Avis du vol Transaero Airlines Moscow Phuket en classe Economique

Compagnie Transaero Airlines
Vol UN571
Classe Economique
Siege 20A
Temps de vol 09:15
Décollage 25 Jan 15, 22:55
Arrivée à 26 Jan 15, 12:10
UN 2 avis
LUCKY LUKE
Par GOLD 5896
Publié le 31 janvier 2015
Bonjour à tous,

Ceci est la suite du FR récemment publié à propos de la ligne Paris Orly-Moscou Vnukovo en Boeing 737-800 de TRANSAERO (vol UN556), qui a constitué le point de départ d’un voyage en Asie effectué en ce début d’année 2015.

Arrivé à VKO à 20h25 pour une correspondance prévue à 22h55 vers Phuket, mon cheminement est facilité par le fait de ne pas avoir à passer par le comptoir « transit » puisque j’ai pu bénéficier d’un enregistrement en ligne impeccable la veille, sur le site de la compagnie.
photo CARTE EMB 744

Nous voici en salle des départs de l’aéroport de Vnukovo, rejointe en un temps record, tant en ce qui concerne le PIF que le contrôle policier auquel il faut s’astreindre en passant par la Russie, même si l’on n’y entre et l’on en sort pas vraiment.
photo 02 DUTY FREE

Je jette un coup d’œil au premier panneau des départs pour vérifier que mon vol vers Phuket, prévu dans un peu plus de deux heures, est à l’heure. A noter dans la liste des départs du lendemain, la présence d’un vol Aigle Azur vers Orly. Mais comment est-ce possible alors que cette compagnie a fermé cette ligne qui n’a jamais atteint les promesses affichées à son lancement? Il s’agit tout simplement du code share avec TRANSAERO qui, lui, a survécu, et qui s’applique par conséquent sur le « vrai » vol VKO-ORY exitant, à savoir UN555 (quotidien) de son état.
photo 03 SOLARI DEP INTL VKO

Peu de départs dans cette tranche horaire, et par conséquent une salle d’embarquement déserte en de nombreux endroits. Les lieux sont modernes, fonctionnels, propres, mais d’une grande tristesse. Voici l'endroit le plus gai que j'ai pu identifier.
photo 04 AIRE DE JEUX KIDS 1

Une grande aire de jeux est réservée aux enfants… de parents les plus aisés puisqu’il faut acquitter 300 roubles pour y accéder ! Du jamais vu dans une zone d'embarquement, appliquer de telles mesures à des enfants au yeux et vu de tous, même si c'est une somme modeste (7€ actuellement), c'est un peu discriminant quand-même…
photo 05 AIRE DE JEUX 2

Autre petit point faible : l’absence de prises électriques pour les passagers puissent recharger leurs téléphones, PC et autres objets désormais incontournables quand on se déplace. Je trouve refuge à l’entrée des toilettes des dames (!), où je partage une paire de prises avec un mystérieux engin bleu, en m’asseyant parterre pour garder le tout à porter de vue. Un comble dans une zone où il y a par ailleurs des centaines de places assises disponibles.
photo 06 WIFI

Mais ce qui compte pour moi ce soir, c’est que la véritable raison de mon détour par ici prenne sens : voler en Boeing 747-400 de TRANSAERO, qui reste la seule compagnie, avec Mahan Air, à exploiter encore des 747 pax à bord de laquelle je n’aie pas encore volé. L’avion (EI-XLM) est là, tout va bien.
photo 07 NEZ 747

Et à 22h05, comme prévu, l’embarquement commence.
photo 08 EMB

Je me dirige vers mon siège dans la partie la plus à l’avant de l’éco, entre la porte 1 et la porte 2, où je découvre ce que va être mon univers pour la dizaine d’heures à suivre.
photo 09 A BORD

L’escalier permettant d’accéder au pont sup se situe juste derrière. A cet instant l’embarquement n’en est qu'au début et on a encore un peu de sensation d’espace.
photo 10 ESCALIER

S’agissant d’un vol de nuit, j’avais choisi un hublot à dessein, sachant que les parois vraiment verticales du B747 permettent de s'appuyer dans de bonnes conditions, ce qui n’est pas le cas sur les A330/A340 aux formes beaucoup plus arrondies.
photo 16 HUBLOT

