Avis du vol TUI Airways Birmingham Tenerife Island en classe Economique

Compagnie TUI Airways
Vol BY7284
Classe Economique
Siege 14A
Temps de vol 04:20
Décollage 11 Déc 18, 11:10
Arrivée à 11 Déc 18, 15:30
BY 3 avis
LUCKY LUKE
Par 910
Publié le 27 décembre 2018

Salut les FRistes !

L'hiver est là. Il est donc temps de se réchauffer un peu. Je vous propose pour cela de partir aux Iles Canaries, où, c'est bien connu, le printemps dure 365 jours par an.

Allez, j'arrête tout de suite les banalités. Vous vous doutez bien que si je me déplace de Birmingham à Tenerife en ce mois de décembre, ce n'est pas pour des raisons climatiques mais en raison de mon appétit d'Avgeek jamais rassasié de vols dans des combos avion/cie rares, et/ou voués à disparaître dans un futur ou plus moins proche.


Je reformule donc mon intro :

En cette fin d'année 2018, je me décide à franchir le Channel pour voler avec l'une des dernières compagnies européennes exploitant des Boeing 757 en version passagers.

Eh oui, les 737Max arrivant les uns après les autres dans le Groupe TUI, le maintien en vie des 757 dans la flotte de la branche britannique (TUI Airways, héritage de Britannia Airways puis de Thomson Fly), n'est plus qu'une question de mois. L'autre grand groupe touristique européen, Thomas Cook/Condor, étant lui aussi en train d'éteindre son secteur 757, les opportunités de voler sur ce type de machine en Europe fondent comme neige au soleil : Icelandair, Jet2, La Compagnie, Aer Lingus (4 avions opérés par ASL Airlines) ont toutes prévues de réduire sensiblement leurs opérations 757 courant 2019. avec la livraison massive de 737-800, 737Max et A321neo. Il ne restera alors plus que Titan (1 avion) et Privilege Style (2) en Europe, pas évidentes à prendre car ne faisant que de l'ACMI ou du charter ponctuel.

Sans vouloir jouer les moralisateurs ou les anciens combattants, je me permets donc de nouveau ce conseil aux Avgeeks les plus jeunes : prenez des B757 (ou des A340, B767, MD80, etc) tant que c'est encore possible , sachant que vous aurez tout le temps lors de la décennie suivante de collectionner les B787 et A350 sans avoir à vous y précipiter dès maintenant. Avis personnel bien évidemment.

Surtout qu'avec un peu de chance, on peut avoir accès à des tarifs fort raisonnables en milieu de semaine hors vacances scolaires : 49£ l'aller simple BHX-TFS, acheté 3 jours à l'avance sur le site de TUI UK, sans bagage de soute ni aucun autre add-on.   


Nous nous retrouvons par conséquent dans l'aéroport de Birmingham en ce matin de décembre. 


photo img_5009

Il fait un froid polaire et mieux donc se réfugier à l'intérieur.


photo img_5010

H.M. QE2 s'était déplacée en personne 34 ans auparavant pour inaugurer les lieux.


photo img_5011

Plus contemporain : le FIDS du jour avec 10 heures consécutives de trafic. Comme toujours dans ces situations, les code-share foutent la pagaille : CZ et EY vers AMS, NH vers MUC, AY vers CDG et DUS, SQ vers FRA, EK vers BHD. Et puis quoi encore…


photo img_5012

En ce qui concerne mon vol TUI il suffit de repérer la couleur dominante pour trouver la zone d'enregistrement.


photo img_5013

Comme quoi il n'y a pas que les legacy carriers qui s'autorisent à customiser certains espaces dans les aéroports, généralement pour leurs clients "haute contribution".


