Avis du vol EasyJet Berlin Paris en classe Economique

Compagnie EasyJet
Vol EZY4266
Classe Economique
Siege 8A
Avion Airbus A320
Temps de vol 01:50
Décollage 12 Oct 13, 18:50
Arrivée à 12 Oct 13, 20:40
U2   #9 sur 21 Compagnies low-cost Un minimum de 20 flight-report est nécessaire pour apparaitre dans le classement. 341 avis
Flight94
Par 6998
Publié le 19 octobre 2013
« This is generation EasyJet ! »


Guten Tag und herzlich Willkommen an Bord !

Me voici de retour après trois mois d'absence depuis mon retour de Paderborn (Rhénanie du Nord- Westphalie, Allemagne) avec Lufthansa via Munich. Une fois n'est pas coutume, je repars en contrées germaniques pour un séjour dans la capitale, Berlin, avec votre compagnie orange préférée, j'ai nommé easyJet !

Cette ligne a été reportée une fois par notre grand Leader, il a gardé de cette expérience semble-t-il d'agréables souvenirs dans le camp des oranges.

1 - INTRODUCTION :

Ce séjour d'une petite semaine à Berlin s'inscrit dans le cadre d'un voyage scolaire et c'est une des raisons pour laquelle je voyagerai aujourd'hui sur EasyJet, n'ayant pas pu choisir la compagnie aérienne. Cela me permettra tout de même de voler pour la première fois avec eux après une tentative manquée en Décembre 2010 suite à l'épisode neigeux.

Il m'aurait certainement plus plu de voyager avec la concurrence vers Berlin c'est à dire Lufthansa au départ de Roissy CDG1, ayant conservé une bonne d'impression de cette compagnie fin Juin vers Paderborn (C'EST PAR ICI), Air France au départ de Roissy CDG2F ou Air Berlin au départ d'ORY. Ces trois dernières ont l'atout d'atterrir à l'aéroport de Berlin-Tegel (TXL) Otto Lilienthal plus proche du centre-ville, à seulement cinq kilomètres au nord-ouest du centre de Berlin.

Cependant, EasyJet au départ de Paris ORY Sud utilise avec d'autres compagnies comme Ryanair ou Aeroflot l'aéroport de Berlin-Schönefeld (SXF) moins pratique pour les voyageurs désireux comme nous d'aller à Berlin-Mitte car situé à une vingtaine de kilomètres au sud-est de la ville, lieu qui est aussi celui qui accueille le nouvel aéroport de Berlin Willy Brandt (BER) dont l'ouverture est maintes fois repoussée. Il faut savoir que EasyJet opère environ 3 rotations par jour vers Berlin.

Lufthansa propose des prix intéressants à partir de 99€ l'aller-retour, Air France également mais en prix Mini et EasyJet est peut-être la moins chère selon les périodes mais encore faut-il réserver longtemps à l'avance.

Quoi qu'il en soit, le choix des organisateurs a été de prendre le vol le plus tôt à l'aller, lundi 7 octobre et le vol le plus tard en ce jour du samedi 12 octobre 2013 avec un bagage en soute par personne de 20 kilogrammes.

C'est ainsi que nous arrivons à ce vol qui est en fait celui du retour, les conditions nécessaires pour la publication d'un Flight-Report n'étant pas réunies à l'aller. Ces deux vols ont été effectués en Airbus A320-214 d'EasyJet, qui dispose d'une flotte composée d'A319 et d'A320 assez récents.

Vous l'aurez compris, le routing présenté est simple, avec une compagnie low-cost banale, qui plus est à chaque fois en vol de nuit !

  1. 1- Paris, Orly Sud (ORY) ?- Berlin, Schoenefeld (SXF).
  2. EasyJet, Airbus A320-214. [PAS DE FR]
  3. 2- Berlin, Schoenefeld (SXF) - Paris, Orly Sud (ORY).
  4. EasyJet, Airbus A320-214. « This is generation EasyJet » [VOUS ETES ICI]

2 - RECIT :

VOL ALLER :

Je commence ma narration par quelques photos du vol aller, les conditions étant peu favorables à la réussite de l'exercice qu'est celui de constituer un Flight-Report : le fait de voyager en groupe de 35 personnes, sur EasyJet, l'horaire très matinal du vol et mon placement dans l'avion en ont eu raison et je m'en excuse par avance mais sachez qu'il n'y a rien eu de croustillant durant ce vol.

Notre vol aller numéro EZY4261 partant à 06h45 avec fermeture de l'embarquement à 06h20, nous avons rendez-vous au terminal Sud d'Orly à 05h00. Autant vous dire que pour moi voyager avec EasyJet est le seul avantage que je vois, habitant dans le sud parisien, il m'est plus aisé de rejoindre Orly.

