Avis du vol Brit Air Paris Genova en classe Economique

Compagnie Brit Air
Vol AF1516
Classe Economique
Siege 4F
Temps de vol 01:35
Décollage 22 Fév 13, 09:55
Arrivée à 22 Fév 13, 11:30
DB   #52 sur 134 Compagnies Un minimum de 20 flight-report est nécessaire pour apparaitre dans le classement. 29 avis
DEUCALION
Par 3135
Publié le 4 mars 2013
C'est assurément à un spotter dépité qu'on doit le dicton « qui va à Gênes n'a pas de plaisir ».

Qu'on en juge : voici le tableau des départs au terminal 2G de Roissy Charles de Gaulle. Ça manque un peu d'exotisme.

photo 70200560

Qui plus est, les machines volantes sont encore plus farouches que les fauves de la savane africaine. C'est à peine si on décèle un bout d'aile ou d'empennage. La galerie qui descend en pente douce vers les portes 40 et suivantes offre une représentation fidèle du néant. Une hôtesse me voyant errer l?âme en peine me demande aimablement si elle peut m'aider.

Le spotter déprimé :
Dissipez, je vous prie, l'angoisse qui m?étreint.
Verrai-je des avions, ou dois-je attendre en vain ?


L'accorte hôtesse
Attendez-voir neuf heures un quart.
Vous verrez se garer,
peu ou prou de coucous.


Effectivement, à l'heure dite, je repère trois oiseaux venus s'abreuver à un point d'eau.

photo 46108549

A Gênes, au retour, ce n'est pas mieux. Six vols annoncés pour la demi-journée. Deux autres sont partis entre 13 et 15 h. C'est la troisième ville industrielle d'Italie, deuxième port de la Méditerranée?

photo 64671530

Je ne ferai pas de compte-rendu du retour, par manque de photos. Autant donc relater ici un épisode dont ne je suis pas fier.

Les départs sont affichés successivement, à une cadence de 20 secondes, en anglais et en italien. Chaque pays a sa façon de dénommer les villes des autres. On sait que « London » se dit « Londra » et « Paris », « Parigi », en italien. Mais un nom me fait sursauter.

photo 17695345

La tentation est trop forte. « T'as vu ? », dis-je à ma femme, « le vol pour Munich fait escale à Monaco ». D'abord incrédule, elle se rend à l?évidence, non sans émettre de sérieuses objections :

- Ils perdent un temps fou. J'aurais compris ça de la part d'une low cost, mais Lufthansa? c'est idiot, Monaco est à un jet de pierre de Gênes.
- Raison de plus pour venir y déposer ou embarquer quelques riches passagers, et faire la nique à Air France, qui a une position dominante à Nice
- Y a un aéroport à Monaco ? Le rocher est trop petit. Y z'ont construit une piste sur une jetée ?
- Je ne crois pas. A mon sens, Lufthansa effectue la liaison par hélicoptère.
- C'est pas possible. Regarde : il y a plus de cinquante personnes à faire la queue pour s'enregistrer !
- Il y a aussi de gros hélicoptères !
- Hum?

Sur le coup, je n'ai pas l'impression qu'elle ait gobé mes fariboles. Mais alors que, de retour à Paris, je suis en train de classer mes photos en captant distraitement des bribes de téléphonages multiples, revient constamment cette question : « tu étais au courant, toi, qu'il y a un aéroport à Monaco ? ?Si, je t'assure? Oui, un vol Lufthansa? Demande à [moi], il te confirmera? ». Misère. Mon succès passe de trop loin mes espérances. Voilà comment naissent les bouteillons. Celui-ci menace de devenir rapidement incontrôlable. Il faut que j'y mette fin rapidement en avouant tout. Je vais tout de même finir ce compte-rendu avant. C'est plus sûr. Si, ensuite, je ne publie plus rien, c'est que j'aurai été étranglé.

Revenons à GDG 2G.