photo img_5017

L'endroit est quasiment désert alors que trois départs ont lieu dans la matinée, vers le Sal (Cap Vert), Montego cBay et Tenerife, soit 700 passagers au bas mot.  En ce qui me concerne, je n'occuperai pas les lieux très longtemps, ma carte d'embarquement ayant été éditée la veille à partir de l'OLCI de TUI, sans choix possible du siège qui m'aurait coûté 10£ supplémentaires, soit 20% de supplément ! Je suis logiquement puni pour ma radinerie, avec un siège "milieu" (25B) attribué d'office, mais je me dis que sur un avion d'une telle capacité, un mardi, avec des prix aussi bas jusqu'à peu de temps avant le départ, il va y avoir le choix une fois à bord…


photo img_5015

J'accède alors au 1er étage pour passer le PIF, qui fait face à ce restaurant dont le plat du jour rappellera bien des souvenirs à l'ami Mogoy.


photo img_5019

Le PIF sera franchi en très peu de temps, ce qui est une bonne chose car les PIFs anglais sont souvent réputés pour leurs longues files d'attente. Arrivé airside, je prends la mesure du "paysage" qui s'offre à moi : du grand classique avec TUI (le 787 qui part à MBJ), Jet2, Thomas Cook et un LH qui traîne par là.


photo img_5020

De l'autre côté, "mon" avion du jour. Ce vieux B757 autour duquel s'affairent les intervenants. Nous sommes à H-90' et tout se présente bien.


photo img_5025

Peu de places assises dans cette zone d'embarquement. Tout est fait pour inciter les passagers à rester le plus longtemps possible dans l'immense galerie marchande que l'on traverse plus en amont. J'élis donc domicile au seul café du coin, le Costa, mais le wifi de l'aéroport, au demeurant fort performant partout ailleurs, ne l'atteint pas.


photo img_5027

A 45 minutes du départ, les passagers sont appelés à se diriger vers la porte 58. 


photo img_5029

Ca bouchonne un peu en porte mais j'ai confirmation que ce n'est pas la foule des grands jours. On voit tout de suite la moyenne d'âge.


photo img_5030

Il y a au tout au plus 150 passagers qui vont partir dans cet avion de 225 sièges.


photo img_5044-45

L'embarquement en tant que tel commence dans les minutes qui suivent.


photo img_5047

J'attends patiemment le "final call", à plus de 25mn du départ, pour y aller à mon tour.


photo img_5048

Le circuit est très fluide : on descend par des pentes douces, adaptées aux PMR, jusqu'au début de la passerelle télescopique, tout en ayant une large vue sur le tarmac.


photo img_5059photo img_5060

Comme on a pu le voir, la passerelle n'est pas "branchée" à l'avion. On va donc emprunter un escalier (pas très PMR sur ce coup là) afin de terminer par le tarmac, ce qui est donc dans le jargon du "faux contact". 



Toujours un plaisir d'arriver à l'avion dans ces conditions, surtout de jour et par beau temps.


photo img_5073

Et en prime, au pays où est né le spotting, pas de "no photo" hystérique dans les oreilles.


photo img_5071

Le moteur (Rolls Royce of course, ce qui explique la longue carrière du 757 au Royaune Uni) vu du sol…


photo img_5072

… et d'un peu plus haut.


photo img_5074

Avant d'entrer, voici le pedigree de la bête : G-OOBF, Line number 1041, livré neuf à First Choice Airways en Avril 2004, transféré chez Thomson Airways en 2009 suite au rachat du groupe First Choice Holidays par TUI, passé aux "couleurs" de TUI en 2017 suite à la standardisation des marques aériennes du groupe, quand Thomson Airways (ex Britannia Airways, d'où le bigramme BY), Jet Air, Arke Fly etc sont toutes devenues "TUI". 


photo img_5075

L'un des derniers à embarquer ? L'un des mieux servis question seating ! Plusieurs rangées semblent avoir été neutralisées dans le DCS, au milieu de l'avion.


photo img_5076

Le siège 14A, avec personne d'autre sur le triplace, m'ira très bien.