De bon matin, il y pas mal de vols en partance notamment vers des destinations européennes avec EasyJet ou Transavia.
photo PA070001

L'enregistrement EasyJet se fait au sous-sol, niveau -1, à côté du parking. Il faut donc arpenter des couloirs sombres à la lumière blafarde où règne une odeur de gaz d'échappement pour accéder aux comptoirs 130-141. À vrai dire le parcours bien que bien fléché peut dérouter et repousser.

À l'arrivée on voit tout de suite qui est le maître des lieux. Après remise des cartes d'embarquement préalablement imprimées par les organisateurs, notre groupe investit les comptoirs et une queue se forme. Après un temps d'attente j'accède avec ma valise aux comptoirs où je suis reçu par une agente, comme à mon habitude je pose mon passeport et ma carte d'embarquement sur le haut du comptoir, elle me hurle WOOOOOH DONNE LE MOI !!!. Sympathique.
photo PA070004

Je me dirige vers l'embarquement B, au premier étage. Il y a beaucoup de monde au filtre de sûreté comme lors de mon dernier passage à Orly en 2010, et nous nous ferons doubler par des équipages Transavia dont l'uniforme vert est original. Cette formalité sera en fait effectué en une quinzaine de minutes.
photo PA070008

Notre porte d'embarquement est la porte B16, située à l'extrémité Ouest du terminal Sud, il s'en suit donc une petite marche en longeant les boutiques de Duty-free. À notre arrivée dans la salle d'où partent la majorité des vols EasyJet, il y a peu de places assises et les espaces sont saturés.
photo PA070013

Une file, que je juge inutile, s'est formée devant notre porte, l'embarquement n'étant pas commencé et les places étant désormais attribuées. Il est 06h20, alors que la porte selon EasyJet est censée fermer maintenant, à H-30. La technique pour faire presser les passagers semble bien rodée.

Il s'en suit une annonce d'embarquement enregistrée en voie de synthèse très désagréable avec des intonations, ponctuations et des rythmes des phrases qui varient et qui sont non respectés ce qui rend l'ensemble incompréhensible.

C'est la précipitation, l'embarquement se déroule sur deux lignes où un agent scanne les BPs mais comme vous pouvez le voir ci-dessous on nous fait patienter dans la passerelle et dans un sas qui sert au circuit des débarquements, encore une fois bravo EasyJet !
photo PA070014

Mon appareil, un Airbus A320-214 immatriculé G-EZWB et livré à la compagnie le 07/08/2012.
photo PA070017

Cette attente de dix minutes dans ce sas puis dans la passerelle me permettra de photographier ce frère, un A320-214 immatriculé G-EZTL (teasing !).
photo PA070016

Accueil par le chef de cabine parlant français, ayant embarqué en dernier à mon arrivée les coffres à bagages sont très pleins mais de toute manière j'en n'aurais pas besoin. Je m'installe en 18D, au couloir. Les démonstrations de sécurité seront réalisées en anglais car l'avion est immatriculé au Royaume-Uni selon l'annonce du chef de cabine.

Il se passe ensuite un vol sans histoire avec départ en avance à 06h43, puis un beau lever de soleil. L'équipage aura fait le nécessaire pour les vérifications de sécurité et les ventes à bord, sinon il aura été totalement absent au cours du vol.
photo PA070022

Nous arrivons à Berlin SXF en avance à 08h20 sur un point de stationnement au large. Débarquement par l'avant et l'arrière de l'avion ce qui est pratique.
Néanmoins il n'y a pas de PAXBus, tout le cheminement se fait à pied sur le tarmac, nous avons été arrêtés par un marshaller ou batman procédant au guidage d'un A319 d'EasyJet en provenance de Bâle.
photo PA070023

Le point positif du débarquement à pied est que je peux m'adonner à la photographie de notre A320, G-EZWB.
photo PA070024photo PA070025

Le même A319 qui nous a stoppé vu depuis le bâtiment.
photo PA070026photo PA070027

Nous empruntons un escalier qui monte vers un long couloir blanc puis un autre escalier qui descend sur un passage couvert de tôles le long du tarmac avant d'arriver dans la salle de livraisons des bagages qui seront livrés rapidement. L'aéroport de Schönefeld est vraiment digne d'un aéroport low-cost, vous le verrez prochainement.

BONUS TOURISTIQUE :

Ayant la volonté de ne pas surcharger ce récit qui hérite déjà du récit du vol aller, le bonus touristique se résumera à seulement quelques instants choisis de cette semaine à Berlin qui a été magnifique même si le soleil n'était pas souvent de la partie.

Des morceaux du mur de Berlin disposés à Potsdamer Platz avec une publicité (Werbung auf Deutsch) pour Aeroflot sur la façade d'un immeuble en arrière-plan.
photo PA080165 copie

Brandenburger Tor, vue de la la Pariser Platz qui termine l'avenue Unter den Linden (sous les tilleuls).
photo PA090211 copie

Le Reichstag ou Bundestag
photo PA090271 copie

Berliner Dom et dans le lointain la tour de la télévision à Alexander Platz
photo PA090380 copie

Enfin Schloss Sans Souci à Potsdam, au sud-ouest de Berlin.
photo PA110562

VOL RETOUR :

Nous sommes le Samedi 12 Octobre, mon séjour berlinois qui fut fort agréable touche à sa fin. Comme je l'ai dit, EasyJet tient ses opérations à l'aéroport de Berlin-Schönefeld, qui a ouvert en 1946 et qui est le second aéroport de Berlin.

