Avis du vol Corsair International St Denis Paris en classe Economique

Compagnie Corsair International
Vol SS911
Classe Economique
Siege 30A
Temps de vol 11:05
Décollage 26 Jul 13, 22:15
Arrivée à 27 Jul 13, 07:20
SS   #73 sur 134 Compagnies Un minimum de 20 flight-report est nécessaire pour apparaitre dans le classement. 126 avis
Nomophile
Par 6251
Publié le 7 août 2013
Bonjour !

Comme promis voici mon deuxième FR, comme toute bonne chose, les vacances ont une fin.

Aussi, après un premier vol en classe grand large à l'aller sur la compagnie CORSAIR, ce FR présente notre vol retour entre La Réunion et Paris en classe Horizon.

Je préfère prévenir tout de suite, j'ai hésité à réaliser ce FR, ayant pris moins de photos, néanmoins la qualité déplorable des prestations lors de ce vol m'a tout de même poussé à le faire.

A l'enregistrement des bagages, aucune file d'attente, passage immédiat et avec le sourire auprès d'une salariée fort sympathique.

Après quelques samoussas et une bonne dodo, nous prenons la direction du contrôle avant d'arriver en salle d'embarquement.

Pour info, concernant les contrôles, je ne sais pas si c'est toujours comme ça, mais lorsqu'on est face aux comptoirs d'enregistrement, il y a des contrôles situés à peu près au centre et des contrôles situés à l'extrémité droite. En l'occurrence, le second, que nous avons pris était vide, contrairement au premier qui faisait l'objet d'une longue file d'attente.

En salle d'embarquement rien de spécial à signaler, du moins dans un premier temps, si ce n'est la faiblesse du volume sonore des différentes annonces réalisées.

Dans un second temps, l'heure d'ouverture de l'embarquement étant venue, rien ne se passait. Pas de personnel Corsair au comptoir dans un premier temps puis arrivée du personnel, totalement passif. L'embarquement ne se réalisait pas et le personnel alors pourtant présent n'a jamais daigné faire la moindre annonce.

L'embarquement a finalement eu lieu avec plusieurs dizaines de minutes de retard.

Viens notre tour d'embarquer, accueil froid des PNC et guidage sommaire vers nos sièges.

Nous décollerons avec du retard induite par l'arrivée de voyageurs d'une autre compagnie aérienne en surbooking au sein de notre avion et du retard pris par le catering.

Le pitch est relativement réduit et je redoute alors les nombreuses heures de vol. N'espérez pas pouvoir mettre grand-chose dans la pochette situé sur le siège qui vous précède'il faut choisir, c'est la pochette où vos genoux. A titre d'exemple, j'ai rapidement renoncé à y mettre ma caméra (laquelle mesure 5 cm de large) ou même un simple et banal boîtier à lunette. La première passera tout son vol à côté de moi, sur le siège, entre l'accoudoir et ma cuisse.

photo 1photo 2

Je redoute d'autant plus les heures de vols à venir que le siège apparaît très rapidement (au bout de 5 mn) inconfortable donnant l'impression qu'il manque un rembourrage au niveau des lombaires.

J?écarte rapidement l'hypothèse selon laquelle le problème viendrait de mon anatomie, face au même inconfort de la personne qui m'accompagne.

Heureusement, un petit coussin est fourni et trouvera rapidement sa place au niveau de nos lombaires.

Cependant, dès lors que le coussin trouve cette position, cela a tendance à faire légèrement avancer la position du corps, corollairement des genoux qui viennent alors au contact du siège situé devant. (Pour info, je mesure 1,78m)?gros inconfort.

Cherchant un peu de réconfort, tous mes espoirs reposent alors sur le kit de « confort ».

Globalement on peut considérer que ce kit se compose de :
- Une couverture polaire,
- Un coussin,
- Un masque,
- Des écouteurs,
- Des protections auditives.

photo 3photo 4


S'agissant de la couverture polaire, rien à dire, elle se révèle agréable permettant de s'y lover.

S'agissant du masque et des protections auditives, rien à signaler.

