Avis du vol easyJet Marrakech Toulouse en classe Economique

Compagnie easyJet
Vol EC1714
Classe Economique
Siege 8A
Avion Airbus A320
Temps de vol 02:35
Décollage 19 Jan 20, 11:50
Arrivée à 19 Jan 20, 14:25
U2   #11 sur 21 Compagnies low-cost Un minimum de 20 flight-report est nécessaire pour apparaitre dans le classement. 530 avis
scorph
Par GOLD 316
Publié le 24 février 2020

Bonjour à tous et bienvenue à bord de ce troisième report qui vient clôturer cette petite escapade Marocaine. Un programme assez simple avec un retour à Toulouse avec la low-cost orange.


introduction


Nous sommes dans les premiers jours de 2020 quand je prends conscience qu'il me reste 2 jours de récupérations à prendre avant le 31 janvier. Le compte épargne retraite étant un investissement aléatoire ses derniers mois je préfère profiter pour me faire un petit week-end prolongé…

Les tarifs en ce début d'année sont très bas sur les lignes low-cost en cette période creuse toutefois j’élimine d'office les destinations Nordiques (Allemagne, Angleterre ou autre), les jours y sont trop court et la météo peu engageante.

L'arrivée de la base Ryanair en début de saison hiver 2019 à permis l'ouverture de 2 nouvelles destinations au Maroc (Tanger et Oujda) avec une amélioration des horaires pour Fès.
Il faut dire que les liaisons avec le Maroc se sont densifiés depuis TLS avec la pérennisation de Marrakech et l'ouverture d'Agadir avec Easy. CMN et FEZ étant aussi desservie par Air Arabia Maroc quelques fois par semaine et TUI opère aussi une triangulaire AGA-BOD-TLS.
Autre liaison, Casablanca avec la RAM en quasi quotidien.
Bref ce n'est pas les vols marocains qui manquent et pour le coup les tarifs sont intéressants après quelques recherches je trouve un tarif sympa avec l'aller le jeudi matin sur FEZ avec Ryanair et le retour le dimanche depuis RAK avec Easyjet. Ne reste plus que ces 2 villes à relier, ce sera avec un petit vol intérieur proposé par Air Arabia Maroc pour 33€ le samedi soir…

Ce qui nous donne le routing suivant :



Pour une fois c'est une exclu, la ligne RAK-TLS n'ayant jamais été reporté, étonnamment assez peu de liaison depuis RAK ont été reportés sur notre site. Pour la petite histoire la ligne a été ouverte à l'hiver 2018 et prolongé sur l'année avec une augmentation significative des fréquences, preuve du bon fonctionnement de la route.


départ de ménara


Départ matinale depuis la place Jamaa el-Fna, je n'ais eu qu'un petit aperçu de la ville de Marrakech, mais ça à l'air un peu l'usine à touriste… cela dit il y a un bus aéroportuaire très pratique et à peu prés ponctuel au tarif de 30Mad 3€ ce qui est intéressant quand on voyage seul, le tarif des taxis oscillent entre 70mad (tarif réglementé) et plus.


photo p1

En une vingtaine de minutes je rejoins l'entrée de l'aéroport, l'arrêt du bus n'est pas très bien indiqué mais il se situe derrière le 1er parking.


photo p2photo p3photo p4

Pour rentrer, il faut passer tout les bagages au scan. On ne va pas se mentir le contrôle reste une formalité.


photo p6

L'intérieur est vaste et lumineux, on y trouve de nombreux services mais pratiquement aucun commerce.


photo p9

Passage devant le FIDS qui affiche de nombreux vols low-costs en directions des quatre coins de l'Europe.


photo p7

Bien évidemment au Maroc la tamponite sévis encore. Impossible de s'enregistrer sur l'appli, il faut donc s'enregistrer sur le site, imprimer le BP, faire la queue au comptoir d'enregistrement (même si l'on à uniquement un bagage cabine)… seulement pour que l'agente en charge de l'enregistrement mette un coup de tampon sur le BP, temps de l'opération, un bon quart d'heure.