Se trouvant à une vingtaine kilomètres au sud-est de Berlin, dans le land du Brandebourg, les moyens d'accès à l'aéroport sont le taxi, le bus ou le train avec les lignes Airport Express (RE7 et RB14) qui sont opérées en train régional de la DB Regio ou le S-Bahn (lignes S45 ou S9). Par contre l'aéroport se trouvent en zone C, il faut un titre de transport adéquat.

Me trouvant à la gare centrale, mon choix se porte sur le S-Bahn avec un changement à Ostkreuz. Il est finalement 16h30 lorsque j'arrive en gare de Berlin Schönefeld Flughafen. La sortie s'effectue en passant par des souterrains éclairés au néon, donnant une ambiance peu engageante pour une gare d'aéroport.
photo PA120675

À la sortie des sous-sols de la gare, le terminal est encore loin, il faut marcher 400 mètres par ce passage couvert et agrémenté de publicités EasyJet.
photo PA120681

Finalement arrivée devant l'aérogare qui a un petit côté architecture de l'Est dix minutes après la sortie du train.
photo PA120682

Le tableau des départs extérieur situé sur la façade avec au-dessus une publicité vantant EasyJet et son nouveau slogan This is the generation EasyJet apparu en septembre. En cette fin de journée il y a juste une dizaine de vols, ceux du lendemain sont déjà affichés.
Mon vol EZY4266 est prévu à l'heure, l'enregistrement et l'embarquement s'effectue au terminal B.
photo PA120683

Je rentre dans le bâtiment par le terminal A, dans lequel s'effectue toutes les arrivées avec la salle de livraison des bagages.
photo PA120684

J'emprunte un couloir tout blanc vers l'enregistrement B20-B27, EasyJet a eu la bonne idée de mettre des panneaux explicatifs.
photo PA120690photo PA120692

Pas de doute, il s'agit bien de la zone d'enregistrement de ma compagnie orange. Nous devons attendre quelques minutes car l'enregistrement pour Paris ORY n'est pas encore ouvert, les professeurs procèdent en attendant à la distribution des cartes d'embarquement. J'ai le malheur de tomber sur un siège milieu 17B. Soyons à l'heure, le monde n'attend pas ou plutôt EasyJet ne vous attendra pas !
photo PA120689

Finalement je peux procéder à l'enregistrement de ma valise, l'agent qui me prendra en charge sera très aimable, cependant lors de mon arrivée au comptoir il n'avait pas envoyé la valise du passager précédent et n'avait pas apposé l'étiquette. Il me demandera si je parle anglais ou allemand, pas de problème, et si je connais le passager en question : effectivement c'est un membre de notre groupe, soulagé il me confiera le talon d'identification avant d'enregistrer ma valise. Sur mon talon du vol aller comme vous pouvez le voir, l'agente s'est cru aux États-Unis, vive le gribouillage.
photo PA210935A

Des machines bien entendu payantes pour peser sa valise, la franchise étant très importante pour une low-cost comme EasyJet. S'en suit une petite attente le temps que tout le monde ait enregistré sa valise, au comptoir client deux femmes en pleurs qui ont raté leur avion apprennent que le suivant est demain matin, elles demandent si l'aéroport reste ouvert la nuit pour dormir, les pauvres …
photo PA120694

Après contrôle des cartes d'embarquement, passage du Poste Inspection Filtrage en dix minutes, assez long alors qu'il n'y avait pas affluence, cependant il faut se dépêcher car il est 18h00 et les écrans affichent Embarquement en cours jusqu'à 18h20, ça sent encore une fois l'arnaque, le vol partant à 18h50. Ensuite il faut monter un minuscule escalier pour se retrouver dans ce couloir exigu, il n'y a que ça dans cet aéroport !
photo PA120699

Nous débarquons inévitablement sur l'espace duty-free.
photo PA120702

Les nombreuses figurines d'ours que l'on trouve partout à Berlin, l'ours étant un des symboles de la capitale allemande.
photo PA120700

En zone d'embarquement on retrouve encore des longs couloirs avec un sentiment de confinement avec peu de lumière naturelle, les cheminements sont très longs mais l'ensemble est propre malgré le fait que cela soit un peu triste et blanc.
L'embarquement est prévu en porte 61 et si vous suivez la signalétique simple mais peu lisible, la logique veut qu'on passe de la porte 4 à la porte 57, évidemment.
photo PA120703

Après avoir continué le couloir qui traverse des boutiques et des cafés, il faut redescendre un petit escalier en colimaçon métallique pour se retrouver dans ce couloir horrible style hangar réservé aux vols EasyJet : observez le plafond et les ouvertures en hauteur. Tout le parcours s'est fait sans escalier mécanique.
photo PA120706

Il est 18h15, soit disant que l'embarquement est déjà commencé (voire terminé, il reste 5 minutes), en attendant nous patientons 10 minutes debout dans ce couloir sympathique.

