Avis du vol Air France Paris Dubai en classe Economique

Compagnie Air France
Vol AF662
Classe Economique
Siege 45A
Temps de vol 07:25
Décollage 18 Jul 22, 15:15
Arrivée à 19 Jul 22, 00:40
AF   #19 sur 71 Compagnies Un minimum de 10 flights-reports sur les deux dernières années est nécessaire pour apparaitre dans le classement. 5171 avis
watchbird
Par 900
Publié le 29 juillet 2022

introduction


Bonjour et bienvenu dans ce flight-report,

Nous voilà dans le second vol de la série de l'été. Vous trouverez dans le premier vol de la série une petite explication du choix des vols et bien sûr ci-dessous le lien vers le précédent report.


Routing

  • EK73 - Economique - Dubai → Paris - Airbus A380-800 Passé
  • AF655 - Economique - Paris - Dubaï - Boeing 777-300ER Vous etes ici
  • AF662 - Economique - Dubaï - Paris - Boeing 777-300ER A venir
  • AF7658 - Economique - Paris - Biarritz - Embraer ERJ-190 A venir
  • EK72 - Economique - Paris - Dubaï - Airbus A380-800 A venir

Après un aller sur Emirates en A380 et une petite semaine parisienne il est temps de retourner bosser à Dubaï !
C'est parti pour ce vol en comparaison du précédent !


Avant le vol


Bon alors tout commence assez mal : après un enregistrement en ligne sans problème, la veille du vol je reçois un petit texto de nos amis d'Air France pour annoncer un nouvel horaire de départ à 15h15 au lieu de 13h45… Une heure et demie de retard ça commence bien ! Bien entendu je m'attendais un peu à ce genre de désagréments tant on entendait les infos sur les aéroports dépassés par les évènements. Pas sûr que cela soit lié mais bon ça ne m'arrange pas trop : au lieu d'un arrivée un peu tard à la maison, ça va faire très très tard avec une journée de boulot le lendemain qui s'annonce rude !

Ensuite selon une loi bien connue, je pensais prendre tranquillement mon RER B plutôt pratique pour moi en cette fin de matinée de lundi. Par réflexe je vérifie au moment de partir sur internet qu'il n'y a pas de perturbations… Et ben j'ai bien fait de vérifier, le RER B est interrompu à Gare du Nord avec les voies occupées par des manifestants… Donc j'ouvre l'appli Uber : 90 euros… Bon il va falloir trouver un taxi sur la route… Bien sûr, c'est la course au taxi dans la rue mais après quelques déconvenues je trouve un original qui cherche un client pour CDG uniquement. Ouf. Bon il conduit n'importe comment, prends une route qui me paraît compliquée, s'arrête pour prendre de l'essence et visiblement il considère que la climatisation n'est pas inclus dans le forfait de 58 euros pour CDG mais bon je suis en route !

En arrivant sur CDG et en profitant de l'embouteillage massif qui encombre le seul terminal ouvert (le 2 quand même) alors que tout le monde vient en voiture puisqu'il n'y a plus de train depuis 2h je prends une petite photo d'un avion en provenance de Tahiti !


photo 20220718_113850

enregistrement


Une fois déposé devant le terminal 2E, il y a une bonne foule. L'enregistrement des bagages est fait par zone c'est-à-dire que chacune des zones se voit attribué une poignée de destinations. Pour Dubaï aujourd'hui c'est la zone 10 qui est peu fréquentée. Ayant un bagage à enregistrer, je passe par la borne pour éditer l'étiquette bagage puis direction l'automate de pesage après avoir montré pattes blanches à deux reprises (vérification de la destination entre autre).



Oups j'ai trop de victuailles dans la valise… Du coup écran spécial et blocage du processus. S'en suit une intervention de l'hôtesse qui mets une étiquette "heavy". Bon je ne dévoile pas le process de déblocage mais pas besoin d'attendre le personnel Air France pour une autre fois j'ai la combine… En tout cas pas besoin de négocier pour 1kg de surpoids cette fois ci ça me va bien.


photo 20220718_115841

Ensuite demi-tour pour revenir vers le centre du bâtiment et passer la frontière (PAF). Pour le coup le passage est fluide et en particulier les sas Parafe sont opérationnels. Le process est simple mais il est parfois nécessaire de l'expliquer à quelques passagers un peu perdus !


photo 20220718_115957-55999photo 20220718_120145-90547photo 20220718_120216-10508

Le vol est annoncé en porte L44 donc passage par le petit train LISA pour une station. On peut apercevoir quelques avions aux portes K. A la sortie du train il suffit de monter pour tomber sur le filtre de sécurité (PIF).



Je retrouve une certaine foule au niveau du PIF. Il y a une majorité de postes ouvertes mais pas tous peut être le signe de ce manque de personnel qui semble affecter tous les aéroports européens. Au final 16 minutes montre en main pour passer le filtre dans la file non prioritaire. On a vu pire et au final environ 50 minutes entre l'arrivée dans l'aéroport et l'arrivée en porte (le double de DXB à l'aller…).



