Avis du vol Iberia Madrid Paris en classe Economique

Compagnie Iberia
Vol IB3406
Classe Economique
Siege 6A
Avion Airbus A321
Temps de vol 02:05
Décollage 18 Mar 23, 11:35
Arrivée à 18 Mar 23, 13:40
IB   #51 sur 95 Compagnies Un minimum de 10 flights-reports sur les deux dernières années est nécessaire pour apparaitre dans le classement. 349 avis
SoraNoTabi
Par SILVER 252
Publié le 13 juillet 2023

Bienvenu(e)s sur un court récit qui conclut la série de vols intra-européens, printemps 2023.



Acheté à un prix plutôt défavorable (plus proche des 200 euros que de la centaine), cet aller-simple représenta une palpitante roulette russe car (comme d’habitude, deux facteurs) : 1) il s’agissait d’un vol d’acheminement absolument découplé du long courrier qu’en suivait, 2) mars 2023 fut le théâtre de nombreux mouvements sociaux. Si mes souvenirs sont bons, IB3406 fut annulé deux fois dans la semaine précédant mon vol. 


Lors de la réservation, une marge de 5h 20min pour un transfert ORY-CDG me parut suffisant. Mais, en vue de la volatilité de la situation, je ne fermai pas l’œil de la nuit en y fabriquant des scenarios possibles…  


ON RETIENT LE SOUFFLE


C’est à l’aube que je quitte mon chouette logis à Lavapiés* 


photo img20230317165552_1

*(Photo prise la veille… Oui, oui, en 2023).



et je me promène jusqu’à la gare routière d’Atocha. 5 euros suffisent pour être transporté en confort jusqu’à la principale aérogare madrilène. 

A l’approche de Barajas, on traverse des futurs parkings.


photo img20230318080710_1

et on peut ôter la toiture caractéristique du T4 de Barajas. 


photo img20230318081158

Un grand merci aux bus bleus, pour ce trajet efficace.


photo img20230318081415

Mes copax japonaises hésitent un peu sur la route à emprunter.


photo img20230318081415_1

Mais je dirais que c’est plutôt par ici…


photo img20230318081446

La photo est bien floue mais la charpente est toujours robuste et belle.    


photo img20230318081446_1

Un enchainement de travelators nous amène à l’étage supérieur, où auront lieu les opérations d’enregistrement. 


photo img20230318081735_1

Lesdites rampes automatiques nous ont déposé devant une zone complètement automatisée, dédiée aux voyageurs en classe économique. Ma préférence pour des postes opérés par des êtres de chair (et la possibilité d’utiliser des comptoirs dédiés à la classe affaires) me fait chercher ailleurs.

En vain, car la queue affichée chez les nantis est bien décourageante. Retour, donc, chez les robots du vulgum pecus. Qui s’avèrent bien efficaces ! 


photo img20230318082825_1

CA A L’AIR BON


Pourvus de notre frêle carte d’embarquement (bon augure, vis-à-vis de nos craintes d’annulation de vol), on cherche les postes de sécurité des nantis.  


photo img20230318082931

Puisque les postes généraux ont l’air un brin surchargé.


photo img20230318082935

Encore une fois, on échoue. Car ce qu’on croyait le Fast Track est, au fait, l’accès dédié aux familles. Décidément, ce matin je ne suis pas en syntonie avec les délicatesses prévues aux encartés.

On me dit de chercher plus loin.   


photo img20230318083041

En fin ! Le voici, le passage express.


photo img20230318083051

Au bout du compte, pas si express que ça. Puisqu’un papi américain a du mal à comprendre les règles concernant ordinateurs, ceintures et produits liquides, lors des contrôles de sécurité aéroportuaires ?!?!?  

Libéré, je suis les indications et je descends un étage, à la recherche du salon.


photo img20230318083901_1

 
Bon sang ! Encore raté ! La salon Plaza Mayor n’est pas le salon Dali ! Je reviens sur mes pas et repère le bon chemin.


photo img20230318084228_1

La situation a l’entrée suggère que les lieux sont trop courus. (Désolé pour le flou)


photo img20230318084250_1

La petite attente aux screening semble le confirmer.


photo img20230318084321

Mais, ce n’est pas vraiment le cas. Je ne connaissais pas les lieux, mais la première impression est bonne.


photo img20230318084321_1

LA VRAIE DETENTE


Vaste ambiance, bien aérée.


photo img20230318084321_1_1

Les lieux sont divisés en deux grandes salles connectées à travers un étroit couloir, dénommé vinoteca (encore de bonnes augures ?). 


photo img20230318084321_1_2_21

Je trouve très smart d’afficher l’occupation de chaque pièce en temps réel !

