Flight-Report

Avis du vol Ryanair Luqa Toulouse en classe Economique

Compagnie Ryanair
Vol FR3044
Classe Economique
Siege 23D
Temps de vol 02:25
Décollage 02 Avr 17, 11:35
Arrivée à 02 Avr 17, 14:00
FR   #22 sur 22 Compagnies low-cost Un minimum de 20 flight-report est nécessaire pour apparaitre dans le classement. 233 avis
scorph
Par GOLD 613
Publié le 1 mai 2017
Bonjour et bienvenu à bord du vol retour de ce court week-end Maltais.

Rappel du pourquoi et du comment :

Début février des amis me disent qu’ils partent pour un long week-end à Malte ayant trouvés des vols pas cher la veille sur Ryanair et me proposent de venir avec eux.

Pour le routing nous partons donc au plus simple tout en profitant d’un tarif imbattable de 65€ aller/retour par personne.

Ryanair a ouvert beaucoup de lignes au départ de Toulouse depuis novembre (Lisbonne, Madrid, Varsovie, Londres STN, Brussels CRL, Fès, Berlin et Malte) le vol vers Malte est programmé 2 fois par semaine le jeudi et le dimanche idéal pour un long week-end !

Ce qui nous donne le routing suivant :
Jeu 30/03/2017 FR3043 TLS-MLA Ryanair B737-800 c’était là
Dim 02/04/2017 FR3044 MLA-TLS Ryanair B737-800 c’est maintenant.

Cette ligne a déjà été reportée par Ducourf sur Air France à l’époque des bases de provinces en juillet 2012 malheureusement les photos ne sont plus visibles.

Il est a noté qu’AF n’a pas totalement abandonné la ligne TLS-MLA car elle y effectuera 3 vols par semaines durant le mois d’aout.


Je tiens d’abord à m’excuser pour les nombreux manquants dans ce report la fatigue résultante de ce week-end ayant fait son office.

Nous arrivons à l’aéroport de Malte à bord de notre voiture de location, un grand C4 Picasso alors que nous avions demandé une Ford fiesta, autant nous aurions adoré ce surclassement en France autant à Malte cela relève plutôt du cadeau empoisonné quand on connait la largeur des routes…

L’aéroport de Malte est un « petit » aéroport très saisonnier, autant il doit être surdimensionné l’hiver, autant quand je vois qu’en début de saison il est déjà bien chargé je n’imagine même pas en pleine saison.
photo p1

Concernant le design il est à l’image de l’ile avec une architecture mix britannique et orientale, le parking est lui arboré et fleuri.
photo p2

Le grand hall des enregistrements.
photo p3

Le FIDS
photo p4

N’ayant pas de bagages à enregistrer nous filons directement au PIF, passage rapide avec le sourire nous en profitons pour donner nos cartes de transports (d’une durée d’une semaine sur lesquels il restait 3 jours) aux employés du PIF ravis.
Après le PIF nous montons à l’étage avec une vue en mezzanine sur les comptoirs d’enregistrement.
photo p5

A l’étage nous arrivons dans une grande zone de duty free avec quelques portes d’embarquement.
photo p6

On peut y voir un 737 de Turkish Airlines.
photo p7

Un de mes amis fumeurs ayant repéré une smoking area nous filons tout au fond du terminal où l’on trouve une terrasse grillagée avec un snack plutôt agréable même si pas hyper spotter friendly à cause des grilles anti souffle.
photo p8

Un 737-400 de Mistral Air en weat lease qui assure un vol Air Malta pour Berlin Tegel.
photo p9photo p9bis

Comme on peut le voir sur cette vue extérieur il y a une différence de niveau entre l’extérieur de l’aéroport et le tarmac.
photo p10

Concernant le trafic on retrouve les classiques ryanair/easyjet
photo p11photo p11bis

