Avis du vol Estonian Air St. Petersburg Tallinn en classe Economique

Compagnie Estonian Air
Vol OV624
Classe Economique
Siege --
Temps de vol 00:50
Décollage 07 Jan 14, 18:40
Arrivée à 08 Jan 14, 17:30
OV 5 avis
wop
Par SILVER 2366
Publié le 10 janvier 2014
Bonjour,

Voici le vol retour, suivant le vol 623 entre Tallinn TLL et St. Petersburg LED avec Estonian Air (Economique). C'est à nouveau un vol court (50 minutes prévues), mais l'occasion de découvrir un nouvel avion, un aéroport qui gère 9 portes là où on en mettrait 3 en France, et trois bonus ! Oui, trois : un touristique au départ, un à l'arrivée et la réponse à mon petit quizz du vol aller.

Commençons donc par quelques photos de la ville de St-Petersbourg où on a passé une semaine, par un hiver bien gris (malgré une journée de légère neige). Dans l'ordre : le gigantesque palais/musée de l'Ermitage (dehors et dedans x3), un des canaux qui quadrillent la ville, et deux belles églises (Résurrection et St-Isaac).




Et le report :

12:50 Il est temps de quitter notre hôtel. Ayant du matériel électronique avec nous qu'il aurait fallu abandonner au vestiaire de tout musée, on préfère arriver à l'avance à l'aéroport. Vérification faite le matin, c'est bien dans le vieux terminal 2 que nous sommes prévus. La transition vers le tout nouveau terminal 1 (situé à l'opposé par rapport aux pistes), prévue début décembre, à en effet été reportée à un jour inconnu au mois de janvier. Mais il n'y a à ce jour toujours qu'une quinzaine de vols de Rossiya et Transaero qui y sont programmés (vers Moscou et l'Allemagne …et encore pas tous les vols), nous nous dirigeons donc vers le terminal 2.

13:40 Après un trajet en métro d'une trentaine de minutes (et 1,20€), nous voilà devant le bâtiment grisâtre de Pulkovo-2, dédié aux compagnies étrangères. À peine entrés, on se heurte à un premier contrôle de sécurité. Au menu : rayons X (version mini au ras du sol - sauf au poste tout en bas sur la photo… non utilisé) pour tous les sacs, portique pour les passagers et ouverture des portefeuilles et housse de téléphone pour vérifier leur contenu. Le tout tenu par trois personnes : une derrière l'écran des rayons X qui mime de loin ce qu'il faut placer ou non dans la machine, une derrière le portique pour la fouille, et une dernière surveillant de loin les deux premiers.

photo DSC02981.resized

Le hall est assez fréquenté (visible dans toute sa longueur ci-dessus), ça doit être beau à voir en été quand des flots de touristes s'y déversent. Heureusement, d'ici fin janvier (normalement), tous les vols seront transférés au nouveau terminal 1, généreux en baies vitrées et larges espaces.

13:50 Le premier écran d'information trouvé me fait un instant douter de l'heure qu'il est…

photo DSC02978c.resized

…mais après vérification, le problème vient bien de l'écran, qui a du partir en pause ce matin après avoir fait son quota d'heures !

photo DSC02979.resized

Notre enregistrement ne commence donc que dans trois heures. Enregistrement qui se trouve après le passage de la douane, on choisit donc de patienter sur l'un des rares sièges libres, à l'étage, face aux billeteries des compagnies… toutes fermées. Chez Alitalia, une affichette scotchée à la porte précise qu'ils sont fermés jusqu'au 3 janvier pour les fêtes (on est le 7). Dommage, j'aurai bien récupéré quelques magazines de compagnies. Heureusement, deux opérateurs proposent un wifi gratuit.

L'ambiance est bruyante, notamment du fait des annonces incessantes (mais totalement inaudibles) : celles des départs, arrivées (du style Ladies and gentlement, your attention please. The flight operated by Air France in Code Share with Aeroflot and Rossiya Airlines, flight numbers XXX, XXX and XXX, coming from Paris, has landed. Thank you for your attention. Pas moins.) et embarquement (boarding for rows 28 to 17, final call for Mr Trucmuche et cie.) sont toutes diffusées.