photo p8

Une fois votre BP tamponné direction le PIF à l'autre bout de la zone départ, check BP + passeport. Passage au PIF assez long un peu moins de 20 minutes, avec un contrôle que je qualifierais de superficiel.


photo p10

Avant de passer par l'étape PAF, vous connaissez la musique BP, passeport, double tampon … et yalla… 20 minutes de perdu malgré 35 postes de PAF ouverts ! On notera au passage que la décoration fait encore la promotion de la COP22 d'il y a 4 ans…


photo p11

Ah oui encore un petit contrôle 10m plus loin pour être sûr que le collègue à bien fait son travail… bref une bonne heure sans traîner pour arriver airside surtout hors vacances, c'est nul…

Bon pour vous récompenser d'avoir passé toutes ces étapes avec succès vous aurait le droit à une visite du dutyfree. 


photo p12photo p13

Heureusement il est de taille plutôt modeste et je me dirigerais rapidement vers ma porte située au rez de chaussé qui offre une belle vue sur le tarmac.


photo p15

Petite séance spotting très low-cost avec cet Easyjet au départ vers Bordeaux.


photo p17photo p19

Au décollage, direction Roissy cet autre A320 d'Easyjet avec son sticker publicitaire Europcar.


photo p18

Ce Boeing 737 de Ryanair arrive lui depuis Naples.


photo p14

Tandis que la RAM opère l'un de ses rares vols internationaux depuis RAK pour Paris Orly en Boeing 737-800.


photo p20photo p21

Depuis mon point de spotting j'ai aussi une bonne vision sur le FIDS, notre vol est prévu à l'heure et cerise sur le gâteau depuis la zone d'où je prends des photos.


photo p23

Chez Easyjet on emploi les gros moyens avec cet A321neo flambant neuf qui partira vers Milan.


photo p16photo p24photo p25

Le même au décollage, belle machine.


photo p26

Il est suivi comme son ombre par le Boeing 737-800 de TO qui relie Lyon.


photo p22

Puis c'est au tour de notre appareil du jour de faire son entrée depuis Toulouse avec pratiquement un quart d'heure d'avance sur l'horaire prévu.
Il s'agit d'un Airbus A320, OE-IJN est âgé d'un peu plus de 4 années passés dans un premier temps chez Easyjet UK avant de rejoindre la division Europe de la low-cost orange. 



Le personnel est un peu pris de cours avec cette arrivé en avance mais les passerelles sont rapidement mise en place afin de faire débarquer les passagers Toulousains.


photo p31photo p32

Pendant ce temps un A320 de Lauda arrive depuis Vienne.


photo p35

L'embarquement est lancé à l'heure, les passagers sont plutôt disciplinés il y a de nombreux agents pour effectuer l'embarquement ça ne traîne pas !


photo p33photo p34

Je laisse mon bagage de type trolley pour ne pas m'encombrer pendant le vol je ne suis pas pressé à l'arrivée. Au passage le BP.


photo p119

Petite promenade sur le tarmac de Ménara, histoire de profiter une dernière fois du soleil Marocain, et prendre quelques photos de notre Airbus du jour.


photo p36photo p37

Petit aperçu de la phase air-side du terminal.


photo p38

A bord du 320 d'EASY


Fuselage shoot depuis l'escalier.
C'est à mon tour d'entrer à bord avec un acceuil souriant + contrôle du BP de la part de la CC espagnole que j'ai déjà eu plusieurs fois sur des vols Easyjet effectués par la base de Toulouse. 


photo p39

Je rejoins mon siège 8A cette fois j'avoue avoir forcé le destin en choisissant un siège pour 9€ pas donné mais bon, le vol était pratiquement complet, il aurait été hasardeux d'espérer avoir un hublot du bon côté.