En porte c'est calme car j'arrive assez tôt pour l'heure de départ prévue mais l'avion est déjà là et le vol précédent débarque. Il s'agit du F-GZNE numéro de série 790 (13 ans bien tassé) qui a l'honneur de porter la livrée Skyteam tout argent. Très vite les équipes Servair viennent apporter les repas et récupérer les chariots du vol précédent.



J'ai profité de mon temps disponible pour faire un petit tour de la jetée L pour spotter. Bien sûr beaucoup d'Air France avec les vétérans B777 mais aussi les récents B789 et A359 ainsi que quelques partenaires asiatiques. Sur les pistes du doublet sud c'est très actif en particulier avec l'arrivée d'un A332 d'Iran Air. L'intrus est ce gros chat qui dort profondément…



embarquement


A l'heure nouvellement prévu, l'embarquement démarre en porte avec les passagers SkyPriorité. Une attente conséquente va être nécessaire dans la passerelle surchauffée par la canicule parisienne du jour avant que l'accès à l'avion soit autorisé. Comme vous pouvez le voir la livrée de l'avion est impeccable… sauf la nacelle moteur gauche qui est blanche avec des trappes d'accès grises. Un petit patchwork !



A bord


Entrée dans l'avion chaleureuse, on sent un équipage motivé et ça se confirmera pendant le vol. En arrivant par la porte L2, on passe par un petit bout de Business puis la Premium pour arriver à l'Eco. Dès la Premium on sent la densité augmenter nettement !



Bon le siège est maintenant bien connu et c'est toujours aussi serré. En largeur bien sûr comparé à l'A380 d'Emirates mais aussi le pas qui est franchement plus faible. L'armement du siège est identique (coussin / couverture / écouteur) sauf que la couverture est toute fine et toute petite. Vient alors le moment où on rêve que le seul siège inoccupé de la cabine soit celui à côté de soi… Eh bé non faut pas rêver, le vol est bien plein en ce lundi après-midi.



Pendant l'embarquement, petit tour des environs et des allées venues du moment.



Et là la blague du jour : après un vol programmé avec déjà 1h30 de retard, un embarquement chaotique (20 minutes entre le bip de la carte d'embarquement et l'arrivée à la porte de l'avion), une annonce de départ retardé pour cause de "no-show" arrive le clou du spectacle : le créneau de repoussage dans 1h20 "même si on fait notre maximum pour négocier" etc… Bon là la coupe est pleine ! Jusqu'à ce que l'annonce en anglais à peine finie, le commandant reprenne le micro pour annoncer que finalement nous pouvons partir immédiatement… C'est-à-dire 16h05 donc 2h20 après le départ initialement prévu, soit 2h20 de sommeil en moins à l'arrivée. Merci Air Chance !

Pendant le repoussage la vidéo de sécurité est diffusée sur les écrans, pas de caméra extérieure fonctionnelle sur cet avion.



Direction le doublet sud pour le décollage. Un A380 d'Emirates est de passage, qui lui est à l'heure… départ prévue à 15h35 pour un décollage à 16h10… nominal !



C'est l'occasion de regarder le menu du déjeuner de 18h et du dîner de minuit !


photo 20220718_161230photo 20220718_161238

Un petit Embraer de chez Hop nous passe devant puis alignement et décollage en passant devant un autre A380 de Qatar celui là !



Puis passage en revue du Terminal 2G où j'irais attraper mon vol pour Biarritz très bientôt !


photo 20220718_161948

en vol


Pas grand chose à dire sur le début du vol, on monte tranquillement. A signaler : un petit incident entre mon voisin et le passager de devant. Lorsque celui ci a incliné son siège mon voisin s'y est opposé vigoureusement… C'est sûr qu'une fois incliné au maximum on a littéralement le nez sur l'écran. C'est très désagréable mais c'est un peu la règle sur AF… Bon au final après un petit dialogue peu amène et un appel à la médiation d'une hôtesse de passage il est convenu que le siège ne sera incliné qu'après le repas…



Un petit intermède avec le croisement d'un A320 de Wizzair qui nous passera dessus.


photo 20220718_164204photo 20220718_164227

Alors que nous avançons vers l'Allemagne, le repas se précise avec la distribution des repas spéciaux puis le passage du chariot adhoc.



Bon ben j'ai tout mangé ! Le plateau était plutôt bon dans l'ensemble, la salade était fraîche, le plat principal simple mais pas mauvais et le dessert plutôt bon.

Puis de nouveau un petit air-to-air mais pas Wizzair… 



La route nous fait traverser une bonne partie du sud de l'Europe de l'est puis les Balkans jusqu'à Istanbul bien visible.



La nuit avance et la cabine devient de plus en plus calme…



Et là essayant de déjouer les rayures avec l'auto-focus de mon téléphone je prends une petite photo où on voit le bout de l'empennage et le bout de l'aile ! Vive le grand angle… J'en mets deux pour le prix d'une.


photo 20220718_192255photo 20220718_194245

Le vol se poursuit vers le Kurdistan puis l'Irak et le golf d'Arabie. La cabine est rallumée pour le service de la "collation".



