Avis du vol Delta Air Lines Paris Seattle en classe Economique

Compagnie Delta Air Lines
Vol DL614
Classe Economique
Siege 37G
Temps de vol 10:50
Décollage 25 Jul 13, 10:40
Arrivée à 25 Jul 13, 12:30
DL   #59 sur 131 Compagnies Un minimum de 20 flight-report est nécessaire pour apparaitre dans le classement. 615 avis
Pucinet
Par SILVER 8765
Publié le 29 septembre 2013
Bonjour,

De retour en tant qu’auteur pour notre vol aller de vacances d’été qui nous mène sur la côte ouest américaine cette année. Un peu de fraîcheur pour un road trip allant de Seattle à San Francisco en passant par le mont Rainier, Portland et la côte de l’Oregon, durant 3 semaines. Très beaux paysages.
Retour en arrière. En février au moment de l’achat des billets, je compare et compare encore avec stop à Londres ou Frankfort ou Reykjavik mais dans ce dernier cas je rajoute un vol SFO – SEA et donc moins de temps sur place… Bref, nous avons préféré l’unique vol direct vers Seattle depuis Paris, plutôt qu’avec un stop et retour direct depuis San Francisco (je ne sais pas encore si je publierais un FR sur ce vol bétaillère de nuit en 777 car pas beaucoup d’images mais le personnel AF était au top avec une hôtesse dans toute sa splendeur – sic !).
Oui nous voyageons aux périodes les plus demandées et savons que nous devons payer le billet d’avion aux prix forts… C’est ainsi dirons certains, le prix à payer pour se faire mal en Y… Si c’était à refaire peut-être que je ferais un stop.
Donc le site internet de notre compagnie nationale est mis à contribution pour les 2 vols, aller SEA avec Delta, retour SFO avec Air France.
Les billets pour vol direct SEA avec Delta, vol DL 614 le jeudi 25 juillet à 10h40 (vol également narré sur FR par Esteban, http://flight-report.com/fr/report-1631.htmlici, retour SFO, vol AF 085 du vendredi 16 août le plus tard possible pour profiter au maximum de la journée soit départ à 21h25. Fin février lorsque j’ai obtenu validation de mes dates de congés, les vols sortaient sur le site AF à 2839€ pour les 2 billets. Je ne veux pas exploser mon budget vacances avec seulement le vol. Un petit tour sur le site Delta, les billets sont au même prix. Enfin le détour gagnant sur le site KLM et là, bingo, les mêmes billets le même jour sortent à 2510 €. Ni une ni deux, la carte bancaire est de sortie, j’achète.
Pour les avions, on ne choisit pas encore sauf à décaler ses jours de départ pour avoir l’avion voulu, comme certains. Pour les places, on choisit le rang 37 car déjà en février il n’y a pas pléthore de sièges dispo, siège sur la droite pour voir le Groenland (merci aux reporters pour l’info, nous avons pu l’apprécier). Sur le moment, je ne me suis pas laissé tenter par le upgrade « confort » pour ce vol ayant déjà déboursé plus de 2500 euros. Peut-être un jour pour un vol retour. Pour un vol aller, nous sommes déjà excités par le fait d’être en vacances et d’aller découvrir une destination.
Ensuite, les mois passent, les résa des étapes sont bouclées. La veille du départ, enregistrement en ligne sur le site KLM sans problème, dommage pas d’offre d’upgrade. A ce moment-là, il est possible que j’aurais franchi le pas à choisir la classe Economy confort au vue des reports que j’ai lu entre la réservation et le vol et puis le souvenir du coût initial du billet s’est estompé.
Donc le jour du départ, les fortes chaleurs sont un peu passées sur Paris, un taxi nous conduit rapidement jusqu’à l’aérogare 2 E sauf les -au moins- 5 minutes d’attente aux nouvelles barrières/péage pour pouvoir d’accéder à la dépose minute devant les portes (je comprends le principe d’Aéroport de Paris mais le trouve assez stupide à cet endroit car il n’y a pas de place pour les véhicules en attente donc ça déborde de voitures de partout, un vrai boxon ).

