Avis du vol Japan Airlines Tokyo Naha en classe Domestic First

Compagnie Japan Airlines
Vol JL917
Siege 1A
Temps de vol 02:55
Décollage 29 Jui 20, 13:30
Arrivée à 29 Jui 20, 16:25
JL   #6 sur 72 Compagnies Un minimum de 10 flights-reports sur les deux dernières années est nécessaire pour apparaitre dans le classement. 152 avis
SoraNoTabi
Par SILVER 1620
Publié le 2 février 2021

Bonjour!

Suite de la vendetta estivale, dédoublée en course effrénée aux points du programme de fidélité de Japan Airlines.

(pour mieux comprendre le contexte vous trouverez plus de détails sur le lien ci-dessus) 



Après une nuitée dans un auberge neuf, immaculé et à seulement 15-20 minutes de marche du terminal international -récemment renommé Terminal 3- on entame notre balade matinale.

note: En anticipation des Jeux Olympiques des nombreux pied-à-terre avaient foisonné aux alentours de l’aéroport de Haneda, transmué en grande porte d’entrée du pays. Vont-ils définitivement manquer au rendez-vous cette année???  


Par terre et mer


Voici le pont qui connecte l’ancien quartier pêcheur de Haneda Ryoshicho 羽田猟師町 avec le polder hébergeant l’aérogare, veillé par un grand torii. 


photo dsc05982

Celui-ci est une vestige du sanctuaire d’Anamori Inari 穴守稲荷神社, qui occupait un rôle centrale dans le complexe balnéaire érigé sur les terrains du futur aérodrome mais qui fut démantelé par les forces d’occupation américaines en 1945 (et, par la suite, reconstruit à proximité). 



Jusqu’aux années 70 le torii faisait figure de résistance, engloutit par le développement foncier mais inébranlable (la superstition joua un rôle non-négligeable dans cet entêtement admirable). Ultérieurement, il fut déplacé jusqu’à sa position actuelle, en bordure d’île. 


photo 89206fdb

Petit à petit on s’approche du terrain de jeu. 


photo dsc05930

Les premiers signaux de vie spatiale affleurent et l’excitation se déferle! Flotte impériale et alliance rebelle partagent leur repos d’une manière conviviale.


photo dsc05978

Et nous voici, arrivés au terminal 3. Il est bien, bien désert. 


photo dsc05974

Comme il l’était la veille en début d’après-midi. Aucun vol dans une plage de 4 heures!!!! Si mes souvenirs ne me trompent pas, la presque totalité des connections internationales à ce moment-là étaient concentrées sur l’aéroport de Narita. 


photo dsc05976

En général, les enfants -grands et petits- sont gâtés au Japon. Plus spécialement lors qu’il s’agit de recréer des univers fantasmagoriques avec des personnages baroques et exubérants.


photo dsc05968

Même si ici, on ne sait pas très bien s’il s’agit d’un cockpit d’avion ou d’une cabine de conducteur de Shinkansen avec de grands ventilateurs. 


photo dsc05971

Toiture fermée, je pars bredouille prendre la navette gratuite reliant les trois terminaux. Et je décide de m’arrêter chez l’Empire pour retenter ma chance. Le terminal 2 est également peu fréquenté, notamment cette aile arbitrant une récente addition dédiée à certaines connexions internationales des maîtres du lieu (qui a été très peu utilisée). 


photo dsc05938

Cette fois-ci, pour autant, je retrouve mon bonheur. Yeah!
(accroît, peut-être, par la défiance d’avoir franchi les lignes ennemies :-))  

Un vénérable gros porteur conçu à Seattle s’envole sous l’attentif regard du photogénique Tokyo Gate Bridge.  


photo dsc05943

Il continue sa montée, esquivant de justesse un ’Bear Do Hokkaido Jet’ -paré d’une livrée censée représenter les quatre saisons de l’île du Nord- pour affronter un tête-à-tête avec le Tokyo Skytree.  


photo dsc05944

Spectacle frissonnant?!? Pas vraiment. Nulle pagaille a eu lieu et le trafic reste vraiment éparse dans ces temps insolites. Je préfère changer de cadre et commencer à savourer mon propre départ. Une courte promenade sépare le siège de l’Empire des quartiers généraux de l’Alliance (rebelle). Je m’y rends à pied, donc. La première impression est convenable et on constate qu’ici les masses ne sont pas non plus de la partie. 


photo dsc06419

Les suites d’une supplique préméditée -auprès de gentilles mesdames au comptoir argenté- confirment que la fortune continue à me sourire aujourd’hui. Un repas en altitude vraiment appétissant, un déluge de FOP, au moins deux yards jusqu’au co-pax le plus proche, de même que l’accès à un boudoir ensoleillé et accommodant viennent de m’être offerts. Il faut préciser que tout ça a un coût. Mais ça arrive à un prix plutôt raisonnable.

