Avis du vol Air New Zealand Auckland Buenos Aires en classe Economique

Compagnie Air New Zealand
Vol NZ30
Classe Economique
Siege 62H
Avion Boeing 787-9
Temps de vol 11:20
Décollage 01 Fév 17, 20:15
Arrivée à 02 Fév 17, 15:35
NZ   #12 sur 94 Compagnies Un minimum de 10 flights-reports sur les deux dernières années est nécessaire pour apparaitre dans le classement. 94 avis
massiliensis
Par 2575
Publié le 3 février 2017
Les très longs vols traversant les océans sur leur quasi-totalité m'ont toujours fasciné. Après le Perth - Île Maurice qui survole l'Océan Indien sur 100% du parcours, j'ai désormais achevé l'Auckland - Buenos Aires dont 8 512 des 10 334 km s'effectuent au-dessus du gigantesque Océan Pacifique. Ce vol fait également parti de ces trajets qui ont la curiosité d'arriver à destination à une heure antérieure à celle du décollage. Le franchissement de la ligne de changement de date permet en effet d'arriver à Buenos Aires le même jour 4h30 avant le départ d'Auckland. Une porte de sortie magistrale pour conclure une année expatriée en Nouvelle-Zélande avant de regagner la France.

Je quitte le centre d'Auckland pour l'aéroport au moyen du Skybus à $17 qui a le mérite d'être direct et fréquent malgré son point de départ un peu trop excentré du CBD.

photo 32299259480_87933cbb9e_k

Les banques d'enregistrement et dépose-bagage d'Air New Zealand sont totalement automatisées. C'est pratique pour moi qui n'ait aucun problème mais j'imagine mal ma grand-mère s'en sortir toute seule. Il y a bien sur quelques agents de la compagnie sur place pour porter assistance à ceux qui en ont besoin.

Un très bon point pour l'aéroport d'Auckland : la mise à disposition gratuite de douches pour tous les passagers. La propreté ne doit pas être un privilège réservé aux passagers de classes supérieures !
Le WiFi fonctionne correctement mais est limité à 30 minutes gratuites puis devient payant. Ça n'est pas raisonnable en 2017. Je plaide pour des réseaux WiFi rapides gratuits et illimités dans tous les aéroports compte tenu des taxes aéroportuaires versées par chaque passager !

photo 31866011733_9ca1f7b2d9_kphoto 31835332554_23259d2cf6_k

Le 787 pour Buenos Aires est complet m'annonce la personne au guichet. Il n'y a pourtant que très peu de passagers en salle d'embarquement avant qu'une nuée n'y arrive 20 minutes avant le début de l'embarquement.



J'embarque en dernier. Seuls 3 sièges commercialisés ponctuent la cabine (à ajouter à la dernière rangée centrale laissée libre, probablement pour l'équipage).

photo 32299217350_dc81ee292e_kphoto 32556224841_556b9ce3a7_k

Le décollage est très agréable à bord des 787, très silencieux, tout en douceur, c'est un bonheur qui préfigure peut-être le décollage totalement silencieux des futurs avions électriques, d'ici, qui sait, 50 où 100 ans ?



Le soleil se couche pendant l'ascension et offre un paysage émouvant avant d'entamer le virage pour mettre le cap sur la grande traversée océanique.

photo 31835317224_b4ad1597bc_kphoto 32525502722_17e862b9c1_k

L'espacement (pitch) reste étroit pour mes 193cm, je suis désormais habitué et conscient que je ne pourrai jamais profiter d'un vol long-courrier en économie. Seules les classes éco+/premium me permettent le standard minimum de confort mais je n'ai pas les moyens de me l'offrir en dehors des très rares surclassements gracieux spontanés. A noter que la composition des sièges ne permettent pas de disposer ses jambes confortablement dans l'espace prévu car de nombreuses petites parties métalliques saillantes sont présentes. De même pour la zone tablette/écran où j'ai l'habitude de caler mes genoux, trop de reliefs empêchent toute position de repos. C'est donc crispé que je dois affronter les 11h de vols.

photo 32679195555_63c53e9077_kphoto 32300136740_eed9051201_k

Des turbulences faibles à modérées retardent d'une demi-heure le service du diner. La luminosité étant faible, je n'ai pu prendre un photo digne du repas. Une salade simple mais fraiche en entrée suivie d'un boeuf façon Argentine accompagné de haricots verts et purée de pomme de terre. Une petite part de cheddar et crackers ponctue le repas. Le dessert est une portion de glace à la vanille Kapiti, une marque Néo-Zélandaise appréciée. Malgré la très petite taille des portions, la nourriture était de qualité comme à l'accoutumée sur Air New Zealand. A noter qu'un choix d'un plat à base de poulet était disponible pour les passagers de front de cabine éco, choix qui n'était plus disponible arrivé à l'arrière de l'appareil. L'équipage conscient l'a précisé d'avance et annoncé que le service serait inversé pour le petit-déjeuner afin que "tous les passagers puissent avoir le choix sur au moins un des deux plats proposés à bord du vol".