Pas mal de monde à l’entrée, un jour de vacances quoi.
photo 00_dl614

Enregistrement après avoir eu d’une part le droit de faire la queue pour s’enregistrer en prouvant (et montrant) que j’avais bien une réservation pour le vol retour à une première personne, puis répondu aux questions relatives aux bagages pour les vols US à une seconde pendant que nous faisons la queue avant le comptoir, avec un petit autocollant en bonus sur la couverture de mon passeport.
On dépose les bagages 15 et 20 kg, franchise de 23. C’est bon, on pourra aller s’approvisionner dans un outlet de l’Oregon, état dans lequel il n’y a pas de taxe sur les produits. Le prix affiché est le prix que vous payez, ce qui est peu courant aux Etats-Unis.
photo 1_0_dl614

Direction les portes KLM, le nouvel espace (1 an déjà). Incroyable pas d’attente pour le contrôle des passeports à la PAF.

photo 1_1_dl614

Ensuite nous voilà sous douane pour emprunter le métro automatique LISA qui nous mène en moins de 3 minutes au terminal M (le nom initial de satellite 4 a disparu? au moins sur le site internet d’Aéroport de Paris).
photo 2_dl614photo 2_1_dl614

Un premier escalator depuis le métro jusqu’au PIF contrôle des bagages. Une photo volée depuis l’escalator qui mène à la galerie commerciale, nous voyons de l’autre côté des vitres, deux 380 AF en porte L.
photo 3_1_dl614

Ensuite repos cinq minutes après cette marche, un peu de réhydratation (je n’ai pas l’occasion de fréquenter les salons). L’espace est agréable sous la verrière devant les boutiques de luxe, les sièges sont confortables et équipés de prises électriques. Je ne suis pas allé voir l’espace Musée, j’essayerais d’y penser la prochaine fois.
photo 3_2_dl614


Il est déjà temps de rejoindre, à pied et avec les tapis roulants, l’extrémité du terminal vers la porte M49, je pense qu’il y au moins 300 mètres entre la galerie et la porte. Mais pour y aller il faut slalomer entre les queues des personnes qui attendent leur embarquement.
photo 3_3_dl614

Au début de faire la queue pour l’embarquement, nous répondons à nouveau au questionnement d’un agent sur nos bagages, en anglais.
photo 4_dl614

Après quelques minutes d’attente, comme nous sommes à l’arrière, nous rentrons assez rapidement dans ce Boeing 767-332, pas tout jeune. Je manque à tous mes devoirs. Après avoir oublié la photo corporate de l’écran FR, je n’ai pas l’immatriculation de l’appareil, j’ai tenté mais n'y suis pas arrivé à photographier notre avion en porte M 49 ! Et à l’arrivée, un peu fatigué, je n’ai plus pensé à l’immatriculation.

Donc on embarque et les Deltalina, Mamie et senior boys nous saluent. Les pimpantes et jeunes hôtesses ou stewards ne sont pas au rendez-vous. On s’installe comme on peut, il n’y a pas beaucoup de place. Je ne m’y attendais pas non plus. Je ne suis pas très grand non plus, mon mètre 66 va bien en classe éco.
photo 5_dl614

Une petite vue de la cabine, configuration en 2 / 3 / 2. Sur le siège est posé un sachet contenant une couverture rouge qui grattouille un peu, des écouteurs légers, un sachet serviette rafraîchissante (enfin si on a de quoi la rafraîchir…) et au-dessus un simili oreiller tout mou.
photo 6_dl614photo 7_dl614

L’IFE est de bonne facture, tactile qui répond bien, l’échelle avec la bouteille d’eau pour se rendre compte de sa taille. Par contre, complet mais pas trop de films sous-titrés ou en français. Et il y a une prise USB sous l’écran près de la prise audio (désolé mais on ne la voit pas bien).
photo 8_dl614

Les documents de sécurité.
photo 9_dl614photo 10_dl614

Nous attendons toujours sans explications alors que nous aurions déjà dû décoller.
Après les consignes de sécurité (fini la deltalina, au tour d’une amusante présentation à voir sur Youtube (http://www.youtube.com/watch'v=wK0Ago6Kb0E), le commandant a pris la parole pour s’excuser du retard, annoncer le temps de vol de 10 h.
photo 10_dl614_1
Le voyage commence, by by Paris
photo 11_dl614

11 h 13 roulage . En piste, 1, 2, 3 nous avons gagné le top départ contre cet A380. Les deux avions sont au décollage en pistes nord, le 380 sur la 27 R et nous sur la 27 L !
photo 12_dl614

Il est 11 h 18 nous décollons avec 48 minutes de retard (rattrapé en vol).
photo 12_dl614_2

Non, nous n’avons pas fait tous ces zigzags au départ en survolant l’Ile-de-France, bizarre…
photo 13_dl614