Plus concrètement: 8.000 yens.

Que, ajoutés aux ±8.000 yens que j’avais déboursé pour le billet en classe économique, totalisent ±16.000 yens. Bien moins que les 55.000 yens qui sont demandés lors qu’on essaie d’acheter tout ça en ligne. Après, sans le déluge de FOP je crois que je n’aurais pas succombé à la tentation… (en fin de comptes, toute cette panoplie de vols ne s’agit que d’une course au statut, n’est-ce-pas? :-)).  


Note: Chez JAL domestique on peut toujours tenter des surclassements au comptoir et le prix sera toujours de 1.000 yens pour la Classe J et de 8.000 yens pour la Première (toutes destinations comprises). First come first served basis. Seulement ITM (Osaka), FUK (Fukuoka), CTS (Sapporo) et OKA (Naha) sont desservies par la Première -HND (Tokyo) étant le hub qui les relie-. Et la capitale du royaume des Ryukyu est la reine indiscutable dans ce classement: elle est très, très prisée. 


Les escaliers amenant au paradis se distillent en versions noire et blanche. 


photo dsc06101

Des anges masqués reconnaissent les dieux des cieux, les renvoyant à gauche. (Le destin des infortunés partis à droite, m’est inconnu) 


photo dsc06098

Par ici, douzo.


photo dsc06099

Une allée étriquée et obscure donne suite à un vaste étang de lumière, agencé autour de cette extraordinaire, formidable, époustouflante, prodigieuse œuvre d’art.


photo dsc06078

L’ensemble est fort agréable, aéré et offre nombreuses alternatives d’installation (au moins quatre types de fauteuils, assemblés de manières diverses) 


photo dsc06095

Néanmoins, je n’ai aucun doute sur la place qui va accueillir mon séant pendant les prochains trois quarts d’heure. 


photo dsc06086

Une étendue de temps si prolongée requiert la consommation de victuailles afin d’éviter sombrer dans une inanition aiguë. Somme toute, 223kcal plus une pression (et des cacahuètes version JAL) serviront à pallier notre convoitise. 167kcal, adjugés au beignet au curry -ou JAL特製焼きカレーパン- et le reste à la pâte feuilletée -ou danoise- au matcha d’Uji. 


photo dsc06084

L’emballage des encas -biscuit de riz salés- reproduit une carte de destinations internationales sérieusement abrégée dont le critère de criblage m’échappe complètement (destinations mineures? subalternes? récentes?). Notez, en retrait, les attentions envers les hôtes afin d’éviter surprises lors de l’ouverture du sachet.


photo dsc06089

Attentions qui se propagent en haut du comptoir, avec trois textes distincts (même si deux d’entre eux sont censés dire la même chose en deux langues différentes). Je retiens néanmoins celui à droite, secondé d’une jolie grue origammée. Dans un registre extrêmement poli et moyennant une soigneuse calligraphie on nous remercie (à maintes reprises) et on nous annonce qu’on sera toujours accueillis avec le sourire en dépit des incertitudes latentes. Et cela afin de remonter notre moral. 


photo dsc06090

Santé à tous les amateurs/amatrices d’oiseaux mécaniques inoffensifs, à tous les explorateurs/exploratrices de contrées dépaysantes, à Miratowa et à Someity.


photo dsc06082

Je ne me laisse pas de cette merveille de la nature (façonnée moyennant une grande obstination et des mains douces).


photo dsc06091

Comme les plus perspicaces d’entre vous auront repéré sur la photo précédente, outre la presse journalière, une petite bibliothèque avec de vrais bouquins est proposée. Mais mon instinct me dit que les non-japonophones peineront à profiter de l’offre littéraire.