photo 32299208890_b8585de85d_k

Sur l'IFE de très bonne qualité, le choix de films est fourni. Une option très intéressante accessible directement par un raccourci proposé pendant le visionnage permet de commander gratuitement une large sélection de boissons et quelques snacks délivrés en moins de deux minutes à la place. C'est très appréciable mais j'ai de la peine pour l'équipage qui ne cesse les aller-retours tels des serveurs dans un bar bondé un samedi soir !

photo 31835305554_30ea43e307_kphoto 31835303714_392d39d85d_k

Seul reproche que je puisse faire au service : l'insistance auprès des passagers pour qu'ils conservent un seul et même gobelet au cours du vol. L'intention annoncée, la réduction des déchets, est louable, mais il n'y a aucun moyen de conserver le gobelet dans un endroit propre dans ce si petit espace ! J'ai du montrer à un steward insistant qu'en plaçant mon verre dans la poche de devant comme il me l'a demandé, je n'avait absolument plus aucun espace pour mes jambes…

La cabine plonge en mode nuit alors qu'on file à plus de 1000km/h au-dessus de l'océan. L'opacification des hublots est automatique.

photo 32678218655_a804196e02_kAKLEZE by Revjoy, sur Flickr

photo 32678212645_6714e89fa9_kAKLEZE by Revjoy, sur Flickr

photo 32678210935_a902013fa4_kAKLEZE by Revjoy, sur Flickr

photo 31835300474_e17f044df6_kAKLEZE by Revjoy, sur Flickr

photo 32678206705_1fc8c8466a_kAKLEZE by Revjoy, sur Flickr

Je peux malgré tout distinguer le soleil se lever après seulement 4h30 de vol, au beau milieu du Pacifique.

photo 32678208545_68ec938cc5_kAKLEZE by Revjoy, sur Flickr

Le mood lighting bascule en mode jour 3h avant l'arrive à Buenos Aires, au-dessus d'un plancher de nuages d'un blanc parfaitement homogène et immaculé.

photo 32678204495_0f643e0b0f_kAKLEZE by Revjoy, sur Flickr

photo 31835290794_d0988ef065_kAKLEZE by Revjoy, sur Flickr

photo 32678203035_68e20ed84e_kAKLEZE by Revjoy, sur Flickr

Le ciel se découvre peu avant l'arrivée sur les côtes Chiliennes, l'île Chiloé, que voici.

photo 32678199915_cab784b420_kAKLEZE by Revjoy, sur Flickr

photo 32556223041_5718d8468d_zAKLEZE by Revjoy, sur Flickr

photo 31865963883_f233d1b7e9_kAKLEZE by Revjoy, sur Flickr

Le petit-déjeuner est servi 2h avant l’atterrissage et propose un choix "céréales" ou "chaud". J'opte pour le hot breakfast qui est très bon malgré le fait qu'il soit encore bien trop réduit. Il est composé d'une saucisse, de haricots en sauce et oeufs brouillés. Une salade de fruit accompagne le tout.

photo 32299185610_26d0ba563a_kAKLEZE by Revjoy, sur Flickr

photo 32525474132_776b2debc3_kAKLEZE by Revjoy, sur Flickr

La descente et l'atterrissage s’exécutent rapidement et en douceur.

photo 31835270484_a4993db46c_kAKLEZE by Revjoy, sur Flickr

photo 32678257735_04e3b2b46a_kAKLEZE by Revjoy, sur Flickr

photo 31835341704_89566c862f_kAKLEZE by Revjoy, sur Flickr

L'aéroport de Buenos Aires - Ezeiza quand à lui est détestable. Il n'est pas digne de l'Argentine. Il n'y a qu'un seul bureau de change dont l'emplacement n'est indiqué par aucun panneau et il n'accepte pas toutes les devises. Je n'ai par exemple pas pu changer mes dollars néo-zélandais et du payer le service de Bus jusqu'au centre-ville par carte bancaire étrangère. Les transports entre l'aéroport et le centre-ville sont d'ailleurs anarchiques. Il n'y a aucun service de bus public régulier et efficace, plusieurs compagnies privées tiennent des bureaux dans l'aérogare mais parlent très mal anglais et semblent incapables de fournir des informations précises sur l'emplacement et les horaires de départs de leurs bus…
Afficher la suite

