Review of Mandarin Airlines flight Kinmen Taipei City in Economy

Airline Mandarin Airlines
Flight AE1272
Class Economy
Seat 2D
Aircraft Embraer E-190
Flight time 00:55
Take-off 24 Sep 11, 17:45
Arrival at 24 Sep 11, 18:40
AE 14 reviews
marathon
By GOLD 1560
Published on 25th September 2011
Ce FR commence là où le précédent s'achève, à l'embarquement du ferry vers Lieyu, aussi appelée Little Kinmen. Vous vous doutez bien que Kinmen était un peu trop soft pour moi comme but d'excursion, et que ne buvant pas d'alcool, je me suis intéressé à l'autre spécialité locale, rappelée par le piédestal de cette ?uvre d'art exposée à l'entrée d'une distillerie devant laquelle il y avait beaucoup de cars de touristes.

photo P1120864a

(en lettres d'or : Ne buvez pas d'alcool si vous n'avez pas l'âge).

Non, il suffit de zoomer sur la carte en haut du FR pour découvrir ceci :

photo zoom%252520sur%252520Lieyu

A Lieyu, plus près de la Chine, tu meurs. Au sens propre du terme, pendant une trentaine d'années. A gauche sur cette carte, c'est Xiamen, à quatre kilomètres. Aujourd'hui, il y a un Xiamen Taiwan Folk Village, un parc à thème consacré à cette espèce présumée en voie de disparition, le Taïwanais, que l'on trouve encore dans une réserve naturelle située en face, très difficile d'accès aux Chinois de base. C'est comme les sanctuaires de la biodiversité, il faut des tas d'autorisations et de justifications pour y pénétrer.

Les Taïwanais ont clairement perdu la bataille de l'espace hertzien à Lieyu, après avoir tellement investi dans des stations de radio de propagande. Il n'y a plus que les chinoises China Mobile (CMCC) et China Unicom pour se disputer les frais de roaming qu'elles espéraient me facturer.

photo P1120958%252520-965a

Quand on est à la frontière maritime, le Welcome to Taiwan géant au-dessus de l'immigration à TPE sonne un peu bizarrement. Objectivement, leurs plages ne font pas très accueillantes, et à dire vrai, les Taïwanais n'avaient vraiment rien compris au B.A.BA d'une station balnéaire. Comment voulez vous accoster à Lieyu avec votre pédalo en venant de Xiamen qu'on aperçoit en face ?

photo P1120933%252520pano%252520a

D'autant que ce n'est pas de joie que vous risquez de sauter si vous sortez de l'eau.

photo P1120931a

Quelqu'un a dû expliquer récemment aux Taïwanais que les champs de mine tout autour de Lieyu, c'était mauvais pour le tourisme, et ils ont décidé de modifier leurs plans d'aménagement du territoire. Il y a donc tout autour de l'île des pique-niqueurs un peu particuliers, venus avec leur matériel de camping, mais ce ne sont pas leurs poëles à frire qui justifient la présence d'autant d'ambulances.

photo P1120913%252520-%252520992a

Ce sont des gens très polis, et ils s'excusent du dérangement.

photo P1120899-902a

Le déminage, cela fait partie de ces tâches répétitives, monotones, et pourtant (allez-vous en savoir pourquoi) assez stressantes. Ce sous-officier à gauche est venu me demander très poliment (car décidément, les militaires taïwanais sont très polis) de bien vouloir arrêter de photographier ses hommes, car cela perturbait leur concentration.

photo P1120907a

La guerre est finie et un de mes collègues taïwanais a passé son service militaire a attendre l'ennemi dont on savait déjà qu'il ne viendrait plus, à peu près dans la même posture et avec la même utilité que cette statue de bronze. D'ailleurs, en face, ce sont des immeubles de luxe qu'on a construit à Xiamen, avec vue sur la mer et sur Kinmen.

photo P1120946a

Je vais arrêter là mon carnet de voyage (ou ma brochure touristique, c'est comme vous voulez ;) ), et commencer enfin le FR, qui est censé parler un minimum de voyage aérien. Sans pouvoir quand même me détacher totalement de l'histoire locale, mais vous saviez ce que vous risquiez en ouvrant un FR signé Marathon.

Leadership l'a rêvé, et Marathon l'a fait : mon retour de Kinmen était sur Mandarin Airlines, dont je guignais les E-jets depuis que j'ai été muté à Taipei. Comme celui-ci en finale à TSA.

photo P1110858a

Remarquez à cette occasion que tout comme les B737, les E-190 n'ont pas de trappe masquant le train d'atterrissage.

Mandarin Airlines, c'est la dernière des quatre grandes compagnies intérieures taïwanaises qui manquait à mon tableau de chasse (la cinquième, Daily Air, assure des liaisons à très faible trafic avec des Do-228). En plus, elle est équipée d'E-190, une nouveauté pour moi,

Historiquement, Mandarin Airlines doit sa création à l'ostracisme de la Chine, qui menaçait les pays accueillant des avions de China Airlines (la compagnie nationale taïwanaise) de représailles, en supprimant les droits de trafic vers la Chine de leur propre compagnie nationale. Mandarin Airlines, qui ne portait ni le nom China, ni le drapeau taïwanais sur le fuselage, était un compromis acceptable. Symétriquement, on voyait atterrir à Taipei des appareils de Japan Asia Airways, dont le logo ressemblait furieusement à celui de la JAL.

photo logo%252520JAA

Avec la détente sino-taïwanaise, China Airlines atterrit désormais en Chine, sans porter le pavillon taïwanais, la JAL a fermé sa filiale JAA qui n'avait plus de raison d'être et dessert Taipei en son nom propre (et ANA s'est engouffrée sur le marché sur ses talons).

photo P1120812a

B767 de la JAL, vu le matin à TSA.

photo P1110865a

B767 assurant le vol NH1185 en provenance de HND, en finale à TSA.