L'écran affiche inexorablement la mention Einsteig/Boarding. En fait si on patiente dans ce couloir, c'est qu'on nous fait croire à un embarquement, une agente scanne les cartes d'embarquement et vérifie l'identité des passagers …
photo PA120709

… Pour ensuite se retrouver dans une minuscule salle éclairée par des néons avec de l'autre côté un mur en brique tant décriée par Leadership avec une vingtaine de places assises pour 180 passagers, bien sur les places libres que vous voyez sont réservées pour les passagers Speedy Boarding qui seront appelés en premiers.
photo PA120710

L'embarquement est censé se terminer à 18h20, alors que je vois toujours les passagers du vol précédent débarquer de l'avion ! Après une attente debout qui commence à devenir pénible, il est 18h30 c'est le feu vert, tout le monde se lève et c'est la cohue pour embarquer alors que les places sont attribuées …

Je prends mon temps pour immortaliser la bête qui est située sur le poste en face de la porte (au contraire de l'aller), point positif alors qu'il commence à pleuvoir. Notre avion est un A320-214 immatriculé G-EZTL, livré en 2009.
photo PA120712photo PA120713

Le réacteur gauche, un CFM56.
photo PA120714

Montée par la porte avant mais l'embarquement par l'arrière est possible ce que j'aurais du faire mon numéro de siège étant le 17B.
photo PA120715

En haut de l'escalier, accueil correct par deux hôtesses francophones (basées à ORY), et vérification de la carte d'embarquement.

Ayant procédé à un échange de siège avec un membre du groupe, je m'assis à un siège hublot, le 8A. L'embarquement se poursuit et les PNC commencent à dire que tout le monde doit s'asseoir au plus vite pour qu'on parte à l'heure, notez les publicités sur les dossiers.
photo PA120716

Les sièges qu'on ne présente plus, assez inconfortables étant assez durs et non inclinables, de plus je trouve que ces sièges ne donnent pas une impression de modernité et que les tons sont un peu tristes malgré le orange. Les plastiques et le tissu du siège sont assez désagréables.
Néanmoins, EasyJet installe sur les avions neufs des planches à repasser Recaro identiques à ceux d'Air France sur le réseau court-courrier.
photo PA120717

La nuit tombe et il pleut de plus en plus.
photo PA120718

Les portes sont rapidement fermées, Boarding completed, il reste quelques sièges de libre. Le commandant de bord annonce en anglais, en allemand et en français un temps de vol de 1h30 environ qui sera peut-être augmenté car à Paris ORY la configuration d'atterrissage est face à l'Est ce qui implique un passage au dessus de CDG puis un tour autour de la capitale.

Mon hublot, avec les habillages cabine Airbus récents que j'aime bien.
photo PA120719

Après les démonstrations de sécurité en anglais, le départ s'effectue en avance d'une minute à 18h49 puis l'intensité lumineuse de la cabine est réduite pour le décollage, nous sommes invités à utiliser les liseuses, pour anecdote, à l'aller le chef de cabine a appuyé sur une touche qui a allumé toutes les liseuses simultanément, sympathique à 06h00 du matin.
photo PA120720

Après un petit temps de roulage dû à une configuration face à l'est, décollage sans marquer un point d'arrêt sur la piste 07L. Off we go ! Il s'en suit un vol tranquille d'une banalité affligeante.
photo PA120723

La vue peu captivante avec seul repère le réacteur orange qui sera éclairé tout le long du vol outre la Lune qui sera visible également en vol.
photo PA120778


En montée, une petite vue sur le winglet avec lequel j'ai bataillé par avoir une photographie potable mais trop bruitée.
photo PA120742

Pendant tout le vol en cette soirée, la cabine sera éclairée en mode nuit, ce qui sera plus reposant.
photo PA120759

Le pitch, qui n'est pas immense mais certes suffisant pour mon mètre soixante-cinq et une durée de vol relativement courte.
photo PA120761

Tout est fait pour que le passager ait l'impression d'avoir des promotions et qu'il sorte le porte-monnaie.
photo PA120762

D'ailleurs, intéressons-nous au contenu de la pochette, en commençant par le magazine Boutique & Bistro qui regroupe le BOB. Bien qu'il y ait des menus et qu'on a l'impression d'économiser de l'argent avec des bulles Save €2 ou Free, cela reste excessivement cher mais la carte reste variée.


