Avis du vol Norwegian Oslo New York en classe Economique

Compagnie Norwegian
Vol DY7001
Classe Economique
Siege 17D
Avion Boeing 787-8
Temps de vol 08:00
Décollage 22 Oct 13, 21:25
Arrivée à 22 Oct 13, 23:25
DY   #11 sur 24 Compagnies low-cost Un minimum de 10 flights-reports sur les deux dernières années est nécessaire pour apparaitre dans le classement. 85 avis
LUCKY LUKE
Par GOLD 19403
Publié le 1 décembre 2013
Bonjour à tous les FRistes !

Encore un novice qui s'adresse à vous avec un 1er FR. Ayant découvert flightreport tout à fait par hasard sur la toile il y a quelques jours, j'ai constaté que bon nombre de reportages récemment publiés émanaient de nouveaux membres, ce qui démontre si besoin en était le bien-fondé de ce site, dont je salue et félicite au passage l'équipe managériale.

Quel plaisir en effet de partager une passion commune, celle de voyager par avion ! C'est en tout cas le hobby auquel je me consacre depuis plus de 30 ans, avec bientôt 7.500 vols à mon actif sur avion de ligne, tous en tant que passager (je ne suis pas navigant), aux quatre coins de la planète…

Comme tout spotter qui se respecte, mon intérêt a toujours été de prendre des types d'avions et des compagnies différentes. De ce fait, mon flight log comporte un certain nombre de vols spéciaux, à bord de types d'avions rares ou en voie de disparition, dont j'ai pris note qu'ils n'entraient pas tout à fait dans le cadre de ce qui est recherché sur flightreport, à savoir des vécus de passager lambda pouvant servir de critère de choix à d'autres passagers pour leurs futurs voyages aériens.

Je vous ferai donc grâce du récit de mes expériences plus ou moins récentes en L-1049 TWA Save-A-Connie, DC-7 Eastern Air Lines Historical Flight Foundation, DC-3 Martinair Dutch Dakota Association, Ju-52 Ju-Air, Lisunov-2 Malev Sunflower, DH.104 Dove LTU Classic, pour ne citer que quelques exemples, et me bornerai à publier des FR relatifs à des vols réguliers, de manière à rester dans le domaine commun à ce site.

Par avance, je vous prie de m'excuser pour le crédit photo pas toujours très abondant dès lors qu'il sera question de FR antérieurs à ma découverte de flightreport. Les images correspondantes aux FR des mois et années passés sont effectivement des archives de souvenirs personnels et non des photos prises dans le but d'effectuer un reportage complet, mais c'est promis, à partir de maintenant, mes FR de vols à venir seront aussi garnis en photos que ceux que j'ai pu apprécier en parcourant le site.

Voilà pour les présentations, et place maintenant à ce 1er FR, dont j'ai vérifié au préalable que le binôme type avion/compagnie constituait une nouveauté sur flightreport : B787 Dreamliner de Norwegian. Expérience récente d'un véritable vol low cost long courrier, un cas d'espèce s'il en est, puisque les tentatives dans ce modèle n'en sont qu'à leurs débuts. Bien longtemps après LAKER et PEOPLEXPRESS, seules quelques compagnies comme AIR ASIA X, SCOOT, notre française XL AIRWAYS et maintenant NORWEGIAN se lancent à l'aventure pour s'imposer par le seul prix en long-courrier, quitte à dépouiller leur produit jusqu'au strict minimum.

Sans surprise, le web est l’atout maître de la distribution de Norwegian, bien que la compagnie soit aussi distribuée via les GDS, notamment Amadeus. Mon billet a été acheté sur le site de Norwegian vingt jours à l’avance pour la somme de 240€ TTC aller simple en classe éco, baptisée « standard », sans aucun des suppléments proposés au moment de l’achat en ligne : bagages de soute à 25 €/pièce (sinon c’est le double à l’aéroport), pré sélection du siège à 25€ (pas de supplément pour les issues de secours) et repas puis collation servis à bord (31,90€). Un « package » regroupant les trois items est proposé en ligne à 51,50€, au lieu de 81,90€ si l’on additionnait les trois pris séparément. La classe avant, baptisée « premium », propose en plus du confort (voir plus loin) tous les items précités sans supplément. Elle était à ce moment-là disponible au tarif de 675€ TTC aller simple.
photo 1

Mon voyage a débuté en début d'après-midi à Paris CDG1, à bord d'un banal B737-700 SAS, parti à l'heure et arrivé à Oslo l'heure, soit à 16h15, ce qui me laissait en théorie 1h45 pour ma correspondance vers New York avec Norwegian, sans bagages en soute.
photo 7433 01photo 7433 02