Alors que le départ était prévu à 9h55, nous sommes invités à embarquer à 9h50. Pas de passerelle, et Dieu merci, pas de bus. L'avion est un Bombardier CRJ 700, immatriculé GRZA, MSN 1006, livré à Brit Air le 31 janvier 2001.



La cabine est étroite (2 + 2) et basse. Si on n'y prend garde, on se cogne la tête dans les coffres en se relevant. Ceux-ci sont pourtant petits. D'ailleurs, on laisse les bagages à main au pied de la passerelle, pour qu'ils soient mis en soute. Un carton y est attaché lors de l'embarquement, dont on conserve le talon. Ce système présente le double avantage de ne pas avoir à attendre, à l'arrivée, la livraison sur des tapis roulants, sans pour autant avoir à subir l'indélicatesse de passagers se précipitant pour être les premiers à pouvoir occuper les coffres avec une multitude de sacs et de paquets.

photo 75974945

L'espace aux genoux est médiocre.

photo 011ax

La porte est fermée à 10h05. On commence à rouler à 10h10. Je m'aperçois que le hublot est crasseux. Et pas simplement à l'extérieur. C'est à croire que mon prédécesseur sur ce siège, alors qu'il dégustait une compote de pomme, s'est courtoisement détourné de son voisin pour éternuer. Je nettoie comme je peux, mais le résultat n'est pas satisfaisant. Il va falloir user du zoom et ruser entre les taches.

photo 98514414

Pendant le roulage, on voit pour l'essentiel des appareils aux couleurs d'Air France, et il faut attendre cinq bonnes minutes pour apercevoir enfin un Renault Kangoo.



Puis vient un appareil aux couleurs de China Eastern. Am-stram-gram : je décrète que c'est un Airbus A 330-200.

photo 25150294

Un appareil de Vietnam Airlines. Celui-là, je lui trouve une dégaine de 767. Erreur, profonde erreur, c'est un 777-200.

photo 58996707

On décolle de la piste 08L à 10h20. Je reconnais l'installation de traitement des eaux usées en bout de piste.

photo 38051097

Puis un méandre de la Marne juste avant Meaux

photo 49764424

Et Meaux

photo 40230559

Après, je ne sais plus trop. Flight Aware se contente de tracer une droite entre Roissy et Gênes, de même que Flight Mapper. Flight Radar24 ne répertorie pas le vol. C'est contrariant.

Ville survolée à 10h25

photo 40702693

Autre gros bourg à 10h26

photo 70985692

A 10h27, on parvient à la fin d'une grande forêt. On voit comme un terrain de sport ou un hippodrome, mais il n'y a aucun bâtiment alentour.

photo 92585780

10h 28 mn et46 sec

photo 26220370

10h29.14

photo 84828908

A 10h34, une boisson est proposée, avec l'habituel choix (cornélien) entre biscuit sucré et biscuits salés.

photo 94135966

Le contre-jour devenant de plus en plus malcommode, j'abandonne les paysages pour les consignes de sécurité.

photo 87334565

Juste une petite photo d'une centrale atomique.

photo 95092530

A ce moment-là, le titulaire du siège 2A, qui était seul sur sa rangée, prend l'opportune décision de venir causer avec l'occupant du 3F. Le temps de convaincre ma voisine de bouger, et je me retrouve du bon côté, alors que nous abordons un massif montagneux. Intuitivement, je me dis que ça pourrait être les Alpes. Mais comme je n'ai pas eu le loisir depuis lors d'aller réexaminer la table d'orientation de l'Aiguille du Midi, je ne sais identifier les sommets. On voit cependant très bien les vagues successives de crêtes, séparées par de profondes vallées.