Mais aussi du plus exotique avec ce Boeing 767-300ER de Titan Airways qui assure un charter pour Oslo.
photo p12

Notre appareil arrive dans les temps
photo p13

L’embarquement est annoncé porte 4 avec une scène cocasse, description :
Sur la gauche de la porte se trouve une belle ligne d’attente avec des serpentins en S bien vide indiqué general boarding, sur la droite la file prioritaire une petite ligne droite étroite remplie à craquer de passagers.
En bon passager discipliné je m’engage dans la file general boarding immédiatement suivi par le reste du troupeau (de mouton) et d’une partie des personnes de la file prioritaire qui passe sous le serpentin.
photo p14

La porte automatique siglée qui ne tarde pas à s’ouvrir, les personnels d’embarquement devront refouler quelques resquilleurs qui n’avaient pas jugé utile de changer de file.
photo p15

Le BP
photo bp

Pour embarquer il est nécessaire de réaliser 50m à pieds alors que le vent souffle très fort, détail amusant il est nécessaire de traverser la voie des véhicules de service de l’aéroport, le personnel d’embarquement se mue alors en agent de la circulation pour permettre un flux coordonné entre les véhicules de service et les passagers.
Notre avion du jour EI-DWT est comme la quasi-totalité de la flotte Ryanair un 737-800 âgé d’un peu plus de 9 ans.
photo p16

Ici aussi Ryanair utilise l’escalier inclus dans porte avant gauche pour les opérations d’embarquement et débarquement.


Pendant ce temps un autre Ryanair pointe le bout de son nez.
photo p20

Dernière vue sur le terminal de l’aéroport de Luqa. Autre originalité locale les appareils ne sont pas repoussés mais doivent effectuer un demi-tour au moteur pour rejoindre la piste.
photo p21photo p22

Ce sera de nouveau l’ancienne cabine flashy avec publicité sur les coffres à bagages pour la région de Podkarpackie plus connue sous le nom de Voïvodie des basses Carpates, Saraoutou et certains Friste amateurs d’Europe de l’est sont sans doute familiés de ses contrés. Pour les autres il s’agit de la région la plus septentrionale de la Pologne, ayant pour ville principale Rzeszòw, une base Ryanair…
photo p23photo p23bis

Pour ma part je rejoins mon siège 23D où se trouvent déjà Mlle 23 E et F, pas de hublot pour le T/O (Note to myself toujours faire la technique Ryrthebest® pour avoir un hublot).
Mes compagnons de voyages ont hérité de l’issue de secours avec le siège coté couloir de libre, je demande donc au steward s’il est possible de changer de siège il me répondra avec le sourire que oui une fois l’embarquement terminé.

Petit trou spatiotemporel, n’ayant pas eu le temps de changer de place avant le repoussage je me résous à attendre l’altitude de croisière pour rejoindre mes copax. Ne voulant pas gêner mes voisines je ne ferais pas de photos du décollage et de la belle vue sur la Valette, puis Gozo. De plus les fortes rafales de vent n’auraient pas aidé à stabiliser l’image.
On se retrouve après le changement de siège avec la vue depuis l’issue.
photo p24

Le pitch n’a rien à envier à une classe affaire. Pour vous donner une idée je fais 1,73m mon voisin lui frôle les 2m.
photo p25

Vue sur les consignes de sécurités placardées sur les têtières avec la particularité concernant l’issue de secours.
photo p26

Le vol se poursuit au-dessus de la couche.
photo p27photo p27bis


Et là boulette de ce Fr je prendrais une formule Panini au Bob pour 10€ mais vous n’aurez que le descriptif du repas ayant totalement zappé de faire une photo.
Concernant le repas il s’agit d’un panini végétarien chaud (il n’y avait plus de choix à notre rangée) accompagné d’un soda et de quelques chips. Le tout sera correct sans plus, le steward essayera de me refiler une boite de chips complétement écrasé que je renverrais, il m’en donnera une autre.