En revanche, s'agissant du coussin, à peine déballé, je m'aperçois que sa protection comporte un trou et aussi et surtout un cheveu qui ne saurait être le mien. Ça ne fait pas bonne impression.

photo 5photo 6

S'agissant enfin des écouteurs, même problématique que pour le coussin. A peine déballé je m'aperçois que des traces blanchâtres sont présentes sur un des écouteurs, qui ne comporte par ailleurs aucune mousse.

Face à la médiocrité bien connue de beaucoup d?écouteurs, ce qui s'est une fois de plus révélé être le cas, j'avais pris le soin d'apporter les miens. Néanmoins la personne qui m'accompagne et qui ne disposait pas de ses « propres » écouteurs me signalera ultérieurement que ces derniers étaient particulièrement inconfortables en raison d'arrêtes plastiques non arrondies et de mauvaises factures provoquant des douleurs, ce que je vérifiais en effet par moi-même.

photo 7

Phase de roulage, les instructions de sécurité sont diffusées sur l'IFE avec un encart en langue des signes, tant est si bien que les PNC esquissent quelques gestes éparses, dont on se demande l'utilité.

Décollage avec du retard, puis le CDB nous délivrera un message de bienvenue très sympathique et exhaustif sur les conditions du vol et notamment sur les conditions difficiles de météo prévues le lendemain à notre arrivée à Paris.

Il faudra attendre très longtemps avant que l? « apéritif-repas » soit servi.

photo 8

Apéritif : Le punch demandé sera servi en même temps que le plateau repas, sans aucun accompagnement (un petit sachet de gâteaux salé serait le bienvenu).

Entrée : Tout d'abord, les quantités sont ridicules, ceci dit, s'agissant de l'entrée il valait sans doute mieux qu'il en soit ainsi, car ni moi ni la personne qui m'accompagne n'a réussi à identifier ce que l'on mangeait. On a pensé qu'il pouvait peut être s'agir de cubes de chouchous crus avec une sauce citronnée au goût particulièrement artificiel. On a mangé parce qu'on avait faim.

photo 9

Plat principal : Il s'agissait de poulet sauce tandoori accompagné de riz et lentilles. Là encore, les quantités sont lamentables. J'ai volontairement apposé la dosette de sucre sur un côté de la barquette pour avoir une échelle. C'est dommage car pour le coup c?était bon.

photo 10

S'agissant du vin, qu'il soit en blanc ou en rouge, c'est une véritable « piquette », nous ne finirons évidemment pas la petite bouteille, ce qui ne nous empêchera pas de sentir la tête tourner.

Dessert : Une fois de plus, en très petite quantité, une génoise plutôt bonne que mauvaise.

Quant au service des PN, déplorable, pas un sourire, une impression de cadence de fast-food, le service client en moins, devant se contenter de leur part d'un vif « poisson ou viande ? ».

La dame, d'un certain âge situé au siège côté couloir avait demandé lors de la réservation de son billet un repas spécial, vraisemblablement pour des raisons médicales. Au moment du service, elle n'a pas échappé au fameux « poisson ou viande ? » ce à quoi elle a répondu qu'elle avait un plat spécial. Le PNC en question a dû sortir de son automatisme et cette pauvre dame a légitimement pu avoir l'impression qu'elle dérangeait au vue de la réaction du PNC.

Après le repas, passage en mode nuit et petit tour sur les IFE. Je reprendrai les mêmes observations que celles faites pour l'aller.

photo 11

Très gros bémol, l'absence de réactivité des IFE. Je n'ai, à ce jour, jamais vu d?écran tactile qui réagissait aussi mal, nécessitant d'appuyer plusieurs fois, en tentant différents niveaux de pressions, pour pouvoir accéder à l'item désiré.

Ceci est d'autant plus dommage que l'IFE offre une belle diagonale et le contenu proposé est intéressant et récent: large choix de films, de musique, presse, etc.

Evidemment, si des jeux sont proposés, il ne faut pas espérer pouvoir y jouer en raison de l'absence de réactivité des IFE.

On sent néanmoins que les services proposés sont en cours de déploiement et que des mises à jour sont nécessaires dans la mesure où certains contenus sont incomplets.

Un travail est également à réaliser sur l'Airmap dans la mesure où tant à l'aller qu'au retour, la position de l'avion, la vitesse, l'altitude? étaient « N/A », la position de l'avion se déduisant du centrage de la carte qui se déplaçait néanmoins.