A 11h20, on survole les monts sur lesquels la République de Gênes avait édifié patiemment le plus long système défensif connu, après la Grande Muraille de Chine. Il n'a jamais été utilisé et n'a pas empêché Gênes de tomber sous la coupe du Royaume de Piedmont en 1815.

photo 46602558photo 91358536

Puis c'est le port de Gênes.

photo 18726436

On file le long de la côte ligure.

photo 73010736photo 20025477

On va certainement virer à gauche pour revenir atterrir Je m'empresse donc de reprendre mon siège initial, sans avoir aucun égard pour les récriminations de ma voisine, qui l'avait squatté.

Juste le temps de photographier un porte conteneur, et on vire.

photo 18052416

Chemin de retour vers Gênes.



La ville, puis le port. On passe au ras des quais pour atterrir sur une jetée à 11h34. On a 4 minutes de retard par rapport à l'heure indiquée sur le billet.



Pendant le roulage, j'aperçois un Piaggio P180 Avanti II. Cette création remarquable de l'ingénieur Mazzoni, a fait son premier vol en 1986. C'est un avion d'affaires bi turbopropulseur à hélices propulsives doté de trois surfaces portantes. Il peut transporter, outre deux pilotes, sept passagers à une vitesse de croisière de 670 km/h. J'en ai vu deux autres, alors que j'attendais le vol du retour.

photo 31575517photo 26097491

Sinon, il n'y avait pas grand? chose à voir.

Un Airbus d'Alitalia et un ATR 72 500 d'Air Dolomiti.



Le débarquement se fait à pied. Au revoir, petit GRZA, et merci de m'avoir conduit jusqu'ici.

photo 14451984

L'aéroport Christoforo Colombo de Gênes n'est pas immense. L'animation qui règne dans son hall d'arrivée n'a rien à envier à celle dont bruit Saint Brieuc Armor (LFRT) Trémuson Airport.

photo 11020098photo 22786620

On peut atteindre le centre-ville, distant d'environ 7 km, soit en taxi (il faut compter 20 euros avec deux valises) soit en Volabus pour 6 euros par personne. Le trajet, lorsque la circulation est fluide, dure moins d'une demi-heure.

photo 15541742photo 64145251

Gênes est une ville qui a du charme (en dépit d'une monstruosité ? la sopraelevata ? voie automobile rapide en hauteur le long du rivage).

photo 30861899

C'est un port, dont l'entrée est éclairée par un très ancien phare, qui peut accueillir les plus gros paquebots.

photo 087kgphoto 68350817

C'est aussi une vieille ville, où serpentent des ruelles sombres entre des bâtisses tout en hauteur (la place est rare).

De nombreux palazzi aux façades richement décorées.



Des églises ornées, comme souvent en Italie, de fresques d'une virtuosité ébouriffante.

photo 44319946

Des musées.

Celui-ci, par exemple, a recueilli tout ce qui est resté d'une tentative ratée de vol-plané à l'aide d'ailettes attachées aux chevilles.

photo 76673653

Mais Gênes tire l'essentiel de sa gloire du plus illustre de ses fils : Christophe Colomb.

photo 90182313

L?étude attentive de milliers de pages d'archives municipales, les témoignages, soigneusement collationnés, d'amis et de voisins de la famille Colomb, transmis oralement de génération en génération, des relevés topographiques précis, me mettent en mesure de jeter sur l?épopée colombienne un éclairage nouveau. Voici donc la très véridique histoire de la jeunesse de Christophe Colomb, et de la cause première de ses aventures.

Son père avait choisi d'habiter une maison tout près de la Porta Soprana. Comme ça, lorsqu'il embarquait sa famille le vendredi soir pour passer la fin de la semaine à Portofino, il évitait les embouteillages cauchemardesques qui étaient la plaie de Gênes.

photo 094fx

La maison est toujours debout. Sur la façade, ont été déployés les drapeaux des équipes de foot dont le jeune Christophe était supporter, et qu'il avait punaisés sur les murs de sa chambre.