Un dernier cliché, en guise de compendium de cet agréable espace.


photo dsc06085

Il est l’heure d’entamer les préparatifs nous menant au climax de la journée et de prendre congé de Mirai-kun et Somei-chan. 


photo dsc06096

Les avions aux aéroports du Japon c’est plutôt bien, mais ce qui est mieux c’est la symphonie jouée par les équipes techniques, des va-et-bien d’une précision inouïe ressentie même quand l’orchestre est en repos. 


photo dsc06105

Les-voici les artistes, en train de discuter la partition, sous l’ombre de l’oiseau qui nous amènera à l’île de Honto.


photo dsc06106

Leurs collègues, en charge de l’accueil des habitués ont bien travaillé et la vaste salle, pouvant accueillir jusqu’à 252 auditeurs, a été remplie en moins de 10 minutes. Elles attendent juste les rares retardateurs, parmi lesquels se trouve votre reporter d’aujourd’hui. 


photo dsc06104

Le pont reliant la terre ferme avec la salle de spectacles flottante.


photo dsc06107

Et les (deux) portes nous séparant de la mélodie céleste.


photo dsc06108

Celle-ci sera notre bergère pour la féerie qui se mijote. Très confortable, en dépit d’un design révolu, dont la finesse échappe à mon esprit (certes ébranlé à ce stade-ci, en anticipation de tout ce qui nous attend).


photo dsc06109

Laissons la place, donc, aux vertueux.


photo dsc06111

On se dirait au deuxième ou troisième étage de l’Opéra de Lyon…  


photo dsc06117

Merci maestro.


photo dsc06112

Des moniteurs nous expliquent comment (ne pas) glisser sur les toboggans d’évacuation en cas d’urgence. 


photo dsc06119

Et une agréable couverture nous protège de la fraîcheur qui règne dans la salle. 


photo dsc06118

Voici un fragment de la maigrelette partition qui assure un petit peu plus d’intimité dans notre accommodante loge.


photo dsc06115

Seulement trois des cinq cellules seront occupées aujourd’hui, la réglementation en vigueur ne permettant pas l’occupation de deux loges contiguës.


photo dsc06116

L’agitation soulevée par l’imminence du départ se fait ressentir lors de la capture de l’ultime fresque de notre demeure. Mais croyez-moi si je vous dis qu'il est possible de charger ses appareils électriques, à condition d’avoir une prise électrique type A, des câbles USB -traditionnel- ou ’je-ne-sais-toujours-pas-quel-type-de-prise’.


photo dsc06110

Bravo! Bravo! On vous salue aussi. 


photo dsc06125

Moi, j’attends avec impatience de pouvoir voler dans un de ces magnifiques oiseaux, sillonnant les tarmacs domestiques du Japon depuis il y a très peu de temps. 


photo dsc06129

On quitte la maison et on commence à s’infiltrer en terrain hostile, retrouvant encore une fois des agents de l’empire ainsi que d’autres habitants de la galaxie, qui eux nous sont un peu plus favorables.   


photo dsc06130

Mais, malgré ce tête-à-tête tendu, on reste civilisés et le discernement l’emporte.


photo dsc06133

Sur ce, on rentre dans la mer.


photo dsc061371

J’aime beaucoup la finition de cet appareil -qui, avec plus de 90% de probabilité, partira vers l’île de Kyushu-. 


photo dsc06146

Les civilités se poursuivent, en cédant le passage aux arrivants de Hokkaido (cette fois ci en livrée standard, pas de Bear Do Jet, donc).


photo dsc06138

La piste est à nous!


photo dsc06144

par mer et par air


Rapidement on s’élance, laissant derrière nous les susnommés Tokyo Gate Bridge et Tokyo Sky Tree.


photo dsc06148

INTERMEDE


C’est ici qu’on rentre dans un petit intermède un brin entortillé. Les côtes occidentales de la préfecture de Chiba, jadis baignées par d’eaux cristallines, ont été peu à peu phagocytées par le métabolisme de l’agglomération tokyoïte. Dans la ville de Kimitsu 君津, une vaste étendue fut conquise à la mer lors des années 60 et Nippon Steel y installa des hauts fourneaux. Il est difficile de le ressentir sur la photo, mais le site de production est IMMENSE, mesurant plus de 11km2. Pour aider à la compréhension de l'échelle, sachez que la bourgade à l’arrière-plan avoisine les 20.000 âmes.  