Quant à Mandarin Airlines, n'ayant plus désormais que des E-190, elle assure maintenant des liaisons CC : intérieures, à travers le détroit (cross Straits) et internationales (ici aussi, on est politiquement correct : un vol vers la Chine n'est pas international.

photo P1130149a

Si vous ne lisez pas le chinois, vous n'êtes pas censé comprendre le texte entre parenthèses dans la légende.

photo P1130150a

- - - route aérienne via les Trois petits passages. Les Trois petits passages, ce sont les liaisons par ferry entre Beigan, Nangan et Kinmen d'une part et le continent d'autre part, qui furent les timides premières liaisons directes entre Taïwan et la Chine ouvertes en 2001. Mandarin assure désormais des vols quotidiens directs vers Xiamen, mais rappelle qu'il est aussi possible de passer par Kinmen, puis en ferry jusqu'à Xiamen. A moins que la carte du magazine de bord ne soit tout simplement pas à jour.

Arrivée donc à l'aéroport de Kinmen : remarquez les grands panneaux à gauche et à droite, célébrant le centenaire de la République de Chine (la Chine fait partie de Taïwan, donc la République de Chine =Taïwan a été fondée en 1911 à Nanjing par Sun Yat-Sen).

photo P1130096a

L'intérieur est assez vaste, car le trafic, domestique exclusivement, est important. A droite, poste de consultation internet en libre service. Il y a des chargeurs gratuits de téléphone sur l'un des côtés du même pilier.

photo P1130389%252520pano%252520a

Tous les vols sont à l'heure aujourd'hui. Il reste un quelques places sur mon vol, mes les deux vols suivants pour Taipei sont complets.

photo P1130101a

Enregistrement très rapide, l'employée me demande simplement si je veux un siège à la fenêtre ou couloir (car en chinois, hublot et fenêtre, c'est le même mot). Comme à TSA, elle amorce légèrement la déchirure de la carte d'embarquement, pour faciliter la séparation en deux. Notez que l'embarquement est à 17h35 pour un vol à 17h45.Ca, c'est du juste à temps!

photo P1130091a

Peu de spotting possible, uniquement ce MD-90 d'Uni Air depuis le restaurant à l'étage.

photo P1130092a

Les annonces dans l'aéroport sont exclusivement en mandarin: et cela n'arrête pas de défiler. Il faut être attentif pour capter l'annonce du vol 1272 de Huaxin Hangkong Gongsi (Mandarin Airlines), d'autant qu'à la porte, il n'est affiché que Huaxin vers Taipei, sans le numéro de vol.

photo P1130105a

J'ai été un peu frustré de ne pas pouvoir mieux photographier cet E-190 décoré, c'était la première fois que je le voyais.

photo P1130107aphoto P1130111a

Sièges en 2+2, confort et pitch très correct. Notez ici la présence d'un autre étranger à bord, au débarquement.

photo P1130128a

Collation : identique à celle de FAT, qui a dû négocier un tarif de groupe avec le même fournisseur de café. Donc même note, malgré la non-qualité du breuvage.

photo P1130120a

Vol sans histoire; le CDB a prétendu qu'il y avait des turbulences (les CDB sont d'une sensibilité extrême, de nos jours). La vue sur Taipei illuminée de nuit est toujours aussi grandiose, mais mon APN est vraiment inadapté, et j'étais en plus trop près de la PNC.

photo P1130129a

Débarquement par PAXbus, assez loin (tout est relatif)

photo P1130135a

Arriver en métro à l'aéroport, c'est la classe. Mais en partir par un bus de ville, c'est la grande classe. La ligne fait une boucle, ce qui fait que le trajet est rapide pour moi pour rentrer, mais irréaliste dans le sens inverse.

photo P1130144a

L'afficheur annonce ici le numéro de la ligne, le temps à attendre et le nombre de stations qu'il reste à parcourir au prochain bus.

photo P1130141a

Et quand on prend le bus en rentrant de l'aéroport, descendre à l'arrêt Normale Sup' (Shida, c'est écrit sur l'afficheur en haut), c'est carrément la frime.

photo P1130148a
See more

Verdict

Mandarin Airlines

7.7/10
Cabin9.0
Cabin crew8.5
Meal/catering5.5

Conclusion

Pour 2086 TWD contre 2050 TWD chez FAT, on a un E-190 récent, en 2+2, au lieu d'un MD-83 vieillissant en 3+2, avec un ratio plus sain de crashes par avion exploité. Mais la différence est assez ténue. En plus, on débarque des MD-83 par deux issues, donc plutôt plus rapidement que d'un E-190 plus exigu.

Ah oui, j'oubliais, à Taïwan, c'est bien sûr zéro pénalité en cas de no-show. J'ai regardé la météo la veille au soir. Si cela avait été mauvais, je faisais la grasse matinée, sans inquiétude pour la pérennité des 2050+2086 TWD (un peu plus de 100 EUR) investis.

Information on the route Kinmen (KNH) Taipei City (TSA)

11 Comments

Login to post a comment.