Avis du vol Air Guyane Saint-Laurent-du-Maroni Maripasoula en classe Economique

Compagnie Air Guyane
Vol 3S703
Classe Economique
Siege 6B
Temps de vol 01:30
Décollage 13 Nov 20, 14:45
Arrivée à 13 Nov 20, 16:15
GG 4 avis
Matt91
Par 868
Publié le 21 novembre 2020

iNTRODUCTION


Bonjour à tous,

Cela fait plus de 4 ans que je suis en Guyane, et je n'avais toujours pas pris l'avion pour un vol intérieur. Chose désormais faite, avec ce vol entre Saint-Laurent du Maroni et Maripasoula, via Grand Santi, à bord d'un Let L-410 Turbolet.

Comme l'a expliqué SEBOOYE sur un précédent FR (AIR GUYANE est à l'honneur en ce moment!), la réservation de billet est assez compliqué, car l'ouverture des réservations se fait au dernier moment. Par exemple, nous sommes le 20 novembre et les réservations pour décembre ne sont toujours pas ouvertes. Pas pratique aussi lorsque l'on fait l'aller en fin de mois et le retour en début du mois suivant.

Ainsi, nous guettions l'ouverture des réservations, et comme nous étions un groupe de 4 sur un avion de 17 places, il ne fallait pas louper le coche. Finalement, nous avons réservé le 26 octobre, et en moins de 2 jours, toutes les places étaient vendues. 

Par contre,  AIR GUYANE laisse 3 jours pour régler le billet, ce qui est un point positif. Et les tarifs restent stables (DSP). 


l'aeroport


L'aéroport de Saint-Laurent du Maroni est situé en pleine ville, ce qui est assez pratique pour y accéder. Pour les nuisances sonores, c'est moins sympa, mais avec un vol par jour, ça va.


photo vuegenerale

Arrivée à l'aéroport environ une heure avant le vol.
Une première vue de l'entrée :  


photo 20201113_135637p

Puis du bâtiment: 


photo 20201113_135803p

Un orage chauffe, mais fort heureusement, celui-ci s'éloignera de notre trajet. 


photo 20201113_135724p

Pratique, on veut venir en voiture presque au pied du comptoir d'enregistrement pour les plus fainéants d'entre nous. Si besoin, il est même possible de garer son véhicule le temps du séjour, mais c'est à vos risques et périls.

Puis c'est le moment de s’enregistrer. En ce temps de COVID-19, une seule personne à la fois peut rentrer à l'intérieur du bâtiment.    


photo 20201113_135238-21505

Le pot à moutarde ne contient évidement pas de moutarde mais du gel hydroalcoolique ;) 

Pour l'enregistrement, il n'est pas forcement nécessaire d'imprimer le billet, ils nous retrouvent dans l'ordinateur. Vérification des papiers, pesée du bagage en soute (10kg maximum) puis on monte sur la balance nous-même avec notre éventuel bagage cabine. L'avion étant petit, le poids semble très limité et tout est calculé. 


photo 20201113_135550p

Récupération de mon BP siglé Air Guyane / Air Antilles, avec mon talon bagage et son poids: 7kg, on est dans les clous.
Pas de place attitrée, le placement est libre… premier arrivé, premier servi.


photo 20201113_140532p

A peine je quitte l'enregistrement que notre appareil en provenance de Grand Santi attérit. A ce moment là, nous sommes à 50 minutes de l'heure théorique du départ.


photo 20201113_135630p

Demi-tour puis stationnement


photo 20201113_135642p

Notre appareil du jour sera un L-410 UVP-E20 immatriculé F-OIXF. Il a quitté plus tôt sa base de Cayenne pour aller à Maripasoula, puis Grand Santi et enfin Saint-Laurent du Maroni. Il fera par la suite le même chemin en sens inverse.

Une simple glissière de sécurité délimite la zone publique et le tarmac, ce qui permet d'avoir une belle vue dégagée.


photo 20201113_140330p

Le plein de l'appareil commence…


photo 20201113_140929p

Et entre temps, nos bagages sur le chariot sont prêts à être chargés à bord. La "soute" se trouve à l'arrière, et il y a aussi un petit coffre à l'avant, dans le nez. 


photo 20201113_141011p

Premiere partie du vol


A 14h35, soit 10 min avant l'heure théorique du départ, l'embarquement commence. Nous repassons devant le comptoir d'enregistrement, un par un, masqué et mains lavées grâce au tube à moutarde, COVID-19 oblige.

