Avis du vol Japan Airlines Naha Osaka en classe Economique

Compagnie Japan Airlines
Vol JL2088
Classe Economique
Siege 57A
Temps de vol 01:55
Décollage 22 Nov 21, 18:05
Arrivée à 22 Nov 21, 20:00
JL 157 avis
SoraNoTabi
Par SILVER 617
Publié le 14 mars 2022

Bonjour et bienvenu(e)s au troisième volet de ce ’voyage tombola’ (effectué sous le cadre du programme どこかにマイル dokoka ni mairu, de JAL).



Il couvre la première étape de notre retour à la maison, qui se fera de manière indirecte, avec une très longue (et convoitée) escale à Osaka.

Apres trois jours de dépaysement il faut, très regrettablement, plier les bagages et affronter la réalité des engagements professionnels… 


LONG ACHEMINEMENT


Au moins, aujourd’hui il fait un temps exécrable, ce qu’adoucit le chagrin de quitter l’adorable île de Sesoko.


photo img20211122112204ed

Avant de prendre congé on décide de casser la croûte car le trajet jusqu’à l’aérogare pendra son temps et n’offrira guère de répit culinaire.  


photo img20211122121016ed

Les commerces de l’île peinent à réouvrir, suite aux aléas de la pandémie. Après un hiatus de plus de six mois, notre charmant ’Fuu Café’ n’accueille des commensales que depuis fin octobre 2021. 


photo img20211122125022

Dernières implorations aux dieux locaux afin de pouvoir revenir bientôt. (Le Toteikun 土帝君 de Sesoko veille pour le bonheur des riverains et leurs récoltes/prises de poisson depuis au moins le 18ème siècle).


photo dsc09121

Echange éclair avec les sympathiques employé(e)s de notre hébergement et récupération des sacs. Il est temps de faire nos adieux. Mata ne!


photo img20211122130901ed

C’est parti pour une demie heure de marche jusqu’à l’arrêt du bus qui devrait nous amener à l’aéroport de Naha.


photo img20211122133233

En dépit d’un temps inclément, avec de fortes rafales, le paysage reste fabuleux.


photo img20211122133400

On peut se considérer chanceux, car ce trajet sous la pluie battante aurait été pénible… Le rivage opposé offre une vue de ’l’arrière-pays' de l’île de Sesoko ainsi que de notre hébergement. 


photo img20211122134612

Le havre de Motobu, où se situe notre arrêt de bus, est en pleine activité. 


photo img20211122135409

On a été contrait de changer nos plans car les intempéries ont eu raison du déplacement en navire à grand vitesse, initialement prévu. Le bus offre un trajet plus long et coute plus cher… mais c’était la seule option viable aujourd’hui. 

Voici la halte du jour, bien désolée et exposée. Ni abribus ni passagers… 


photo img20211122142836

S’en suivra une attente fastidieuse de 25 min. Le bus arrive avec 20 min. de retard, ce qui est étonnant au Japon septentrional, mais un peu moins à l’archipel des Ryūkyū. Toutefois, la large marge que j’avais prévu commence à s’effriter.

De gros embouteillages et de nombreux arrêts programmés (respectés au second près malgré le retard considérable), font qu’on se retrouve à 45min -théoriques- de l’aéroport alors qu’il est -1h25min de notre décollage. Je ne veux pas jouer avec le feu et profite d’un relâche près d’une gare du Yui Rail pour changer envers un moyen de transport plus rassurant en ce qui concerne la maitrise du temps. 

Un petit sprint suffit pour rattraper la rame de monorail accostant la station; et 15 min. pour rejoindre un aérodrome sous la pluie.  


photo img20211122164800

Salutations à nouveau, OKA !


photo img20211122165052

a L’AEROPORT


Soulagé de retrouver la zone d’enregistrement avec du temps devant moi.


photo img20211122165222

OKA, étant une aérogare relativement importante mais très orientée envers les vacanciers, subit une automatisation des check-in un poil moindre, peut-être, que HND ou ITM. Néanmoins, la chose reste assez évidente. 


photo img20211122165637photo img20211122165822

Toutefois, fidèle à mes habitudes, je me précipite vers les comptoirs humanoïdes. Car j’aime les sourires et car j’aimerais oser l’impossible : voyager tout près du nez. C’est déjà l’heure du gouter et rien d’autre qu’un charmant A350 nous attend sur le tarmac… autant dire que les chances de trouver une place libérée en F sont comparables à celles du quinze azzurro emportant le tournoi des Six Nations.


photo img20211122165559

Mais on a toujours dit que ’qui ne tente rien n’a rien’, n’est-ce pas ? Des sourires, j’en eut à volonté… un surclassement impromptu ? Il suffit de revenir sur l’encadrement du récit pour s’en faire une idée…

