Avis du vol Brussels Airlines Geneva Brussels en classe Economique

Compagnie Brussels Airlines
Vol SN2712
Classe Economique
Siege 13D
Avion Airbus A320
Temps de vol 01:09
Décollage 25 Jui 23, 08:27
Arrivée à 25 Jui 23, 09:36
SN   #85 sur 95 Compagnies Un minimum de 10 flights-reports sur les deux dernières années est nécessaire pour apparaitre dans le classement. 269 avis
Ticou
Par 285
Publié le 19 février 2024

introduction et genese du voyage


Bonjour à toutes et à tous,

Très content de vous retrouver après plusieurs mois d'inactivité dans mes reports, même si j'ai passé quelques heures dans les airs durant l'été. Malheureusement, je n'ai pas vraiment trouvé le temps plus tôt pour venir vous conter mes voyages. Ne désirant pas bâcler mes récits, j'ai préféré attendre d'avoir l'opportunité pour le faire correctement.

A la fin du mois de mai 2023, et en prévision d'une semaine de vacances à venir en juin, j'ai soudainement eu envie de partir me changer les idées. Un désir de découvrir une ville ou une région que je ne connaissais pas encore hors de Suisse. Stockholm était assez bien placée mais les prix demandés pour s'y rendre étaient beaucoup trop élevés à mon goût. Je me suis dès lors rabattu sur Bruxelles pour quelques jours en solo. En effet, le tarif n'était pas trop prohibitif pour mon compte en banque et cela me permettrait par la même occasion de découvrir certains éléments en lien avec la bande dessinée, ceci dans un pays en partie francophone. Cette escapade allait également m'offrir l'opportunité de visiter la très charmante ville de Bruges qui est également surnommée "la Venise du Nord", mais également de voler pour la toute première fois avec Brussels Airlines.

En effet, c'est avec la compagnie nationale belge que j'ai réservé un aller-retour entre Genève et Bruxelles Zaventem. Ma carte bancaire a été délestée d'un montant de CHF 155.-, soit grosso modo la même chose en euros étant donné le taux de change de l'époque. Évidemment, je voyagerai en Economy Light mais cela me donne malgré tout droit à une valise cabine et un petit sac à dos. Cela me semble amplement suffisant pour un séjour de quelques jours. Ceci étant dit, et sans spoiler le retour par avance, je suis plutôt heureux d'avoir réussi à fermer mon bagage.


GENEVE AEROPORT (GVA)


Au moment de réserver le vol, je n'ai pas réalisé que mon départ serait quand même assez matinal et que cela piquerait. Évidemment que la fatigue n'était pas été aussi grande que lorsque je suis allé à New York (debout à 3h du matin)  en septembre 2022 mais je suis malgré tout parti à 5h15 de chez moi. Après avoir pris un premier train, je dois attendre une correspondance à Morges. Le train est ponctuel (cela n'est pas toujours le cas mais je compte garder les clichés helvétiques) et va me mener paisiblement jusqu'à Genève Aéroport.


photo 20230625_054706

La veille de mon départ, j'avais facilement effectué le check-in en ligne qui m'avait attribué le siège 5D avec un embarquement avec le groupe 5. Durant mon voyage en train, j'ai eu la magnifique idée de me connecter à l'application de Brussels Airlines et j'ai constaté que je pouvais changer de siège… gratuitement ! Ma surprise a surtout été totale lorsque j'ai remarqué que, à quelques heures du vol, j'avais potentiellement accès, sans surcout, à une place sur la rangée issue de secours. Voyant cela, je n'ai pas hésité à troquer ma place en 5D contre la 13D (la seule encore disponible). Même si le vol reste court, mon mètre 93 allait probablement me remercier.


photo 20230625_065008

J'arrive à 6h41 à la gare de Genève Aéroport. Celle-ci est vraiment adjacente à Cointrin et je n'ai besoin que de deux à trois minutes pour me retrouver devant l'entrée du terminal principal. Je suis en avance, j'ai du temps devant moi et la sécurité ne semble pas être débordée. Comme vous le constatez, la couleur orange reste dominante à GVA mais il y a lieu de rappeler qu'EasyJet représente environ 40% des rotations au bout du Léman.


photo 20230625_064933

Après avoir vidé ma bouteille d'eau dans la fontaine prévue à cet effet, je me présente à la sûreté à 6h53. Étant désormais quasiment un habitué des lieux, je me rends directement en direction de la "deuxième salle" de la sécurité qui a le gros avantage de ne pas exiger de sortir ses appareils électroniques de son sac. C'est un gain de temps non-négligeable pour tout le monde et un confort pour votre serviteur qui se déplace notamment avec un ordinateur portable et un appareil photo. La sécurité est avalée en moins de cinq minutes puisque je me retrouve air-side à 6h58.