Sur les vols long-courrier Norwegian, l’enregistrement sur internet n’est pas prévu, de même qu’il n’a pas été possible de rester en zone de transit pour s’enregistrer à un hypothétique comptoir « correspondances » de Norwegian. Tous les passagers doivent être enregistrés en zone publique.
photo 01

L’enregistrement général est lent, avec 4 banques ouvertes seulement qui semblent banalisées (visiblement pas de banque dédiée « premium »), armées par des agents de la société de handling qui assiste Norwegian (Oslo est pourtant la base principale), sans aucune présence de quelqu’un de la compagnie malgré un retard annoncé de 2 heures et 20 minutes.
photo 02

Le choix de la place n’est pas proposé aux passagers n’ayant pas pré-réservé leur numéro de siège à 25€ sur internet mais en insistant un peu, il a été possible d’obtenir un couloir aussi près que possible de l’avant de l’avion.
photo 2

En raison du retard, un voucher sommaire, prétentieusement dénommé « meal voucher » alors que sa valeur de 75NOK permet tout juste d’acquérir un café et un muffin, est remis aux passagers. Détail intéressant : ce voucher indique la raison du retard : « Late arrival due previous technical issues ». Du pain béni pour ceux qui comptent faire une réclamation et obtenir un dédommagement : pas de débat possible sur la responsabilité de la compagnie à propos du retard, c'est tout tranché !
photo 03

En effet, l’appareil basé Oslo « tourne » depuis 48h avec des retards allant de 2h à 4h en raison d’un enchaînement de rotations trop tendues (3 Bangkok et 4 New York par semaine), sans aucune possibilité de croisement puisque pour l’instant un seul B787 est en exploitation dans cette compagnie. Le deuxième B787 qui a été réceptionné cet été par Norwegian est en effet reparti chez Boeing en septembre pour des réglages qui semblent durer plusieurs semaines. C’est un A340 Hi Fly qui assure son programme à partir de Stockholm, avec une découpe de rotations identique à celle du B787 basé Oslo. Très ambitieux pour une flotte aussi réduite. Un retard de quelques heures en début de semaine se répercute en cascade sur tous les vols durant les jours suivants.

Les passage du PIF commun aux départs Schengen et non Schengen, puis de la PAF s'effectuent sans délai. L'attente dans la zone de départ internationale de l'aéroport d'Oslo va être d'autant plus longue que le retard va s'aggraver à mesure que le temps passe, et, force est de reconnaître que la consommation du fameux voucher à 75NOK ne va pas permettre de se divertir longtemps… L'avion arrive finalement à son parking à 19h30 en provenance de Bangkok, soit 1 heure et demie après l'heure à laquelle il était supposé être reparti vers New York, mais aucune annonce n'est faite en salle d'embarquement, ce qui conduit une bonne centaine de passagers à se lever pour commencer à faie la queue comme si l'heure annoncée de départ à 20h20 pouvait être tenue, ce qui est bien entendu impossible quand on sait ce qu'implique en termes de traitement sol l'exécution d'un demi-tour d'un gros porteur, avec tout le respect que je dois à la réputation des scandinaves pour leur prétendues rigueur et organisation…
photo 05

Ce n'est qu'à partir de 20h00 que l'affichage en porte d'embarquement est modifié pour annoncer un départ à 21h00, soit avec trois heures de retard, ce qui s'avère en effet un minimum vu les délais accumulés jusque là.
photo 04

A 20h40, deux agents arrivent enfin en porte et lancent immédiatement l'embarquement en vrac, sans faire respecter une quelconque priorité liée au statut des passagers (classe premium ou standard) ni à leur qualité (familles, personnes âgées, etc.)
J'attendrai sagement que la foule soit passée avant de me joindre aux derniers passagers embarquant, la fameuse heure de départ estimée à 21h00 étant alors dépassée.

photo 06photo 08photo 09

Une énorme surprise à l’arrivée à bord : à l’exception de la chef de cabine scandinave, tout le PNC est thaïlandais ! Il faut savoir que Norwegian n’a pas intégré son secteur B787 sous sa licence d’origine, sous laquelle sont exploités ses B737. Le long-courrier est « hébergé » dans une filiale ad-hoc, baptisée Norwegian Long Haul, pour des raisons économiques que l’on devine aisément. Il est probable que le PNC thailandais, qui doit être débutant vu sa moyenne d’âge très faible, est basé à Bangkok, qu’il est hébergé dans des structures « à minima » (deux hôtesses par chambre, hôtels 2 étoiles, etc) en Scandinavie et aux USA, qu’il est payé en Baht à des salaires typiques de low cost asiatique, tandis que le PNT (annonces CdB avec fort accent British) n’est en rien lié à celui de Norwegian secteur B737.
L’exploitation des B787 sous immatriculation irlandaise facilite sans doute bien des choses.