Ceci étant, les sièges, recouverts d’un tissu bleu foncé vieux et usé, ont eux aussi des têtières faisant office d'appui-tête sur leurs extrémités, petit détail toujours appréciable en Y quand on sait que l’on va souffrir pour dormir…
photo 11 SIEGE TETIERE

Il y a des écrans individuels, certes, mais de taille très réduite. Format « ticket de métro » comme j’ai pu lire dans certains FR. O gloire nationale, le drapeau tricolore flotte fièrement en regard de la marque de l’équipementier !
photo 13 ECRAN IFE

Le joystick, qui est inséré dans l’accoudoir quand on ne l'utilise pas.
photo 14 JOYSTICK

Et, comme sur la B737-800 pris quelques heures auparavant, des écouteurs, format « light », ont été déposés sur le siège et je procède à l’installation et me disant que ce va surtout manquer, c’est l’espace, alors autant ne pas avoir à me contorsionner pour le retrouver sous mon siège un peu plus tard…
photo 15 ECOUTEURS

Le produit wifi en vol payant, déjà rencontré sur le vol ORY-VKO, est également proposé ici, ce qui contraste singulièrement avec la vétusté de tout le reste de la cabine, d'autant que les personnes en charge de l’ARCA (armement cabine) à TRANSAERO semble avoir un peu de mal à lire dans le bon sens…
photo 23B CONNECT

Jusque là, la perspective de bénéficier d’un produit IFE complet tient toujours. Ce qui commence à m’inquiéter, c’est l’absence de magazine de bord, donc de descrption des programmes audio et vidéo, alors que cela existe pourtant bien sur TRANSAERO, cf. vol précédent. Seule garniture de la pochette devant moi, en plus de la notice A4 sur le wifi : la consigne de sécurité.
photo CONSIGNE 744

En regardant le repose pieds, de taille modeste et abîmé comme il se doit vu l'état général de la cabine, on peut prendre la mesure du pitch plutôt restreint que je vais devoir endurer, surtout que mes deux compagnons de voyage d'un soir (un couple russe d'un certain âge, discrets mais de corpulence généreuse…) sont arrivés, et qu’il va bien falloir cohabiter.
photo 12 SIEGE REPOSE PIEDS

A 22h40, soit 15mn avant le départ, l’embarquement est achevé et la passerelle télescopique est retirée. Sur ce point, TRANSAERO est irréprochable. Finalement, n'est-ce pas là l'essentiel ?
photo 17 PASSERELLE RETIREE

Le camion de dégivrage prend position. A Vnukovo, on dégivre au point de stationnement, pas au moment du roulage comme dans de nombreux aéroports occidentaux où le glycol peut ainsi être savamment recyclé.
photo 18 ARRIVEE DEICING

Une annonce est effectuée en cabine afin de rassurer les passagers : cette fumée à l’extérieur, c’est la dégivreuse en action, pas un départ de feu !
photo 19 DEICING EN COURS

Le push-back a lieu dès la fin du dégivrage. Il est 23h00.
photo 20 PUSH BACK

Difficile de faire des photos acceptables en pleine nuit avec des reflets sur le hublot et l’obscurité à l’extérieur. On retrouve la nouvelle compagnie POBEBA et ses B737-800 à la livrée rappeleant celle d'XL Airways.
photo 21 ROULAGE PODEVA

On passe ensuite près d'un B737-800 d’ORENAIR stationné au large, dont les passagers débarquent alors qu’il n’y a pas de paxbus pour les récupérer. Je veux bien que moins treize à Moscou un soir de janvier soit considéré comme « très aux dessus des normales saisonnières », il doit quand même faire un froid de canard…
photo 22 ROULAGE ORENAIR

Le roulage se fait à une vitesse très réduite, ce qui n’est pas plus mal sur le plan de la sécurité. Peut-être de nouvelles consignes afin de détecter d’éventuels chasse-neige égarés sur les pistes, car au moment du décollage, comment ne pas penser au crash du Falcon 50 d’Unijet, survenu ici même trois mois plus tôt, au cours duquel ont péri le PDG du Groupe Total et les trois membres d’équipage ? Pensée d'autant plus émue que je connaissais bien l’un d’entre eux…
photo 23 PISTE FLOUE

Un tout petit kit confort, d’environ 10 x 10cm, est distribué pendant la montée. Il contient un masque et des chaussettes.
photo 23A KIT CONFORT

