Avis du vol China United Chengdu Beijing en classe Economique

Compagnie China United
Vol KN2917
Classe Economique
Siege 12F
Temps de vol 17:30
Décollage 15 Sep 10, 09:55
Arrivée à 16 Sep 10, 03:25
KN 2 avis
marathon
Par GOLD 2438
Publié le 24 mars 2011
Au sud de Beijing se trouve le purgatoire du voyage aérien chinois : l'aéroport de Nanyuan. Il faut avoir un karma épouvantable pour être relégué là.
La mise en garde dans mon guide de l’expatrié à Beijing (un pavé rarement mis en défaut) était claire, mais c'était plus fort que moi, je voulais voir. Je n'ai pas été déçu du voyage.

L'aéroport de NanYuan est en fait une ancienne base aérienne, exploitée exclusivement par China United Airlines, ex-filiale de l'Armée de l'air chinoise. CUA a été privatisée, mais sa réputation ne s'est pas beaucoup améliorée. Elle dessert notamment des villes où la seule piste se trouve sur une base militaire.

CUA assure aussi une liaison quotidienne avec Chengdu, et j'ai profité de la fin de mon chantier dans cette ville pour choisir le vol KN2927, partant à 9h55 de Chengdu. Enfin, c'est l’horaire qui le dit. Dans la salle d'embarquement, le vol a été annoncé en retard (c'est banal ici), mais un brouhaha assez virulent au niveau du comptoir d'enregistrement m'a incité à allé voir.

photo 5555309028_1136f99db7_b

Le vol KN2927 vers Beijing Nanyuan est retardé en raison d'un problème mécanique de l'avion. Merci d'attendre dans la salle d'embarquement de plus amples informations

photo 5554722195_95e4e4416c_b

Dans ce capharnaüm, arriver à attirer l'attention d'une employée ne parlant pas un mot d’anglais demande de la patience, mais la seule information complémentaire est que meiyou heure de départ (meiyou (没有 = "Il n'y a pas" en mandarin. C'est l'une des premières expressions que l'on apprend sur le terrain).

photo 5555309092_3942161a0e_b

A 11 heures, un passager aveugle est guidé hors de la sortie par une employée, qui me fait signe de les suivre, et en fait c’est la vingtaine de passagers qui ne se sont pas encore évaporés qui suit en troupeau. Nous repassons dans l’autre sens le contrôle de sécurité, et on embarque dans un minibus.

photo 5554721923_e1a6e5c3a6_b

J'espère vainement qu’on nous emmène au terminal 1, mais non, le minibus quitte l’aéroport, le contourne, et finit par s’arrêter devant un hôtel banal d’une banlieue banale.

L'aveugle dans le hall de l'hôtel.
photo 5555308970_aa2f1796c2_b

11h30 : des plateaux repas arrivent dans le lobby, identiques et aussi médiocres que ceux qui m'ont mal nourri sur le chantier. Va-t-on devoir passer la nuit et prendre le vol du lendemain ?
photo 5554722277_7873641465_bphoto 5555309778_e99976fd72_b

Non, les bagages n’ont pas suivi, mais CUA a loué des chambres pour nous faire attendre au calme. En France, cet hôtel serait un 2 étoiles, modeste mais correct.
photo 5555309644_f1aba302f6_b

Chacun, ou chaque couple, reçoit une clé de chambre pour se reposer. Les chambres sont d’ailleurs très calmes, la seule chose qui manque étant une connexion internet, mais avec un PC, un téléphone et une prise de courant, je peux travailler n'importe où.
photo 5554722695_2b1cdd23dd_b

Notez que dans cet hôtel, il est interdit de faire du jaune.
photo 5554722327_5a1537d5d7_z
(la couleur jaune, en chinois, désigne la pornographie, et ici, c'est un euphémisme pour interdire la prostitution)

14h00 : mes voisins vont aux nouvelles, et m'annoncent qu'on repartira à 20h.

16h00 : les occupants temporaires des chambres voisines les quittent (On va aux nouvelles) et je les suis par prudence. Des nouvelles, il n’y en a guère, sauf qu'on partira effectivement à 20h : le minibus ou l’avion? je n’ai pas bien saisi, et c'est la première hypothèse qui s’avèrera la bonne.

L’aveugle avait été convoyé vers une destination inconnue par une employée, mais entre temps, j’ai sympathisé avec un couple et la mère de Madame, malgré la difficulté de la communication, tant leur accent en mandarin est difficile à décoder. Rien d’étonnant, car ils sont de l’extrême sud de la Chine : dans le Yunnan, le Xishuangbanna est cette superbe région tropicale frontalière du Laos et de la Birmanie, où les minorités sont majoritaires. Cette sympathique personne âgée porte le costume des Hani (à ne pas confondre avec les Han, qui constituent 94% de la population chinoise). Sa haute coiffe noire allait m’être bien utile, car elle marchait un peu lentement, ne fit qu’un bref tour dehors pour prendre l'air, et était repérable de loin.
photo 5554721785_ab06231e4d_b

Craignant par-dessus tout de mal comprendre une information et d’être laissé en rade, je reste en permanence à proximité d'elle, sachant qu'elle ne serait pas oubliée par ce couple maîtrisant avec calme la situation. Ce n’est pas très reposant, car les Chinoises tuent le temps en parlant très fort, mais je joue la sécurité.

