Avis du vol Cabo Verde Airlines Espargos Praia en classe Economique

Compagnie Cabo Verde Airlines
Vol VR6102
Classe Economique
Siege 7F
Temps de vol 00:40
Décollage 09 Mai 15, 14:20
Arrivée à 09 Mai 15, 15:00
VR 7 avis
LUCKY LUKE
Par GOLD 3330
Publié le 11 mai 2015
Bonjour à tous les FRistes,

De nouveau, le FR qui va suivre fera la part belle à un avion vieillissant. Il me permettra aussi d'illustrer un passage de courte durée mais néanmoins fructueux dans un pays où je me rendais pour la première fois : le Cap Vert !

Ce long week-end du 8 mai 2015 fût en effet l'occasion d'un court séjour de 36 heures dans cet archipel, en effectuant quatre vols dans des combinaisons avions/compagnies inédites pour mon flightlog (nouvelles entrées en langage AvGeek), tout en visitant brièvement trois des dix îles qui composent la République du Cap Vert, et, bien sûr, en découvrant sa compagnie nationale : TACV, alias Cabo Verde Airlines (VR).

J'ai chiosi de reporter in extenso un seul des quatre vols effectués, à savoir celui qui m'a semblé le plus insolite et surtout parce que j'ai suffisamment de matière photographique pour l'illustrer, ce qui n'est pas le cas des trois autres. Je présente dès maintenant mes excuses aux FRistes qui me reprocheront à juste titre d'avoir été une fois de plus flemmard, pour ne pas avoir fait quatre FR distincts.

DEPART DE PARIS EN B737-800 NEOS AFFRETE PAR XL AIRWAYS



Allons-y donc pour un départ matinal de CDG3, sur un vol XL Airways à destination de Boavista, en statut charter, affrété à 100% par le tour-opérateur Héliades et effectué en Boeing 737-800 wet leasé à la compagnie italienne NEOS. La raison : XL Airways a placé cette saison ses deux B737-800 sur des bases extérieures (Lille en coopération avec Thomas Cook et Luxembourg pour le compte de Luxair) et elle honore la fin de ses engagements de la saison hiver 2014/2015 sur Paris CDG, dont cette série du vendredi vers Boavista fait partie, en sous-affrétant un avion similaire.

L'arrivée à bord est l'occasion d'une rencontre fort sympathique avec une personne que les FRistes originaires de la région Nord-Pas de Calais auront immédiatement reconnue.
photo photo

Sur un plan plus technique mais tout aussi esthétique^^, ce superbe B737-800, immatriculé I-NEOW, sort de grande visite et a été rétrofité avec les nouveaux Split Scimitar Winglets. Avant d'être exploité par Neos, il avait été livré neuf en 2007 à… XL Airways UK, ex-maison mère d'XL Airways France.
photo IMG_2251

Après six heures d'un vol assez festif en raison de la présence de cette passagère atypique, qui accompagne des agents de voyages invités par Héliades à un éductour de quatre jours au Cap Vert, c'est l'arrivée à Boavista.
photo IMG_2298

CONTINUATION EN ATR72-500 TACV ET VISITE DE L'AEROPORT DE SAL AMILCAR CABRAL



Je repartirai de Boavista après un très court séjour venteux mais agréable, en empruntant pour la première fois TACV, à bord de cet ATR72-500 impeccable et parfaitement à l'heure, pour un vol de moins de 30 minutes vers l'aéroport de Sal, baptisé Amilcar Cabral…
photo IMG_2335

… où nous nous retrouvons pour une visite plus complète, là encore après un mini-séjour touristique sur l'île. On commence par la façade, plutôt austère, mais dans ce pays balayé par le vent, les grandes baies vitrées ne sont pas très prisées des architectes.
photo IMG_2300

Du vent, il y en a souvent comme vous pouvez en juger. Mais avec un premier plan un peu plus bucolique, l'aspect extérieur de l'aérogare est tout de suite plus engageant.
photo IMG_2301