Une collation pas si mal même si le sandwich est sec. Le tout servi dans un petit sac tout mignon…



atterrissage


En approchant de Dubaï, nous ferons un petit circuit d'attente avant de passer la côte vers Sharjah, de faire demi-tour vers la mer pour enfin s'insérer dans l'approche vers l'est. Il devait y avoir pas mal de monde en l'air pour le doublet de pistes de DXB.



Après un atterrissage tout en douceur, roulage vers le terminal 1 en longeant le terminal 3 qui est peu animé à cette heure ci (0h40 heure de Dubaï soit 2h de retard sur l'horaire initial prévue).

Kenya Airways est présent à CDG et DXB mais Cebu ne vient pas jusqu'à CDG malgré son A330neo flambant neuf…



arrivée


Peut de temps après l'arrivée en porte, le débarquement démarre et mes voisins me laissent passer alors qu'ils seront assistés pour le débarquement. Le Terminal 1 est relié au hall d'arrivée par un petit train comme vous pouvez le voir ci-dessous… Plus de contrôle des statuts PCR / vaccinaux.



Ensuite sortie du petit train et passage de la frontière (par les Smart Gates maintenant que je suis résident des Emirats). Ensuite un petit scan des bagages à mains et arrivée au tapis bagages. Le tout en 17 minutes (entre la photo en Business et la photo au tapis bagage)… Pas mal ùais pas mieux que CDG T2C à l'aller !

Mais là c'est le drame : pour une fois les bagages mettent de très longues minutes à arriver (33 pour être précis)… et pourtant le mien n'est pas dans les derniers à en juger par le monde encore présent quand je m'éclipse ! 



Direction les taxis pour un retour rapide à la maison… Il est 2h du matin quand je monte dans le taxi !


photo 20220719_015109-85278photo 20220719_015155-85089
Bonus : Cliquez pour afficher
Afficher la suite

Verdict

Air France

6.9/10
Cabine3.0
Equipage8.5
Divertissements8.0
Restauration8.0

Paris - CDG

6.0/10
Fluidité6.0
Accès3.0
Services7.0
Propreté8.0

Dubai - DXB

7.4/10
Fluidité6.0
Accès8.0
Services7.0
Propreté8.5

Conclusion

Alors vous l'aviez deviné, notre compagnie nationale est clairement la compagnie low-cost sur cette ligne par rapport à Emirates qui a une offre premium en Eco en comparaison.

Bien sûr ce vol très retardé n'a pas amélioré la prestation déjà inférieure liée à une cabine densifiée à l'extrême pour un vol long courrier. Le choix d'Air France ne s'impose à mon sens sur cette ligne que si on voyage sans bagages en soute et que la différence de prix est n'est pas acceptable (EK est systématiquement plus cher sur la ligne mais intègre un bagage par personne dès le premier prix)... ou comme moi dans le cas présent, lorsqu'on a besoin de faire une correspondance en France hors Lyon/Nice qui sont desservis par EK (mais en 777 cet été).

Sinon les repas sont plutôt de qualité et l'offre de divertissement notamment en français est assez large.

Les aéroports ont chacun eu leurs points forts et leurs défaillances sur ce vol. L'accès et la fluidité du PIF à CDG ainsi que l'attente des bagages à DXB auraient pu être meilleur.

Merci une nouvelle fois de m'avoir lu et à très bientôt si je suis motivé à faire les FRs des retours !

Informations sur la ligne Paris (CDG) Dubai (DXB)

Les contributeurs de Flight-Report ont posté 113 avis concernant 2 compagnies sur la ligne Paris (CDG) → Dubai (DXB).


Pratique

La compagnie qui obtient la meilleure moyenne est Emirates avec 8.4/10.

La durée moyenne des vols est de 6 heures et 41 minutes.

  Plus d'informations

2 Commentaires

Ce Flight-Report vous a plu ? N'hésitez pas à interagir avec son auteur en laissant un commentaire ci-dessous.
  • Comment 608301 by
    nicobcn TEAM GOLD 6685 Commentaires

    Merci pour ce FR !

    Un départ un un peu chaotique, les opérations à CDG ne sont vraiment pas faciles en ce moment...

    A bord le produit AF en Eco reste très bon même si le 777 n'est probablement pas aussi confortable que les A350 dernièrement livrés.

    A bientôt !

    • Comment 608313 by
      watchbird AUTEUR 426 Commentaires

      Merci Nicobcn pour le commentaire.
      Le produit AF en éco est très bon sauf l'espace disponible ! Ca le rend désagréable sauf à avoir un siège libre à côté ce qui est rare !
      Pour l'A350 j'avais un petit espoir que pour l'été ça passe à l'A350 puisque c'est la période creuse à Dubaï mais ils ont plutôt supprimé le second vol quotidien et les 777 sont pleins. Peut être le second vol cet hiver sera en A350... Il était en B789 l'hiver dernier, il y a plus de sièges dans l'A359 dans la configuration AF pour chacune des classes mais moins premium avec un sièges business un peu moins chic.

Connectez-vous pour poster un commentaire.