La cabine de ce B787 est composée de 32 sièges classe « premium » et 259 sièges classe « standard ».

- classe « premium » à 7 de front en 2+3+2 . Sièges apparemment très larges et confortables, semblant s’incliner assez généreusement, avec une extension de l’assise et un large repose pieds. IFE en tablettes mobiles insérées dans les accoudoirs.
photo 17


- classe éco (pitch 31 pouces) à 9 de front en 3+3+3. Sièges comportant un petit repose-tête ajustable. Confort de l’assise et du dossier très acceptables malgré la haute densité. Ecran IFE fixe dans le haut du siège de devant.
photo 16photo 15


Sellerie cuir gris clair dans les deux classes. Prises individuelles.
Belle harmonie de couleurs grises et rouges dans toute la cabine, avec éclairage « sky interior » à luminosité variable. Chauffage par le sol au niveau des galleys et des toilettes, énormes racks à bagages centraux et latéraux, état cabine impeccable.

Dans la pochette du siège, on trouve uniquement la fiche consigne de sécurité et le magazine de bord de Norwegian (« N by Norwegian ») qui est l’édition classique également en lecture sur moyens courrier et qui décrit sommairement le produit vol de la compagnie. Détail significatif, ce magazine est 100% rédigé en anglais.
La description complète du produit, également dans seule langue, l’anglais, est en fait intégrée dans les écrans vidéo individuels, qui sont uniquement tactiles. Tout équipement annexe a disparu des accoudoirs, qu’il s’agisse du « joystick » classique ou des non moins classiques boutons à pression qui permettaient dans le temps jadis de choisir son canal audio, régler le son, appeler l’hôtesse, etc. Tout est digital, sur l’écran.
photo 10

C’est à partir de cet écran que le passager va pouvoir :
- Se divertir,
- Acheter de la nourriture et des boissons (US$ uniquement)
- Acheter du duty free (US$ uniquement)

La partie divertissement est accessible dès l’embarquement, jusqu’à l’arrivée à destination.
Elle est composée de très nombreux Canaux, parmi lesquels :
- 50 chaînes vidéo, toutes en anglais,
- 88 pistes audio,
- Le mode d’emploi des fiches d’arrivée dans les pays desservis : USA et Thaïlande,
- Un très séduisant programme « suivi du vol » en 3D (produit Betria Interactive), présentant notamment les villes de destination avec des « bonnes adresses » type « where to stay » et « where to eat » sans doute sponsorisées par les hôtels et restaurants concernés.
photo 12

Le départ a finalement lieu à 21h25. Juste après le décollage, le système de vente est activé sur les écrans individuels pour trois articles seulement :
- kit coussin, brosse à dent/dentifrice, masque, bouchons d’oreilles : 25$
- couverture jetable : 5$
- écouteurs : 5$
photo 11

L’achat des écouteurs correspond à celui de l’équipement en tant que tel et non à l’accès aux programmes audio/vidéo, qui est gratuit. On peut en effet brancher ses propres écouteurs (type iPhone Apple) sous l’écran et avoir ainsi accès sans bourse délier à tout le programme de divertissement.

En montée, les annonces faites à bord rappellent le principe qui est clairement décrit dès le processus d’achat sur le site internet de la compagnie : « si vous n’achetez pas votre repas à l’avance en même temps que votre billet d’avion, vous ne pourrez accéder au service de nourriture et de boissons qu’après le service des repas aux passagers ayant commandé à l’avance, et le choix qui vous sera proposé sera limité à des items froids ».

Le service de ces fameux repas achetés à l’avance commence juste après 22h, dès l’altitude de croisière atteinte. Il est extrêmement lent, car le PNC doit bien évidemment distinguer à partir de la PIL (passenger information list) quels sont les passagers qui ont acheté leurs prestations avec leur billet de ceux qui n’ont, à ce stade, droit à rien. Un détail qui a son importance : la vente par écrans étant bloquée à ce moment du service, le passager qui voudrait s’offrir un apéritif ne peut pas le faire, même en complément de son repas acheté à l’avance.

La composition des repas que j'ai pu entrevoir autour de moi est très basique (salade, plat chaud, pâtisserie, pas de pain) et en quantité très réduite, ce qui semble témoigner d’un rapport qualité/prix peu avantageux. Les boissons incluses dans le forfait repas sont soit un verre de vin servi à la bouteille, rouge ou blanc, soit une bière, (canette 33cl), ainsi que de l’eau et du café ou du thé. Tout est servi en un seul passage, sans repasse. Environ deux passagers sur trois ont acheté à l’avance, le tiers restant a soit apporté sa nourriture, soit attend patiemment la fin du service pour espérer voir enfin la gamme de produits en vente à bord devenir disponible sur l’écran.