Puis direction à pied vers notre avion. Place choisie: la dernière banquette à l'arrière de l'avion. Au début, je n'étais pas convaincu, mais finalement, ce fut un bon choix: vue sur l'ensemble de la cabine, vue dégagée à droite et à gauche, car nous sommes au niveau de la porte.


photo 20201113_144306p

Une vue de l'ensemble de la cabine:


photo 20201113_144349p

L'avion est petit, mais on n'a pas l'impression d'étouffer, je trouve les hublots grands et nombreux.
Le pitch est correcte pour mon mètre soixante dix.


photo 20201113_144856p

Sur le siège de devant se trouvent les consignes de sécurité (feuille A4 plastifiée) et surtout, un sac à vomi.
Recto: 


photo 20201113_144641p

Et le verso: 
4 issues de secours pour un avion de cette taille, c'est pas mal. 


photo 20201113_144622p

Les bagages se trouvent juste derrière nous. Ils sont rangés dans des "compartiments" selon la destination. De plus, les bagages à mains "volumineux" (plus gros qu'un petit sac à mains) sont aussi placés là par l'agent de l'aéroport.


photo 20201113_144549p

Là, c'était bien rempli par rapport au vol du retour.

Une vue sur le moteur droit:


photo 20201113_144710p

Et une vue à gauche, sur la porte fermée.


photo 20201113_144844p

Il commence à faire chaud, car pas de ventilation tout le temps que l'avion n'a pas démarré.
 
Après avoir compté tout le monde, le pilote fait son annonce: présentation, météo, temps de vol, etc. Puis les moteurs sont mis en route.
14h50, nous quittons le parking et nous nous dirigeons en bout de piste.


photo 20201113_145005

Mais que font ces personnes en bord de piste ?!

Et bien ils attendent que nous décollions afin de traverser la piste et l'aéroport. Celui-ci étant situé en ville, il est plus facile et rapide de le traverser que de faire tout le tour. Ce chemin est emprunté quotidiennement par de nombreux élèves, une cité scolaire étant située juste à proximité.

Je n'ai pas pris la photo de l'autre côté, mais un véhicule de pompiers se place à proximité du chemin pour éviter que quelqu'un traverse au mauvais moment.  

Sur la vue satellite, on distingue bien le chemin:


photo satellite2

On s'avance jusqu'en bout de piste, puis demi-tour. Une dernière annonce par le pilote pour le décollage imminent.
Moteur à fond, lâché de frein et c'est parti !

Le (bi)turbopropulseur si petit, c'est une première pour moi. Et je trouve cela assez impressionnant, ça accélère vite, ça bouge, ça fait du bruit.
Une vue à droite: 


photo 20201113_145233

Puis à gauche, avec vue sur le Maroni et le Suriname


photo 20201113_145256

Puis virage à droite, pour faire demi-tour et aller en direction de Grand Santi:


photo 20201113_145314

Saint-Laurent du Maroni vue du haut: son aéroport, son hôpital, ses constructions, sa forêt…


photo 20201113_145353

On continue la montée


photo 20201113_145419

Et petit à petit, on quitte la ville


photo 20201113_145547

Averses par moment, soleil sinon.
Au fond on distingue la route qui va de Saint-Laurent à Apatou, dernière ville à être desservie par une route. 
Pour aller plus loin, c'est soit l'avion, soit la pirogue. 


photo 20201113_145816

Une photo de la cabine, avant que les choses se gâtent un peu:


photo 20201113_145901

Car dès qu'on passe dans un nuage, nous sommes secoués, plus ou moins fort.
Brouillard complet… 


photo 20201113_150013

Puis réapparition du soleil 


photo 20201113_150142

Pendant tout le vol, le pilote essaiera d'éviter les masses nuageuses les plus importantes. 
Les virages s'enchainent .


photo 20201113_150349

Des ondées éparses.
Et voilà que c'est déjà l'heure d'entamer la descente vers Grand Santi


photo 20201113_151329

La forêt qui fume à perte de vue


photo 20201113_151637

On se rapproche de la terre


photo 20201113_152047

Une dernière photo avant le touché


photo 20201113_152408

Et nous voilà posés à Grand Santi, à peine 35 minutes après notre décollage de Saint-Laurent.
Direction le parking pour cette courte halte, avec une vue sur l'aérogare.  


photo 20201113_152524

Une fois garé, arrêt des moteurs puis ouverture de la porte.
Les rares passagers pour Grand Santi descendent, tandis que d'autres les remplaceront pour la suite du vol.
Nous, nous sommes obligés de patienter dans l'appareil.

Photo à droite: RAS


photo 20201113_152723

Photo à gauche: bagages et colis déchargés, puis arrivée des nouveaux passagers.


photo 20201113_153105

Photo devant: la cabine allumée avant le départ.


photo 20201113_153957

SECONDE PARTIE DU VOL


Et c'est reparti pour la suite. A peine 15 minutes après notre arrivée, nous sommes prêts à repartir pour Maripasoula.
On s'aligne, et on décolle (dans le sens inverse dans lequel nous sommes arrivés) .


photo 20201113_154105

Début de la montée


photo 20201113_154329

Puis virage à droite. Cela permet une belle vue sur la ville de Grand Santi et de l'aéroport que nous venons de quitter.


photo 20201113_154413

On continue le vol, avec une magnifique vue sur le fleuve et ses méandres côté droit.