Une demi-heure après le départ, distribution de serviettes chaudes. Pas de distribution de menu.
Une petite erreur de traduction ?
photo 14_dl614

L’apéritif est servi une heure après le départ, nous sommes au-dessus du Royaume-Uni. Vin blanc directement issu d’une brique… généreusement servi dans un gobelet plastique accompagné de biscuits salés. Pas si tord boyau que cela, je m'attendais à pire en voyant l’hôtesse me servir, telle une cantinière s'assurant que les portions sont généreuses
photo 15_dl614

« Toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite »
photo 16_dl614

Puis viens le plateau repas, une autre demi-heure plus tard. Une coupelle de salade avec tomate, un bœuf ou poulet, bœuf tendre avec une sauce curry, des morceaux de haricots verts craquants (pas gouteux), du poivron pour décorer, du riz blanc blanc. Un bout de fromage, si tant est que l’on puisse appeler le cheddar conditionné par 20 g sous plastique du fromage, un sachet de 2 crackers , un peu de beurre, un morceau (18 g, c’est un morceau ou un amuse-bouche ?) de Shortbread de la marque anglaise Café Bronte « choc chip & orange », un morceau de pain, sous cello comme au supermarché autrefois.


J’ai testé le café Delta. C’était un café pour la santé car oui il fallait bien cela pour ne pas mourir étouffé en mangeant le Shortbread. Rien à voir avec un expresso, c’est une autre expérience, un avant-goût des vacances américaines ?
Une photo volée d’une hôtesse typique Delta.
photo 20_dl614

Un petit tour pour se dégourdir les jambes, voir le galley, plus de 3 heures après le décollage, les toilettes sont sales.


Les hôtesses et stewards sont passés dans les allées proposer de l’eau.
Quelques vues du Groenland.



Six heures après le départ, une collation est servie, sandwich jambon fromage emballé dans un grand sachet pouvant être réutilisé avec un sachet de « mayonnaise », indispensable pour essayer d’avaler le pain mou et un mini Kitkat. Ai choisi le jus d’orange comme boisson, mais l’ai regretté tellement il était chimique et acide (je n’aime pas les aliments acides)
photo 27_dl614photo 28_dl614

Le nord canadien et les champs pétrolifères.
photo 29_dl614photo 30_dl614

Neuf heures après le départ, une avant l’arrivée, nous avons un sandwich chaud, fromage collant façon panini. J’ai seulement croqué dedans (le sandwich), je n’ai pas aimé mais ce n’était pas mauvais paraît-il. Fort heureusement il était accompagné d’une glace.
photo 33_dl614

OK il y a un peu de jeu au plafonnier, tant que ça ne se décroche pas, ça me va.
photo 31_dl614

Les Rocheuses.
photo 34_dl614

La frontière entre le Canada et les États-Unis est visible par le « trait » vertical.
photo 35_dl614

Nous survolons Seattle avant de faire demi-tour pour atterrir. Le beau temps permet de voir la chaîne des Olympiques à l’horizon.
photo 34_dl614_1photo 35_dl614_1

Après 10 heures de vol, nous venons d’atterrir à Seattle, 12 h 16 locales. Nous avons rattrapé notre retard, il faut beau.
photo 36_dl614

Arrivée au satellite sud, porte S3. Il nous faut 15 minutes pour sortir de l’avion et passer devant ce panneau avant le passage rapide de l’immigration. Un autre vol japonais vient d’atterrir après le vol français. Ensuite on prend un métro automatique depuis le satellite jusqu'au bâtiment principal pour les contrôles et récupérer ses bagages.
photo 38_dl614

Photo du hall de livraison des bagages, prise 12 minutes après la précédente. On peut apercevoir en haut à gauche, à l’étage, les guichets de l’immigration et devant lesquels nous avons, ici aussi, patienté très peu de temps, à peine 5 à 7 minutes. C’était plutôt cool d’arriver ainsi. Prise d’empreinte de tous les doigts, gars très sympa. Son collègue au guichet d’à côté déjeunait, avec fourchette et couteau, tout en travaillant !
photo 37_dl614

Oui il y a quelques arrivées à Seattle.
photo 39_dl614

Il faut emprunter un escalator pour arrivée au niveau supérieur, celui de la sortie extérieure. Ensuite, un bus navette nous conduit au bâtiment parkings -qui a l'air récent- des loueurs de voiture qui n'est vraiment pas à côté.
photo 38_1_dl614