A la question « vous reste-t-il un repas chaud que je pourrais acheter ?» la réponse a été négative.
Une fois le débarrassage effectué, deux bonnes heures après le départ (à rajouter aux 3h30 de retard, il est alors quasiment minuit) une annonce est faite en cabine pour indiquer que la vente de nourriture et de boissons va (enfin…) commencer, et en effet, quelques instant plus tard, l’icône correspondant s’affiche sur l’écran individuel.

Le principe est simple : le passager fait ses achats sur l’écran, règle par carte de crédit (Amex, Visa ou Master) et cela déclenche un signal dans le galley.
photo 14

Le PNC prépare alors la commande avant de servir individuellement le passager au moyen d’un plateau. Le reçu du paiement est envoyé par e-mail à celui qui aura pris soin de préciser son adresse (réception 48h plus tard).
photo 4

Ainsi, le PNC n’effectue aucune transaction marchande avec le passager, il exécute simplement une commande dont il peut même ignorer le prix. Sans doute Norwegian évite-t-elle tout commissionnement de son PNC en procédant ainsi.

La gamme Buy-On-Board est, comme annoncé sans aucune pudeur, vraisemblablement pour stimuler l’achat de repas à l’avance, très limitée, et ici encore d’un rapport qualité/prix médiocre :
o Salade de pâtes à 11$, boîte type snacking 8$, deux sortes de sandwiches 9$,
o Chips 4$, noisettes 4$,
o Muffin 4$ (en rupture de stock)
o Apéritifs en miniatures et vin 15cl (1 rouge, 1 blanc) 8$
o Bière 33cl (une seule marque) : 7$
o Softs 33cl (5 ou 6 choix possibles) : 4$
o Café ou thé : 4$
Et c’est tout pour 8 heures de vol si l’on n’a pas commandé son repas sur internet !
photo 13

Deux heures avant l’arrivée, le PNC procède au service de la collation auprès des passagers ayant commandé leur forfait repas sur internet. De ce que j'ai pu voir, cela consiste en un ridicule petit sac à lanières de 20x10cm qui contient un mini sandwich, un yaourt, un jus de fruit de 10cl et une mini-viennoiserie, le tout accompagné d’eau minérale servie à la bouteille, café ou thé.
Il est alors encore possible d’accéder au BOB par l’écran, de même qu’aux ventes duty-free qui n’ont jamais cessé d’être disponibles depuis le départ.

Une fois le débarrassage effectué, juste avant le début de la descente, le PNC effectue un passage en cabine « à l’ancienne » de trolleys de duty-free, sur lesquels sont disposés des TPE pour encaissement immédiat. Contrairement au Buy-On-Board, le PNC semble donc être à même d’encaisser les ventes duty-free, et peut-être même est-il commissionné pour cela. Quoi qu’il en soit, la gamme proposée est tellement peu attrayante que les trolleys repartent aux galleys aussi rapidement qu’ils en sont sortis. Il n’y a en effet que 10 produits de possibles :
- Une seule marque de cigarettes, et pas la plus répandue : Prince, à 51$ la cartouche
- Deux alcools en bouteille, une misère pour des scandinaves
- Deux montres à 95$ et 134$, on se demande pourquoi cela représente 20% de l’offre
- Trois sets de maquillage
- Un set de confiserie
- Un jouet

Outre le choix extrêmement limité, on notera l’absence de tout article de merchandising, ce qui est curieux pour une compagnie avec un « branding » aussi marqué que Norwegian.

Le service en cabine prend alors fin, et la possibilité d’acheter par l’écran tactile disparaît dès le début de la descente. En revanche, tous les programmes de divertissement restent accessibles jusqu’à l’atterrissage, ce qui permet notamment de photographier la « preuve » de l’arrivée à destination avec plus de trois heures de retard, à toutes fins utiles pour ceux qui voudraient appuyer une éventuelle demande de dédommagement.
photo 18

A l’arrivée à New York, annonces d’excuses polies du CdB par rapport au retard subi, et débarquement rapide au T1 de JFK, désert à cette heure-là puis passage tout aussi rapide de l’immigration US. Une façon comme une autre de se consoler du retard quand on sait qu'il faut parfois patienter plus d'une heure dans les serpentins de l'immigration US lorsque l'on arrive en même temps que plusieurs autres vols…
A la sortie côté public, le panneau général des arrivées indique pudiquement que le vol était at gate à 23h08, ce qui est en vérité l'heure réelle de l'atterrissage, l'arrivée au parking final n'ayant eu lieu que quinze bonnes minutes plus tard.
photo 19