photo img_5078

Vue sur imprenable sur le moteur et le winglet. Parfait pour les 4 heures à venir.


photo img_5079

L'embarquement se termine.


photo img_5080-47

Les passagers ont bien été entassés à l'avant et à l'arrière, ce qui fait que le milieu de la cabine est vraiment désert.


photo img_5082-3

On peut admirer l'aspect "vintage" des sièges : épais et revêtus de cuir bleu marine. On note en revanche l'absence de têtières. Surprenant de la part de TUI qui ne manque jamais une occasion d'afficher sa marque et son logo partout où elle le peut.


photo img_5083

Des prises audio "à l'ancienne" existent dans les accoudoirs mais il n'y aura pas de distribution d'écouteurs, pas plus que d'offre quelconque d'IFE.


photo img_5085

Autre particularité notable : les triplaces de gauche et de droite sont décalés. Des 1/2 rangées en quelque sorte.


photo img_5084

Le départ est proche. Les portes sont fermées et les derniers racks à bagages sont sur le point de l'être.


photo img_5086-93

Mood lighting activé, preuve que la cabine de ce B757, qui n'a "que" 14 ans d'existence, a quand même connu quelques retrofits. 


photo img_5087

"PNC, toboggans armés, contrôlez la porte opposée et rendez compte".


photo img_5089

Monsieur (ou Madame) passerelle n'aura pas eu à intervenir aujourd'hui…


photo img_5091

Push back à 11H05 locale, avec 5mn d'avance.


photo img_5093

Roulage en autonome quelques instants plus tard au milieu de quelques avions de Jet2 ainsi que d'Enter Air, alors que Flavien aura noté dans le coin à gauche l'arrivée d'un gros porteur transportant des touristes anglais de retour d'Asie :-).


photo img_5094

On remonte vers la seuil de piste en ayant de l'autre côté la vue sur les hangars de Monarch Engineering, société de maintenance qui a survécu à la faillite de sa maison mère Monarch Airways et qui n'a sans doute jamais gagné autant d'argent qu'en 2018 "grâce" aux soucis des moteurs Rolls Royce sur les B787, comme en témoigne ce Dreamliner de Norwegian ici immobilisé.


photo img_5096

Nous voilà alignés, prêts au décollage.


photo img_5098

Décollage que voici, avec une jolie vue sur les installations et sur le fameux "quasi-charter" très gros porteur évoqué plus haut.


photo img_5103photo img_5104photo img_5105

Un décollage en B757, qui plus est si près du moteur, est toujours un moment agréable. Au delà du bruit très particulier, on sent toute la puissance de cet appareil somme toute atypique et sans équivalent : ni MC, ni LC, avec certains aspects de gros porteur tout en étant un "narrow body". Il reste le plus gros des avions de cette catégorie et sans doute pour longtemps malgré les évolutions récentes de l'A321. Bref, un appareil fait pour séduire les avgeeks et les pilotes, mais beaucoup moins les directeurs financiers des compagnies aériennes, vu les factures qu'il génère eu égard à son poids, sa consommation, son coefficient de bruit et, de plus en plus, sa maintenance…


photo img_5106

Un petit tour aux toilettes situées aux 3/4 arrière de la cabine. L'une des trois d'entre elles est INOP.


photo img_5107

En voici une des deux autres. En bon état et propre.


photo img_5109

Idem pour la cuvette.


photo img_5110

Il doit quand mêm y avoir des soucis d'évacuation comme en témoigne ce pictogramme, tandis que les jeunes papas sont invités à laisser la place aux mamans pour changer le bébé.


photo img_5111

Clairement, les toilettes bouchées sont un "sujet" sur B757 de TUI Airways…


photo img_5112

Retour à mon siège pour inspection de la pochette. On notera que le pitch est des plus restreints, mais seul sur un triplace ça passe.