Puis arrive le repas. Comme il n’y a bien entendu pas de menu imprimé, l’hôtesse, jeune, jolie et plutôt souriante à l’image de tous les PNC TRANSAERO croisés sur ces deux vols, me propose dans un anglais assez correct le choix entre des raviolis et de la saucisse. J’opte pour cette dernière, qui a été « délicatement déposée dans la cassolette alu sur son lit de coquillettes au beurre »… Je vous laisse découvrir par vous-mêmes le résultat visuel, qui je pense se passe de tout commentaire, et le reste de ce festin en plein ciel…
Blague à part, et pour tenter de rester le plus impartial possible, ce mini dîner n’a pas d’arrière-goût infect, comme l’avait le repas pris à bord du vol précédent. Passable donc (hormis le look) pour la partie « solide » mais toujours aussi nul que sur le ORY-VKO en 737 pour le « liquide » : eau, jus d’orange, café, thé et c’est tout. Rien d’autre à boire, ni gratuit, ni payant. Et bien sûr, aucune repasse de quoi que soit, ni pendant ni à la fin du service.
photo 24 DINER

Je profite du fait que tout le monde se lève pendant le débarrassage (les PNC adorent ce moment…) pour entreprendre une balade jusqu’à l’arrière du B747, et faire cette photo souvenir de qualité médiocre… à l’image de pas mal de choses sur ce vol, à commencer par sa cabine jaunie, à la propreté douteuse et globalement en mauvais état. Je vous fais grâce d’une photo des toilettes, à l’avenant. On a plus le sentiment de se trouver à bord d’un charter de touristes russes à budget limité, que dans la classe éco d’un vol régulier d’une compagnie qui prétend bientôt rejoindre une des trois alliances mondiales.
photo 25 CABINE ARRIERE

Mieux vaut essayer de dormir pour oublier… que si je n’étais pas un « malade » comme l’a écrit Leadership l’an dernier en commentaire d’un de mes FR, je pourrais à cet instant être repus après des mets et des vins raffinés, étourdi par les multiples programmes musicaux proposés, ou en train de profiter d’un film récent, etc… Tout ça confortablement installé en business class dans le siège dernier cri d’un avion neuf, de l’une des plus prestigieuses compagnies du Golfe ou d’Asie, ce qui m’aurait de surcroît permis de partir plus tard de la maison et d’arriver plus vite à destination… Mais non, j’ai choisi d’y aller sur TRANSAERO, en classe éco (pour que le budget « déplacements » de mon entreprise ne souffre d’aucune discussion) et j’assume jusqu’au bout ! Même si une nouvelle surprise, et pas des moindres, m’attend : l’IFE ne marche pas, ou plutôt n’est chargé d’aucun contenu vidéo ni d’aucune musique ! C’est programme unique toute la nuit, un film muet dénommé… « Géovision » :-). Curieusement, en dépit de toutes ces petites contrariétés, j’arriverai à dormir plusieurs heures d’un trait et je me réveille au-dessus du golfe du Bengale, à deux heures de l’arrivée.
photo 26 REVEIL BENGALE

Le petit-déjeuner, qui a le mérite de comporter un plat chaud parmi deux possibilités, omelette ou crêpes (ici), est alors servi. Je dois avouer que c’est plutôt bon et assez complet. Mais TRANSAERO est définitivement fâchée avec les boissons : le jus d’orange qui était apparu lors du pseudo-dîner n’est même pas proposé au ti’déj. Au cas où vous ne l’ayez pas noté, je rappelle le « choix » auquel les passagers sont soumis sur cette compagnie : eau, café ou thé.
photo 27 SERVICE PDJphoto 28 PDJ

Finalement, le plus agréable dans un plateau classe Y de TRANSAERO, c'est sa décoration, pas son contenu !
photo 29 PDJ

Il fait grand jour et l’on survole les îles Nicobar.
photo 30 ILES ANDAMAN

Descente vers Phuket.
photo 31 DESCENTE

Atterrissage après avoir survolé la plage sur laquelle (avec celles de St Marteen et de Denpasar notamment) tous les spotters rêvent de passer leurs vacances.
photo 32 FINALE PLAGE

