Avis du vol Vueling Airlines Marseille Barcelona en classe Economique

Compagnie Vueling Airlines
Vol VY1508
Classe Economique
Siege 31F
Avion Airbus A320
Temps de vol 00:35
Décollage 26 Nov 12, 13:40
Arrivée à 26 Nov 12, 14:15
VY   #21 sur 23 Compagnies low-cost Un minimum de 20 flight-report est nécessaire pour apparaitre dans le classement. 111 avis
massiliensis
Par 4029
Publié le 3 décembre 2012
[Marseille - Barcelone | Vueling 1508] Vostè esta aqui
[Barcelone - Marseille | Vueling 1509] D'aqui a Poc

Mon escapade en terre Catalane commence, une fois n'est pas coutume, en gare de Marseille Saint-Charles. J'embarque à bord d'un TER à destination d'Avignon desservant évidemment, la station Vitrolles-Aéroport Marseille Provence. La rame parcourt la ligne PLM, qui offre un point de vue exceptionnel sur Marseille avant de s'engouffrer sous le massif de l'Estaque.

photo 8238997243_d08e6c03af_cphoto 8240071244_d64435c974_c

Débarqué à Vitrolles-Aéroport, je me dirige vers la navette Airport|Train qui, ô Miracle, est bien synchronisée avec les mouvements des trains. Je pénètre ensuite dans le massif Hall 1, dont je trouve le design assez soigné, malgré les nombreuses critiques que l'on peut lire et entendre ça-et-là.



Bâtie au début des années 196O par le célèbre architecte Fernand Pouillon, il s'agit de l'aérogare historique. Elle était réputée pour son architecture novatrice à l'époque, comme le témoigne ce document extrait d'une expo de l'agence d'urbanisme de Marseille.



De nombreux espaces sont en travaux, l'aéroport a effectivement acté le renouvellement de la totalité de ses commerces et points de restauration. C'est d'ailleurs ici-même que la chaîne de fast-food Burger King va faire son grand retour dans l'hexagone. Elle inaugurera sa franchise d'ici la fin du mois de décembre.



Déjà enregistré en ligne, je me dirige à l'étage afin d'accéder à la salle d'embarquement. Cet endroit est bien moins baigné de lumière que le grand hall. L'ambiance y est assez austère, mais ce n'est qu'un lieu à traverser, avant de passer les contrôles de sécurité.



La sécurité passée avec succès, j'accède en salle d'embarquement. Ce bâtiment à l'architecture moderne est une extension réalisée en 1993. Plutôt confortable, je regrette cependant qu'il n'y ait que trois commerces peu attirants (un café, un Relay et un Duty Free à l'offre très réduite). La présence de prises publiques est appréciable, même si en période de très forte affluence, elles doivent probablement être prise d'assaut.



N'arrivant pas à me connecter à Flight Report en 3G, j'espérais pouvoir le faire en WiFi. Déception, MP1 n'en est pas pourvu. Le seul réseau ouvert est en fait un service interne. J'encourage vivement l'aéroport a proposer une connexion gratuite à ses passagers, ça apporte une plus-value et une fiabilité considérable à l'équipement pour un investissement aujourd'hui très abordable.



Place à l'observation des mouvements aériens (je n'aime pas le terme spotting, ça sonne mal et ça fait postillonner !)
Au large, un mastodonte soviétique est parqué. L'AN125 attend de pourvoir charger les hélicoptères fraîchement sortis des ateliers d'EADS, à quelques centaines de mètres.

photo 8239915548_6829955e9d_c

En face de moi, un 321 d'Air Med' et un Dornier des ingénieurs bavarois d'Eurocopter en stationnement longue durée.

photo 8238788523_bbecfdd8fa_c

Le trafic n'est pas intense… Quelques AF furtifs, et un nombre incalculable de 738 irlandais, qui remontent le taxiway à toute allure pour rejoindre MP2. A proximité, je n'ai qu'en vue ce CRJ200 qui vient d'arriver de Madrid.

photo 8238778897_8334e94da7_c

Les passagers sont débarqués à pied et l'échange des bagages est très rapide. Un des opérateurs passe sous l'aile, très basse sur les CRJ, pour gagner du temps dans le déchargement.