Etant donne que la zone sud a une aire similaire à la zone nord mais une moindre fréquentation, on décide de s’y installer là-bas. 

En route… 


photo img20230318084321_2

Voici la cave (trop tôt pour être opérative).


photo img20230318084321_3_2

Et la grande salle de la zone sud, qui se ressemble comme deux gouttes d’eau à celle de la zone nord. 


photo img20230318084321_4_1

Voici l’ovni central, surveillant les podiums où l’offre solide est déployée.


photo img20230318084321_4_2

L’offre est ample et bien adaptée à l’horaire matinal.


photo img20230318084321_5photo img20230318084609

Avec un petit clin d’œil au calendrier local, car la ville méditerranéenne de Valence est en train de célébrer ses folles fêtes des Fallas. 


photo img20230318084609_1

Du lait de souchet, (spécialité locale, redécouverte et réappropriée par des zélateurs du véganisme du monde entier), est offerte.


photo img20230318084629

D’autres boissons sont disponibles dans des frigidaires.


photo img20230318090248photo img20230318090305

Voici ma petite sélection.


photo img20230318090305_1

La vue, surplombant les portes d’embarquement, est très agréable. Même si les correspondances avec le tarmac ou la faune locale sont plutôt tempérées.


photo img20230318090305_2

Je pars m’enquérir sur l’état de mon vol, à l'accueil.

Mi-chemin, je repère un panneau affichant le réseau couvert par Iberia. J’imagine qu’il représente un idéal, une profession de foi. Car, d’après mes connaissances, la liaison avec Tokyo reste toujours suspendue. Et je crains que c'est le cas aussi avec Shanghaï…


photo img20230318090305_3_1

La vinoteca propose un espace agréable pour déguster les mets ibériques (en train d’être agencés).


photo img20230318090328

Son ambiance est enveloppante, mais ouverte au plancher en forme de douves.


photo img20230318090334

Voici les protagonistes du jour.


photo img20230318102431

Plus loin, on remarque que dans la signalétique du salon, on utilise des verbes pour expliquer la distribution des espaces. Original.


photo img20230318102431_1

Mon vol a l’air d’être opératif. Soulagé, je rejoins ma place.

Sur l’écran de la zone sud, mon vol est affiché à l’heure. 


photo img20230318104800_1

Après quelques minutes de détente (grâce aux bonnes nouvelles), il est temps de quitter ces nobles parages.


photo img20230318104800_2

Un peu de va-et-bien sur les allées centrales, jusqu’à retrouver notre porte.


photo img20230318104800_3

LE VOL (A TERRE)


Surtout parce qu’elle a changé deux fois en dix minutes.

Mais ça nous permet de contempler les espèces locales. 


photo img20230318105218

Il n’est pas inhabituel de retrouver des passagers en train d’embarquer (ou en attente de l’ouverture de leur embarquement), bloquer le passage des passagers qui progressent vers leur porte (ou la sortie). Au T4 de MAD il va mieux, donc, d’emprunter les allées centrales -montrées plus haut-, lorsqu’on se déplace en sens longitudinal au terminal (le parcours devient moins sexy, pour autant).


photo img20230318105658

On finit par trouver le bon endroit, mais le personnel est à retrouver nulle part (alors que l’heure d’embarquement approche).

Tension…


photo img20230318105658_2

Pour se détendre, on estime pertinent faire une petite balade aux alentours de notre porte. Certains commerces proposent des mets alléchants (mais payés au fort prix).


photo img20230318105744_1

Lors de notre succincte flânerie, on réussit également à immortaliser notre destrier. 


photo img20230318110141

Les choses commencent à bouger à l’accueil. C’est un bon signe.