Après celui du Paris-Moscou la veille, nouveau tonnerre d’applaudissements de la part des passagers au moment où l’on libère la piste : soulagement de ne pas s'être retrouvés sur la plage adjacente plus vite que prévu ? Satisfaction absolue de la compagnie TRANSAERO ? Remerciements à l’équipage (là, je suis sérieux, ils ont plutôt bien fait leur boulot)? Oui, ce serait bien quelque chose comme ça, respect des pilotes en Russie indique Kondor69 en commentaire du FR précédent.
photo 33 BRETELLE

On roule vers l’aérogare en passant devant la caserne des pompiers de l’aéroport.
photo 34 POMPIERS

Le tarmac est bien garni en ce milieu de journée : ATR72 Royal Thai Air Force, ATR72 et A320 Bangkok Air.
photo 35 AT7 RTAF PG 320 PG

A321 Dragonair et A320 Thai Smile.
photo 36 321KA 320TG

On arrivera au bloc à l’horaire. Sur ce plan là, et pour les deux étapes réunies, bravo TRANSAERO, j’applaudis à mon tour :-) !
photo 37 VIRAGE VERS INT

La Russie s’est donné rendez-vous ici en ce lundi d’hiver. Ce 777-300ER d’AEROFLOT est arrivé avant nous. L’après-midi, suivront NORDWIND (B767-300) et un autre TRANSAERO (pas vu parce qu’il avait… six heures de retard).
photo 38 777 SU

Débarquement parmi les premiers passagers, une fois la priorité donnée à ceux du pont sup (Premium) et de la 1re section avant, la fameuse classe « Imperial », en l’occurrence le « nez » de l’avion. Sans doute le prix à payer pour boire autre chose que ce que vous savez.
photo 39 DEB

Le passage de la frontière va s’avérer très long, surtout qu’un B787 Dremaliner de Thomson Airways vient d’arriver de Goteborg et a aussi commencé son débarquement. Messieurs les anglais, ou plutôt les suédois, passez les premiers, car TRANSAERO (manque d’organisation ?, oubli du PNC ?) n’a pas procédé à la distribution des cartes d’entrée en Thaïlande pendant le vol. Il faut donc se les procurer dans l’aérogare et les remplir tant bien que mal. Résultat : les bagages sont délivrés et tournent sur le tapis bien avant que les passagers aient pu arriver jusque-là.
photo 40 VALISES

D’ailleurs, une fois « landside », le tableau des arrivées est passé à la tranche horaire suivante. Les vols en cours, tous arrivés depuis un moment mais dont les passagers font encore la queue à la frontière, n’y figurent plus.
photo 50 SOLARI ARR

L’aéroport de Phuket est hyper saturé et vieillit mal. D'importants travaux sont en cours, ce qui rend le paysage peu accueillant pour un premier coup d’œil à ce qui est pourtant l’un des endroits réputés « de rêve » dans le concert du tourisme balnéaire mondial.
photo 51 HKT

Mon voyage se poursuivra quelques heures plus tard à bord d’un B737-800 de SILK AIR tout neuf, avec un repas chaud servi en classe Y au cours des 90 minutes de vol à destination de Singapour. Quand on est habitué à des vols de durée équivalente en Europe et en Amérique du Nord, on se pince pour se demander si on ne rêve pas.
photo 737 MI 1photo 737 MI 2photo 737 MI 3

Merci d’avoir lu ce FR (et peut-être celui qui a précédé) au cours du(des)quel(s) j’espère que vous aurez eu un aperçu aussi complet que possible de la compagnie TRANSAERO, jusqu’alors inédite sur ce site. A bientôt sur flight-report.com pour s’autres FRs relatifs à cet itinéraire asiatique de début 2015.