La statue d'Amilcar Cabral trône en bonne place, au centre du jardin.
photo IMG_2302

Il est l'un des principaux artisans de l'indépendance du pays, acquise en 1975, face aux colonisateurs portugais qui auront passé près de cinq siècles ici.
photo IMG_2303

Les italiens ne sont pas en reste question plaque commémorative. Ils revendiquent le fait d'être les premiers à avoir utilisé Sal sur le plan aéronautique, en alternative à Dakar sur la route de l'Amérique du Sud, mais ils préfèrent insister sur l'amitié entre les peuples et leur rapprochement. Hum…
photo IMG_2304

Une vue de la tour de contrôle et de l'aérogare VIP.
photo IMG_2305

Entrons à présent dans le terminal. Mon vol à destination de Praia qui part dans 1h20 est déjà en cours d'enregistrement.
photo IMG_2360

Je pénètre dans une zone entièrement vide, qui témoigne des bonnes capacités de cette aérogare de traiter plusieurs vols simultanés.
photo IMG_2361

Amilcar Cabral est tout autant honoré à l'intérieur qu'à l'extérieur du terminal.
photo IMG_2362

Bien que je sois à cet instant le seul passager dont il ait à s'occuper, l'agent de la société Cabo Verde Handling mettra pas moins de 10 minutes pour réussir à sortir ma carte d'embarquement, après avoir pianoté je ne sais combien de fois sur le clavier de son DCS.
A ma question le temps d'enreigistrement est-il plus long que le temps de vol?, la réponse sera je ne trouve pas votre dossier. Curieux, c'est pourtant le même PNR que celui de la veille au départ de BVC, un billet BVC-SID-RAI acheté deux jours avant sur Opodo pour une centaine d'€uro.
photo IMG_2364

Voilà enfin, de haute lutte, mon précieux sésame. Je ne serai pas interrogé sur ma préférence concernant le siège. C'était déjà assez compliqué comme ça pour le Monsieur en charge de mon enregistrement. Vu que le remplissage s'annonce modeste (séquence 16 et pas d'autres passagers alentours), je me dis qu'il vaut mieux s'en contenter et jouer le free seating une fois arrivé à bord de cet avion qui s'annonce quasiment vide.
photo IMG_2365

Malgré cette perte de temps, je peux encore me balader dans l'aérogare pour peaufiner ce FR en faisant quelques photos supplémentaires. Voici le rèz-de-chaussée. Pour ceux qui connaissent l'aéroport de Calvi, c'est un peu la même distribution et les mêmes proportions.
photo IMG_2366

A la différence de Calvi, il y a un étage à Sal.
photo IMG_2370

La compagnie Halcyon Air, qui effectuait des vols inter-îles en ATR42, a malheureusement fermé boutique.
photo IMG_2368

Ce n'est pas le cas de Cabo Verde Express, qui exploite trois Let-410 sur des lignes semi-régulières, dont il est assez compliqué de se procurer les horaires. Pour sûr, si j'avais eu 24 heures de plus dans cet archipel, j'aurais pu enrichir ma découverte de l'aviation locale par un vol à bord de CVE. Ce sera peut-être pour la prochaine fois…
photo IMG_2367

Une fois passé airside, après un très bon accueil au PIF, je me retrouve dans l'unique salle d'ambarquement où arrivent peu à peu la trentaine de passagers qui m'accompagneront jusqu'à Praia.
photo IMG_2378

VOL SAL-PRAIA EN B737-400 TACV



Le paxbus est déjà là, ainsi que notre Boeing 737-400 du jour, arrivé il y a quelques minutes en provenance de Boavista.
photo IMG_2379