15:40 Je vérifie sur le site de l'aéroport que le vol est prévu à l'heure. Il l'est. Mais c'est un E170 qui est annoncé à la place du CRJ900 prévu (le TLL-LED ne se fait en Embraer que le samedi). Vérification sur le site d'Estonian Air, et notre CRJ part en effet à Stockholm, tandis qu'on récupère leur Embraer. Tant mieux, ça me fera découvrir toute la flotte d'OV, même si l'avion sera du coup sensiblement plus âgé (livré en 2005 vs. 2011).

Le hall est maintenant bien rempli. La queue face à la sécurité à l'entrée du terminal s'étend jusqu'à l'extérieur, et ça troupeaute face à l'entrée du contrôle de la douane.

photo DSC02982.resized

16:40 Ne sachant pas à quoi s'attendre à la douane, on se dirige vers le checkin qui doit ouvrir dans 20 minutes. Après un contrôle de la carte d'embarquement, on traverse la zone nothing to declare sans rencontrer personne. Nous voilà donc en avance dans la zone d'enregistrement.

photo DSC02986.resized
(zoom en cliquant sur la photo)

Ici, une quinzaine de comptoirs sont associés à autant de sièges, dans un espace réduit, sans fenêtre et bas de plafond. Claustrophobes s'abstenir ! En fait, derrière chaque bloc de 2 comptoirs d'enregistrement se trouve une machine à rayons X et une personne qui colle un autocollant sur chaque bagage… qui arrive ensuite à l'extérieur du bâtiment, prêt à partir vers l'avion, après avoir parcouru seulement 3 mètres depuis le comptoir d'enregistrement !

17:05 Un unique comptoir ouvre pour notre vol, et on est alors une quinzaine de personnes à faire la queue.

17:15 On atteint le comptoir. Résumé de l'enregistrement :
- Your final destination is Tallinn?
- Yes.
… et cinq bonnes minutes plus tard on a nos cartes d'embarquement.

L'enregistrement en ligne ou en kiosque n'est disponible à St-Petersbourg que pour quelques compagnies, ce qui explique peut-être la durée de l'opération. St-Petersbourg est aussi l'une des rare escales Estonian Air où le check-in au comptoir est (logiquement) gratuit pour les passagers en Eco. Ailleurs c'est 10€, manière de s'assurer que le passager le fait sur Internet ou aux bornes (là où d'autres compagnies l'y obligent en filtrant l'accès aux comptoirs).

17:25 Suite des opérations : le contrôle des passeports. Il y avait une queue assez longue lorsqu'on s'enregistrait, mais pratiquement plus personne maintenant. Je me dirige donc immédiatement vers un comptoir qui m'est indiqué. Quelques minutes et un bon paquet de tampons plus tard, je récupère mon passeport.

On découvre alors le fonctionnement des portes : 5 à 8 à l'étage pour un embarquement par passerelle, 1 à 4 ainsi que 9 au rez-de-chaussée. Tiens, ça fait un peu truc ajouté en dernier moment cette porte 9…. On trouve quelques restaurants et un magasin de duty-free, mais également l'entrée du PIF. Deux postes séparés de quelques mètres (on ne peut de toutes façons pas faire 10m en ligne droite dans cet aéroport) sont dédiés aux portes en rez-de-chaussée et une quinzaine de personnes fait la queue à chacune.

Il faudra bien un quart d'heure pour atteindre l'entrée du filtre, où notre identité est à nouveau vérifiée (scrutage du visage inclus) et les boarding pass récupèrent deux nouveaux coups de tampon, puis le passer. Comme à l'entrée de l'aéroport, l'appareil à rayons X est minuscule et au ras du sol.

17:45 On se retrouve dans un espace rectangulaire d'environ 20m de long sur 8 de large avec les cinq portes, quelques sièges et un café. Je vous présente tout ça en panoramiques (ça donne l'impression que c'est plus grand :P), ainsi que le concept de la porte 9 :

photo DSC02988.resized

photo DSC02989.resized
(zoom en cliquant)

(on sort du PIF face à la baie vitrée) (le mur au fond de la photo, c'est bien le fond de la zone d'embarquement)

Si, si, c'est pour des vols internationaux. En ce moment, on embarque un 320 d'Air Berlin, un 737 de SAS et notre Embraer.