L'équipage composé de 4 PNC fera une annonce pour annoncer que ce soir il y a des menus intéressants comme le menu 4 (Starbucks et muffin), qu'on peut acheter des sodas, des boissons chaudes ou froides …
Cependant je ne note pas une très grande énergie à vendre, juste un passage dans l'allée sans solliciter les passagers surtout que les PNC continueront à rire entre elles et à discuter durant le service commercial.
photo PA120766

Le magazine Traveller d'EasyJet avec la carte des destinations.
photo PA120774photo PA120776

Enfin voici l'incontournable fiche de sécurité commune aux deux types d'appareil de la compagnie à savoir Airbus A319 et A320.
photo PA120772

Notez que le schéma stipule que pour le décollage et l'atterrissage il faut redresser le dossier de son siège or je ne savais pas qu'on pouvait l'incliner LOL.
photo PA120769

L'avion est propre pour un vol du soir, pas de miettes par terre et cet appareil bénéficie des panels Airbus les plus récents.
photo PA120780photo PA120782

Passage au-dessus de la ville de Reims avant l'arrivée en région parisienne. L'équipage fait un passage en cabine cette fois pour le service boutique qui sera effectué très rapidement sans grande motivation surtout avec les rires et les discussions incessantes entre les PNC qui en fait auront plutôt été absents durant le vol.
photo PA120798

Début de la descente sur Paris-Orly, finalement ça ne sera pas un contournement de Paris par l'Ouest avec passage au-dessus de CDG mais un contournement par l'Est pour s'intégrer dans le circuit d'approche avant de tourner à nouveau pour un atterrissage face à l'Est en 06.
photo PA120809

La cabine est préparée par l'atterrissage, tout d'un coup la PNC allume la cabine en pleine intensité pour bien réveiller tous les passagers et procéder aux vérifications de sécurité, ce qui est sympathique ^^.
Par ailleurs des annonces enregistrées nous remercient d'avoir choisi EasyJet et nous prient de redresser le dossier du siège (une aberration) ainsi que ne pas emporter les magazines de bord.
photo PA120825

Volets sortis, la région parisienne apparaît, l'approche fut magnifique avec une belle vue sur la Tour Eiffel en courte finale, et j'entends même le son de l'AP qui se déconnecte et qui signifie que le pilote passe en commandes manuelles.
photo PA120829

Smooth landing en avance à 08h25 sur la RWY06, freinage speedbrakes et reverses à l'appui.
photo PA120831

Court roulage de cinq minutes, contournement du terminal d'Orly-Ouest avant de se rejoindre notre point de stationnement à l'extrémité Ouest du terminal Sud d'où sont regroupés la majorité des vols EasyJet.
photo PA120837

Arrivée à notre parking à 20h30, soit 10 minutes d'avance, mais en même temps EasyJet prévoit 1h50 point à point alors qu'en réalité la durée point à point est d'environ 1h30, temps qui a été dépassé sur ce vol en raison du sens du vent, de ce fait il est facile de se vanter sur le site Internet qu'aujourd'hui 94 % des vols sont arrivés à l'heure et que dans l'heure 99 % des vols sont arrivés on time.
photo PA120841

Dernière vue sur mon siège 8A qui m'aura supporté durant ce vol (même si c'est plutôt le contraire), comme je suis placé à l'avant de l'avion je débarque rapidement avec un rapide Au revoir formulé par la PNC en porte.
photo PA120843

Après avoir quitté la passerelle, tentative de photographie nocturne sur Tango Lima ou G-EZTL.
photo PA120845

Ensuite, ayant débarqué à l'extrémité Ouest du terminal Sud il faut parcourir un très long couloir toutefois équipé d'un tapis roulant quasiment sur le toit de l'aérogare pour regagner la salle d'arrivée.

Au bout de ce couloir, on arrive en zone publique, juste à côté du Mc Donald's connu pour sa terrasse …
photo PA120849

… avant d'emprunter un escalator qui arrive à côté des comptoirs d'enregistrement au niveau 1 situés à proximité de la salle de livraison des bagages, entre guillemets car aucun mur de sépare la zone publique de la salle des arrivées Schengen.


C'est un fait que je trouve surprenant et que je n'ai pas vu dans un autre aéroport international, par conséquent tout le monde à accès aux bagages des passagers mais j'imagine que c'est surveillé.
photo PA120853

Attente des bagages pendant 10 minutes (livraison à 20h52) mais ma valise arrivera rapidement car il y avait peu de valises enregistrées sur ce vol, EasyJet étant une low-cost quoi de plus normal.
photo PA120850


C'est la fin de ce récit qui, même s'il relate un vol banal avec EasyJet, j'espère vous a plu.

Merci de m'avoir lu et à bientôt pour d'autres vols que je souhaite plus intéressants ! Aufwiedersehen und bis Bald !

Flight94 - 2013, Tous droits réservés.