C'est le OM-GTC, loué à la compagnie slovaque Go2Sky, totalement customisé aux couleurs de TACV et de la destination Cap Vert. Nous y reviendrons. C'est un avion livré en 1991 à Lufthansa, qui a ensuite roulé sa bosse en Italie chez Air One, puis en Malaisie chez Firefly, avant de finir chez Go2Sky qui l'avait loué l'an dernier à Hamburg Airways.
photo IMG_2381

L'embarquement est lancé à H-20', et on arrive à l'avion quelques instants après. On reconnaît bien le drapeau slovaque aux côtés de celui de l'Union européenne, à droite de la porte pax arrière. Vous avez dit mondialisation ?
photo IMG_2385

Malgré le vent qui souffle fort, je m'attarde sur le tarmac pour faire quelques photos, tant que personne ne me dit rien.
photo IMG_2387

Le co-branding effectué entre la compagnie et les autorités touristiques nationales est très réussi, autour d'un slogan fort compréhensible : un pays, dix destinations (le nombre d'îles de l'archipel).
photo IMG_2394

Bon, ça y est, je me suis fais repérer avec mes photos, on m'indique qu'il va falloir embarquer pour de bon.
photo IMG_2389

Etant le dernier à embarquer, j'évite d'aller m'asseoir au 8C qui m'a été attribué d'office par cet agent d'enregistrement un peu rustre, d'autant que mon siège est déjà occupé.
photo IMG_2396

Les 6 premiers rangs de la cabine semblent plus ou moins avoir été neutralisés pour raisons de centrage. Je repère le premier tri-place libre, au rang 7, pour m'installer à un hublot.
photo IMG_2398

Surprise, il y a 3 PNC slovaques, en uniforme de Go2Sky (un jean's, une chemise blanche, un foulard rose) et une hôtesse TACV en représentation. J'aurais parié l'inverse comme cela se produit généralement dans ce genre de contrats wet lease de longue durée, à savoir une chef de cabine fournie par la compagnie lessor (Go2Sky dans ce cas), le reste des PNC venant du lessee (TACV). D'autant plus curieux que TACV exploite elle-même du B737 (un -800) et a donc du PNC qualifié sur cette machine. Eh bien non, Go2Sky fournit l'avion avec un équipage complet. Les coûts de production slovaques en off shore (avec hébergement, per diems, etc) seraient-ils inférieurs à ceux du Cap Vert à domicile ? J'ai un peu de mal à le croire…
photo IMG_2401

Les démos de sécurité sont effectués par les PNC slovaques, de même que les annonces en anglais, qui sont reprises en portugais par l'hôtesse TACV.
photo IMG_2402

Tout est bien enchâiné, ce qui nous permet de quitter le parking avec 5 minutes d'avance.
photo IMG_2409

Après un roulage assez court, on pénètre sur l'imposante piste de Sal, la plus longue de tous les aéroports cap-verdiens. Un véritable porte-avions sur l'Atlantique dont le passé n'est pas aussi célèbre que celui de St Louis du Sénégal, Santa Maria (Açores) ou Fernando de Noronha, mais qui a joué son rôle dans l'histoire des escales techniques incontournables du temps où le rayon d'action des avions n'était pas aussi étendu que de nos jours. L'habituel révisionnisme qui accompagne l'histoire oubliera de mentionner que c'est à Sal que South African Airways refuelait tous ses avions reliant l'Afrique du Sud de l'aparthied à l'Europe et aux USA.
photo IMG_2410

Décollage, avec vue sur le tarmac désert.
photo IMG_2411

Le début de la montée permet de voir d'en haut la ville principale de l'île : Espargos.
photo IMG_2414

On atteint rapidement une couche nuageuse assez épaisse qui nous privera de toute autre vue de l'île.
photo IMG_2415

Même si la météo n'est pas fameuse, le maintien des consignes lumineuses fasten seat belts durant tout ce vol d'environ 40mn semble un peu trop sévère. Il n'y aura donc pas moyen de se balader en cabine pour juger de l'état de vieillissement de notre B734, et c'est par conséquent depuis mon siège qu'on se fera une idée…
photo IMG_2416