photo img_5113

Les consignes de sécurité sont marquées aux immatriculations de la flotte, cet avion étant le "BF" dans la série. 


photo img_5114

Mais en fouillant un peu, je vais en trouver une autre, correspondant à deux autres immatriculations (à droite), ce qui permet de jouer au jeu des 7 erreurs, si tant est qu'il existe 7 différences entre les deux car perso je n'en ai trouvé aucune au recto…


photo img_5116

… à moins que ce ne soit au verso ?


photo img_5118

Que trouve-t-on d'autre dans cette pochette? Un magazine DFS bien entendu.


photo img_5120

Les maquettes de B757 n'existent pas, preuve que ce n'est pas l'avion d'avenir dans le Groupe TUi, qui a définitivement fait le choix du B737Max et du B787 pour le long-terme. On notera au passage qu'il faut payer pour avoir une couverture.


photo img_5121

Comme souvent, le concessionnaire DFS essaie de refiler ses invendus en faisant un tiré à part…


photo img_5122

Que dit le magazine de bord ?


photo img_5126

Rien sur la flotte de la compagnie. Dommage, il aurait pourtant à dire sur les 737-800, les 737Max, les B767 et B757 encore en service, et bien sûr les 787-8 et -9 destinés à leur succéder…


photo img_5127

Il s'agit plus d'un magazine de tour-opérateur que de compagnie aérienne. On y retrouve des articles sur les destinations de TUI au départ du Royaume-Uni mais peu de données sur la compagnie, hormis ces stats intéressantes sur l'évolution du voyage en une une soixantaine d'années.


photo img_5128

Cette introspection sur le documentation de bord ne serait pas complète sans la carte du Buy On Board, car vous vous doutez bien que les prestations gratuites ont été éradiquées depuis belle lurette…


photo img_5129

Je vous fais grâce de son analyse page par page car c'est du grand classique comme on en trouve désormais de partout. Sachant que nous sommes à l'heure du déjeuner, j'aurais sûrement opté pour la formule à 6,50£…


photo img_5130

… si je n'avais pas vu le coup venir, ce qui fait que j'ai eu à peu près les mêmes ingrédients pour 3,99£ en me servant dans l'aérogare de BHX un peu avant le départ !


photo img_5131

Le vol se poursuit agréablement, la plupart des passagers ayant acheté quelque chose lors du passage des trolleys de BoB.


photo img_5132

Votre serviteur va alors profiter de ce triplace exclusif pour prendre un repos bien mérité.


photo img_5135

Une idée que personne d'autre ne semble avoir eue alors que le triplace opposé, légèrement décalé vers l'avant, aurait fait une excellente couchette pour qui aurait souhaité faire une petite sieste.


photo img_5136

Je suis réveillé par les PNC qui effectuent leurs ventes DFS avant de faire un deuxième service de BoB, qui aura beaucoup moins de succès que le premier.


photo img_5137

Le vol aura été en majorité effectué au dessus de la mer, sans grand chose à voir dehors (sauf peut-être quand je dormais) malgré une météo très convenable pour cette période de l'année.


photo img_5138

Le spectacle de l'aile de ce B757 retrofité avec des winglets me suffit pour attendre la fin de ce vol très paisible.


photo img_5143

C'est alors que la descente commence.


photo img_5141

On arrive par l'ouest de Tenerife, avec cette magnifique vue sur le Teide, le plus haut sommet de l'archipel canarien mais aussi de tout le territoire espagnol.


photo img_5145

On survole en fait l'île voisine de La Gomera


photo img_5146

…dont on peut apercevoir la localité principale, San Sebastian, à gauche. 


photo img_5148

Après un virage à gauche on suvole de nouveau la mer , entre les deux îles.


photo img_5151

Je disais en intro ne pas être venu ici pour le climat mais force est de reconnaître que le temps splendide  agrémente beaucoup cette experience.


photo img_5154

Revoici Tenerife.


photo img_5156

La ville la plus importante de la côte sud est Los Cristianos.


photo img_5157

La longue finale se poursuit au dessus du relief.