On enfile la passerelle. Elle est radieuse. 


photo img20230318110141_1

Et nous offre des vues réjouissantes de l’aérogare.


photo img20230318112030

Ou de notre oiseau.


photo img20230318112102

L’architecture du Terminal 4 de Barajas est vraiment sympathique.


photo img20230318112119

La porte (floue).


photo img20230318112138

Et le fuselage.


photo img20230318112154

En premier plan, ma rangée aujourd’hui. Elle est la toute dernière à déployer des fauteuils épais, bien bourrés (confortables).


photo img20230318112154_1

De plus près.


photo img20230318112154_2

Le pas est formidable pour une classe économique.


photo img20230318112644

Et comme les plus avertis auront déjà aperçu, je profite de deux hublots !


photo img20230318112704

Ainsi que d’une patère.


photo img20230318112704_1

On repousse. Voisins et confrères. 


photo img20230318112753photo img20230318112753_1

Et on explore la faune posée à MAD ce matin. On commence par CX en A350, qui se prépare à décoller.


photo img20230318112753_2

Il precede un A330 d’IB.


photo img20230318112753_3

C’est clair qui joue à domicile ici.


photo img20230318112753_4

Le satellite, construit quelques années après, reproduit le système de charpente du terminal principal.


photo img20230318112753_5

Dédié aux vols hors Schengen, il est aussi beau que son grand frère (voir plus). Dans ces parages, aux maîtres des lieux s’ajoutent américains et gaéliques.


photo img20230318112753_6

Bien surpris de voir une telle présence cantonnaise sur la meseta ibérique !


photo img20230318112753_7_1

Ce matin c’est plutôt calme.


photo img20230318112753_9

LE VOL (DANS L’AIR)


Et Madrid n’est pas Manhattan (ni Tokyo)


photo img20230318112753_9_1

Mais les Quatre Tours de la Castellana (qui, désormais, dénombrent plutôt cinq ou six) sont tout à fait convenables pour se repérer. 


photo img20230318112753_9_2

Au revoir, Madrid ! (San Sebastian de los Reyes et l’Arroyo de Quiñones, affluent du Jarama).


photo img20230318112753_9_3

Le Jarama, voilé.


photo img20230318112753_9_4

Fuente el Saz de Jarama, un des nombreux villages aseptiques entourant la capitale espagnole.


photo img20230318112753_9_6

Les nuages interrompent nos divertissements.


photo img20230318112753_9_8

Difficile de les remplacer avec de la littérature disponible à bord.


photo img20230318113106photo img20230318113115photo img20230318113122

Une petite éclaircie nous laisse entrevoir des méandres de l’Ebre et le petit village de San Asensio, tout près de Logrogne.


photo img20230318113122_1

Air-to-air. Avec un HV ?!?


photo img20230318113122_2

L’équipage, exclusivement masculin et beaux aux yeux (du moins, aux dires de mes voisines de rangée françaises), passe avec le chariot de ventes, qui a un certain succès. Pourtant, si on ne sort pas le portefeuille, le service est nul (dans tous les sens : l’échange est néant). Même pas un verre d’eau.

L’appareil est équipé de Wi-Fi (pas testé) et il est possible d’avoir des informations basiques sur le vol ainsi que sur la destination, sans effectuer aucune connexion. 


photo img20230318113122_31photo img20230318113122_32

On est en train d’abandonner la Péninsule Ibérique (au niveau de Zarautz), et les nuages nous laissent entrevoir le village de Deba.


photo img20230318113122_3

L’entretien des parties basses de l’aéronef a été bien fait, mais la moitié supérieure nécessite d’un toilettage. 


photo img20230318113122_4

Beaucoup de nuages. Le plaisir est difficile à assouvir.


photo img20230318113122_4_2

Mais ici les Landes se montrent, en toute leur simplicité.


photo img20230318113122_4_3

Une petite roupillette et on est déjà à l’approche, où les cumulus sont moins denses. Allez, il faut avouer que, écolier, j’ai bien séché mes cours en géo hexagonale.

C’est en trichant avec Mr. Google que je me permets de dépeindre cette partie méconnue de l’Ile de France. Experts et franciliens, excusez mes faux pas ! 


IDF


La Seine sépare ici Ris-Orangis de Draveil. Au fond, Vigneux sur Seine.


photo img20230318113122_5

Quelques seconds plus tard, on traverse le grand fleuve, du côté d’Evry. Le petit bâtiment orangé en bas à droite n’est autre que la Pagode Chua Khanh Anhk, gros complexe bouddhique entretenu par la diaspora vietnamienne.
Au centre de l’image, l’énorme parallélépipède de la Résidence du Petit Bourg repose sur les cendres du feu Château de Petit-Bourg.


photo img20230318113122_6

Le paysage figé sur l’image d’en bas, je le trouve fort joli. Mais je suis dans l’impossibilité de fournir des informations plus précises. Je laisse aux experts en débattre. 


photo img20230318113122_7

Ozoir-la-Ferrière et Lésigny, avec une ferme hippique ?