Afficher la suite

Verdict

EasyJet

3.4/10
Cabine4.0
Equipage4.5
Divertissements2.0
Carte payante3.0

Berlin - SXF

6.4/10
Fluidité7.5
Accès6.5
Services3.5
Propreté8.0

Paris - ORY

7.8/10
Fluidité7.0
Accès8.0
Services8.0
Propreté8.0

Conclusion

En conclusion un vol banal et tranquille sans trop d'intérêt avec une compagnie low-cost qu'est easyJet. Ce vol fut néanmoins fatiguant et le gros point noir réside dans la façon dont les passagers sont traités à l'aéroport. Ces premières expériences avec EZY se révèlent convaincantes même si le plaisir de voler n'est pas forcément au rendez-vous.

NOTE DE LA COMPAGNIE : Prestations correctes pour un vol d'un point A vers un point B.

Confort de la cabine => 4/10, j'estime que le siège EasyJet est hyper inconfortable, non inclinable, dur avec des mousses et plastiques de très mauvaise qualité, le pitch satisfaisant mais toutefois limité surtout quand on a un sac à dos sous le siège devant soi. Par ailleurs même si les nouveaux habillages cabines Airbus sont appréciables, je trouve les tons de la cabine bien ternes et les sièges plutôt démodés.

Le passage brutal de l'éclairage de la cabine en mode nuit en mode toutes lumières allumées n'est vraiment pas bien surtout pour trois minutes avant l'atterrissage qui doit s'effectuer avec une faible intensité lumineuse.

Je pénalise easyJet pour l'inconfort de son système d'embarquement qui est franchement insupportable et mensonger, non la porte d'embarquement ne ferme pas 30 minutes avant le départ !

Équipage => 4,5/10, absent pendant tout le vol, juste bonjour et au revoir dénué d'expression et de sourire, sinon les PNC passaient leur temps dans le mini-galley à la vue des passagers entrain de rire et de parler de n'importe quoi, et ce même pendant le service qui s'est fait sans motivation, surtout pour le passage de la boutique et pourtant dans les reportages on nous dit que la casquette commerciale est primordiale chez EZY. On ressent le stress de l'équipage quand l'embarquement traîne également. Par contre le point positif est que l'équipage étant basé à Paris était francophone et a pris la peine de faire les annonces d'arrivée au contraire du vol aller en annonce automatique alors que le PNC était francophone également.

Carte payante => 3/10, le choix du bistro est assez fourni ainsi que la boutique (montres, parfums, gadgets pour enfant) cependant c'est très cher pour la quantité/qualité.

Divertissement (IFE, presse, ...) => 2/10, inexistant, à part les magazines de bord qu'on a pas le droit d'emporter ou les annonces fantaisistes nous invitant à redresser le dossier du siège !

Ponctualité => 10/10, départ en avance d'une minute à 18h49 et arrivée en avance de dix minutes à 20h30 mais cette très bonne ponctualité est relative car sur Paris-Berlin easyJet prévoit 1h50 porte à porte alors que le temps réel est estimé à 1h30/35 minutes comme le prévoit Air France.
Finalement côté ponctualité, ce n'est pas une grande surprise les compagnies gonflant les durées pour avoir des marges de manoeuvre, la seule chose qu'on pourrait reprocher est le fait d'avoir commencé l'embarquement 10 minutes après sa fermeture mais le monde n'attend pas ^^.

NOTE DE L'AÉROPORT DE DÉPART : Aérogare inconfortable à l'aménagement qui répond aux besoins de compagnie comme easyJet, principal opérateur de SXF.

Fluidité des contrôles => 7,5/10, passage du PIF en dix minutes ce qui est assez long pour un aéroport comme SXF alors qu'il n'y avait pas trop d'affluence, cependant le personnel était nombreux et répartissait les passagers entre les différents filtres. Par contre contrôle des cartes avant d'arriver en salle de pré-embarquement très long, il n'y avait qu'une seule agente pour la réalisation de cette fonction.

Accès et parkings => 6,5/10, l'aéroport est excentré de Berlin, avec le S-Bahn du centre il faut compter plus d'une demi-heure, attention si vous n'avez pas un titre de transport pour la zone C. La gare est bien éloignée de l'aéroport et le temps de marche est conséquent de même à l'intérieur de la gare avec de nombreux plans inclinés souterrains. Néanmoins les parkings sont nombreux et proche du terminal.

Services et animation => 3,5/10, le service est minimal mais comme l'aéroport est équipé en fonction des besoins de Ryanair ou easyJet, cela correspond à un modèle économique. Zone publique minimaliste avec deux pauvres boutiques qui ne sont pas bien fournies, éclairage blafard au néon, peu d'ouvertures sur l'extérieur, longs couloirs dénudés, signalétique simple mais illisible, cheminements très longs avec des escaliers en colimaçons et stockage des passagers dans des couloirs et des salles minuscules sans sièges style hangar.
Cependant il y a une grande boutique duty-free ainsi que quelques bars en zone airside mais rien de transcendant, et comme partout en Allemagne présence d'une terrasse.

Propreté générale => 8/10, ensemble propre et murs blancs et malgré l'utilisation de matériaux comme la tôle ou des briques.