Je rejoins ensuite Newark en taxi sans le moindre embouteillage, et pour cause vu l'heure tardive, pour une nuit courte à l'Holiday Inn tout proche de l'aéroport, avant de poursuivre le lendemain matin vers Hartford (BDL) en Embraer 170 de United Express, opéré par Shuttle America, avec une vue sympa de Manhattan à travers la brume juste après le décollage.
photo 24
Afficher la suite

Verdict

Norwegian

5.0/10
Cabine5.0
Equipage5.0
Divertissements7.5
Carte payante2.5

Oslo - OSL

6.0/10
Fluidité9.0
Accès5.0
Services7.5
Propreté2.5

New York - JFK

9.0/10
Fluidité9.0
Accès9.0
Services9.0
Propreté9.0

Conclusion

Impression générale globalement positive en dépit du retard. Le produit vol Norwegian Long Haul a été manifestement dépouillé de tout élément superflu afin sans doute de faciliter le travail du PNC et de tenir compte d’un espace dans les galleys qui doit certainement être réduit, car l’absence de choix en matière de Buy-On-Board et de duty free est assez frappant.
La qualité de l’appareil, qui « sent encore le neuf » et la facilité d’utilisation de l’écran tactile où tout est regroupé sont les atouts principaux qui ressortent de cette expérience. Encore faut-il avoir de bonnes bases en anglais pour en profiter, et, bien sûr, que 100% de l’équipement fonctionne, faute de quoi cela doit vite devenir un calvaire.

Pour résumer, on peut émettre des réserves sur certains côtés spartiates du produit, ou tout au moins sur une simplification un peu trop poussée, mais il est clair que le modèle Norwegian qui a prouvé sa vertu en moyen-courrier tente de prendre une longueur d’avance sur toute l’industrie en se lançant de la sorte sur le long-courrier : des avions neufs hyper performants armés d’un IFE dernier cri, des coûts réduits à l’extrême, un produit sans fioritures mais efficace.

Certes, les trois heures de retard ne sont pas agréables mais ce n'est pas une exception en long-courrier. De ce fait, tout jugement de qualité doit être mis en perspective avec le tarif payé : 240€ pour huit heures au dessus de l'Atlantique, ce qui correspond en legacy carrier au plein tarif d'un vol intra-européen ou domestique américain pour une distance dix fois moindre...

Alors, oui, dans ce conditions, Norwegian tient sa promesse de low cost long courrier !

Sur le même sujet

30 Commentaires

  • Comment 94208 by
    verco91 164 Commentaires

    Merci pour cette exclu.
    Il vaut mieux donc tout prévoir à l'avance.
    Le prix du billet ne me semble pas spécialement low cost pour du transatlantique.

  • Comment 94209 by
    momolemomo GOLD 6355 Commentaires

    Merci pour ce superbe premier FR ! :)
    On va voir les résultats de cette division de Norwegian, mais ça à l'air plutôt convainquant si on oublie pas de payer les suppléments à l'avance.

  • Comment 94217 by
    Archi 17 Commentaires

    FR très intéressant.
    Le prix n'est vraiment pas intéressant quand on peut partir de CDG avec bagage, repas et tout pour 50/100€ de plus en A/R. Surtout avec l'équipage thaïlandais, l'avion irlandais sur un OSL-JFK, c'est moyen niveau social...

  • Comment 94221 by
    pititom GOLD 10701 Commentaires

    Merci pour ce premier FR et bienvenu. Enfin, la bienvenue ne s'adresse pas à un novice avec ce tableau de chasse impressionnant :)

    Très joli FR, complet et surtout rédigé avec de nombreuses informations qui le rendent très attractif...comme le prix de ce vol d'ailleurs.

    Ce n'est pas surprenant que tout l'équipage soit Thaï et ils sont en effet basés à BKK ; cela fait partie du calcul de rentabilité de Norwegian. Beaucoup de paramètres ont été intégrés pour réduire les coûts, mais je ne suis pas sûr que cela suffise à trouver la pierre philosophale qui transformera le long-courrier en low-cost. Le prix payé est à mon avis introductif. Ce qui est sûr, c'est que la formule est plus encourageante que celle d'Air Asia X !