photo p40photo p41

Le siège et le désormais ultra connu SL3510 de Recaro qui équipe tous les A320 d'Easyjet. Je le trouve assez confortable et quand on fait ma taille, pas de problème pour les jambes !


photo p43

Le plafonnier de seconde génération.


photo p94

Pour le hublot il n'est malheureusement pas très propre c'est souvent le cas en hiver à cause des produits dégivrants, ce qui est le cas aujourd'hui… décidément l'hiver n'est pas la meilleure des saisons pour les FR.


photo p42

La cabine se remplit progressivement, jusqu'à un remplissage qui devait frôler les 100%, les passagers ont été ponctuelles le boarding completed est annoncé un quart d'heure avant l'heure du décollage.


photo p45

À nos côtés arrive un Boeing 737 de Transavia à l'ancienne livrée en provenance d'Orly.


photo p46

A peine est il parké que nous repoussons avec 5 bonnes minutes d'avance. Les démonstrations de sécurités sont dispensés par l'équipage et notre CDB à l'accent tout britannique nous annonce un temps de vol de 2h20.


photo p47photo p48

Après un roulage assez long nous rejoignons la piste 10, on voit bien que le terrain est désormais cerné par les habitations.


photo p49

Sans attente les moteurs sont lancés et nous nous prenons de la vitesse sur la piste de Ménara.


photo p50

C'est à ce moment là que mon chère voisin squattera mon hublot pour prendre des photos manquant de me mettre son téléphone dans la figure… nous parviendrons à un accord tacite en prenant des photos chacun notre tour, les premières secondes de vol permettent une belle vue sur les jardins de la Ménara.


photo p51

Puis défile l'oliveraie, au centre de la photo se dresse le minaret de la Koutoubia situé à quelques centaines de mètres de la place Jemaa el Fna près de laquelle était situé mon riad, on peut le voir la distance à couvrir était quand même assez courte.


photo p52photo p53

La Koutoubia surplombant la médina et ses ruelles tortueuses.


photo p54

Puis on peut voir le quartier de la Kasbah, où l'on trouve le palais El Badiî.


photo p55

Suivi de la partie nord des jardins de l'Agdal.


photo p56

Nous quittons notre cap sud-est en effectuant pratiquement un demi-tour par la droite afin de prendre la direction du Nord.


photo p58photo p59

Ce qui nous permet de survoler de nouveau la ville de Marrakech. 


photo p60photo p61

Derrière nous se dressent les sommets enneigés du Haut Atlas, voilà un coin ou j'aimerais bien venir randonner.


photo p62photo p63

Toujours sympa de voir la ville d'où l'on vient de décoller vue du ciel.


photo p64photo p65

On peut apercevoir sous nos ailes le grand stade de Marrakech, qui accueil les match du Kawkab Athlétique mais aussi certains matchs de l'équipe nationale des lions de l'Atlas.


photo p66

Marrakech et l'Atlas en toile de fond


photo p67

Détail sur notre winglet du jour.


photo p68

Puis une légère brume apparaît alors que nous grimpons toujours afin de rejoindre notre altitude de croisière.


photo p69

Brume qui cède la place aux nuages, bon ça va être plus dur de vous dire les coins que l'on survole…


photo p70photo p71

Le vol se poursuit sans encombres alors que nous approchons les cotes Marocaines à la verticale de Casablanca, les nuages se morcellent laissant apercevoir un petit bout de l'Atlantique.


photo p72

Rapide photo du contenue de la pochette, on y trouve la réglementaire safety card, la magazine de bord ainsi la brochure de la vente à bord.


photo p44

Nous longeons ensuite les côtes Marocaines jusqu'au détroit de Gibraltar où nous arrivons au-dessus des terres de la péninsule Ibérique aux environs de Cadix.


photo p73

Au loin on devine la capitale Andalouse, Séville.