Je ne présente pas/plus l'aérogare principal de Genève et ses quelques boutiques qui ne cassent pas trois pattes à un canard selon l'expression consacrée. Je suis passablement en avance mais la porte est déjà annoncée. Notre mérou du jour nous accueillera depuis la gate A5. Je n'ai donc pas besoin de marcher beaucoup pour aller en salle d'embarquement. Là, je consulte les informations relatives à notre avion du jour : un Airbus A320 immatriculé OO-SNN. Il a vécu plusieurs compagnies selon mes informations puisque, depuis sa sortie d'usine en 2010, il a rendu de fiers services à Air Berlin, Niki et Laudamotion, ceci avant d'intégrer le giron de Brussels Airlines en mai 2019. Un élément me surprend un peu puisque les photos trouvées sur internet m'indiquent une livrée aux couleurs Eurowings. Je ne peux cependant pas encore vérifier étant donné que notre avion n'est pas encore arrivé à GVA au moment de la prise de renseignements.


photo 20230625_070825

VOL SN 2712


Les informations au sujet de la livrée Eurowings vont cependant rapidement se confirmer puisque notre mérou arrive quelques minutes plus tard. L'embarquement ne va pas tarder. En effectuant mon changement de billet gratuitement, j'ai également eu droit à un upgrade de groupe puisque mon billet électronique indique que j'appartiens désormais au "PRE". Le personnel commence son travail à 7h45 avec les personnes nécessitant une assistance, puis c'est rapidement à mon tour puisque je passe la porte à 7h55. Je me dirige vers l'A320 et en profite pour l'immortaliser comme je peux étant donné les fenêtres pas du tout coopératives. Les plus observateurs remarqueront qu'un aéronef d'Air France prend son envol en arrière plan.


photo 20230625_074645

Après avoir parcouru les quelques mètres nous séparant de l'avion par le biais de la passerelle, je n'oublie pas le fameux "instant porte". Je suis accueilli de manière polie par l'équipage et pénètre dans l'A320. Etant donné mon statut un peu (beaucoup) privilégié pour embarquer, la cabine est quasiment vide et je peux en profiter pour prendre quelques clichés sans vexer qui que ce soit.



Je me rends au siège 13D. Ma rangée est encore inoccupée à ce moment-là. L'embarquement se poursuit mais ne se déroule manifestement pas comme prévu. En effet, deux passagères différentes sont censées avoir le même siège selon leur boarding pass. Le personnel de cabine trouvera cependant une solution pour contenter tout le monde. Cela n'est pas tout puisqu'une autre voyageuse a mis ses béquilles dans les compartiments à bagages se trouvant au-dessus de nous mais sans faire attention qu'elles tiennent bien. Ce qui devait arriver arriva au moment où une autre femme a ouvert ledit compartiment en espérant trouver de la place : en plein sur le crâne. Le plus surprenant au final est que c'est bien la propriétaire des béquilles qui s'en est ensuite prise verbalement à la "victime", en lui gueulant dessus car elle avait osé faire tomber ses cannes. Fort heureusement que cela s'est vite tassé sans avoir besoin de faire intervenir qui que ce soit.

Après cette petite distraction tragi-comique (ou pas), mes voisins de rangée arrivent enfin. Il s'agit manifestement de cinq touristes asiatiques qui voyagent ensemble. Ils prennent place sur leur siège. Je constate qu'ils ont manifestement fait marcher les boutiques suisses de l'aéroport. L'embarquement se termine à 8h27. Une hôtesse vient expliquer qu'il s'agit d'une rangée issue de secours et demande à tout le monde de lire les informations relatives à l'évacuation. Malheureusement, sur les cinq touristes précités, seul un parle quelques mots d'anglais. L'employée de Brussels Airlines s'inquiète alors puisque je l'entends dire "ça ne va pas être possible, ils ne parlent pas anglais". Notre avion est cependant déjà en route puisque nous avons repoussé à 8h32. Les deux passagers à ma droite semblent complètement dans leur monde et ne veulent pas comprendre, à moins qu'ils ne comprenaient vraiment pas vu la barrière de la langue, qu'ils doivent placer leurs effets personnels dans les compartiments prévus à cet effet. Finalement, l'hôtesse de l'air laissera tomber… Je précise que les annonces habituelles ont ensuite été réalisées en anglais, néerlandais et français.

Après un cours roulage, notre A320 se présente en bout de piste à 8h44. Nous avons donc près de 30 minutes de retard sur l'horaire prévu. 38 secondes de poussée plus tard, l'avion aux couleurs belges allemandes prend son envol au-dessus de la Cité de Calvin Heureusement, le décollage se déroule comme prévu et il n'y a pas besoin de donner des consignes à mes voisins. De mon côté, je suis bien installé. Le pitch est plus que confortable pour mon mètre 93. Je suis à nouveau très content, comme vous l'imaginez, d'avoir été en mesure d'effectuer le changement gratuitement quelques heures avant le vol.


photo 20230625_080436

Le vol se déroule sans accro. Il fait beau, aucune turbulence à l'horizon. La cabine est relativement calme. Mes voisins dorment et je m'occupe comme je peux sur ma tablette après avoir pris en photo les cartes de sécurité et le magazine de bord. A noter que Brussels Airlines n'aura pas effectué de service sur ce vol et que nous n'aurons pas droit à un quelconque rafraichissement gratuit. Je suis habitué à voler avec EasyJet vu l'implémentation de la compagnie orange à Genève, mais il est vrai que British Airways, Swiss ou encore ITA Airways, proposent au moins une petite boisson et un snack en guise d'amuse-bouche. Je m'attendais que cela soit aussi le cas avec nos amis belges étant donné que je ne cataloguais pas Brussels Airlines de low cost.