    Merci pour le partage et à bientôt pour le 7500ème FR :)

  • Comment 94222 by
    RYRthebest GOLD 2085 Commentaires

    Merci pour ce FR.
    Produit pas très convaincant, retard intolérable, BOB peu varié et hors de prix. Bref, Norwegian est une option à considérer uniquement pour un aller simple, en A/R ça n'a aucun intérêt. Après il y a toujours l'avantage de voler en 787 tout neuf (quand il vole).
    Par contre Norwegian a bien joué avec cette filiale irlandaise employant du personnel thai, quand on voit les salaires délirants pratiqués en Scandinavie.
    Pour avoir testé XL, je préfère cette dernière pour le peu de catering qu'elle offre, mais évidemment Norwegian est au dessus pour l'aménagement de l'avion et l'IFE (qui a le mérite d'être sans supplément si on apporte ses propres écouteurs).

  • Comment 94243 by
    02022001 SILVER 4362 Commentaires

    Excellent premier FR !
    7500 vols?? cela fait 250 par an en 30 ans !

  • Comment 94255 by
    indianocean GOLD 6821 Commentaires

    A ceux pour qui voyager c'est d'aller d'un point A vers un point B, vol intéressant même si les tarifs proposés ne font pas très low cost.
    Mais pour ceux qui comme moi voyager est beaucoup plus que ça, je vais passer mon chemin.
    Merci pour cette découverte.

  • Comment 94260 by
    lagentsecret GOLD 12395 Commentaires

    Merci pour ce 1er FR et bienvenue sur le site

    1h45 de transit avec deux billets différents : vous aimez le risque

    Le prix de 240 euros en AS sur New York ne me semble pas si bon marché que cela sachant qu'il faut rajouter le feeding flight pour OSL

  • Comment 94267 by
    GRMY 1815 Commentaires

    Merci pour ce FR et bienvenue.

  • Comment 94279 by
    KL651 4491 Commentaires

    Bienvenue et merci pour ce 1er FR.
    Nous sommes quand même plusieurs FRistes à être passionnés par les avions et leur rareté ou leurs spécificités techniques voir par ex mon récent FR en MD11 :-p
    A 240€ l'aller simple, soit 480€ l'a/r hors bagage, Norwegian n'est pas si intéressante puisqu'on trouve régulièrement ce tarif sur différentes compagnies legacies entre Paris et NYC.
    Les offres d'achat groupé repas/bagage/présélection de siège sont en revanche très intéressante par rapport aux prix individuels de chacune des options.
    De même, le fait de délocaliser une partie des équipages en Thaïlande est un peu choquante, même si on comprend l'intérêt quand on connait le niveau de vie norvégien.
    A bientot pour de nouveaux reportages.

  • Comment 94284 by
    PAT62 4977 Commentaires

    Un premier FR trés interressant
    Expérience très bien relatée, le produit est vraiment à minima
    En regard du prix payé le rapport n'est pas dés plus interresant mais
    comme indiqué dans votre introduction votre but est de chercher les nouveautés et à
    priori votre tableau de chasse est impressionant
    Par contre l'aspect PNC Thailandaises employées pour ne pas dire exploitées à la limite
    du droit du travail me rebute un peu
    Merci pour ce FR, bienvenue à bord et à bientôt pour d'autres FR !

  • Comment 94301 by
    SKYTEAMCHC GOLD 8232 Commentaires

    Merci pour ce FR sur un appareil qui est encore rare ! L'avion est bien et les cabines ont des jolies couleurs mais c'est vrai que l'économie à l'air serrée ! Le produit ne m'attire pas car si l'on rajoute les repas les oreillers etc. pour un minimum de comfort cela n'est pas au final si intéressant. Il faudrait s'en tenir à la version de base mais dur dur ! Dur 3 heures de rtard ! En revanche je comprends que tu ai fait ce trajet par passion et pour essayer de compléter ton expérience de fan d'aviation. J'ai dejà fait des trajets bizarres pour essayer une nouvelels compagnie ou connaitre un nouvel aéroport ! Le coté équipage thaillandais me gène beaucoup car c'est une forme d'exploitation de personnes vivant dans des pays en développement. Cela permet certes d'avoir des prix bas mais au détriment de l'emploi en europe. De plus en cas de problème médical est on sur que ces PNC soient aussi bien formés et surtout ai la capacité d'échanger de façon suffisamment compréhensible avec les passagers ? En tous cas excellent Fr très agréable à lire.

    • Comment 284886 by
      Archi 17 Commentaires

      Bha oui c'est bien connu, la France est un pays du tiers monde avec l'un des IDH les plus faible du monde. Qu'est ce qu'il faut pas entendre...