Le minibus partira de l'hôtel à 20h03, retour à la même salle d'enregistrement où je continue de coller l’aïeule à la coiffe noire. Au comptoir d'enregistrement, il faut remplir nom et prénom et numéro de siège sur une feuille de papier pour justifier des 200 yuan qui sont remis à chaque passager de l’autre côté de la porte, à titre de dédommagement.
photo 5555309848_0ccaccac1c_b

Evidemment, l'avion n'est pas au contact. Au premier plan, cette passagère envoie un peu prématurément un SMS du genre ça y est, on va partir.
photo 5554723569_c835782773_b

21h10 : on monte enfin dans un avion. Celui de CUA devait avoir un vraiment gros problème mécanique, car CUA a loué un appareil auprès de China Eastern, dont l’équipage commercial sera celui de CUA. Dans ce genre de situation, on ne peut pas faire la fine bouche, et le B737-800 immatriculé B-5473 n’est pas le fleuron de la flotte de China Eastern.
photo 5555310498_4dccdb9480_b

C’est même le plus mauvais du jour, car après avoir attendu une bonne demi-heure pour cause de contrôle aérien (C'est sûr, le créneau de décollage s'est évaporé depuis longtemps?), l'appareil s’ébranle à 22h00? pour faire cinquante mètres guidé par du personnel au sol et s’immobiliser.

La raison tombe : cet avion a lui aussi un problème mécanique, et merci de votre compréhension. D’ailleurs, ça commence à s’activer à l'intérieur du réacteur gauche, un CFM franco américain (CFM, the power of flight clame le logo).
photo 5554723691_df732d788a_b

Même cause, mêmes passagers, même ton qui commence à monter vraiment très fort dans la carlingue. (Rappel : il y a cinq tons en mandarin, dont un ton haut que les Chinois savent monter plus haut dans les octaves et les décibels que ne pourra jamais le faire un étranger). Les PNC assurent vaillamment dans une situation difficile.
photo 5555310378_0c7605b70c_bphoto 5555310210_d8972f4460_b
Le steward va au charbon, ou plutôt monte l’allée, pour dialoguer d’une imperturbable voix douce et sereine avec le passager le plus virulent. Cette hôtesse de l’air, au mandarin d’une diction canonique (ça me change des Sichuanais), parachève le travail avec un inamovible sourire d’hôtesse de l'air, sur le thème nous sommes chargés de votre sécurité, et nous ne pouvons pas faire d’impasse à ce sujet.
photo 5555310000_6128dfd2b9_b

Ca se calme ; les hôtesses qui d’habitude n'aiment pas trop être photographiées ferment les yeux pour une fois à ce sujet, demandant quand même courtoisement au Yunnanais d’arrêter de filmer
photo 5554723065_3584baf6c1_b
Lequel regarde ici au premier plan le film de ses aventures avec belle-maman.
photo 5555310310_8a97835da1_b

La réparation s'achève, et les hôtesses passent dans l’appareil pour demander à chacun de présenter sa carte d'embarquement, pour pointer encore une nouvelle liste? et remettre à nouveau 200 yuan à chacun à titre de dédommagement pour le retard supplémentaire.
photo 5554723621_810bc432bf_b

Un futur FRiste doit toujours an-ti-ci-per, et avant que le capot du réacteur ne soit refermé, j'immortalise ZE winglet pour les générations futures.
photo P1360946a

Et enfin à 0h09, soit avec 13h14? de retard sur l’horaire, le vol KN2927 s?élance sur la piste de l'aéroport de ChengDu ShangLiu. Le vol en lui-même sera d’une grande banalité, la chef de cabine fait tous les topos habituels y compris la publicité pour le programme de fidélité de la compagnie pour finir par la phrase standard We hope to see you again soon.

C'est enfin à 02h26 que j'ai vu pour la première fois (et pour le moment la dernière) un avion de la CUA, et même trois d'un coup.
photo 5555308846_ffa3ea24ec_b
Mon bagage arrive 3 minutes plus tard, et les cars navette pour le centre ville attendaient devant le petit terminal. Il est 3h du matin bien sonnées quand j’arrive à mon appartement, soit plus de dix-neuf heures après mon check-out de l'hôtel à Chengdu. Je ne sais pas ce que j'ai fait dans ma vie antérieure, mais je crois que j'ai purgé une bonne partie de mon karma sur ce coup là.

PS : Cela aurait pu être pire : le vol CZ6402 de 07h45 pour Shenyang n'avait pas encore embarqué à 22h.
photo 5555309916_0e534413e3_b

2°PS : 400 yuan de dédommagement, cela fait à peu près (1 yuan = 0,11 euro, environ à l’époque) :

- 30 yuan par heure de retard sur l'horaire
- La moitié du prix du billet
- Presque la moitié du salaire mensuel d'un ouvrier non qualifié
Afficher la suite

Verdict

China United

6.5/10
Cabine8.0
Equipage10.0
Divertissements5.0
Restauration3.0

Chengdu - CTU

9.2/10
Fluidité10.0
Accès8.0
Services9.0
Propreté10.0

Beijing - NAY

8.4/10
Fluidité10.0
Accès6.5
Services7.0
Propreté10.0

Conclusion

Si vous avez lu ce FR jusqu'au bout, vous savez que vous appartenez à l'une des deux catégories suivantes de voyageurs :
- Soit celle de ma prof de chinois, à laquelle j'ai évidemment raconté mes aventures, qui m'a chaleureusement remercié de l'avoir mise en garde, car elle pensait profiter des tarifs particulièrement attractifs de CUA,
- soit celle des baroudeurs, qu'on envoie sur des chantiers en Chine et qui en redemandent, et qui ne ratent pas une occasion de sortir des sentiers battus.

A bientôt sur les lignes de CUA !

Sur le même sujet

8 Commentaires

Connectez-vous pour poster un commentaire.