Avis du vol Trans Maldivian Airways Malé Velavaru en classe Economique

Vol M8973
Classe Economique
Siege FS
Temps de vol 00:00
Décollage 15 Nov 18, 16:00
Arrivée à 15 Nov 18, 16:45
M8 6 avis
Leadership
Par GOLD 808
Publié le 27 décembre 2018

Pour mon ultime FR de l’année 2018 et celui qui me permet accessoirement ^^ d’atteindre le statut Gold à la suite mes 30 publications, je suis content de vous proposer quelques choses d’un peu différent avec cette découverte de Trans Maldivian Airlines.

J’ai eu l’occasion de me rendre aux Maldives fin novembre et le déplacement incluait à mon grand bonheur un acheminement depuis Malé vers l’ile de Velavaru où est situé l’hôtel Angsana ou je séjournerais 3 nuits. La bonne nouvelle c’est que l’hôtel est suffisamment éloigné de Malé pour imposer un transfert en hydravion contrairement aux hôtels situés au sud de North Malé atoll ou au nord de South Malé atoll (ça va vous suivez ?).

Le routing complet se compose ainsi avec les vols long-courriers qui ont été effectués avec Oman Air qui a d’ailleurs réouvert la desserte des Maldives depuis la saison hiver.


Routing

  • WY132 - Affaires - Paris → Muscat en Airbus A330-200 Non reporté
  • WY383 - Affaires - Muscat → Malé en Boeing 737-800 Non reporté
  • M8 - One class - Malé → Velavaru Island en Twin Otter Vous etes ici
  • M8 - One class - Vilu Reef Island → Malé en Twin Otter Non reporté
  • WY382 - Affaires - Malé → Muscat en Boeing 737-800 Non reporté
  • WY131 - Affaires - Muscat → Paris en Airbus A330-200 Non reporté

enregistrement


Le comptoir de la compagnie fait directement face aux arrivées internationales.

Le check-in est traditionnel avec la remise d’une carte d’embarquement et l’enregistrement des bagages (tous sauf les petits accessoires). 


photo 0001

Le plus amusant dans cette carte d’embarquement est l’utilisation de code iata fictifs comme ici VOM pour désigner « Velavaru Island », pas de siège non plus, donc « free seating » contrairement par exemple à Air Seychelles qui attribue un siège sur ses vols en Twin Otter.


photo 0003-98

Sur l'un des murs, une carte du réseau et notre destination du jour, l’île de Velavaru.


photo 0002

Puis c’est un transfert en mini-bus pour rejoindre le terminal dédié aux vols en hydravions et qui se situe de l’autre côté de la piste.
Autre originalité, chaque hôtel dispose de son propre salon où le « check-in » à l’hôtel est fait, c’est autant de temps gagné. 


angsana / banyan tree lounge


Pour Angsana, c’est assez basique mais confortable et très au calme.


photo 0004photo 0005

Il y a des softs en libre-service mais il est aussi possible de se faire service un club sandwich avec des frites (désolé, j’ai oublié de le photographier).


photo 0006

Ce « salon » dispose aussi d’une terrasse extérieure d’où il est possible d’observer le balai des hydravions.


photo 0007photo 0008

Au fur et à mesure, le terminal se remplis avec rien que sur cette photo, une vingtaine d’aéronefs.


photo 0009photo 0010

embarquement


L’heure venue, nous sommes invités à rejoindre la salle de briefing pour la safety vidéo.


photo 0011-99

Notre appareil est le 8Q-TMB


photo 0012photo 0013-61

Forcément, avec le free seating, je choisi un siège au rang 1 avec vue plongeante sur le cockpit.


photo 0014photo 0016

Le pitch est limité, pochette avec le magazine de bord de la compagnie et la safety card


photo 0015

La voici dans le détail


photo 0017

Le GPS utilisé me fait penser à celui de Flight Simulator ^^


photo 0019

Mise en route


photo 0020

Qui déclenchera en même temps ce mini ventilateur.


photo 0022

Après lui, c’est à nous


photo 0023photo 0021

C’est parti


photo 0024

Le décollage est assez calme mais il y a une sorte d’alarme qui se déclenche avec la proximité de l’eau qui est un peu gênante car très stridente (voir dans la vidéo).


en vol


On coupe au niveau de la nouvelle piste de l’aéroport de Malé, qui n’est pas encore opérationnel bien que déjà inauguré par un A380 Etihad Airways en « one off » (et quelques jours avant par un A320 Air India mais par erreur…) 


photo 0025photo 0026

La capitale de cet archipel, Malé


photo 0027

Les divertissements à bord se résume à regarder les paysages et à feuilleter le magazine de bord. On y apprend que Trans Maldivian Airways dispose de près d’une cinquantaine de Twin Otter !


photo 0028

Puis il me suffit de jeter un œil dans le cockpit pour l’airshow, qui m’indique la route et l’heure prévue d’arrivée et la distance restante ^^


photo 0029photo 0030

Le soleil se couche, ce qui signifie qu’il s’agit du dernier vol de la journée car les vols s’effectuent uniquement de jour.


photo 0031

approche et arrivée


Le taux de descente est assez impressionnant


photo 0032photo 0033

Puis nous y sommes, le transfert s’effectue en bateau


photo 0035-51photo 0034

vidéo du vol aller



bonus: vilu reef - Malé


Et bonus voici quelques photos du vol retour, effectué en plein jour et à une altitude plus basse, ce qui permet d’observer les magnifiques iles et atoll.


photo 10001photo 10002

C’est comme une carte postale


photo 10003

Taj Exotica


photo 10004

Vent arrière pour Malé


photo 10005photo 10006

La cabine est configuré en 2+1 avec les bagages stockés au fond.


photo 10007

Il s’agissait du 8Q-MBF au retour.


photo 10008

Vidéo du vol retour



cDB 2019


Je termine comme le veut la tradition en fin d'année avec le CDB (Concours De je vous laisse trouver), j’ai eu la chance d’effectuer 67 vols, totalisant 259K km soit un nouveau record personnel … et pour ne rien gâcher, plus des deux tiers devant le rideau :P


photo sans-titre-2
Afficher la suite

Verdict

Trans Maldivian Airways

6.6/10
Cabine6.0
Equipage8.5
Divertissements7.0
Restauration5.0

Malé - MLE

6.6/10
Fluidité9.0
Accès5.0
Services6.5
Propreté6.0

Velavaru - VOM

7.5/10
Fluidité7.5
Accès5.0
Services7.5
Propreté10.0

Conclusion

Il est amusant de noter que l’hydravion aux Maldives est un moyen indispensable pour le développement de cet archipel dont les revenues sont essentiellement liées aux touristes séjournant dans les différents resorts. Trans Maldivian Airways semble avoir le monopole et pourtant la compagnie respire la confiance et le professionnalisme avec des aéronefs à l'état impeccable, un magazine de bord et un personnel aux petits soins, mais il faut aussi dire que le coût de ces pré/post acheminement est assez exorbitant (environ 500USD AR)

Puis au-delà de l’aspect « avgeek », les paysages survolés sont très beau et cela permet de mieux observer cet état si particulier mais malheureusement bien fragile.

Merci à tous de votre fidélité en 2018, mais surtout merci pour vos contributions et commentaires, c'est vous qui faite de Flight-Report, un fantastique lieu d'échange, de partage et de découverte.

à l’année prochaine ;)

Sur le même sujet

20 Commentaires

Connectez-vous pour poster un commentaire.