Avis du vol easyJet Toulouse Paris en classe Economique

Compagnie easyJet
Vol U24030
Classe Economique
Siege 21A
Avion Airbus A320
Temps de vol 01:25
Décollage 30 Nov 20, 19:55
Arrivée à 30 Nov 20, 21:20
U2   #6 sur 9 Compagnies low-cost Un minimum de 10 flights-reports sur les deux dernières années est nécessaire pour apparaitre dans le classement. 674 avis
wop
Par SILVER 340
Publié le 6 décembre 2020

Bonjour,

Je profite d'avoir une bonne raison de faire un aller-retour en plein confinement (et de l'attestation adéquate) pour vous emmener à Toulouse. L'occasion de faire le voir où on en est en termes de service comme de mesures barrière. Mais également de comparer l'offre entre les deux compagnies en concurrence entre Orly et Toulouse.

En ce deuxième confinement, Air France ne propose en effet que 4 A/R entre Orly et Toulouse, et easyJet un seul. Au moment de la réservation, quelques semaines à l'avance, Air France proposait trois vols le matin et un en fin d'après-midi. Seule easyJet permettait un retour plus tardif aux alentours de 20h, d'où cette combinaison.


Routing


Air France a plus tard décalé son dernier retour de 17 à 19h, mais mon billet avec U2 était déjà réservé.

J'arrive donc avec un peu d'avance à l'aéroport, vers 18h30. Il ne reste ce soir que deux vols, ceux d'Air France et d'easyJet pour Orly. Ça promet d'être calme…


photo screenshot_20201130-181710photo dsc_5362

Les écrans le confirment. 13 vols seulement le lendemain, et les départs du surlendemain apparaissent déjà.


photo dsc_5363

Je n'ai pas dîné, et le seul commerce ouvert dans l'aéroport est ce Relay / Monop entre les zones d'enregistrement B et C. Il y a une offre plutôt large, mais bien moins intéressante que les habituels restaurants du hall C.


photo dsc_5364

Le couloir menant aux comptoirs d'enregistrement est désert, cela tranche avec l'ambiance du matin à Orly.


photo dsc_5365photo dsc_5366

L'écran annonçait un enregistrement dans l'habituelle zone C d'easyJet. Mais c'est désert, toutes les opérations ont été rassemblées en D. Où un seul comptoir est ouvert, pour notre vol.



Je n'ai pas besoin d'y passer, ayant la carte d'embarquement sur mon portable. La loterie de l'enregistrement m'a assigné un 21A. Impossible de le modifier une fois l'enregistrement fait, mais ça me convient très bien.


photo screenshot_20201130-181729

L'inspection-filtrage centralisée ne devrait pas être débordée…


photo dsc_5371

Et pourtant, c'est un peu le bazar sur les deux files ouvertes. Le tapis scannant les bagages avant à petit rythme, et un nombre assez important de bannettes sont écartées pour un contrôle supplémentaire. Avec les nouvelles installations, ce n'est plus un humain qui les écarte, mais un roulement à billes à la sortie du scanner à rayons X, façon flipper. Je vous laisse donc imaginez une petite foule d'une dizaine de personnes, attendant leur bannette, et à chaque arrêt de l'une d'elle sur la zone d'éjection, croisant les doigts s'il s'agit de la sienne…

Et ça ne manque pas, comme le matin, mon sac a du faire flipper l'agent visionnant les images, et se fait flipperiser aussi sec. C'est reparti pour attendre en bout de ligne que les 4 bagages suspects avant le mien ne soient recontrôlés. Heureusement, deux agents arrivent en renfort pour traiter plusieurs bagages en parallèle. Pour moi il ne s'agira que d'une détection d'explosif, évidemment négative. Ouf.