NOTE DE L'AÉROPORT D'ARRIVÉE : Bien qu'Orly-Sud soit d'un autre temps, des efforts sont fait pour rendre ce terminal agréable.

Fluidité des contrôles => 7/10, je note à l'aller où nous avons passé le contrôle en une quinzaine de minutes, c'était à la limite de la saturation.

Accès et parking => 7,5/10, accès en voiture aisé par l'A106 me concernant, par contre il n'y a plus de dépose minute pendant les travaux ce qui oblige de rentrer dans le P1 en sous-sol avec 20 minutes gratuites mais le temps de descendre dans le sous-sol, trouver une place etc, le prix grimpe facilement et ce n'est pas donné. Accès aux comptoirs easyJet déroutant.

Services et animations => 8/10 Nombreuses boutiques variées et services en ligne d'ADP performants cependant là encore les cheminements sont un peu complexe et longs surtout à l'arrivée mais présence de tapis roulants.

Propreté => 8/10, ensemble propre et bien tenu avec de nombreuses vitres et signalétique claire, murs colorés ...

Informations sur la ligne Berlin (SXF) Paris (ORY)

Les contributeurs de Flight-Report ont posté 4 avis concernant 1 compagnies sur la ligne Berlin (SXF) → Paris (ORY).


Pratique

La compagnie qui obtient la meilleure moyenne est EasyJet avec 6.6/10.

La durée moyenne des vols est de 1 heures et 48 minutes.

  Plus d'informations

18 Commentaires

  • Comment 90565 by
    Numero_2 SILVER 9057 Commentaires

    Merci pour ce FR qui décortique à merveille le produit Easyjet.
    Force est de constater que celui-ci, à l'instar d'autres low cost, reste très moyen et que le rapport qualité-prix des billets n'est pas toujours à l'avantage du pax.

    • Comment 282897 by
      Flight94 AUTEUR 1961 Commentaires

      Merci pour votre lecture de ce récit attentive,

      En effet c'est peut-être une des premières fois que je n'ai pas pris de plaisir à voler, c'est du transport quoi ... D'autant plus que l'aéroport de Berlin-SXF n'est pas des plus agréables.

  • Comment 90581 by
    TITI777 2353 Commentaires

    Merci pour ce bien agréable à lire ;-)

  • Comment 90582 by
    TITI777 2353 Commentaires

    Merci pour ce beau FR agréable à lire ;-)

  • Comment 90606 by
    Aplane 278 Commentaires

    Merci pour ce FR très complet et agréable à lire! :)
    J'ai effectué il y a 3 ans ce même vol avec EZY et il est vrai que Schonefled n'est vraiment pas sympathique comme aéroport! Sinon, un vol avec EZY ça se résume comme vous l'avez dit : c'est du transport.
    En revanche la livraison des bagages en zone publique ça semble une particularité de Orly Sud (pour l'Ouest je ne sais pas) en France...mais c'est commun dans pas mal d'aéroport étranger! (je pense aux USA par exemple ;) )

    • Comment 282912 by
      Flight94 AUTEUR 1961 Commentaires

      Merci pour votre lecture de ce palpitant FR je le reconnais (^^)

      Je suis d'accord avec vous, 'aéroport de Schönefeld n'est pas sympathique d'autant plus qu'assez éloigné du centre de Berlin avec un changement de train, et je n'ai point pris de plaisir durant ce vol qui m'a juste servi à rentrer à la maison.

      Pour la salle de livraisons en zone publique, c'était la première fois que je voyais ça et peut-être qu'il y a d'autres exemples aux USA mais en Europe quid ?

    • Comment 282913 by
      Flight94 AUTEUR 1961 Commentaires

      Merci pour votre commentaire,

      Finalement j'aurais préféré voyager avec notre compagnie nationale, Lufthansa ou même Air Berlin mais là, avec EasyJet, ce ne fut pas une partie de plaisir aussi bien qu'à l'aller qu'au retour.
      Je trouve qu'avec Ryanair on est plus dans l'esprit cheap et low-cost qu'avec easyJet mais bon.

      Vous mettez en relief un paradoxe, pourquoi vouloir presser les passagers à la porte avec des sièges attribués, surtout que les gens ont gardé l'habitude de faire la queue 45-30 minutes avant le départ ...
      En fait ce qui fait rager c'est la mention Boarding until 18h20 ou Last Call qu'on voit sur les écrans alors qu'en réalité l'embarquement n'est même pas commencé ...

      Je pense que si nous voulions arriver à Orly, ça aurait été mieux et plus divertissant de prendre Air Berlin qui décolle de TXL mais côté prix je n'en sais rien.

      À bientôt.