    • Comment 284894 by
      Papoumada SILVER 5895 Commentaires

      S'il est un fait que la France s'appauvrit pendant que la Thailande émerge, il faut être bien sot pour jouer au petit triomphateur : BKK est la vitrine en pleine expansion d'un pays qui ne parvient pas à faire décoller ses zones provinciales et rurales. En conséquence, une population dramatiquement pauvre vient chercher à survivre dans les bidonvilles de la capitale et trouve le mépris de la partie de la population qui s'en sort de mieux en mieux par son travail. On a là l'une des conditions de la dramatique instabilité politique et sociale du pays. A quoi s'ajoute une incapacité à accepter le jeu démocratique pour qui est dans l'opposition : cela donne les périodiques tensions entre jaunes et rouges, élites et peuple.

      Difficile de parler de chômage dans un pays où une partie non négligeable de l'économie est encore informelle.

      Il faut donc raison garder. Ne serait-il pas idiot d'écrire que la France est le pays de la concorde politique et sociale et du progrès permanent ?

    • Comment 284901 by
      Archi 17 Commentaires

      Je suis évidemment d'accord que la France n'est pas le pays du progrès permanent mais je pensais que THAI-THAI comparait réellement le niveau de développement de la France et la Thaïlande, je répondais à ça. Au vu de ses autres commentaires, j’ai compris que c'était un troll.

  • Comment 94303 by
    LUCKY LUKE GOLD AUTEUR 2702 Commentaires

    Un grand merci pour vos commentaires et vos encouragements. C'est très apprécié. Petite précision à propos du tarif : s'il est en effet courant de trouver des A/R Europe-NY à moins de 500€ sur n'importe quelle compagnie, je ne suis pas sûr que ce soit aussi évident pour un aller simple à moins de 250€, en tous les cas au départ de Scandinavie pour ce que j'ai pu voir sur divers sites comparateurs. Le modèle low cost a permis une révolution tarifaire en Europe en y introduisant des tarifs aller simple très réduits, c'est au minimum ce que l'on peut attendre de sa mutation vers le long-courrier où il est encore rare de voir des prix aller simple compétitifs. Et pour certains fanas d'aviation qui aiment bien changer souvent de compagnie, de type d'avion et d'aéroports de départ et de retour, c'est un plus incontestable :-) Merci encore de la pertinence et de la qualité de vos messages, et à bientôt pour de nouveaux FR !

  • Comment 94312 by
    marathon GOLD 9566 Commentaires

    Le sens d'observation du moindre détail d'organisation est parfaitement cohérent avec la présentation en introduction.
    La longueur du service me semble telle qu'il doit être difficile de dormir si on le souhaite.
    Merci pour ce récit et bienvenue parmi les contributeurs !

  • Comment 94321 by
    Durian 1171 Commentaires

    Merci pour ce FR ! Le service low cost est pousse a l'extreme et s'applique au sol egalement avec Norwegian. Comme d'autres l'ont note et vous aussi en reponse, 240 euros peut etre un bon prix compare au cout de la vie en Europe du Nord, mais pour le reste de l'Europe, c'est sans interet je trouve, surtout si on ajoute le prix, le stress et le temps d'une connexion.

  • Comment 94325 by
    TimMahad72 58 Commentaires

    LA NOURITURE PAYANTE -_-!! OH MON DIEUX

  • Comment 94330 by
    Papoumada SILVER 5895 Commentaires

    Tout d'abord, merci pour ce magistral FR riche en informations. Un premier opus d'un auteur déjà confirmé.

    Si le voyage en avion doit correspondre à celui en RER -avec une place assise toutefois- l'offre DY a du sens. Bien qu'il faudrait voir les surcouts liés au pré-acheminement en Scandinavie.

    Si le voyage en avion doit conjuguer déplacement avec un certain plaisir, c'est plutôt raté. Ou alors, il faut voir ce que la premium propose.

    En tous les cas, le modèle Norwegian optimise les différentiels de coûts entre les diverses parties du monde : à court terme cela évite les salaires délirants pratiqués en Scandinavie (RYRthebest) à long terme cela peut participer à la faillite des économies occidentales. Sauf à pense que nous sommes destinés à être pris en charge à bas prix par des gens qui travaillent pour nous...

    Merci pour ce passionnant partage.

  • Comment 94334 by
    Numero_2 GOLD 9930 Commentaires

    Merci pour ce FR et bienvenue. A n'en pas douter la communauté FR gagne un membre passionné et passionnant. :)

    Après lecture assidue de ce FR, je reste encore partagé sur le bien-fondé d'une politique low cost pour des vols LC. Comme d'autres l'ont souligné avant moi, je doute de l'attractivité du concept sur des vols longs (comprenez supérieur à 4h), d'autant plus que le prix s'approche de ceux que pratiquent certaines compagnies legacy si l'on rajoute le prix (et la contrainte !) du feeding flight.
    De plus, autant la politique du billet aller-simple peut être intéressant en Europe, autant cela est à mon avis dénué d'intérêt pour un TATL, à moins que le pax veuille émigrer ! (Et encore il pourra préférer d'autres compagnies ayant une franchise de bagages plus attractive...)