photo img20230318113122_8

Si c’est le cas, suite de la thématique hippique, avec le Domaine des Grosbois.


photo img20230318113122_9

Cimetière de Valenton, alors qu’on dirait plutôt un autre temple bouddhiste.


photo img20230318113122_9_1

Hôpital Villeneuve Saint Georges. On vient de compléter notre démi-tour. En haut, à droite, on entrevoit à nouveau Vigneux sur Seine.


photo img20230318113122_9_2_1

C’est bientôt.
Ici, en pleine confluence des départements de l’Essonne et du Val-de-Marne. A gauche, la N6, (jusqu’en Italie ?). En bas, Villeneuve-sur-Roi. Et, au-delà de la Seine, Vigneux sur Reine et Montgeron. 


photo img20230318113122_9_3

Dûment atterris sur territoire français, on comprend vite qui joue à domicile ici.


photo img20230318113122_9_4_1

Mais on retrouve des confrères dans notre acheminement vers la passerelle. 


photo img20230318113122_9_5

Les horaires ont été dument respectés (on est à +2min de l’horaire prévu).


photo img20230318113122_9_6

Et la passerelle s’active.


photo img20230318134304

Merci IB de nous avoir bien amené à destination.
Dernière vue de notre transporteur. 


photo img20230318134822

Un stand de gel hydroalcoolique à l’abandon et le roi Louis XIV nous accueillent en France.


photo img20230318134911

Une pause toilette s’impose avant de récupérer nos bagages. Les lieux sont modernes et bien entretenus.


photo img20230318134911_1photo img20230318134911_2

Les valises se font désirer. 20 minutes d’attente pour un aéroport de la taille d’Orly c’est de la folie, si l’on juge selon les standards japonais. Mais Paris n’est pas le Japon.
(Entretemps, on nous avertit des risques des chauffeurs de taxis crapules. Comme à LHR, le public mandarin mérite des attentions particulières).  


photo img20230318135245

La vidéo de présentation de jeunes restaurateurs parisiens, je la trouve bien. Elle fait passer le temps.


photo img20230318140257

Une fois nos bagages délivrés, on tentera l’option plus à droite de l’écran.


photo img20230318140441

Entretemps, notre route en résumé, avec détails sur l’envol et l’approche.


photo screenshot_2023-03-19-20-54-43-64_8a6ce7ef6b1c5341b022b20d7fbb4b6ephoto screenshot_2023-03-19-20-55-17-98_8a6ce7ef6b1c5341b022b20d7fbb4b6ephoto screenshot_2023-03-19-20-57-24-75_8a6ce7ef6b1c5341b022b20d7fbb4b6e

Rassurés de nous retrouver avec nos 5h20min prévus pour le transfert, on se faufile vers l’Orlyval afin d’affronter notre nouveau périple. Non sans stress, comme montre l'affolement de l’image.


photo img20230318142233

Ce nouveau périple sera à retrouver sur un prochain récit.

Pour l'heure, merci de votre lecture et de vos éventuels commentaires.

Bons vols à tous et toutes. 


Bonus : Cliquez pour afficher
Afficher la suite

Verdict

Iberia

6.5/10
Cabine9.0
Equipage6.0
Divertissements8.0
Restauration3.0

Iberia Sala Dalí - 4

8.9/10
Confort9.5
Restauration9.0
Divertissements8.5
Services8.5

Madrid - MAD

8.3/10
Fluidité8.5
Accès8.5
Services8.0
Propreté8.0

Paris - ORY

7.4/10
Fluidité7.0
Accès7.5
Services6.0
Propreté9.0

Conclusion

Un bilan positif de ce court* déplacement intra-européen
*(du moins, si l’on compare au vol qui nous attend).

L’aéroport de Barajas est beau et maniable (en dépit de cheminements parfois pas si évidents que ça...)

Le salon Dali de Barajas est ample, fut peu fréquenté et offrit de bons mets (le changement vers le menu déjeuner eu lieu juste avant mon départ, vers 10h/10h30 ?). Il est un endroit qui permet de se détendre et se restaurer correctement avant son vol.

Vol en monocouloir âgé mais bien entretenu. Et paré d’un très confortable siège, avec un bon espacement pour les jambes et deux hublots ! En classe économique ! (Le choix gratuit de ce type de sièges est dû à des avantages découplés du billet, par contre).

De mon point de vue, le personnel navigant de ce vol eut une présence fantasmatique.

En dépit d’un départ tardif, l’horaire d’arrivée fut respecté.