En bonus, quelques images du musée de l’aviation visité le samedi 28 juillet. Visite un peu trop rapide à mon goût, en plus le musée ferme à 17 heures ! Donc un Concorde BA, le premier Air Force One, on peut visiter ces deux appareils, le premier 747 « Everett » et tant d’autres…
Nous avons réservé l’excursion « Boeing Field Tours » qui permet d’avoir une visite commentée en minibus du site original Boeing. La prochaine fois je m’arrêterais à Everett.
Cette visite « privée », nous n’étions que 2 avec un chauffeur et un guide, ancien pilote de 747, les 4 autres participants ayant annulé au dernier moment. Cela nous a permis de voir les bâtiments d’origine de l’aéroport, de faire le tour des parking, d’approcher un 747 avec un moteur en cours de réparation, deux 787 au hangar (pas de photo car vraiment à contre-jour), deux avions en attente de livraison (ce site sert à la livraison des avions).


Ce 738 China Southern immatriculé B-5762, a été livré 3 jours plus tard, le mardi le 30 juillet.
photo 44_dl614

Cet avion 738 Iraqi Airways immatriculé YI-ASE a été livré le 18 août.
photo 45_dl614photo 47_dl614

Intérieur du premier Air Force One, VC-137B.
photo 54_dl614photo musee aviation6

Concorde
photo 47_dl614_1
On a visité l'intérieur depuis la porte centrale vers l'avant mais les sièges sont protégés par des parois plastiques pas terrible pour les photos
photo musee aviation5

Poste de pilotage du Concorde
photo 52_dl614
Le premier 747


Et pour finir, la carte postale de Seattle depuis Kerry Park.
photo 51_dl614

La jean-luc-éo (the vidéo pour jean-luc) de ce vol est visible sur dailymotion : http://www.dailymotion.com/video/x14ctmv_flight-delta-dl-614-from-paris-cdg-to-seattle-sea_travel

Pour les amateurs, oui nous sommes bien aux US
photo xw 004photo xw 007

Merci d'être arrivé jusqu'ici.
Afficher la suite

Verdict

Delta Air Lines

6.0/10
Cabine5.0
Equipage7.0
Divertissements7.0
Restauration5.0

Paris - CDG

7.0/10
Fluidité8.0
Accès5.0
Services7.0
Propreté8.0

Seattle - SEA

8.9/10
Fluidité10.0
Accès8.5
Services8.5
Propreté8.5

Conclusion

Un vol transatlantique en classe économique, ni super génial, ni mauvais, bon en résumé. Les points négatifs sont le confort et l’exiguïté.
Avons apprécié le service, toujours cordial, souriant, professionnel, efficace.
L'IFE est complet films, musique, jeux en revanche il n'y a pas énormément de films doublés ou sous-titrés en français. La qualité de la nourriture n'est pas top, dommage.
Avion pas trop bruyant, ou alors cela ne m'a pas semblé bruyant
Avons pu largement profiter du panorama, le beau temps nous a permis de très bien voir les côtes françaises, du Groenland, le nord du Canada avec des champs de pétrole, de revoir des Rocheuses où sommes allés en vacances. Arrivée à l'heure, idéale en début d'après-midi permettant de profiter un peu de la journée, et du beau temps.
Charles de Gaulle, un beau bor.. pour y arriver, beaucoup de queue de voitures pour atteindre l'aérogare, des engueulades entre automobilistes, un coup de stress inutile. A l'intérieur, les questions posées plusieurs fois pour les vols US sont un peu pénibles, de plus le sourire n'est pas ce que l'on retiendra de ces agents, un peu comme s'ils se sentaient obligés de faire la tête.
Le hall M est vraiment bien, sièges confortables, pas trop bruyant.
Seattle, on sort on prend un métro puis contrôle, pour nous super rapide, récupération des bagages puis ensuite, pas top, mais il faut prendre un escalator pour sortir. Une navette genre bus conduit jusqu'aux loueurs ! Enfin c'est aller assez vite heureusement.

Informations sur la ligne Paris (CDG) Seattle (SEA)

Les contributeurs de Flight-Report ont posté 9 avis concernant 2 compagnies sur la ligne Paris (CDG) → Seattle (SEA).


Pratique

La compagnie qui obtient la meilleure moyenne est Air France avec 7.5/10.

La durée moyenne des vols est de 10 heures et 41 minutes.

  Plus d'informations

18 Commentaires

Connectez-vous pour poster un commentaire.