Cette arrivée très panoramique est l'ocasion de survoler les récents aménagements immobiliers et agricoles du sud de Tenerife.


photo img_5165

Il n'y avait rien de tout ça ici il y a une trentaine d'années quand l'aéroport Reina Sofia a ouvert.


photo img_5166photo img_5168

Atterrissage imminent.


photo img_5174

On est posés à 15:10, soit 3h50 après avoir décollé de Birmingham.


photo img_5184

On dégage l'unique piste de TFS où notre valeureux G-OOBF doit avoir tous ses repères depuis les années et les années qu'il y déverse sans relâche son lot de vacanciers britanniques. 


photo img_5187

Il n'est pas le seul. En ce mardi de début décembre tous les postes de stationnement au contact sont occupés, majoritairement par des compagnies anglaises. 


photo img_5192

Nous sommes donc logiquement stationnés au large.


photo img_5194

Bloc a 15:15 avec 15' d'avance.


photo img_5196

C'est donc en paxbus que va se finir le voyage. 


photo img_5198photo img_5204

On peut constater la pureté de l'air ici. Le bleu du ciel se confond presque avec celui du fuselage.


photo img_5203

Avant de monter dans le bus, je ne résiste pas à la tentation de faire cette petite dernière rafale de photos de notre 757 aux lignes tellement parfaites. 



Le 1er paxbus démarre tandis que l'on aperçoit un peu plus loin un sister-ship de notre avion.


photo img_5231

Du TUI à tous les endroits alors que le bus arrive à l'aérogare, côté non Schengen cela va sans dire.


photo img_5232

Il faut ensuite monter d'un étage. 


photo img_5235

Ça bouchonne un peu une fois là haut.


photo img_5237

Explication : un nouveau "parafe" est en cours d'expérimentation et il y a visiblement quelques bugs, mais rien de bien grave, d'autant que le personnel sol a visiblement été renforcé pour pallier les difficultés de mise en service. 


photo img_5239

La zone de livraison des bagages est un grand duty free shop. 


photo img_5240

Le FIDS permet de mesurer l'importance du trafic alors que nous sommes en "midweek" et qu'aucun pays européen n'est en vacances scolaires au début du mois de décembre. L'industrie touristique aux Canaries n'est pas une légende mais bel et bien une réalité. 


photo img_5243

Me voici airside dans les instants suivants.


photo img_5244

Même si l'ambiance a quelque chose d'estival, ce sera bientôt Noël ici aussi.


photo img_5245

Noël sous les cocotiers en quelque sorte. 


photo img_5246

Le staff de TUI est bien en place…


photo img_5247

…de même que les moyens matériels. C'est assez impressionnant comme déploiement de forces.


photo img_5249

Il existe aussi un excellent réseau de transports publics sur toute l'île y compris pour rejoindre l'autre aéroport de Tenerife, celui du nord (Los Rodeos). 


photo img_5251

Pour finir, retour dans l'aérogare afin de prendre connaissance de la manière dont la communauté des spotters locaux s'est organisée en association et a visiblement obtenu toute la reconnaissance de ce "hobby" de la part des autorités locales, bien loin de la manière souvent discriminatoire avec laquelle les avgeeks sont traités ailleurs…



J'espère que ce FR vous a plu, tout autant que j'ai eu plaisir à revivre cette excellente journée passée entre UK et Canaries en le rédigeant. Merci pour votre attention. 

Afficher la suite

Verdict

TUI Airways

5.4/10
Cabine6.0
Equipage7.5
Divertissements3.0
Carte payante5.0

Birmingham - BHX

7.8/10
Fluidité7.0
Accès8.0
Services8.0
Propreté8.0

Tenerife Island - TFS

7.0/10
Fluidité7.0
Accès7.0
Services6.0
Propreté8.0

Conclusion

La note moyenne qui ressort du jugement porté sur les 4 critères proposés pour la compagnie ne reflète pas la satisfaction totale de l'avgeek en balade pour qui chaque minute de ce vol aura été un réel plaisir.