Tout ça aura quand même duré près d'un quart d'heure. Pour un seul vol à traiter, avec deux PIF armés…

Le meuble de bouteilles d'eau à 1€ en libre service est toujours là.


photo dsc_5372

Par contre, on échappe aux zigzags dans le duty-free qui est simplement fermé. Un accès a été ouvert et donne directement sur le couloir reliant les halls C et D.


photo dsc_5373

Côté hall C, c'est complètement fermé, pou ne pas dire barricadé.


photo dsc_5374

Du coup, direction le hall D. Air France finit d'embarquer en porte 51, et cherche un dernier passager manquant à l'appel.


photo dsc_5376

18h55, j'arrive en salle d'embarquement, quand une annonce retentit à l'attention des passagers de mon vol "merci de vous présenter en porte 53 pour un embarquement immédiat". La moitié de la salle se lève, d'un seul homme…


photo dsc_5377-77514

Et j'en profite pour m'asseoir. L'annonce n'a même pas été passée de la porte, où il n'y a encore aucun agent ! Pas plus que d'avion évidemment, à une heure du départ. Ça doit être l'habitude de faire des pré-embarquements au hall C, doté de "parcs à bestiau"… ou une exigence contractuelle imposée par easyJet aux équipes toulousaines, qui n'aurait pas été actualisée lors de la migration au hall D ?

J'ai le temps d'avaler mon casse-croûte acheté au monop' et ma bouteille d'eau à 1€, avant de sortir mon téléphone pour voir directement dans l'appli easyJet que notre avion arrivant de Paris est sur le point de se poser. Et en effet, ça commence à s'agiter en porte, à parler de speedy boarding, de politique bagages stricte et d'embarquement au pas de charge. "une, deux, une, deux…"


photo screenshot_20201130-190256

19h30, j'ai encore le temps d'aller chercher un dessert au distributeur automatique, seul commerce ouvert en zone réservée, et de me placer parmi la vingtaine de personnes restant à embarquer.

"siège 21A par la porte arrière, bon voyage" me dit l'agente en porte. Encore une vieille habitude (ou obligation contractuelle ?) … seule la passerelle avant est connectée à l'avion.


photo dsc_5378

Instant porte, nous informant que le vol est opéré par easyJet Europe, et que je vais vivre une expérience digne d'une meilleure compagnie du monde, rien que ça.


photo dsc_5379

Nous embarquons en tout cas à bord d'OE-IVU, A320 âgé d'un peu moins de 4 ans.


photo dsc_5380-47989

Et voici ma planche à repasser, sur un triplet actuellement vide.


photo dsc_5381-59727

Pas de magazine ni de brochure de ventes à bord, et plus surprenant, pas de publicité en haut de siège. Je ne vais pas m'en plaindre.


photo dsc_5382

19h45, dix minutes avant l'heure prévue de départ, l'embarquement est terminé. L'avion doit être rempli à 70 ou 80%.
Le commandant de bord se présente et nous annonce un vol calme vers Paris, où il fait un temps parisien.


photo dsc_5383-89446

Au bout de notre sharklet, l'un des deux avions d'Air France passant la nuit sur place pour desservir Orly et CDG au petit matin.


photo dsc_5384

Nous partons avec cinq minutes d'avance vers la piste. Roulage vers le Sud pour décoller face au Nord. Nous avons cet océan de balises lumineuses rien que pour nous.


photo dsc_5385

Les halls A, B et C sont déserts (et flous, je sais).


photo dsc_5388

Un peu plus de monde en zone cargo.


photo dsc_5389

20h pile, nous nous alignons et décollons de la piste 32R. Pas grand chose à distinguer si ce n'est les lumières du delivery center d'Airbus.


photo dsc_5390photo dsc_5391photo dsc_5392

La lumière reste relativement tamisée sur ce vol tardif, ce qui me va très bien.


photo dsc_5393

Le BoB rencontrera un certain succès, malgré l'offre très réduite. Je vous laisse apprécier les "plats principaux" disponibles.


photo dsc_5442

Rassurez-vous, les gourmands pourront compléter leur plat principal d'olives et de tartinades avec… un sachet d'olives.


photo dsc_5444

Je me repose pendant les quelques dizaines de minutes que dure la croisière, avant la descente vers Paris. Le temps est couvert, mais on identifie la mégalopole d'au-dessus des nuages, à la teinte orangée qu'ils prennent. Et qu'il n'est en rien due à la couleur de notre avion.