    Sympa le meal voucher qui ne permet même pas de s'acheter une bière au tarif norvégien. :D

    N'hésitez surtout pas à publier quelques pépites de votre collection, en bonus ou en FR si le matériau est suffisant. :)

    @RYRthebest les salaires délirants pratiqués en Scandinavie -> Eh oui il existe encore des pays européens (géographiquement) où l'on peut gagner sa vie décemment. ;)

    • Comment 284876 by
      marathon GOLD 9566 Commentaires

      Le modèle LCC (low cost carrier) marche mal en LC, car les gisements d'économies sont faibles par rapport aux legacy : il est difficile d'améliorer beaucoup le taux d'utilisation des avions, et les tarifs J legacy permettent de baisser leurs tarifs Y.

      En revanche, la vente des billets LC en A/R est un archaïsme à mes yeux. Les LCC européens vendent des allers-simples dans toute l'Europe à des PAX qui n'émigrent pas et qui rentrent quasiment tous chez eux en avion, vues les distances. Cette politique crée une rigidité qui restreint le marché, même si on peut acheter des billets open-jaw.

  • Comment 94393 by
    Leadership TEAM GOLD 4742 Commentaires

    Merci pour ce premier FR passionnant avec une introduction qui envoie du lourd!
    Je suis d'accord avec les commentaires au dessus.

    Par contre, vous dites:
    ce voucher indique la raison du retard : « Late arrival due previous technical issues ». Du pain béni pour ceux qui comptent faire une réclamation et obtenir un dédommagement : pas de débat possible sur la responsabilité de la compagnie à propos du retard, c'est tout tranché !

    Ce n'est pas du tout tranché, pour avoir le droit au dédommagement il faut la cause technique ne soit pas considéré comme circonstance extraordinaire, et c'est la compagnie qui juge de ça (et dans un second temps l'autorité compétente du pays).

  • Comment 94471 by
    jam 2005 Commentaires

    Merci pour ce FR complet et bienvenue ,

    Marrant j'ai vu cet avion pendant 1mois cet été à Nice ,l'équipage était en training avant justement son lancement en LC ,

    Effectivement ,mises à part de prendre le 787 ce vol n'a aucun intérêt ,vu le retard ( super le voucher que l'on vous a donné ,à peine pour un café et un muffin )le catering à bord et la lenteur du service !!

    Par contre la cabine est très agréable ,

    A bientôt

  • Comment 94491 by
    A380B77W 4306 Commentaires

    Merci pour ce très bon FR super complet et bienvenue :)

    Vous expliquez très bien tout le BOB disponible à l'IFE, et les passagers qui ont pré-commandé leur repas, mais je trouve ces procédés compliqué mais surtout, cela provoque une lenteur incroyable du service, sans oublier le catering d'une qualité très pauvre :( C'est pour toutes ces raisons que je déteste le low-cost et encore plus en LC !

    Et comme je ne suis pas fan du 787, ce vol serait un enfer pour moi !

  • Comment 112272 by
    Hcl75 1548 Commentaires

    DY lance JFK et LAX au départ de LGW aujourd'hui. Quelques infos concernant les avions & les PN sont sorties dans la presse. Et ce n'est pas glorieux !

    -> L’enregistrement d’un bagage, le repas à bord, la réservation : tout est payant sur Norwegian. Quant aux équipages, la compagnie à l’origine norvégienne a obtenu une licence irlandaise, lui permettant d’embaucher des navigants sous contrat irlandais, avec un minimum de charges sociales. Norwegian a même recours à des hôtesses thaïlandaises, sous contrat de Singapour, dont le salaire de base, hors primes et intéressement aux ventes à bord, ne dépasserait pas 500 dollars par mois.

    http://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-transport/0203612959667-norwegian-lance-les-premiers-vols-low-cost-entre-leurope-et-les-etats-unis-1020960.php

    (Merci pour ce FR!)

    • Comment 296970 by
      aurel-lil 4213 Commentaires

      Et niveau tarif du billet, ce n'est pas assuré qu'ils soient vraiment plus intéressants que certaines majors !
      Je demande à voir ce que va donner ce modèle, tout comme celui de lacompagnie.com au passage (à quand un FR sur cette dernière ?)

Connectez-vous pour poster un commentaire.