photo p74

Malheureusement là aussi les nuages commencent à recouvrir le sol…


photo p75

Il faudra une nouvelle fois faire confiance à flightradar24 pour connaitre la route suivie par notre vol du jour, on notera une altitude de croisière à 34.000ft.


photo p5

En cabine l'ambiance est toujours aussi calme, malgré les passages du chariot bistro et de la vente à bord qui connaîtrons un succès mitigés.


photo p77

Parfois les nuages sont un peu moins épais, mais le temps reste brumeux et à 34000ft on ne voit pas grand-chose non plus ^^.


photo p78photo p79

A la faveur d'une trouée entre les nuages on aperçoit les crètes enneigés de la Sierra de Cebollera située au Nord de Saragosse.


photo p81photo p82

Une retenue d'eau à proximité de Santa Cruz de Moncayo à la frontière entre Castille & Léon et Aragon.


photo p83

Le relief s'estompe un peu à l'approche de la Navarre.


photo p84

Avant de subitement remonter à l'approche de la frontière Française pour former les Pyrénées.


photo p85photo p86

En cette fin Janvier l'épaisseur du manteau neigeux est à son paroxysme ce ne sera malheureusement plus le cas un mois plus tard avec l'arrivée de températures printanières. 


photo p87photo p88

Le col du Portalet avec au loin la vallée d'Artouste.


photo p89

Détail sur le Pic du Midi d'Ossau et ses 2885m.


photo p90

Le lac d'Artouste cerné pas les sommets enneigés, nous sommes à la frontière entre les Hautes Pyrénées et les Pyrénées Atlantiques.


photo p91

Encore une fois le survol des Pyrénées aura tenue toutes ses promesses, ce n'est pas la longueur des Alpes mais le spectacle est toujours au rendez-vous.


photo p92

Nous quittons les montagnes pour les plaines vallonnées qui nous ramènes vers la ville Rose.


photo p95

En contrebas la ville de Tarbes, l'aéroport sera malheureusement  invisible sous un nuages


photo p93

Cela fait déjà plusieurs minutes que notre descente est annoncée, et nous nous lassons glisser progressivement vers le sol. 


photo p96

Alors que nous retrouvons les méandres de la Garonne, on aperçoit les débuts de l'aire urbaine Toulousaine avec la ville de Clément Ader, Muret.


photo p97

On aperçoit déjà au loin les contours de l'aéroport de Blagnac au milieu de la photo.


photo p98

Autre court d'eau plus modeste, l'Ariège, quelques kilomètres avant sa rencontre avec la Garonne.


photo p99

Virage à gauche pour intercepter l'axe de la piste 32 en service cet après midi.


photo p100

Nous sommes donc en finale au dessus des immeubles de la Reynerie et du périphérique.


photo p101

A l'approche du terrain vers Saint Martin du Touch, la zone se fait plus pavillonnaire.


photo p103

Retour sous le soleil de toulouse


Le posé s'effectuera en douceur sur le tarmac de Blagnac, le freinage sera aussi tranquille, il y a 3200m de piste, bien plus que suffisant pour notre A320.


photo p104

Un peu d'activité du coté des usines Airbus avec quelques mouvements de Belugas dont le premier Beluga XL livré à la compagnie Airbus Transport international fin 2019.


photo p105

Nous quittons la piste, comme vous pouvez le voir il y avait du rabs !


photo p106

Passage devant le hall D d'où je suis partis quelques jours plus tôt, pas grand monde si ce n'est ce Boeing 737-800 d'Air Algérie qui assure un vol vers Alger.


photo p107

Pas de doute nous sommes bien à Blagnac où c'est encore l'heure creuse avant les retours du dimanche soir.


photo p108

On croise quand même cet A320 de la crevette en partance pour CDG.


photo p109photo p110

Journée de repos pour cet A319 d'Easy qui ne partira que dans l'après midi en direction d'Orly.