Verdict

Air New Zealand

8.6/10
Cabine8.0
Equipage8.0
Divertissements9.0
Restauration9.5

Auckland - AKL

8.6/10
Fluidité9.0
Accès7.5
Services9.0
Propreté9.0

Buenos Aires - EZE

5.0/10
Fluidité5.0
Accès5.0
Services5.0
Propreté5.0

Conclusion

Vol transocéanique intéressant sur le plan géographique, bon service d'Air New Zealand comme d'habitude.
Aéroport d'Ezeiza franchement bidon.

Sur le même sujet

11 Commentaires

Ce Flight-Report vous a plu ? N'hésitez pas à interagir avec son auteur en laissant un commentaire ci-dessous.
  • Comment 384333 by
    Papoumada GOLD 7321 Commentaires
    Merci pour ce FR au ton nostalgique dans sa partie initiale.

    Les portions congrues du repas permettent-elles de tasser un peu plus les pax? ;=)

    Il est clair que les conditions de voyage imposées en classe éco ne correspondent pas à la stature moyenne des êtres humains de 2017...

    A bientôt!
  • Comment 384364 by
    meog 20 Commentaires
    Trés bon report, complet et bien écrit! Avec si peu de place pour les jambes, on doit sortir cassé d'un tel vol et ce, bien qu'il s'agisse d'un avion récent!
  • Comment 384367 by
    A330-200 509 Commentaires
    Bonjour ,
    Merci pour ce très bon FR

    Une superbe route transoceanique qui fait rêver, le catering beaucoup moins ,la quantité est honteuse, surtout pour vol de 11h.

    Anz est elle sérieuse pour le histoire des gobelets ? Ce n'est pas très hygiénique de le placer dans la poche du siège et surtout isur des motifs ecologiques cela semble être un moyen de faire des économies. .. font ils pareil en J et en F ?
  • Comment 384391 by
    akivi GOLD 3524 Commentaires
    La prestation NZ ne fait pas rêver, mais qu'importe : ce vol est géographiquement fascinant... Pour la petite histoire il s'agit du vol commercial passant le plus près du point Nemo, c'est-à-dire le point de l'océan le plus éloigné de toute terre émergée ! A déconseiller aux phobiques de l'ETOPS ;)

    Merci beaucoup et à bientôt !
  • Comment 384393 by
    Gaetan 2441 Commentaires
    Merci pour ce FR !

    Bonne prestation dans l'ensemble de la part d'ANZ. Le pitch est vraiment serré et je vous plains pour avoir subi ça pendant 11h. Mention louable pour économiser les gobelets mais comme vous dites, il est difficile de le stocker dans son maigre espace vital !

    Pour EZE, il serait temps d'entrer dans le 21ème siècle !

    A bientôt
  • Comment 384456 by
    SMilano 1284 Commentaires
    Merci pour ce FR !
    ANZ a toujours été une compagnie qui me fait rêver car elle m'évoque la Nouvelle-Zélande ! Un pays tellement magique !!
    Par contre j'avais été également déçu par la prestation offerte lors de mon vol SFO-AKL qui sur un vol de +12h offrait des portions bien petites malgré la qualité offerte.
    Heureusement je ne suis pas aussi grand mais même parfois avec mon m77 j'ai du mal alors j'ose pas imager la peine que c'est de voyager en éco actuelle... Les compagnies ne sont pas du tout en phase avec le monde, la où les gens tendent à être de plus en plus grand (et large...), les compagnies, elles, rétrécissent l'espace vital en éco de plus en plus... Par contre la J elle devient de plus en plus luxueuse...
    Il me semble que ce vol à la plus longue ETOPS au monde si je ne me trompe pas ! Un vol particulier que j'aimerais bien prendre :)

    A bientôt !
  • Comment 384474 by
    Chevelan SILVER 16600 Commentaires
    Tout est réduit avec Air New Zealand, du pitch en passant par les prestations de catering
    Economies, économies, jusqu'au gobelet à conserver dans l
  • Comment 384573 by
    Yoke 416 Commentaires
    Merci pour votre très beau FR qui sort de l'ordinaire. Plus de 10h de vol perdu au beau milieu du pacifique à bord d'un biréacteur, mieux vaut prier le saint ETOPS que tout se déroule comme prévu !

Connectez-vous pour poster un commentaire.