  • Comment 90624 by
    RYRthebest GOLD 1924 Commentaires

    Finalement easyJet vaut largement Ryanair dans le concept de bus avec des ailes. Mais même moi qui ai des goûts cheap je n'ai pas osé voler en orange pour aller à Berlin, je suis resté patriote en volant sur AF !
    Même en ayant laissé tomber le free seating, easyJet arrive toujours à précipiter les gens à la porte avec les annonces de last call mensongères. Mais effectivement s'il y a un pré-embarquement avec scan des BP c'est risqué d'arriver moins de 30min avant le départ.
    Bref, le seul intérêt de ce vol est d'arriver à Orly.

  • Comment 90629 by
    momolemomo GOLD 5552 Commentaires

    Merci pour ce FR :)
    Belle analyse d'Easyjet.

  • Comment 90633 by
    Kilmarnock SILVER 4297 Commentaires

    Merci pour ce récit très intéressant!
    J'ai moi même travaillé pour Easyjet à Nice pendant 4 mois (indirectement), et je suis d'accord pour dire que l'accueil passager n'est pas du tout le point fort de la cie...
    Déjà, il faut savoir que dans beaucoup d'aéroports européens, Easyjet n'a pas de personnel propre basé dans ces aéroports. Les opérations de check-in, d'embarquement etc... sont assurées par un prestataire de service (Aviapartner à Nice par exemple). Je dois avouer que nous ne somme pas très bien formé en étant honnête, principalement sur le tas d'ailleurs. Le 3/4 des agents d'escales de ces prestataires de services effectuent ce job par défaut (Etudiants, 1er emploi, attente pour trouver un autre job etc...).
    Heureusement, il y en a qui aiment l'aérien je te rassure. Bref, toit ça pour dire que cela fait des économies pour Easyjet, mais du coup, l'accueil n'est pas forcément top quoi :/

    Concernant l'embarquement, en effet nous précipitons les passagers à embarquer le plus rapidement possible, en les faisant ensuite patienter dans la passerelle, même si le débarquement du vol précédent n'est pas fini lol
    Comme ça, l'avion a + de probabilité de partir à l'heure, et le prestataire de service ne paiera pas les amendes liés aux retards (qui sont très chères).
    Il est possible de faire les annonces avec une voix humaine, si on est un petit peu fainéant, ou débordé, l'annonce robot est alors privilégiée.

    Aussi bien au check in, qu'a l'embarquement, l'agent d'escale EZY doit faire 30 000 trucs, le plus rapidement possible (Faire les annonces, scanner les BP, faire payer les excédents, jongler entre tout les menus du logiciel de l'ordinateur, parler au Talkie Walkie avec le coordo, poser les questions de sécurité, tout en se faisant engueulé voir insulté par les passagers...) Ce sont parfois des cadences infernales. Donc là aussi cela n'aide pas au bon accueil du passager.

    A bord, en tant que passager, j'ai toujours été satisfait des prestations Easyjet, moi non plus je ne suis pas grand, donc cela aide :)

    J'ai fait récemment un Liverpool-Nice (2h de vol) avec EZY, ce sera l'occasion de mettre mon FR en parallèle avec le tiens :)
    Tu y retrouveras quelques similitudes par rapport à ce FR ^^
    Mais moi en tout cas, j'ai toujours été globalement satisfait d'EZY.

    Merci!
    A+

    • Comment 282919 by
      Flight94 AUTEUR 1961 Commentaires

      Merci pour ta lecture attentive, ça fait plaisir, et merci aussi pour ce commentaire très intéressant ce qui confirme mes impressions suite à ce voyage en plus d'apporter ton expérience.

      En effet à Berlin, la sous-traitance est effectuée par GlobeGround Berlin Gmbh, et le personnel était très sympathique même si on ressent qu'ils ont une réelle pression pour respecter les délais comme tu le dis avec plusieurs tâches simultanément avec des cadences infernales, dur métier.

      Par contre à Orly, je trouve un peu déplacé le fait que l'agente qui effectuait l'enregistrement de ma valise commence à me hurler dessus en me tutoyant même si j'ai que 16 ans. C'est dommage de faire des économies là dessus car la relation qu'on a avec le personnel au sol est souvent la première image du voyage avec une compagnie, mais bon c'est le modèle low-cost qui oblige.

      Ça me rappelle en Juin dernier lors de mon vol CDG-MUC l'agente d'Alyzia qui sous-traite Lufthansa à CDG disant à sa collègue à mon arrivée au comptoir J'en ai marre de travailler ...

      Je comprends mieux les motivations de ce système d'embarquement à la EZY qui est bien connu, mais c'est clair que ça ne donne pas une image positive de la compagnie.

      En définitive comme tu le dis, à bord, les prestations sont correctes (mieux que Ryanair) et je suis dans l'ensemble satisfait.

      Hâte de voir ton FR alors :)

      À bientôt et merci !

  • Comment 90646 by
    lagentsecret SILVER 10503 Commentaires

    Merci pour ce FR

  • Comment 107650 by
    grx.aviation 18 Commentaires

    Quels souvenirs..... SXF.....

    Merci pour ce FR

Connectez-vous pour poster un commentaire.