photo 76345713

C'est dans une petite école voisine qu'il a quasiment tout appris. Les premières années sont déterminantes pour le reste de l'existence. Sa maîtresse d?école, la sorella Camomilla, avait d'emblée constaté sa tendance à être distrait, ce qui le conduisait souvent à comprendre tout de travers, sans jamais vouloir ensuite en démordre. Elle s'exclamait à tout moment : « Titof ! Toujours à l'ouest ! » Et ses camarade de classe reprenaient en ch'ur, rigolards : « Titof ! Toujours à l'ouest ! » Les sots. De cette moquerie, il ferait la devise qui le rendrait immortel !

photo 51470023

Il rêvait d'horizons lointains et passait le plus clair de son temps à errer sur le port dont il contemplait les navires avec envie.



Il fréquentait aussi un lieu de perdition où se réunissaient des voyageurs amarinés, dont il buvait les propos. Ils devisaient des mérites respectifs de Mer France et de Maritalia, deux grandes compagnies de l?époque. Ils étaient unanimes à vilipender le maigre brouet que l'une comme l'autre servaient en guise de collation au cours des traversées de moins de deux jours.

photo 100hj

Juste en face, se trouvait l?épicerie, tenue par un couple genoveso-ibérique (le détail a son importance), où sa mère l'envoyait acheter des ?ufs frais. Il en cassait beaucoup, en expliquant froidement qu'il s'entraînait à les faire tenir debout, ce qui pouvait toujours être utile.

photo 101sy

« Dresseur d??ufs ! Quel beau métier ! » soupiraient ses parents anéantis, en levant les yeux au ciel. Et lui se disait qu'il serait éternellement incompris. Il fallait quitter le nid familial et montrer au monde entier ce dont il était capable.

Une boutique de luxe venait de s'ouvrir, proposant à une clientèle fortunée des articles de prêt à porter décontracté en provenance d'Inde. Mais le jeune Christophe n'avait pas les moyens de se les payer, et de toute façon, il ne trouvait pas la taille en version slim fit qui lui eût convenu. Il était condamné, comme ses copains, à toujours porter le même bleu-de-Gênes troué aux genoux, dans ces temps-là jugé ringardissime.

photo 102scd

Sa décision fut vite prise. Il irait lui-même en Inde chercher l'objet de ses convoitises, en allant au plus vite, par la mer, et au plus court, par l'ouest. Les flancs ventrus d'une caravelle permettraient des importations massives, qui vendues à un prix raisonnable, s?écouleraient aisément tout en ménageant une marge substantielle. Des sponsors espagnols, dont le contact lui avait été fourni par l?épicier Pepe (le vendeur d??ufs) étaient prêts à financer une expédition ultramarine. Il allait pouvoir se faire des nouilles en or (expression familière et imagée traduisant une réussite financière, courante dans les pays de la péninsule italique friands de pâtes,).

On connaît la suite.

C'est d'ici que Christophe Colomb s'est embarqué, nous dit-on. Vous aurez remarqué que le rédacteur du cartel s'est prudemment abstenu de dire pour où.

photo 103mu
Afficher la suite

Verdict

Brit Air

7.2/10
Cabine7.0
Equipage8.5
Restauration6.0

Conclusion

Ponctualité : 5 mn de retard par rapport aux prévisions, c'est sans conséquences.
Confort : un petit avion a des avantages (on est vite rentré et sorti) et des inconvénients : il n'y a pas beaucoup de place. Pour 1h30 de vol, c'est acceptable.
Personnel sympathique et souriant.
Repas : c'est mieux que rien.

Informations sur la ligne Paris (CDG) Genova (GOA)

Les contributeurs de Flight-Report ont posté 6 avis concernant 2 compagnies sur la ligne Paris (CDG) → Genova (GOA).


Pratique

La compagnie qui obtient la meilleure moyenne est Brit Air avec 7.4/10.

La durée moyenne des vols est de 1 heures et 33 minutes.

  Plus d'informations

18 Commentaires

Connectez-vous pour poster un commentaire.