photo dsc06151

Un peu plus au sud, l’équilibre primordial de la nature ne fut pas si grossièrement chamboulé et le cap Futtsu 富津崎 a pu conserver une morphologie singulière. (Une espèce de batteur de flipper, renfermant les billes -ou bateaux- dans la baie de Tokyo). Sa position stratégique est évidente, même aux profanes en géographie. Mais ce ne furent que les bravades des puissances coloniales au 19ème qui mirent en garde le gouvernement shogounal et provoquèrent l’aménagement d’une garnison sur place. Par beau temps, il offre des vues mémorables du Mt. Fuji.


photo dsc06154

Voici l’étendue du creux entre les deux batteurs du flipper. En bas à gauche, le susmentionné cap Futtsu. A droite, le cap Kannon 観音崎 arbitrant un des plus anciens phares au style occidental toujours en pied au Japon -conception française-. (Le phare manqua le passage du commodore Perry de justesse! -à peine une décennie-). Chiba tend ses bras à Kanagawa.  


photo dsc06155

La protubérance renfermant la baie de Tokyo par son flanc occidental reçut le nom de péninsule de Miura 三浦半島 et accueille bon nombre d’installations militaires (autant nippones qu’états-uniennes, -la région devint un grand boulevard naval, lors de l’aperture de frontières sous la restauration Meiji-). Au-delà de son caractère belliqueux, elle est aussi renommée parmi les gastronomes en raison des thons qui nagent près de ses côtes et finissent dans leurs ventres après avoir été reconvertis en garniture de donburis


photo dsc06161

Puis, ce fut l’azur du ciel, le bleu de la mer et le céleste des nuages jusqu’aux Ryukyu.


photo dsc06164

Fin de l’intermède


Compte tenu de la monotonie paysagère avoisinante, la sollicitation gracieuse du personnel de cabine fut plus que bienvenue. Non, on ne refusera pas une offre d’apéritif alléchante. Juin ’20 étant le mois consacré à la préfecture de Kochi (tiens, tout près de chez nous!), on finira par craquer pour le Hina 鄙 de Bijofu 美丈夫, un junmai daiginjo de la brasserie de Hamakawa 濱川商店, fondée en 1903 dans le village d’Aki 安芸郡, tout près du majestueux cap Muroto 室戸岬. Ce fut un régal (avis d’un néophyte en boissons alcoolisées japonaises).


photo dsc06165

Très, très dommage le verre en plastique. A cause du gaspillage environnemental et de l’abatardissement de l’expérience (une autre retombée du virus). Au dire des habitués des classes stratosphériques, autrefois des verres en verre étaient fournis.  


Et les festivités ne s’arrêtent pas là. Un plateau rempli de couleurs est posé devant mes yeux et ils se mirent à virevolter. Mes narines, en revanche, restèrent impassibles. (couvercles!, encore ce fichu microbe!)


photo dsc06166

Salade de fruits de mer I, salade de fruits de mer II, un petit bol de soupe miso rouge, du poulet accompagné d’algues, d’épinards, de la patate douce et des litchis. 


photo dsc06171

Et du riz. Miam! (vue plongeante de l’ensemble)


photo dsc06173

La préfecture de Kochi toujours mise à l’honneur, on profitera d’un délicieux jus à la tomate produit à Mihara -près de l’autre cap remarquable de Kochi, celui d’Ashizurimi 足摺岬- et saupoudré avec du sel local, ainsi que d’un Kanzaji: barquette farcie d’haricots rouges, légère et agréable, conçue a la capitale de la préfecture.  


photo dsc06175

Et on conclura l’acte principal par une bonne tasse de thé vert, encore défigurée des suites de la pandémie.


photo dsc06178

Mais puis qu’on a le temps et l’ambiance est propice, on contribuera au processus digestif en avalant quelques gorgées du célébrissime Moriizo 森伊蔵, un sochu a la patate douce produit à Kagoshima et source du tohu-bohu qui habituellement accompagne le passage du chariot duty-free sur les vols internationaux chez JAL.  