Afficher la suite

Verdict

Transaero Airlines

3.0/10
Cabine2.0
Equipage7.0
Divertissements1.0
Restauration2.0

Moscow - VKO

6.8/10
Fluidité9.0
Accès5.0
Services4.0
Propreté9.0

Phuket - HKT

2.8/10
Fluidité2.0
Accès3.0
Services3.0
Propreté3.0

Conclusion

Un jugement d’ensemble sévère mais somme toute mitigé, car tout n’était quand même pas totalement négatif sur ce vol : l’enregistrement en ligne, la simplicité du circuit transit à Vnukovo, la ponctualité parfaite et le comportement général du PNC sauvent TRANSAERO d’une note proche de l’éliminatoire. Car hormis la satisfaction de me dire « je l’ai pris », je dois avouer que la dizaine d’heures passée dans la cabine hors d’âge de ce B747-400 me laissera un souvenir assez pitoyable. Quant au « produit vol », il n’a sans doute pas beaucoup évolué depuis la création de la compagnie. Pour résumer de manière un peu légère, on dira que cette expérience permet de vivre à postériori ce que devait être un vol Moscou-Vladivostok au cours des années 90. En dépit de l'Award SKYTRAX « Best Improved Airline » fièrement obtenu en 2013, la très médiatique Madame Olga Pleshakova (CEO de TRANSAERO), distinguée de l'Ordre National du Mérite français en mai 2014, a encore du pain sur la planche avant la livraison de ses cinq A380, si elle veut éviter que son prochain trophée soit un… « prix citron » !

Sur le même sujet

20 Commentaires

  • Comment 128495 by
    Horatius 1315 Commentaires

    Merci pour ce FR tout aussi complet que le précédent et qui confirme que Transaero ce n'est visiblement pas ça. Dommage finalement parce qu'il y a un aéroport qui permet d'éviter son voisin qui est saturé, des équipages visiblement de bon niveau, et il ne manquerait q'un effort sur la dimension confort pour faire bien.

  • Comment 128504 by
    cobra 3597 Commentaires

    merci à toi :)

    Je partage ton jugement. On arrive à l'heure, mais tout se qui se passe entre deux, c'est mauvais.

    Il manque un nounours jaune brimé à cet aéroport pour rester dans le registre de la tristesse :)

    A part l'équipage, tout sent la décrépitude et l'a peu près.

    Le catering c'est un peu la cata sur la qualité, dommage il y a des efforts d'emballages, et les quantités ne sont pas négligeables.

    IFE jurassien mais avec rien dedans, heureusement que la géovision fonctionnait

    Du coup, on se savoure d'autant mieux un vol Silkair après cette expérience !:)

    Merci encore !!

  • Comment 128520 by
    ilyes GOLD 1807 Commentaires

    Merci pour ce FR sur une compagnie qui m'a, très sincérement, toujours laissé perplexe (et sur laquelle j'ai un avis tranché désormais)

    Je rejoins Cobra pour ce qui est de l'horaire : la mission d'une compagnie aérienne reste d'amener ses passagers d'un point A à un point B en temps et en heure.

    Par contre rien ne me fait rêver et je trouve la cabine un peu flippante... un peu à la Iran Air. Mais j'ai l'impression que c'est la découverte du 747 de TransAero qui vous a motivé à faire ce voyage.

  • Comment 128525 by
    Numero_2 10003 Commentaires

    Merci pour ce FR.

    En dehors de l'expérience de vol atypique pour un mordu d'aviation, je ne vois pas comment les occidentaux seraient tentés de choisir Transaero pour un tel voyage car rien ne fait vraiment envie à bord.
    Je ne passe pas en revue la liste des points négatifs, je pense que tout le monde est clairvoyant là-dessus. ;)

    Je me demande qui a bien pu coller des sitckers Tag Heuer et Made in France sur votre IFE... Un touriste russse de retour de vacances ?

    A bientôt.

  • Comment 128527 by
    Mathieu 2084 Commentaires

    Bonjour Luc,

    Merci beaucoup pour ce FR ultra détaillé et pour les commentaires qui vont avec.

    Transaero ne vous laissera pas un souvenir impérissable en ce qui concerne le catering et le confort de ce LC, et ce malgré les efforts faits par le personnel navigant.
    Les siège sont vraiment d'une autre époque et me rappellent un vol en 747 entre paris et Caca (avec la RAM).

    Comme vous le remarquez, la ponctualité est vraiment une marque de fabrique Transaero.

    Bonne journée,

    Mathieu F.

  • Comment 128530 by
    SKYTEAMCHC GOLD 8556 Commentaires

    Merci pour ce FR sur une compagnie rare !
    Content de découvrir l'intérieur de ce 747 dont on voit de plus souvent des frères aux quatre coins du monde. Je n'ai pas été décu ! ;-)

    Cabine vieillissante et catering minimum on est plus sur une compagnie loisirs qu'une compagnie classique.

    J'ai beaucoup rigolé en voyant la saucisse sur son lit de pâtes , même au restaurant d'entreprise ils n'osent pas . Au moins ce n'était pas mauvais .
    Bon point pour les PNC qui sauvent la mise mais comme tu dis à part dire : je l'ai fait ! il en faudra plus pour me convaincre de les prendre.