photo 8239836800_b32e9dd7b0_c

J'ai de la marge avant l'embarquement de mon vol … Je m'allonge sur les sièges en regardant dehors, rêvant Marseille-Provence en grand aéroport européen. J'imagine des 332 d'AF desservir ne serait-ce que les départements d'outre-mer. Je rêve les 773 d'Emirates et Singapore décoller magistralement de la 31R… mais ne voit que des 320 d'AF et des 738 de Ryanair à travers les vitres sur lesquelles la pluie commence à tomber…

photo 8239810418_2cf617c005_c

Je suis sorti de mes divagations d'esprit par le coup de fil bruyant d'un homme d'affaire visiblement très fier de faire savoir à tout le terminal qu'il sait parler espagnol. L'individu, costard-cravate et attaché-case, est … négociant de vins. Il tient un discours assez dédaigneux. Avec la crise que vous vous tapez, vous pouvez acheter une femme avec un saucisson … C'est fin ! Je vais donc faire un tour aux toilettes pour m'épargner du reste de la conversation. Les WC sont propres mais le faux-plafond est complètement défoncé, laissant penser à un acte de vandalisme plus qu'un manque d'entretien.

photo 8239827226_93e7ba42be_c

Le risque aviaire est important en cette période de migration des Étourneaux. Une colonie très agitée erre près des pistes pendant un bon quart d'heure avant d'être dispersée par un tir de fusée sifflante. Le service d'effarouchement a été réactif !

photo 8239817332_2e7d2973f3_c

Notre oiseau arrive enfin, avec une dizaine de minutes de retard. Il s'agit d'un A320 et non pas de l'A319 habituel. Il doit probablement compenser l'annulation du vol de mercredi sur lequel je devais originellement voyager.

photo 8239782668_fb6aeec087_cphoto 8239773058_b39a42201e_c

AUX AAARMES !



Facing the power



L'embarquement commence dix minutes après l'arrivée de l'appareil.



Je m'installe à la dernière rangée, en 31F. Au premier coup d??il, le remplissage semble bon puisque environ 80% des sièges sont occupés. Par contre, l'espacement me parait encore plus étroit que sur Ryanair ! C'est un supplice pour mes 192 centimètres, j'ai les genoux encastrés dans l'armature du siège devant. Pour preuve, je ne peux même pas déplier le magazine de bord sur mes jambes ! Je le supporte sans problème pour 45 minutes de vol, mais j'aurai du mal à faire un Barcelone - Moscou dans ces conditions !



Puis, à l'instant ou nous repoussons, le temps se dégrade brusquement. Les précipitations deviennent abondantes et le vent se lève. (55 km/h en rafales selon Météo France, ce jour-là).

photo 8239223020_680a8686df_c

Notre appareil remonte le taxiway pour se placer en tête de la 14L, le vent venant du sud. Le décollage est mouvementé, j'ai l'impression d'être dans les testicules d'un marathonien tellement les rafales bringuebalent l'avion latéralement.



Les turbulences sont modérées, nous traversons une épaisse couche de congestus. L'instabilité est bien présente même si elle n'est pas assez vigoureuse pour générer des cumulonimbus. Le ciel reste opaque jusqu'à Barcelone, bouché par toutes sortes de formations nuageuses, du cirrus au cumulus.



La plage de Saint-Pol à Sant Feliù des Guixols.



Et voilà Barcelone, après une très courte croisière au dessus de la Méditerranée.
J'aime beaucoup la playlist de Vueling à l'atterrissage; No Surprises de Radiohead (hasard ou référence cinématographique ?) suivi de For Emma de Bon Iver.

photo 8238906422_fe54401701_cphoto 8238866644_f2b0975fb2_c



L'A320 est parqué au large du T1 avec toute la fratrie Vueling. Le transfert vers le terminal est rapide, par Cobus 3000.



Je débarque pour la première fois dans cet aéroport magnifique, et reste scotché par le scintillement ! Tout est propre, clair, les espaces sont vastes, la signalétique efficace. Cette architecture me captive !



Je rejoins ensuite le centre de Barcelone au moyen de l'Aèrobus pour 5,75 euros.

photo 8238288706_f5b6699dc9_c

En bonus, la vue idyllique sur la capitale catalane depuis mon hôtel low-cost !

photo 8237192819_de11e87ae1_c
Afficher la suite

Verdict

Vueling Airlines

4.5/10
Cabine4.0
Equipage9.0
Divertissements5.0
Carte payante0.0

Marseille - MRS

3.8/10
Fluidité3.0
Accès1.0
Services5.0
Propreté6.0

Barcelona - BCN

6.4/10
Fluidité9.0
Accès3.0
Services4.0
Propreté9.5

Conclusion

Un vol Vueling tout à fait classique.

Sur le même sujet

15 Commentaires

Connectez-vous pour poster un commentaire.