photo dsc06183

Il est bon, mais il n’arrive pas à déclencher des jeux d’artifices. Il fut accompagné de biscuits au riz salé et des natto séchés!!


photo dsc06180

Ni l’azur, ni le bleu ni le céleste n’ont vraiment changé pendant presque deux heures.


photo dsc06186

Toutefois, peu à peu ça se corrige. Le renouvellement avec la terre se produit à travers l’île de Yoron 与論島, administrée par la préfecture de Kagoshima mais culturellement à cheval entre l’empire du soleil levant et le royaume des Ryuku. Elle est reliée à Kagoshima (KOJ) et Amami (ASJ) grâce aux efforts de Japan Air Commuter [JAC] et à Naha (OKA) grâce à ceux de [RAC] Ryuku Air Commuter (dont la vidéo sur la page d’accueil -au moment de la rédaction de ce report- est une ode à la vie et à l’aviation, d’une sensibilité inénarrable). Parmi de nombreux atouts, Yoron abrite, trois fois par an, une prière aux éléments en forme de danse que j’aimerais beaucoup pouvoir contempler de mes yeux un jour [danse Jugoya 十五夜踊り].


photo dsc06191

Une dizaine de minutes plus tard nous survolons les côtes de la péninsule de Motobu 本部半島 ce qui veut dire que le bal touche à sa fin. Malgré son relatif isolement, cette région centrale de l’ile de Honto attire les foules car elle arbitre LE aquarium de référence au Japon (Churaumi Aquarium 美ら海水族館) que vous devriez pouvoir identifier sur l’image ci-dessus avec un outil de magnification ou un peu de patience (agrémentée d’une bonne vue). 


photo dsc06202

Promis, celui-ci sera le dernier cap d’aujourd’hui. A retrouver sur les cartographies sous le nom de Zanpa 残波岬. Le beau temps et l’altitude de vol du gros-porteur nous offrent un panoramique complet (et beau) des contrées méridionales de Honto.


photo dsc06209

A Okinawa, de telles falaises sont rares. En plus, elles sont très belles. En dépit des apparences, l’hôtel et le golf sont deux entités indépendantes.  


photo dsc06210

On est petits (ou la mer est grande)


photo dsc06215

La ville de Naha et son aérodrome, qui continue à engloutir des milliers de gallons d’eau de mer pour devenir fameux. 


photo dsc06216

par terre, a nouveau


On vient de se poser sur la 18R, récemment inaugurée et bien éloignée du terminal. 


photo dsc06218

Le comité de réception -des virtuosi- a déjà pris ses positions et nous donne la bienvenue. A signaler qu’ils ont amené avec eux le petit tracteur requin-baleine, réservée pour les occasions spéciales!! 


photo dsc06220

Même si la climatisation nous empêche une immersion complète dans notre nouveau milieu, les tropiques se font ressentir dès le débarquement.  


photo dsc06226

Voici le papa requin-baleine, flanqué par un karaté kid et par un bécé. 


photo dsc06232

Et un émissaire des pêches, qui harmonise remarquablement bien avec la flore locale.


photo dsc06236

En revanche la faune locale n’a pas l’air d’être si avenante.


photo dsc06244

On fera mieux donc de quitter presto, presto l’enceinte et chercher à regagner la ville où, si bestioles il y en a, elles seront assurément plus domestiquées.


photo dsc06633

A bientôt, aéroport!


photo dsc06638

L’annonce est claire et nette: un fil de voix vivace sanctionne le départ imminent du convoi stationné devant nos yeux. Pas la peine de sprinter, d’autant plus que les prédateurs se sont dissipés.


photo dsc06639

Et voici le remplacement, qui vient nous transporter en centre-ville pour une poignée de yens et en une dizaine de minutes.


photo dsc06640

Accueil avec le sourire


photo dsc06644

Et wagons raisonnablement inoccupés. Partons découvrir la ville et l’ile. 