Il est 9h18 à mon poignet lorsque je ressens que notre aéronef entame déjà sa descente en direction de la capitale belge. Le personnel navigant commercial ne tardera pas pour préparer la cabine pour l'atterrissage. Une hôtesse demandera ainsi à mes voisins de remonter leur tablette. Dès qu'elle aura eu le dos tourné, ils la redescendront et devront être remis à l'ordre (de manière polie et courtoise). Fin bref, au final, notre avion touchera le sol de la piste 25L à 9h36. Autant vous dire que nous sommes loin du fameux kiss landing mais je me rappelle toujours qu'on m'a dit qu'un bon atterrissage est avant tout une manœuvre réussie. Notre A320 roulera quelques minutes pour aller se garer à sa porte. Je débarquerai à 9h50, après avoir quasiment été escaladé par mes voisins qui ne semblaient pas comprendre qu'il fallait de toute façon attendre que les 12 rangées devant nous sortent pour que nous soyons également en mesure de le faire. Et à celles et ceux qui me diront qu'ils avaient l'air pressés, c'était manifestement pour aller faire du shopping dans les boutiques de Zaventem.


BRUXELLES ZAVENTEM (BRU)


L'aéroport me paraît moderne avec de grandes coursives. En débarquant, je me retrouve très rapidement en face d'une livrée très spéciale de Brussels Airlines qui rend hommage à Tintin. On peut aimer ou non cette référence au reporter à la petite houppette. En tout cas, je fais plutôt partie de ceux qui l'apprécient.


photo 20230625_094913

Je traîne ensuite un peu à Zaventem dans la mesure où il est encore assez tôt et que mon hôtel ne sera pas prêt avant l'après-midi. J'ai également comme objectif de trouver la fameuse fusée géante imaginée par Hergé, qui est manifestement plus grande que ma (belle) réplique de 30cm. En me dirigeant en sa direction, j'en profite pour immortaliser le tableau des vols au départ de Bruxelles.


photo 20230625_095225

Mission accomplie !


photo 20230625_100919-19227

La gare pour quitter Zaventem est toute proche. Il sied de préciser que l'aéroport se trouve dans la partie flamande, ce qui signifie que les panneaux sur les quais sont en néerlandais. Les distributeurs se trouvent facilement dans la zone d'arrivée. Mon compte en banque sera délesté de EUR 10.30 pour gagner le centre-ville en quelques minutes. Mon séjour belge peut commencer !



FLIGHTRADAR24


Pour terminer, voici le tracé emprunté par notre avion selon flightradar24.


photo capture-decran-2023-07-01-a-095352
Afficher la suite

Verdict

Brussels Airlines

6.1/10
Cabine7.5
Equipage7.0
Divertissements5.0
Restauration5.0

Geneva - GVA

7.8/10
Fluidité8.0
Accès8.0
Services7.0
Propreté8.0

Brussels - BRU

7.6/10
Fluidité8.0
Accès7.5
Services7.5
Propreté7.5

Conclusion

Première expérience satisfaisante sur Brussels Airlines pour un saut de puce. La possibilité de changer gratuitement de siège peu avant le départ (selon mes tests au retour, c'est 3h avant le vol) et obtenir gratuitement une place en issue de secours a probablement contribué à la réussite de mon voyage, même si mes voisins n'étaient pas les plus obéissants. Je regrette néanmoins l'absence d'un service.

Pour le surplus, plus besoin de commenter Genève pour ma part étant donné le nombre de fois où j'y suis passé. L’aéroport de Bruxelles m'a paru propre, bien entretenu et offrait de bonne visibilité sur les quelques aéronefs présents. De plus, une grande quantité de boutiques sont là. Finalement, le trajet jusqu'au centre-ville est relativement court puisqu'il ne faut que 15 minutes pour s'y rendre.

Informations sur la ligne Geneva (GVA) Brussels (BRU)

Les contributeurs de Flight-Report ont posté 14 avis concernant 2 compagnies sur la ligne Geneva (GVA) → Brussels (BRU).


Pratique

La compagnie qui obtient la meilleure moyenne est Brussels Airlines avec 6,8/10.

La durée moyenne des vols est de 1 heures et 14 minutes.

  Plus d'informations

0 Commentaires

Ce Flight-Report vous a plu ? N'hésitez pas à interagir avec son auteur en laissant un commentaire ci-dessous.

Connectez-vous pour poster un commentaire.