18:10 C'est finalement en porte 4 qu'on commence l'embarquement …dans le bus (et Java a planté).
photo DSC02993.resized

18:20 Il n'y aura apparemment qu'un bus pour le vol, on attend donc les derniers passagers dans le bus. C'est l'occasion d'avoir un premier aperçu de ce qui pourra être notre avion, jusque là masqué par un Airbus de British Airways parqué au large. Et surprise, si c'est bien un Embraer qui apparaît, au lieu de la livrée bleue à laquelle je m'attendais, il est décoré de rouge !
photo DSC02996.resized

Il pourrait s'agir de l'E170 qui était en wet lease pour la jeune compagnie Air Lituanica jusqu'au clash de décembre dernier (pour ceux qui n'en ont pas entendu parler, voir la version d'Estonian et celle de Lituanica, c'est… surprenant à lire) et pas encore repeint.

18:25 Le bus s'arrête en effet devant cet avion. On voit que des inscriptions sur le fuselage et le réacteur visible ont été masquées, et la mention operated by Estonian Air ne laisse aucun doute, c'est bien ES-AEB, qui volait dernièrement pour le compte d'Air Lituanica (mais propriété de Finnair à qui Estonian Air le loue en dry lease, comme les 3 autres E170 de la flotte !).
photo DSC02998.resizedphoto DSC02999.resized

L'intérieur est bien aux couleurs d'Estonian Air… ou plutôt de Finnair. Cependant, malgré ses 8 ans, l'intérieur est en bon état. Les plastiques n'ont pas jauni (contrairement à ce que j'ai vu sur du 170 de LOT ayant sensiblement le même âge) et les sièges sont en bon état. La presse estonienne en estonien et anglais est proposée à l'embarquement.
photo DSC03000.resized

Le pitch est correct et le siège plutôt confortable. Il ne montre pas de signe de fatigue particulier, et l'appuie-tête bien rembourré est très appréciable pour se reposer.

photo DSC03001.resizedphoto DSC03002.resized

18:30 Boarding completed. On est environ 30 à 40 à bord, avec deux hôtesses plutôt souriantes. Le commandant de bord nous annonce un vol de 40 minutes.

18:45 Après 10 minutes de roulage pour remonter la piste par le taxiway au sud (après l'avoir traversée, le terminal étant au nord), on décolle. 30 secondes de visibilité avant l'entrée dans la couche nuageuse, qui marque la fin du spectacle au hublot.

Un petit tour dans la pochette : le menu du BOB (comme dit à l'aller, plus cher que si on commande à l'avance sur Internet) et le magazine In Time. Parmi les destinations, Paris et Nice sont saisonnières (et étonnamment, Nice est desservie pendant 2 mois de plus que Paris).
photo DSC03005.resizedphoto DSC03006.resized

19:00 Il est temps de passer à l'heure estonienne, il est donc désormais 17:00. Ce qui donnera une heure d'atterrissage antérieure à celle de départ, grâce aux larges fuseaux horaires russes (St-Pétersbourg étant à l'heure de Moscou).

17:05 Le copilote prend le micro : on vient de finir la montée et on amorce 20 minutes de descente. Arrivée prévue à Tallinn avec cinq minutes d'avance, où il fait nuageux et pluvieux (il n'y avait de toutes façons pas beaucoup de suspense).

17:20 On se pose à Tallinn, où le plafond est comme prévu bien bas. Arrivée en passerelle, qui mène aux arrivées non-Schengen : un escalator en porte mène à un couloir-tunnel vitré surplombant la jetée. Là, c'est la bouffée d'air frais : de l'espace, de la lumière …tout le contraire de l'aéroport de St-Pétersbourg.

photo DSC03009.resized

Le contrôle des passeports se fait à mi-chemin de ce couloir, dans un espace plus large. Les bornes et le portique de self-immigration sont cette fois allumés, mais vu la queue inexistante on préférera le comptoir passeports européens.
photo DSC03010.resized

Originalité du contrôle de l'immigration à Tallinn : une fois le contrôle fait, on doit passer par une porte (classique) située à côté de chaque comptoir, qu'on ouvre soi-même.

On continue ensuite à nouveau dans le couloir vitré qui mène rapidement à la livraison des bagages.

photo DSC03011.resized

17:35 La vue depuis la salle de livraison des bagages. Un E170 en livrée Estonian Air, et l'ATR-navette de Finnair (opéré par Flybe Nordic) prêt à repartir à Helsinki.

photo DSC03012.resized

17:40 Les bagages sont arrivés en bon état. Ce trajet étant symétrique à l'aller, il ne reste qu'un court post-acheminement de 2h30. Il est donc l'heure de vous donner la réponse au quizz de l'aller, à savoir la compagnie l'opérant, avec les indices suivants : un appareil de moins de 100 sièges en configuration 2+2, TV individuelles (avec une quarantaine de films, des chaînes de télé en direct et quelques jeux), WiFi gratuit et catering en buy-on-board à prix raisonnables.