photo dsc06643
Afficher la suite

Verdict

Japan Airlines

9.1/10
Cabine8.0
Equipage10.0
Divertissements8.5
Restauration10.0

JAL Diamond Premier - Domestic

8.4/10
Confort10.0
Restauration8.5
Divertissements6.5
Services8.5

Tokyo - HND

9.5/10
Fluidité9.5
Accès9.5
Services9.5
Propreté9.5

Naha - OKA

8.9/10
Fluidité9.5
Accès9.5
Services8.0
Propreté8.5

Conclusion

Ce fut un vol mémorable. Il faut avouer que je ne suis pas un habitué des sièges collés au nez des aéronefs. Mais, même avec un esprit très critique, il est difficile de retrouver des failles dans l’expérience. Le service fut attentionné sans dégénérer en flatterie, le repas fut excellent (boissons incluses). S’il fallait dénombrer des hiatus, on pourrait pleurnicher autour de l’utilisation de verres en plastique/gobelets usage unique et d’une cabine/siège à l’esthétique lambda. Cependant, ceux-ci sont des détails infimes. Le tout mérite vraiment d’une standing ovation.

Informations sur la ligne Tokyo (HND) Naha (OKA)

Les contributeurs de Flight-Report ont posté 9 avis concernant 3 compagnies sur la ligne Tokyo (HND) → Naha (OKA).


Pratique

La compagnie qui obtient la meilleure moyenne est Japan Airlines avec 8.1/10.

La durée moyenne des vols est de 2 heures et 51 minutes.

  Plus d'informations

19 Commentaires

  • Comment 570738 by
    QuentinNZ SILVER 720 Commentaires

    Merci pour ce report qui, pour 45 min de vol nous fait voyager de longues heures.
    La qualité de la rédaction et le soucis du détail est vraiment très agréable.
    Un vol en F aussi exotique cela faisait longtemps que nous n'avons pas eu matière semblable sur FR. Merci
    A bientôt.

  • Comment 570742 by
    WAX 73 Commentaires

    Cher SoraNoTabi, nous nous en doutions depuis votre premier FR mais voilà la confirmation que vous êtes un OVNI, du genre qu'on guette depuis toujours en se disant qu'il va bien finir par arriver... Votre style baroque échappe toutefois au gongorisme (merci Professeur Rollin) et c'est un régal d'images... et de chutes inattendues, vous nous captivez de références et d'Histoire pour mieux raconter ce vol, mais oserons-nous encore dire simplement "VOL" après vous avoir lu... On ne sort pas indemne d'un tel récit, et à tout la moins enrichi, ravi de se coucher moins ignorant que la veille, et tout ça distillé avec un humour "sans y toucher" qui me comble d'aise...
    Une Première à 63 euros le surclassement depuis l'éco... pour presque 3 heures de vol, incroyable...
    Et le salon vaut le détour pour cette sculpture végétale impressionnante...
    Bref on s'y verrait bien, surtout avec vous en conférencier !

    • Comment 570933 by
      SoraNoTabi SILVER AUTEUR 49 Commentaires

      Merci beaucoup. Je suis quelque peu accablé par de tels mots. Il est vrai que le Japon fait partie de mon présent et j’ai une certaine estime pour sa culture, mais de là à devenir conférencier, il y a un écart encore difficile à franchir.

  • Comment 570749 by
    nicobcn TEAM GOLD 5479 Commentaires

    Merci pour ce récit exotique en ces temps de Covid !

    Prestation impressionnante de JAL pour un vol domestique, et une très belle livrée sur ce 767 qui malgré son âge fait encore très bien l'affaire.

    A bientôt !

  • Comment 570751 by
    UTAfan 14 Commentaires

    Un régal, juste un régal.. Un régal aéronautique, gustatif (par procuration), intellectuel, touristique, culturel.. Et j'en passe. Le Japon est fabuleux et vous savez le décrire.
    JAL offre une prestation au rapport qualité/prix inconnue en nos contrées. Il faut espérer que la crise actuelle n'arrivera pas à bout de ces moments magiques.
    Encore bravo et merci.. Revenez quand vous voulez !!

    • Comment 570935 by
      SoraNoTabi SILVER AUTEUR 49 Commentaires

      Merci UTAfan. Oui, la pandémie frappe avec force les compagnies aériennes. Chez JAL, le marché domestique représentait une bonne partie de son négoce avant Covid19. Depuis l’apparition du virus, la demande interne s’est maintenue plus ou moins vivace. Mais les craintes vis-à-vis de l’avenir financier son grandes.