Notre fameuse voisine du siège côté couloir eu de nombreuses difficultés à s'en servir au point que c'est la personne qui m'accompagnait qui s'en chargea pour elle.

Nous passons à notre tour en mode nuit, les sièges se révèlent inconfortables tant par l'absence de place que par l'ergonomie du siège lui-même. Pour l'inclinaison, elle est ce qu'elle est, c'est de la classe éco.

Grace à la fatigue accumulée tout au long du séjour et certainement sous l'effet ravageur du vin, je pourrai prétendre à quelques courtes phases de sommeil.

Durant mes longues phases éveillées, je ne verrai pas une seule fois, un seul PN, faire le tour de la cabine pour s'inquiéter du bien-être des passagers, notamment de ceux situées côté hublot et pour lesquels il n'est pas nécessairement facile de réveiller les autres personnes de la rangée.

J'ai notamment pu observer une PN située au galley qui lisait une revue sans jamais s'inquiéter du confort des passagers. Elle aurait pu, par exemple, passer dans les allées avec ne serais-ce qu'une bouteille d'eau et des gobelets pour en proposer aux passagers éveillés et « bloqués ».

La cabine s?éveille progressivement, le petit-déjeuner est servi, dans les mêmes conditions que le service du repas, lamentable.

Le contenu de la boîte déjeuner est à l'image du service.

photo 12photo 13

Le croissant est tout sauf frais et le « pain » est le même que celui du repas.

Le comble est que c'est le CDB, celui qui par définition est le moins au contact des clients qui a le plus eu le sens du service client.

Alors que de nombreuses et importantes turbulences affectaient l'avion il nous a gratifié d'un long message nous expliquant notamment que les conditions sur l'aéroport d'Orly s?étaient fortement dégradées en raison d'importants orages. Dans ces conditions l'avion était mis en circuit d'attente pour environ 40mn.

Durant cette phase et peu de temps avant l'atterrissage, un premier passager s'est vraisemblablement senti mal et se tenait à moitié plié à un encadrement de séparation et était dans le passage donc parfaitement visible. Des PN ont emprunté ce passage et sont passés à côté de lui sans jamais s'inquiéter de son état, cela durant au moins 5 minutes.

Durant cette même phase, un second passager a ouvert le coffre pour accéder à son bagage, au moment de refermer le coffre, ce dernier n'y arrivait plus. Il était donc en train de se battre avec ce bagage et le coffre, montant même sur l'assise de son siège, sans qu'aucun PN n'intervienne à son secours, avant plusieurs minutes.

L'attente fut finalement plus courte et l'atterrissage fut tout en douceur malgré les conditions météo exécrables.

Nous atterrissons au final avec 10mn d'avance.
Afficher la suite

Verdict

Corsair International

3.7/10
Cabine4.5
Equipage3.0
Restauration3.5

Conclusion

Ponctualité: Arrivée avec 10 minutes d'avance malgré le retard qui a été pris au départ et la mise en circuit d'attente à Orly.

Confort: Les sièges ne sont pas confortables, le pitch est insuffisant et les éléments de conforts proposés sont pour certains soit sales soient de très mauvaise qualité. En outre, on regrettera la mauvaise réactivité de l'IFE ce qui a notamment empêché notre voisine de siège de s'en servir par elle-même.

PNC : Absence totale de sens du service client de la part des PN. Impression de cadences de fast-food, qui faisait qu'on avait parfois l'impression de déranger. Aucun passage durant la nuit pour s'enquérir des éventuels besoins des passagers « bloqués » côté hublots. Absence totale de réactivité face à des situations nécessitant leur intervention.

Repas : Plats et boissons d'une qualité médiocre qui justifierai au mieux d'un 9, obéré par la taille des portions.

En somme, une très mauvaise impression laissée par ce vol.

Informations sur la ligne St Denis (RUN) Paris (ORY)

Les contributeurs de Flight-Report ont posté 48 avis concernant 4 compagnies sur la ligne St Denis (RUN) → Paris (ORY).


Pratique

La compagnie qui obtient la meilleure moyenne est Air Bourbon avec 9.3/10.

La durée moyenne des vols est de 11 heures et 8 minutes.

  Plus d'informations

13 Commentaires

Connectez-vous pour poster un commentaire.