photo p111

Pas de chance pour nous ce sera parking au large, notre appareil ne reprendra les airs qu'en fin d'après midi pour Milan. Etant loin du terminal et à l'opposé de l'unique poste de PIF vous vous doutez bien que nous aurons le droit à un magnifique tour de bus afin de rejoindre la sortie.


photo p112

Je quitte l'appareil pas l'escalier avant après avoir patienté quelques minutes en porte le temps qu'un autre pax-bus arrive. Cela me permettra de discuter avec un steward sur les nouveautés prévus pour la base de Toulouse et notamment l'arrivée d'un 5 ème appareil basé à Toulouse dès avril !


photo p113

Le pax bus nous attends à l'arrière de l'appareil ce qui me permet de prendre une dernière photo de notre oiseau du jour sous un angle peu habituel.


photo p114

N'étant pas proche d'une fenêtre lors de nos 10 minutes de bus, je vous retrouve donc après le passage du PIF qui sera pour une fois plutôt rapide et efficace en ce dimanche après-midi


photo p115

On arrive peu de temps après dans la salle de récupération des bagages, ce sera le tapis 7 et l'attente ne durera que quelques minutes avant que les premières valises ne sortent du carrousel.


photo p116-63955

A peine quelques mètres à parcourir pour sortir sur le parvis de l'aéroport.


photo p117photo p118

C'est ici que je vous laisse et que ce termine cette série marocaine et se 99ème report ! J'espère vous retrouver bientot pour de nouveaux récits ! D'ici là bon vols à tous !

Afficher la suite

Verdict

easyJet

6.9/10
Cabine7.5
Equipage7.5
Divertissements7.5
Carte payante5.0

Marrakech - RAK

5.6/10
Fluidité2.5
Accès7.5
Services7.5
Propreté5.0

Toulouse - TLS

7.1/10
Fluidité6.0
Accès7.5
Services7.5
Propreté7.5

Conclusion

Encore une fois un vol sans accro avec la low-cost orange, vol en avance service sérieux équipage sympathique avec des horaires pratiques et des prix plus que corrects.

Easyjet Europe:
Confort : Cette cabine des A320 avec les sièges recaro est beaucoup plus moderne est offre un pitch vraiment bon pour une low-cost, même pour 2h30 de vol il reste confortable.
Équipage : Toujours d'excellents équipages de la part de la base de Toulouse. Je discuterais quelques instants avec un des stewards lors du débarquement, très sympa.
Divertissement : Pour une fois j'ai choisi de choisir ma place à l'avance (il en restait peu lors de mon enregistrement) je trouve ça cher, mais pour faire un report de jour un hublot est primordiale.
Catering: Pas de grandes nouveautés chez Easy toujours de la junk-food à l'anglaise, seul les prix ont augmentés attention.

Marrakech:
Fluidité : Médiocre avec de nombreux trop nombreux contrôles et une tamponnite aiguë ce qui crée de longues files d'attentes.
Accès : Pratique avec le bus L19 pour 30Mad et un trajet plutôt rapide depuis la place Jamaa El-Fna sans avoir à négocier des heures avec les taxi...
Services : Un aéroport assez grand mais je n'ais pas vu des masses de services dans la partie groundside de l'aéroport.
Propreté : Moyenne à certains endroits où j'ai spotter la poussière n'a pas du être faite depuis des lustres

Toulouse :
Fluidité : Après un transfert en bus assez long, nous n'aurons heureusement que peu d'attente à la PAF et les bagages arriveront plutôt rapidement.
Accès : Transfert en bus toujours peu pratique... heureusement l'aéroport Toulousain est plutôt bien desservie par les transports en commun et proche de la ville.
Services : De nombreux services groundside pour la location de véhicules, banques ou autres services.
Propreté : RAS

Sur le même sujet

8 Commentaires

Connectez-vous pour poster un commentaire.