Paris Orly, de petite taille, offre des installations propres mais une gestion des bagages paresseuse.

Informations sur la ligne Madrid (MAD) Paris (ORY)

Les contributeurs de Flight-Report ont posté 66 avis concernant 5 compagnies sur la ligne Madrid (MAD) → Paris (ORY).


Pratique

La compagnie qui obtient la meilleure moyenne est Amelia International avec 7,3/10.

La durée moyenne des vols est de 1 heures et 57 minutes.

  Plus d'informations

6 Commentaires

Ce Flight-Report vous a plu ? N'hésitez pas à interagir avec son auteur en laissant un commentaire ci-dessous.
  • Comment 632110 by
    momolemomo GOLD 9837 Commentaires
    Mars était un mois difficile avec les nombreuses grèves en France. Iberia a du annuler pas mal de vols a cette période la. Les grèves des contrôleurs affectent énormément le trafic moyen-courrier puisque la plupart des vols européens doivent passer par l’espace aérien français.
    La carte des destinations au salon date d’avant Covid. Beaucoup des destinations présentes n’ont pas été reouvertes. J’aimerais bien qu’ils la changent mais bon…
    Merci pour ce FR et le bonus qui change un peu. Caixa Forum a parfois des expositions très intéressantes.
    • Comment 632193 by
      SoraNoTabi SILVER AUTEUR 224 Commentaires
      Merci pour la lecture et pour les explications. Des grèves diverses épicèrent cette courte visite européenne, mais, heureusement, nous réussîmes à franchir toutes les étapes prévues avant notre départ.

      Mes commentaires sur le réseau d’Iberia se voulaient au second degré, mais je crois, effectivement, qu’il y a toujours un grand décalage entre l’offre pré et post-covid. On dit que Tokyo ne reprend pas car la demande japonaise est piètre (alors que la volonté de visiter le Japon depuis l’Europe est fringante).

      On peut retrouver des divertissements culturels à Madrid de haut vol. J’ai été surpris, par contre, par la grande densité de touristes au centre.

      A bientôt!
  • Comment 632134 by
    paulvanalsten BRONZE 753 Commentaires
    Merci pour ce FR très détaillé et agréable à lire.
    MAD semble très lumineuse et fonctionnelle, mais il faut marcher, marcher….
    Salon spacieux et confortable.
    Dommage que le catering à bord soit exclusivement du BoB avec un équipage aux abonnés absents.
    ‘’ Pour se déteindre’’ => Se détendre, plutôt? Car se déteindre, vous l’auriez plutôt été si le vol avait été annulé :-)
    A bientôt
    • Comment 632194 by
      SoraNoTabi SILVER AUTEUR 224 Commentaires
      Merci pour la lecture et pour le commentaire. Merci, aussi, pour les précisions lexicographiques. J’essaie de donner mon mieux, mais la langue de Molière est vraiment capricieuse ! C’est corrigé (et je suis heureux d’avoir pu conserver mon bronzage printanier jusqu’à Paris) ?

      Barajas, au T4, est très bien.

      J’oserais dire que le personnel à bord fut diligent avec les preneurs du BoB. Mais les passagers qui décidèrent de s’en passer, ne reçurent aucune attention en dehors d’un 'bonjour' au debut et un ‘au revoir’ à la fin.

      Merci encore et bons vols.
  • Comment 632183 by
    GregLYS TEAM SILVER 1476 Commentaires
    Merci pour ce report fort agréable à lire.

    On ne peut que compatir au stress des 5 petites heures pour le transfert ORY - CDG. En principe, c'est large, mais là, ça donne quand même des sueurs froides.

    Même pas un verre d'eau à bord, c'est vraiment triste de tomber si bas.

    C’est en trichant avec Mr. Google que je me permets de dépeindre cette partie méconnue de l’Ile de France.

    Je suis bien calé en géographie française mais bien souvent, je dois recourir à la même aide.
    • Comment 632338 by
      SoraNoTabi SILVER AUTEUR 224 Commentaires
      Merci pour ce sympathique commentaire.
      Inclure le tronçon MAD-[PAR]/[LDN] dans le billet long-courrier aurait donné, sans doute, moins de fébrilité a ce déplacement. Mais les prix étaient exorbitants.

      mais bien souvent, je dois recourir à la même aide.

      C’est fou de constater le volume d’information qu’une seule société privée a réussi à concentrer sur tout ce qui se passe au monde !

      Merci encore et bons vols !

Connectez-vous pour poster un commentaire.