en hauteur détaillant les limites du périmètre autour de l'aéroport où l'élevage de pigeons est interdit m'a amusé. C'était la première fois que j'en voyais, mais je sais très bien que dans le match avion ? oiseaux, ces derniers peuvent obtenir le match nul posthume.

photo P1200482a

La zone publique ressemble à ceci, avec beaucoup de comptoirs qui rappellent qu'il y a des liaisons internationales, et un office de tourisme où je suis allé glaner des plans et des conseils pour meubler utilement l'après-midi. Le maillage et la qualité des offices du tourisme taïwanais surpasse tout ce que j'ai vu dans mes voyages (les parcs nationaux américains, ce n'est pas mal non plus).

photo P1200484a

Je quitte donc l'aéroport par le bus numéro 9.

photo P1200485a

Et j'ai passé quelques heures ma foi fort intéressantes, ciblée lieux de culte (la sympathique employée de l'office du tourisme m'envoyait plutôt vers les centre commerciaux, mais ce n'est pas vraiment ma tasse de thé). Avec au menu :

Le temple confucéen, aussi paisible que ses homologues partout dans le monde de culture chinoise. Confucius est le protecteur des lettrés, d'où le poster de remise de diplôme cette étudiante sur l'une des portes (un étudiant dans la même pose à gauche est masqué par le pilier)

photo P1200505a

Ce qui n'empêchait pas des jeunes de faire des prises de vue assez déjantée

photo P1200502a

L'église catholique, dont le clocher est dominée par une Vierge à l'enfant dans une pose que je n'ai vue qu'au sanctuaire marial de Sheshan, dans la banlieue de Shanghai.

photo P1200528-541a

Et le temple Paochueh, où j'ai eu une passionnante visite guidée pour moi tout seul par un jeune bénévole anglophone.

photo P1200543a

J'abrège le récit de mon retour : ici, ce n'est pas de nouveau un terminal d'aéroport, mais la gare du train à grande vitesse, qui a tué les liaisons aériennes de Taichung avec les villes de la côte ouest, dont Taipei.

photo P1200583a

Voici la bête à l'arrivée; vous la connaissez déjà.

photo P1200600a

J'abrège, car ce retour prématuré le samedi soir m'a permis de ne pas rater le dimanche en fin d'après-midi les derniers feux de la campagne présidentielle et législative, dont le scrutin est samedi 14 janvier.

Pour les super-municipales en novembre 2010, j'avais surtout suivi le DPP (opposition), donc cette fois-ci, je suis allé au meeting géant du KMT, le parti au pouvoir actuellement. DPP ou KMT, il y a une ambiance extraordinaire dans un meeting politique taïwanais, et cela me consolait largement de ce voyage raccourci.

Je ne vais pas vous infliger les 150 photos que j'ai prises ce soir. Ici au podium et sur l'écran géant, Ma Ying-jeou, président sortant.

photo P1200646-676aphoto P1200722-7346a

Taïwan, c'est un pays où un étranger sans la moindre accréditation peut parvenir aux premiers rangs d'un rassemblement de cette importance. L'an dernier, j'ai été assis au sixième rang derrière le même président Ma Ying-jeou, lors d'une commémoration officielle à Taipei. Quand on sort de deux ans en Chine, c'est un bol d'air frais qui fait un bien fou.
See more

Verdict

Uni Air

7.5/10
Cabin8.0
Cabin crew8.5
Meal/catering6.0

Conclusion

Stricto sensu, ce vol Uni-Air était d\'une grande banalité. Mais comment parler de banalité à l\'occasion d\'un vol intérieur taïwanais ?

Related

23 Comments

Login to post a comment.