Winglet shoot
photo p27ter

Les hublots rectangulaires du 737.
photo p28

L’issue de secours pour Esteban.
photo p29

Pour avoir une idée de la route suivie
photo trace retour


Les côtes Languedociennes font leur apparition.
photo p30photo p30bis

Pas de photo de la descente le steward ayant préféré mettre mon appareil photo dans le coffre à bagage pour l’atterrissage.

Après un atterrissage sans encombre sur la piste 32 gauche, passage en full reverse et au moment de sortir par la bretelle retentit la trompette vantant le fait que comme plus de 90% des vols FR ce dernier est à l’heure ! Roulage court jusqu’au terminal D en faux contact.

A peine le temps de faire 2 photos de notre vénérable destrier qu’une cerbèrine me repère et m’indique, plutôt poliment, que c’est interdit. Bon tant pis.
photo p31photo p31bis

On remonte par l’escalier extérieur, vue depuis l’intérieur de la passerelle vitrée qui surplombe la route de service
photo p32

Passage à la PAF plutôt rapide et aimable, avec la vue durant l’attente.
photo p33photo p33bis

Pas de bagage à récupérer on rejoint donc immédiatement ma chérie venue nous attendre au dépose minute.
photo p34

J’espère que vous avez apprécié ces reports, en récompense un petit bonus Maltais !


Bon vols à tous !
Afficher la suite

Verdict

Ryanair

4.9/10
Cabine5.5
Equipage7.0
Divertissements1.0
Carte payante6.0

Luqa - MLA

6.6/10
Fluidité8.0
Accès3.0
Services7.5
Propreté8.0

Toulouse - TLS

8.1/10
Fluidité7.5
Accès9.0
Services8.0
Propreté8.0

Conclusion

Bilan de ce premier aller/retour avec Ryanair, on est vraiment dans une étape supérieure du low-cost si l’on compare avec sa comparse orange que j’ai l’habitude de fréquenter. Toutefois il faut se poser la vraie question, ce vol aurait-il existé sans Ryanair ? La réponse est non, un vol à moins de 70€ aller/retour me permet ce genre d’escapade le temps d’un week-end chose que je n’aurais pas faite autrement.

Ryanair :

Cabine : Vielle cabine aux tons flashy avec pub cette fois, siège peu pratique mais pitch incroyable aux issues.
Equipage : Entièrement masculin, ont fait le travail avec humour en assurant la sécurité. Seuls les passages très réguliers du chariot sont embêtant mais bon pas le choix.
Divertissement : Rien pas de hublot pas de magazine, j’avais heureusement une revue avec moi.
Restauration : Buy on board, J’ai pris la formule panini pour 10 € le tarif est équivalent à Easyjet lui-même équivalent à ce que l’on trouve dans les aéroports. Par contre les portions semblent plus petites et il y a beaucoup moins de choix (rang 15 plus qu’un seul choix de panini).

Malte (Luqa) :

Fluidité : PIF rapide et souriant (- de 4 min) affluence faible.
Accès : Rapide avec une voiture de location, catastrophique avec les bus locaux.
Services : Des boutiques ground side et air side, prix un peu élevé quand on connait le niveau de vie du pays. Passage obligatoire par le duty free (pas intéressant d’après mon ami fumeur) ce sera un malus.
Propreté : Plutôt correct même si je n’ai pas exploré la partie la plus critique (les toilettes)

Toulouse (Blagnac):

Fluidité : Paf passé dans un délai raisonnable, pas de bagage donc sortie rapide.
Accès : Tramway très pratique seul la cadence est un peu faible avec uniquement un tram toutes les 15 minutes, cela dit il est rarement plein, dépose minute efficace.
Services : Des loueurs, bureau de change et autre navettes privés.
Propreté : Pas de défaut notable.

Sur le même sujet

0 Commentaires

Connectez-vous pour poster un commentaire.