… par exemple de l'état de la moquette…
photo IMG_2420

… ou de celui du haut des parois…
photo IMG_2419

… la sellerie cuir bleue marine, tout à fait en phase avec la ligne de couleurs de TACV, montre elle aussi des signes de fatigue…
photo IMG_2417

La consigne de sécurité, comme il se doit aux couleurs de l'operating carrier, est, avec un sac vomitoire sans titres la seule chose qui soit présente dans la pochette du siège. Amateurs de magazines de bord, évitez TACV car vous n'y trouverez pas votre lecture de prédilection.
photo IMG_2422

La descente vient à peine de commencer, et l'on passe pourtant déjà à la verticale du terrain de Praia. Bizarre.
photo IMG_2423

Le vol se poursuit, certes en décélération mais pour l'instant sans changer de trajectoire, au dessus de la mer. On s'éloigne ainsi durant plusieurs minutes de notre destination.
photo IMG_2426

Enfin, on revient vers la côte après un virage à droite. Deux hypothèses pour expliquer ce détour assez curieux : la première, le contrôle aérien cap-verdien l'a imposé pour on ne sait quelle raison vu la faiblesse du trafic à l'aéroport de Praia (le séquencement des arrivées, ce n'est pas Heathrow à huit heures du matin…). La seconde, les pilotes de Go2Sky sont briefés par leur direction pour faire tourner le compteur. Ce genre de contrats ACMI étant rémunéré sur la base du temps bloc-bloc réellement effectué, aucun intérêt de faire des vols raccourcis. Plus l'on vole plus l'on encaisse. Je vous assure que ce genre de consigne est monnaie courante dans ce genre de compagnies spécialisées dans ce type de business.
photo IMG_2427

Approche finale.
photo IMG_2428

Malgré le détour sur la mer, on atterit quand même avec un peu d'avance sur l'horaire, conformément au départ de Sal lui-même effectué en avance.
photo IMG_2430

Atterissage assez sportif sans doute en raison du vent. Les reverses sont actionnées à fond, ce qui entraîne un bruit auquel on n'est plus habitués dans les avions plus modernes.
photo IMG_2432

Il ne restait plus grand chose avant le bout de la piste. Demi-tour pour rejoindre les installations.
photo IMG_2434

Arrivée bloc à 14h55 pour un horaire publié à 15h00. Contrat pleinement rempli pour TACV sur ce plan là.
photo IMG_2443

Le débarquement s'effectue rapidement, en faux contact.
photo IMG_2441

Un équipage TACV passe par là. Ils sont quatre. Sans doute l'équipage d'un ATR72 qui va arriver et repatir avec eux.
photo IMG_2444

En tous cas, il n'y a à cet instant aucun autre avion sur le tarmac. Praia est pourtant la base de TACV mais tous ses autres avions sont en engagés. En plus de ce B737-400 loué en Slovaquie, la compagnie exploite deux ATR72-500, un B737-800 et un B757-200 sous registre cap-verdien.
photo IMG_2445

Le tapis de livraison des bagages est situé dès l'entrée dans l'aérogare, zone domestique.
photo IMG_2448

Découverte du hall des arrivées, à l'air libre mais abrité par deux grandes tentes coniques.
photo IMG_2449

Voilà ce que ça donne côté extérieur.
photo IMG_2450

Un peu plus à droite le long de la façade, la zone des départs et encore plus à droite, le terminal VIP et vols gouvernementaux, sachant que Praia est la capitale de la République du Cap Vert.
photo IMG_2451

Gros plan sur l'enseigne qui me permet de découvrir, ce que je n'avais pas noté auparavant, le nom de l'aéroport de Praia.
photo IMG_2453