  • Comment 128540 by
    pierrejos 1129 Commentaires

    merci pour ce fr. J'attendais un fr récent de cette compagnie (que j'ai déjà vue quelques fois)

  • Comment 128547 by
    Chevelan GOLD 15067 Commentaires

    Et bien voilà, je pense que la messe est dite... Mis à part la ponctualité et l'amabilité des PNC, il n'y a vraiment rien qui vaille...

    Quelle alliance est dans les tuyaux de Transaero ?

    Les vols d'aujourd'hui entre MOW et VVO avec SU, sont opérés en A330, et c'est plutôt correct.

    La plage de Phuket me donne quelques idées... Elle change de Patong !

    Entre Silk airet Transaero, c'est le ying et le yang...

    Merci pour ce FR explicite

  • Comment 128551 by
    02022001 4351 Commentaires

    ahah, merci beaucoup pour cette découverte, peut-être assez malheureuse finalement ? car la cabine est dépassée à tous les niveaux (surtout IFE et sièges) ! Sympa à faire une fois, pour tester mais c'est tout ! Les notes le ressentent !
    Hâte de voir d'autres FR sur d'autres compagnies peu reportées vu vos nombreux voyages ;)

  • Comment 128552 by
    02022001 4351 Commentaires

    Par contre, bon point et bonne idée a crêpe en petit déjeuner !

  • Comment 128556 by
    indianocean SILVER 7103 Commentaires

    Le Boeing en question était opéré par Singapore Airlines.
    Si on veut voir à quoi ressemble les cabines J et Imperial, y a qu'à imaginer les sièges sus dits au temps de SIA.

    Et la comparaison avec SIA s'arrête là.
    Je ne dirai pas que les UN Girls sont moins jolies ou moins compétentes que les SQ Girls, mais il n'y a aucune comparaison possible en ce qui concerne le catering ou l'IFE.

    Merci pour ce FR

  • Comment 128566 by
    PAT62 4973 Commentaires

    le plus agréable dans un plateau classe Y de TRANSAERO, c'est sa décoration, pas son contenu, pas mal :))
    J'aime bien ces vols découvertes avec ce petit coté Koh-Lanta.
    Pour le coup contrat remplis et expérience qui sort des sentiers battus.
    Merci pour ce FR !

  • Comment 128720 by
    LUCKY LUKE GOLD AUTEUR 2737 Commentaires

    Merci à vous tous de vos commentaires, précisions et compléments d'information divers. Si la lecture de ce FR vous a plu, je m'en réjouis très sincèrement. Partager nos expériences de passagers aériens à travers ce site est vraiment un plaisir, même si chacun d'entre nous, et c'est très bien comme ça, a ses propres critères et attache parfois plus d'importance à certaines choses qu'à d'autres. Quoi qu'il en soit, à bientôt pour de futurs échanges en commentaire de nos FRs respectifs.

  • Comment 373063 by
    Helvet 536 Commentaires

    Bonjours,
    Avec un peu de retard, je reviens pour le vol silkair, jai fait en 2008 SIN-AMI (environ 3h de vol pendant l'heure du repas). La collation consistera en un simple muffins au chocolat

  • Comment 439005 by
    okapi GOLD 3990 Commentaires

    Plus de 5600 vues et l'okapi en version retardataire arrive. C'est surtout grâce à la fonction de classement des auteurs proliférant sur ce site que je finis par trouver bien plus intéressant de lire du vintage en tous genres que de publier mes histoires. Et même si je n'ai pas encore lu "celui qui a précédé", cd FR me rappelle les années pré-Alliances qui permettaient d'aller chercher les compagnies les plus improbables. Ce FR ne démérite pas! Hormis l'épisode saucisse-pâtes (qu'il eut été plus judicieux de remplacer par de la purée), le reste se lit avec avidité. Commenter chaque détail serait inutile mais dire que dans l'ensemble, ce voyage méritait d'être fait, ne fut-ce que pour le 3 ème vol qui s'ensuit me parait une évidence incontournable. Merci de nous avoir emmené au-delà de ce qui fut le rideau de fer pour constater l'ampleur des dégâts.
    Vite, vite, à la pêche à d'autres perles! À bientôt!

Connectez-vous pour poster un commentaire.