Au delà du combo avion/cie peu évident à accrocher à son flight log, sauf à être un "holiday maker" britannique, le vol fût ponctuel, sans cohue, ensoleillé et, somme toute, confortable.

Bref, un rapport qualité / prix correct pour qui se déplaçait ce jour là de Birmingham à Tenerife, et carrément un bon plan pour celui qui souhaite faire du 757 en Europe tant que c'est encore possible.

Sur le même sujet

9 Commentaires

  • Comment 481752 by
    KL651 4471 Commentaires

    Merci pour ce FR.
    Combo atypique pour nous, comme doit l'être un 747 Corsair pour un britannique.
    Je ne savais pas que le 757 était amené à disparaître si rapidement en 2019.
    Que TUI fasse payer les sièges soit, mais quand BA et IB en font de même, c'est vraiment minable.

    • Comment 482657 by
      LUCKY LUKE AUTEUR 2320 Commentaires

      Merci pour ce commentaire. Excellent parallèle avec un 744 SS qui pourrait être recherché par un avgeek britannique avant qu'il ne soit trop tard. J'ignore le calendrier réel de l'extinction du secteur 757 chez TUI UK mais sachant que ces appareils sont déjà sous utilisés, qu'il ne font que du MC et que les B7M8 arrivent a la pelle, je ne donne pas cher de la survie du 757 au delà de l'été 2019... On en reparlera le moment venu.

  • Comment 481762 by
    Esteban TEAM GOLD 11652 Commentaires

    Merci Luc pour le partage et la découverte de ce 752 TUI.

    La cabine est vraiment bien entretenue mais le pitch est vraiment réduit. Heureusement que tu as eu ta rangée pour toi tout seul :)

    A bientôt !

  • Comment 481810 by
    Babass 1 Commentaires

    Super FR,
    Il donne des idées pour les prochaines vacances n'ayant jamais pris de B757 :)

  • Comment 481854 by
    NZ1 1322 Commentaires

    Merci pour ce FR sur un avion que j’ai toujours trouvé étonnant !
    Je ne savais pas que les heures de ces 757 étaient si comptées et qu’il était question de mois
    Le prix du billet est vraiment raisonnable pour la durée de vol, surtout que les billets vers les Canaries ne sont pas toujours donnés, il y a parfois peu de différence avec un ORY-PTP/FDF niveau prix
    La cabine reste convenable pour une clientèle vacances
    Quel beau temps à l’approche de TFS pour un mois de décembre. On comprend vite pourquoi l’ile ne désemplit pas et séduit les Anglais de tous âges
    A bientôt

    • Comment 482662 by
      LUCKY LUKE AUTEUR 2320 Commentaires

      Merci pour ce commentaire. Concernant le rapport qualité prix j'ai sans doute eu de la chance car les anglais sont comme tous les autres ils payent le prIx cher dès lors que la demande augmente ce qui n'était visiblement pas le cas ce jour la. Sans doute un excédent de capacité sur le marché UK Canaries car toutes les compagnies et tous les TO maintiennent des programmes ambitieux même en saison creuse. C'est la clé de voûte de leurs principes industriels poussés à l'extrême alors qu'en France on aurait sans doute régulé, supprimé des vols, regroupé des rotations en vols triangulaires, etc. Au plaisir de futurs échanges sur ce site...

  • Comment 483290 by
    marathon GOLD 9565 Commentaires

    Que de gilets jaunes aux abords des pistes de TFS dans ce panneau de photos commémoratives ! Ce n'est décidément pas la France...
    Merci à retardement pour le partage !

Connectez-vous pour poster un commentaire.