RETOUR A PARIS EN B757-200 TACV



Je quitterai le Cap Vert quelques heures plus tard, après une rapide incursion touristique sur cette île de Santiago, et aussi après avoir assisté en live au dénouement de la lutte pour le titre de champion d'Espagne sur l'écran du bar extérieur de l'aéroport, dans une ambiance sympa que l'on aimerait retrouver éternellement ici et ailleurs…
photo IMG_2529

… ce bar à ciel ouvert, connecté en live à Bein Sports, risque fort de disparaître avec les projets de nouvelle aérogare.
photo IMG_2531

Mon bref séjour dans ce pays attachant se termine en apothéose, en embarquant à pied, à bord du flagship de TACV, son B757-200.
photo IMG_2537

L'avion est immatriculé D4-CBP et baptisé fort à propos Emigranti, tandis que l'on aperçoit au fond, notre B737-400 qui n'a pas revolé depuis son arrivée de Sal dans l'après-midi.
photo IMG_2540

C'est toujours assez magique comme ambiance ce genre de départ nocturne depuis un pays comme celui-ci. Comment ne pas être complètement addict de voyages en général et de vols insolites en particulier après de telles expériences ?
photo IMG_2544

Vol de 5h30 environ, parfaitement à l'heure lui aussi, avec un dîner correct servi dès l'altitude de croisière atteinte. Je bois rarement de la bière en temps normal, sauf dans les avions où c'est l'occasion de goûter la production locale : la Strela ici !
photo IMG_2549

Un vol de nuit en éco (avion monoclasse) n'est pas le summum du confort, mais quand tout s'est bien passé de A à Z ça reste tout à fait acceptable. Et puis, c'est le prix à payer pour voler sur un des B757 les plus rares de la planète, parce que TACV n'est pas une compagnie très facile à prendre, et aussi parce qu'elle n'a qu'un seul avion de ce type dans sa flotte.
photo IMG_2551

La descente vers Paris au petit matin, avec un retour à des paysages plus communs.
photo IMG_2554

Ce voyage, dont je garderai un excellent souvenir, s'achève à CDG avec 25 minutes d'avance, tout juste deux jours après l'avoir commencé. Bravo TACV pour la ponctulaité ! Pas de Miss France en passerelle cette fois-ci, contrairement au départ, mais la satisfaction d'avoir réussi une petite espacade aéronautico-touristique sans encombres.
photo IMG_2557

Pour résumer :
- CDG/BVC I-NEOW B737-800 Neos
- BVC/SID D4-CBU ATR72-500 TACV
- SID/RAI OM-GTC B737-400 TACV (opb Go2Sky)
- RAI/CDG D4-CBG B757-200 TACV

Je renouvelle mes excuses à ceux qui me reprocheront ce 4 en 1, à savoir quatre FRs regroupés en un seul. Pour tenter de me faire pardonner, je vous propose un bonus touristique (cliquer ci-dessous) sur les trois îles du Cap Vert que j'ai eu la chance de parcourir, certes au pas de course, pendant ces 36 heures.

Bonus : Cliquez pour afficher


Merci de m'avoir lu jusqu'au bout, et à bientôt sur flight-report.com.
Afficher la suite