  • Comment 570754 by
    alexnantais 18 Commentaires

    Bravo pour ce report. Nous approchons d'ailleurs du roman, au vu de la quantité d'informations et la qualité des tournures. Un état d'esprit pour l'écriture qui est je pense, dans le même état d'esprit que nous pouvons voir au Japon. En tout cas c'est l'idée que je me fait de ce magnifique pays que je rêve de visiter. Il y a quelques années, madame n'était pas partante, mais à force d'en parler et de regarder la chaine info japonaise, j'ai réussi à la convaincre. Nous attendons donc avec impatience une amélioration de la situation sanitaire pour réaliser ce rêve. Cela donne des idées de vols et donne aussi encore plus envie de fouler le sol de ce pays tant riche en paysages que culturellement.

    Ce fût un régal pour les yeux et pour l'intellect de lire le récit de ce voyage. Effectivement, une belle prestation pour un vol intérieur. La qualité du récit et des photos laisse bien ressentir l'ambiance du voyage.

    • Comment 570971 by
      SoraNoTabi SILVER AUTEUR 49 Commentaires

      Merci beaucoup pour le commentaire, Alexnantais !
      Heureux de constater que vous vous êtes décidés à explorer l’archipel nippon. N’hésitez pas à sortir des sentiers battus, où vous serez sans doute bien (mieux ?) accueillis.
      On va prier les kamis afin d’avoir un soulagement de la situation sanitaire et une ouverture rapide des frontières. Si besoin, n’hésitez pas à poser des questions.
      A bientôt.

  • Comment 570784 by
    AirBretzel TEAM GOLD 8624 Commentaires

    Merci pour ce FR.
    J’aime beaucoup ces images d’archives pour illustrer l’histoire du quartier.
    un prix plutôt raisonnable. => en effet c’est un très bon prix, et je suis surprise que le prix reste fixe.
    prodigieuse œuvre d’art. => c’est superbe.
    Miratowa et à Someity => elles n’auront pas eu de chance.
    Un grand moment de plaisir à la lecture des différentes anecdotes, il me tarde encore plus de revenir dans ce beau pays.
    A bientôt

    • Comment 570972 by
      SoraNoTabi SILVER AUTEUR 49 Commentaires

      Merci ! Oui le parcours de Mirai-kun et Some-chan a été bien accidenté. Vont-ils pouvoir prendre finalement la scène ?
      En tout, cas le Japon vous attend avec les bras ouverts lors que la crise soit mieux maitrisée.

  • Comment 570801 by
    Kilmarnock 5423 Commentaires

    Très beau FR encore une fois, bravo!
    Je vous souhaite la bienvenue sur le site avec un peu de retard ^^
    A très bientôt!

  • Comment 570832 by
    Esteban TEAM GOLD 13421 Commentaires

    Merci pour le partage !

    Le catering fait vraiment envie, j'ai par contre plus de mal entre l'utilisation de plastique et de vaisselle.

    A bientôt.

  • Comment 570883 by
    AK SILVER 914 Commentaires

    Merci pour ce FR ! Comme pour le premier, la rédaction est très bonne ! Avoir un vol domestique dans un gros porteur, en première classe et à prix raisonnable, ça fait rêver ! Je trouve que c'est une bonne idée de mettre en avant les cuisines régionales, ça donne envie de découvrir ces régions. Pour Kochi je pensais au tataki, mais c'est difficile à servir en avion...
    Je n'ai pas compris ce que contenait le paquet de "Kanzashi" j'imagine que ce n'était pas un kanzashi ^^

    • Comment 570975 by
      SoraNoTabi SILVER AUTEUR 49 Commentaires

      Merci ! Moi aussi, je trouve très, très bien de donner de la place à des produits régionaux. Oui, flamber la bonite dans l’avion n’est peut-être pas une très bonne idée… :-)
      Désolé pour le manque de précisions sur le kanzashi. C’est une espèce de crêpe roulée farcie d’anko (pate aux haricots rouges) conçue dans les années 50 par un confiseur local.
      A bientôt

  • Comment 571066 by
    lucas330 1461 Commentaires

    Merci pour ce fr.
    Toujours sympa de voler sur 767 et en plus en première, c'est top et rare !
    Le catering donne vraiment envie sur ce petit vol.
    Belles images en vol.
    A bientôt.

Connectez-vous pour poster un commentaire.