18:05 Embarquement !
photo DSC03015.resized

Hé oui, c'est un bus, le Taistunniekspress (hourly express en anglais) de SEBE. Il n'y a à mon avis que jetBlue qui aurait pu proposer tout ce que j'ai cité dans les indices, mais ils ne volent malheureusement pas par ici. Il s'agit donc de rejoindre la deuxième ville du pays, Tartu. 2h30 de trajet pour 10€80 (hors réduction), qui donne droit à un siège confortable, la TV tactile avec un Geovision-like, internet, 40 films, des jeux, etc. Les écouteurs sont vendus à 1€, de même que les boissons. Le bus part de la gare routière de Tallinn, avec un unique arrêt 5 minutes après à l'aéroport.

À défaut d'être très aérienne, c'est une liaison qui s'inspire du modèle jetBlue : ils ont introduit il y a deux ans ces nouveaux bus sans augmenter les prix, et avec un départ cadencé toutes les heures (d'où le nom). Résultat, ils ont raflé presque tout le marché, malgré la concurrence de 2 ou 3 autres compagnies sur cette liaison.
photo DSC03016s.resizedphoto DSC03021s.resizedphoto DSC03017.resized

20:25 Tartu ! Fin du voyage. Je vous propose un petit bonus touristique sur cette ville, très jolie et verdoyante (en été du moins) …et de son aéroport international (un vol vers Helsinki en ATR, 4 à 6 fois par semaine - à une époque, Estonian Air et Air Baltic desservaient aussi Tallinn et Riga) !

Afficher la suite

Verdict

Estonian Air

6.8/10
Cabine8.0
Equipage7.0
Divertissements7.0
Restauration5.0

St. Petersburg - LED

4.0/10
Fluidité5.0
Accès4.0
Services3.0
Propreté4.0

Tallinn - TLL

9.1/10
Fluidité8.0
Accès9.5
Services9.5
Propreté9.5

Conclusion

Encore un vol court et peu remarquable, si ce n'est par la sensation de professionnalisme qui s'en dégage.

Les deux aéroports sont totalement opposés : LED est carrément sous-dimensionné et peu accueillant. En arrivant à Tallinn, on respire à nouveau : de l'espace, de grandes baies vitrées, du calme, des sourires, de la lumière et des couleurs.

Sur le même sujet

16 Commentaires

  • Comment 96894 by
    lagentsecret GOLD 12469 Commentaires

    Merci pour ce FR

    Le contraste entre les deux aéroports est frappant

    Joli bonus touristique

  • Comment 96895 by
    GRMY 1815 Commentaires

    Merci pour ce FR très complet + les bonus.
    Sympa l'aménagement du bus, certaines compagnies aériennes devraient sans inspirer !

  • Comment 96896 by
    Ted34 179 Commentaires

    Merci pour ce FR !
    Pour le pré-acheminement bien joué, il était dur à résoudre ce mystère sans connaitre la réponse :p

  • Comment 96900 by
    02022001 SILVER 4356 Commentaires

    Merci pour ce très bon FR. Compagnie intéressante, dommage qu'elle ne soit pas chez MM

  • Comment 96905 by
    Baptistelaviateur 222 Commentaires

    Encore une fois, on s'étouffe facilement en lisant par ici. Y a une histoire avec LOT qui tombe comme un cheveu dans la soupe... une histoire de plastique, un peu bizarre, surtout que sur vos photos de l'intérieur de l'avion les plastiques n'ont pas l'air franchement blanc non plus mais bon... passons...