Verdict

Cabo Verde Airlines

4.6/10
Cabine6.0
Equipage7.5
Divertissements2.5
Restauration2.5

Espargos - SID

7.0/10
Fluidité5.0
Accès8.0
Services7.0
Propreté8.0

Praia - RAI

5.8/10
Fluidité8.0
Accès5.0
Services5.0
Propreté5.0

Conclusion

La note de la compagnie, très moyenne, ne reflète pas ma satisfaction d'ensemble de ce voyage au Cap Vert. Elle est relative au seul vol SID-RAI ici reporté, et encore n'ai-je pas trop voulu charger la barque car le catering inexistant et l'absence de toute lecture à bord, ne serait-ce qu'un in-flight magazine, auraient pu être sanctionnés d'un zéro. Mais il ne faut pas oublier qu'il ne s'agit que d'un vol domestique de 40mn dans un pays émergeant, pour un billet valant environ 50€...
Le point sur lequel il faut saluer la performance de TACV, et cela a été vérifié sur trois vols consécutifs, c'est sa ponctualité parfaite. Tous mes vols sont même arrivés en avance ! Comme je l'ai vécu deux mois plus tôt à Madagascar avec cinq vols consécutifs sur MD tous à l'heure voire également en avance, on se gardera donc de tout cliché hâtif dans ce domaine à propos des compagnies africaines. J'ai peut-être eu de la chance lors de mes passages dans ces deux pays mais quand je fais la comparaison avec certaines récentes expériences intra-européennes, marquées par des retards, des annulations et des changements d'avion de dernière minute (la pire des punitions pour un AvGeek qui cherche à voler sur tel type bien précis), je me dis que le transport aérien africain, tout au moins malgache et cap-verdien, c'est pas mal du tout !

Sur le même sujet

8 Commentaires

  • Comment 136461 by
    Mathieu 2087 Commentaires

    Merci beaucoup Luc pour ce nouveau super intéressant.
    Une compagnie totalement sur un appareil de moins en moins sous nos cieux occidentaux.
    Un pays que je ne connais pas du tout et qui a l'air vraiment sympathique.
    La cabine de ce 734 n'est plus toute jeune mais ces vieux sièges sont vraiment un luxe par rapport aux planches à repasser auxquelles nous sommes maintenant habitués.
    Étonnant cet équipage hybride. Du moment que les règles de sécurité sont respectées, il n'y a pas de problème.

    Les bonus sont magnifiques, ma préférence revient quand même sur votre tout premier bonus avec Miss France :p

    A bientôt, et encore merci !

  • Comment 136475 by
    Wingslover 672 Commentaires

    Merci pour ce FR insolite (comme je les aimes! :P )

  • Comment 136523 by
    SKYTEAMCHC GOLD 8286 Commentaires

    Merci beaucoup de cette découverte tant sur le plan aérien que du pays ! Autant je trouve la livrée classique de TACV inintéressante autant je trouve l'avant de ton 737 très réussi. J'aime beaucoup ces FR avec des routing et/ ou des appareils et des compagnies peu présentes et peu connues. C'est la richesse de l'aviation commerciale et cette diversité est bienvenue

  • Comment 136525 by
    pititom GOLD 10938 Commentaires

    Merci pour ce FR ! La magie aurait-elle était la même en volant un MEX-CUN sur AM :) ?

    C'est dépaysant, mais le Cap Vert mérite sûrement plus de 36h. Par contre, pour le routing plaisir, c'est sûr que la ponctualité est irréprochable !

    Encore merci !

  • Comment 136542 by
    02022001 4355 Commentaires

    Merci ;)

  • Comment 136837 by
    LUCKY LUKE GOLD AUTEUR 2712 Commentaires

    Merci à tous les FRistes qui ont bien voulu poster un commentaire à la suite de ce récit. Effectivement, j'essaie autant que possible de relater des vols effectués avec des compagnies inédites, ou des types d'appareil pas communs, de manière à diversifier l'offre déjà bien fournie que l'on peut trouver sur ce site à propos des legacy carriers. Je me réjouis en tous cas que cela plaise à ceux d'entre vous qui expriment un réel intérêt pour ce genre de vols un peu décalés et je vous remercie du partage.

  • Comment 136843 by
    flywunala 158 Commentaires

    Bravo Lucky Lucky, j'ai beaucoup aime ton reportage. Je reve de visiter toutes ces iles de l'Atlantique.... merci d'avoir partager ce voyage. Par contre je me suis un peu perdu dans ton itineraire, une carte de ton parcours aurait sans doute apporte un bon support visuel...Merci encore.

Connectez-vous pour poster un commentaire.