Tandis qu'à gauche, un arc en ciel se profile


photo 20201113_155544

Mais c'est déjà l'heure de revenir sur terre


photo 20201113_155900

Passage au dessus d'une petite partie de la ville de Maripasoula


photo 20201113_160042

Au loin la piste d'atterrissage, avant le demi-tour


photo 20201113_160103

La plateforme terrassée, au premier plan, accueillera le futur lycée de Maripasoula.

Dernier virage et dernière photo avant l'atterrissage.


photo 20201113_160142

Et nous voilà posés, 20 minutes après notre départ de Grand Santi.
Il est 16h03, l'heure théorique d'arrivée est 16h15, on est bon.

Demi-tour en bout de piste, puis on rejoint le parking qu'on devra partager avec un grand frère. 


photo 20201113_160358

L'ATR 42-500 F-OIXE d'Air Antilles qui opère actuellement des vols Cayenne - Maripasoula est au parking. (Il n'y aura jamais eu autant de sièges disponibles entre ces villes, car quelques semaines auparavant, tous les vols étaient complets avec les LET L-410).  


photo 20201113_160427

Une vue un peu plus centrée sur l'aérogare:


photo 20201113_160437

Et c'est déjà l'heure de quitter notre appareil. Une dernière vue :


photo 20201113_160736-95165-94974

Le petit marchepieds permet de descendre sans trop de difficulté. Il se range dans le compartiment à bagages.

Nous rejoignons à pied l'aérogare. Nous passerons par une porte qui donne directement à l'extérieur de l'aéroport.


photo 20201113_160742

L'ATR toujours au déchargement. 


photo 20201113_160911

Nous nous retrouvons dehors, où il y a beaucoup de monde ! En effet, il y a les personnes arrivant de Cayenne avec l'ATR qui attendent leurs bagages, les personnes qui attendent l'embarquement pour Cayenne, et nous qui venons d'arriver.

Après avoir déchargé l'ATR, ils s'occupent de notre Let L-410. 

Ensuite, livraison des bagages directement sur les chariots et à l'extérieur sur le parking.


photo 20201113_162613-39431

Heureusement qu'il ne pleuvait pas, sinon, ça n'aurait pas été tip top. 

Et c'est ainsi que s'achève ce FR, merci de m'avoir lu.


Bonus : Cliquez pour afficher
Afficher la suite

Verdict

Air Guyane

7.2/10
Cabine8.0
Equipage8.0
Divertissements8.0
Restauration5.0

Saint-Laurent-du-Maroni - LDX

8.5/10
Fluidité9.0
Accès9.0
Services8.0
Propreté8.0

Maripasoula - MPY

7.2/10
Fluidité7.0
Accès8.0
Services8.0
Propreté6.0

Conclusion

Difficile d'avoir un avis objectif sur vol, tant il est particulier pour moi.

LDX est plutôt pratique, propre, et il y a tout ce qu'on attend d'un petit aéroport.
Les (rares) formalités se passent très rapidement.

MPY était très encombré, trop petit pour accueillir l'ATR 42-500 et le LET L-410.
Pour nous, la livraison des bagages a été très rapide, mais pour les autres, c'était surement plus long.

Et que dire d'Air Guyane ?

Niveau réservation, c'est assez chaotique. Les réservations s'ouvrent en fin de mois pour le suivant, et les places partent plus ou moins vite selon la destination. De plus, avec la COVID-19, le programme de vol sur Saint-Laurent n'est pas revenu à la normal. Pour Saül, c'est encore pire avec seulement 2 vols par semaine. Entre CAY et MPY, ça va mieux depuis que l'ATR est arrivé et qu'il y a deux vols par jour. (Pour la petite histoire, j'ai effectué un vol CAY-MPY le 27/10, réservé très tôt car initialement prévu en Let L-410. Finalement, nous avons été prévenu d'un changement d'horaire et d'avion (ATR). Et lorsque j'ai regardé pour réserver ce même vol, 3 jours avant, il y avait encore de la place).

Par contre, point positif, on a 3 jours pour régler la réservation. Et les billets sont flexibles, annulables jusqu'à 12h avant le vol moyennant 8€ et échangeables pour 5€, mais je ne sais pas si c'est tout le temps comme ça.

La situation "devrait" changer, car la DSP est arrivée à échéance le 30 octobre dernier. Elle est pour l'instant prolongée provisoirement, les offres sont en cours d'analyse par la collectivité territoriale de Guyane (CTG). Il y aurait en tout 3 candidats, dont Air Guyane.

Sinon, pour finir sur une note positive, très bon vol malgré la chaleur, ponctuel, et le Let L-410 et les paysages de Guyane sont un très bon divertissement.

Sur le même sujet

32 Commentaires

Connectez-vous pour poster un commentaire.