    Mais comme vous me tendez la perche, observons deux minutes le drapeau de la ville de Tartu. Il ressemble étrangement au drapeau polonais et cel

    • Comment 286500 by
      wop SILVER AUTEUR 262 Commentaires

      Je ne savais pas pour le drapeau de Tartu, merci pour la remarque. Un lien pour les autres lecteurs curieux : http://www.inyourpocket.com/estonia/tartu/concerts-culture-events-entertainment/Symbols-of-Tartu

      Concernant la remarque sur la LOT (ou plutôt sur ses Embraer, je n'ai aucune critique contre la compagnie), une explication plus précise : j'ai fait il y a un an un BRU - WAW en E195 suivi d'un WAW - KRK en E170, le tout sur la LOT. Si le premier appareil respirait le neuf, avec des panneaux muraux et compartiments à bagages blancs et propres, ils semblaient bien plus jaunes sur le deuxième appareil. J'avais à l'époque supposé que les plastiques cabine des Embraer vieillissaient mal, d'où mon agréable surprise en montant dans cet Embraer d'OV, qui a lui aussi une dizaine d'années derrière lui. En y repensant, cette impression de plastique jaunâtre tenait peut-être à un éclairage différent ...il n'en reste que sur le coup, l'impression était celle d'une cabine loin de la sortie d'usine.

  • Comment 96906 by
    Baptistelaviateur 222 Commentaires

    a ne relève pas du hasard...

    merci pour ce FR.

  • Comment 96907 by
    pierrejos 1129 Commentaires

    beau fr

  • Comment 96915 by
    Numero_2 GOLD 9944 Commentaires

    Merci pour ce FR.

    Apparemment rien n'a changé à LED depuis mon mon passage en août dernier. Nostalgie, quand tu nous tient... ^^

  • Comment 96924 by
    PAT62 4977 Commentaires

    Aéroport de départ décevant, en plus avec tout ces contrôles de sécurité
    Beau bonus touristique
    Merci pour ce FR !

  • Comment 96940 by
    marathon GOLD 9604 Commentaires

    Matériel électronique laissé au vestiaire des musées, mais photos prises dans le musée : pouvez-vous expliquer ? (j'ai un lointain souvenir d'absence d'interdiction de photo dans les musées qui étaient alors soviétiques... et St Isaac était considérée comme un musée, athéisme officiel oblige).

    Je suppose que les annonces dans le terminal sont plus incompréhensibles qu'inaudibles, si l'ambiance est bruyante.
    Les claustrophobes doivent être servis à l'enregistrement ET en salle d'embarquement !

    Je me souviens d'une lointaine discussion dans un forum canadien francophone sur l'existence putative de vols remontant le temps en heure locale, dans l'ère post-Concorde : voici enfin une solution !

    Merci pour ce récit très détaillé, j'apprècie tant la longueur du texte que le nombre des photos, et les bonus touristiques.

    • Comment 286499 by
      wop SILVER AUTEUR 262 Commentaires

      Je pensais plutôt à des ordinateurs portables. ;) Aucun problème pour les photos, parfois moyennant paiement (de l'ordre de quelques euros). St-Isaac est toujours le State Museum of St-Isaac's Cathedral.

      Annonces incompréhensibles, oui. :)

  • Comment 96954 by
    Papoumada SILVER 5982 Commentaires

    Excellente narration de l'ambiance et des tracasseries à LED (toujours Leningrad dans l'aérien !)C'est comme si on y était (si on connaît un peu).

    Je suis extrêmement étonné par l'excellent pitch du bus !

    Beaux bonus qui donnent envie de retourner à StP (je n'en connais que l'été) et de découvrir les pays baltes.

    Je ne puis que sourire en lisant que pays baltes et Russie ont 2 fuseaux horaires de décalage. Faut-il voir là encore une illustration de la volonté balte de prendre ses distances avec Moscou ou le hasard fait-il pour une fois bien les choses?

    Merci pour ce partage.

  • Comment 96970 by
    wop SILVER AUTEUR 262 Commentaires

    Merci à tous pour vos retours. :) J'ai testé avec ce reportage la prise de notes au fil du voyage ...c'est plus facile à taper, et pour me souvenir des ressentis.

    Il est vrai que le quizz sur le bus comportait un piège. ;) Mais vu la qualité de cette liaison, j'ai jugé intéressant de partager une photo avec vous.

  • Comment 97080 by
    jam 2003 Commentaires

    Merci pour FR,

    Dingue la différence entre les deux aéroports ,

    Excellent ce bus !

    A bientôt

  • Comment 97611 by
    pititom GOLD 10850 Commentaires

    Merci pour ce FR chronologique, ce qui est assez rare et plutôt intéressant.

    Vous avez peur que d'anciens agents du KGB lisent FR pour être aussi indulgent avec LED ;) ? Parlons franchement, ce non-aéroport est une m****e absolue. C'est dommage parce que St Pet' vaut le détour, mais implique un détour par LED, qui n'est qu'un pet.

Connectez-vous pour poster un commentaire.