Passage de la Seine au niveau de Villeneuve Saint-Georges…


photo dsc_5400

Pour nous poser en piste 25 à 21h10. On rejoint ce 737 de Transavia face au terminal.


photo dsc_5402

À la différence d'Air France, pas d'annonce pour temporiser le débarquement, du coup c'est covid-party dès le "dong" associé à l'extinction de la consigne lumineuse.


photo dsc_5403-93261

La maintenance se jette sur notre avion… mais aussi, tiens donc… un bus…
On ne va quand même pas faire un tour de bus alors qu'on est face au terminal ?


photo dsc_5404

Ha. On dirait que si.


photo dsc_5405

21h25, le débarquement atteint le rang 21. Mais la soirée n'est pas finie.


photo dsc_5406

L'expérience proposée en cette belle soirée d'hiver par la "World Airline Awards Winner" et la complicité de Paris Vous Aime inclut donc une promenade autour de l'enclos des barres de tractage, suivie d'un safari en autocar de grand tourisme.


photo dsc_5407

Enfin quand ledit autocar sera de retour, il est pour l'instant occupé avec la première fournée de passagers. Ce qui laisse le temps d'observer la faune locale.


photo dsc_5411photo dsc_5412

21h30, nous voilà dans le bus. Notons la présence de ports USB.


photo dsc_5413-17293photo dsc_5414

Et c'est parti pour …deux minutes d'excursion. "sur votre gauche, une famille de vueling sauvages"


photo dsc_5415

Mais toutes les bonnes choses ont une fin.


photo dsc_5416-81606

Il faut bien dire que la salle de livraison des bagages du hall 3 est plutôt réussie, et autrement plus spacieuse que celles existant jusque là.


photo dsc_5417photo dsc_5418

Je vous laisse sur le programme des vols de la soirée, s'ils peut vous inspirer.
À bientôt pour de nouvelles aventures ! ✈

Afficher la suite

Verdict

easyJet

5.0/10
Cabine5.0
Equipage7.0
Divertissements4.0
Carte payante4.0

Toulouse - TLS

7.2/10
Fluidité6.5
Accès8.0
Services6.0
Propreté8.5

Paris - ORY

7.4/10
Fluidité6.5
Accès7.0
Services8.5
Propreté7.5

Conclusion

Rien de surprenant sur ce vol plus utilitaire qu'autre chose. La réduction de l'offre de BoB est plutôt surprenante, difficile de comprendre en quoi les tapas box seraient plus covidocompatibles qu'une sandwich. C'était l'un des rares intérêt d'easyJet : pouvoir déjeuner ou dîner à sa place (encore faut-il savoir apprécier la gastronomie britannique).
Des mauvais points de fluidité à Toulouse pour le PIF incroyablement lent, et à Orly pour le circuit par bus.

Informations sur la ligne Toulouse (TLS) Paris (ORY)

Les contributeurs de Flight-Report ont posté 54 avis concernant 4 compagnies sur la ligne Toulouse (TLS) → Paris (ORY).


Pratique

La compagnie qui obtient la meilleure moyenne est Air France avec 7.5/10.

La durée moyenne des vols est de 1 heures et 18 minutes.

  Plus d'informations

4 Commentaires

Ce Flight-Report vous a plu ? N'hésitez pas à interagir avec son auteur en laissant un commentaire ci-dessous.
  • Comment 568042 by
    Esteban TEAM GOLD 15957 Commentaires

    Merci pour le partage !

    Dommage qu'EasyJet, qui n'a déjà pas un BOB fantastique, le réduise à des produits industriels sous vide. Mais bon, on ne vole pas pour ça :)

    A bientôt !

  • Comment 568075 by
    AirBretzel GOLD 9566 Commentaires

    Merci pour ce FR.
    Aucun contrôle d’attestation à TLS ?
    embarquement immédiat => alors que l’avion n’est même pas là.
    Il n’y a certes pas la même fréquence de vol mais les vols ne sont pas vides.
    BOB allégé mais au moins il existe.
    A bientôt

    • Comment 568105 by
      wop SILVER AUTEUR 343 Commentaires

      Hé non, aucun contrôle de l'attestation de tout le voyage. Seulement un contrôle à l'entrée d'Orly pour s'assurer qu'on a bien un billet d'avion. Par contre on voit au tableau des départs que le vol vers Madrid est indiqué avec passage de la PAF, il est peut-être ciblé ?

Connectez-vous pour poster un commentaire.