Je quitte donc l’accueil avec un miteux billet en papier et l’avertissement d’un petit retard de 10 min. Qui est confirmé sur le tableau du soir… (j’ignorais l’existence d’une liaison directe OKA-OKJ ?!?) 


photo img20211122165645

Des attentions envers les passagers à mobilité réduite, on en retrouve aussi à OKA. A vrai dire, on a l’embarras du choix.


photo img20211122165720

De plus, un comptoir leur est dédié. (Ici, au fond, derrière l’espace de vérification et reconfiguration de bagages). 


photo img20211122165736

Je suis certain que les forces de l’Empire s’occupent des PMR avec un soin comparable mais, temporairement, l’expérience d’enregistrement chez eux n’est guère facile à naviguer.


photo img20211122165921

Ayant été octroyés dix minutes additionnels, partons inspecter les zones publiques de ce vaste centre commercial. 


photo img20211122170506

Vue surplombante du creux central. Les deux étages supérieurs sont essentiellement dédiés à des abreuvoirs et caboulots diverses. 


photo img20211122170351

a perte de vue


Mais une fine tranche des combles est opportunément offerte aux amateurs de la chose volante.


photo img20211122170123

Des nuages noirâtres, un engin vraiment trop bruyant et des orages…. Finalement la seule note colorée ici est apportée par les forces impériales.


photo img20211122170237

Nul arc-en-ciel émerge non plus du quai méridional. Et cela en dépit de la présence de grandes dames toulousaines. 


photo img20211122170246

Tout est soigneusement arrangé pour faire plaisir aux curieux observateurs. De toute âge ou taille.  


photo img20211122170152

Description des lieux avant la construction de la deuxième piste. Les détails techniques sont, comme souvent au Japon, abasourdissants (radars, véhicules de secours, réserves de fioul, etc., etc.) .


photo img20211122170146

Voici une version actualisée, un peu plus graphique.


photo img20211122170202

Toutefois, les instincts méthodiques sont toujours là, dans la précision des dates et la séquence minutieuse dépeignant la progression des travaux…. (Petite note pour les non-sinologues : la nouvelle piste fut inaugurée le 26ème jour du troisième mois de la deuxième année de l’ère Reiwa, ce qu’en français se traduit par 26 mars 2020).


photo img20211122170209

La passion pour les informations détaillées se matérialise ailleurs aussi. Voici la portion de troposphère couverte depuis Naha : ça va d’un petit saut envers l’archipel des Kerama (41km) jusqu’à un gros bond pour joindre la belle île d’O’ahu (7.488km).


photo img20211122170310

Tiens ! L’endroit que je viens de quitter cet après-midi est répertorié sur les murs de l’aéroport ! (Good luck, Sesoko islanders!)


photo img20211122170641

Le trafic aérien est clairsemé et la lumière n’est guère arcadienne. Il est un moment pertinent pour descendre et procéder aux scans corporels.


photo img20211122170821

Tout est très bien organisé, efficace. Ajouté au faible nombre de passagers, le tout est plié en quelque secondes.


photo img20211122171311

Direction ce parois boisé.


photo img20211122171314

petite ruche d'abeilles


Où l’on retrouve à nouveau le dytique ’DP suspect’ | fleur de cerisier.


photo img20211122171408

Le comptoir d’accueil, avec ses dragonnes (ou libellules) locales, est moins bien que ceux de MYJ ou ITM.


photo img20211122171526

On est bien averti avant de franchir le seuil… Nous ne serons pas seuls… Et ils ont raison de le faire…


photo img20211122171620

Je constate maintenant que ce qui est argenté à l’extérieur devient doré à l’intérieur… Allons voir, comme meme…


photo img20211122171627

Comme d’habitude, des compostions abstraites donnent la bienvenue aux visiteurs. 


photo img20211122172256

Les lieux sont blindés de blindés. Trouver une place libre parmi pareil bordel s’avère une réussite. Ça va de soi, la prise de photos acceptables est aussi un exploit considérable.

Après une certaine attente au zinc du salon, près du service des boissons, je repère un jeune couple qui s’apprête à quitter les lieux. Ni un ni deux, je fais un petit slalom et réussis à saisir une des rares banquettes mises aux enchères. 


photo img20211122173827

Il s’avéra une des meilleures places du salon. Mais le brouhaha et le va-et-bien incessant envahissant la salle ne permettent nulle détente réelle.


photo img20211122173843

L’endroit me parait gravement sous-dimensionné. OKA reçoit des gros-porteurs pleins de vacanciers en continu, alors que l’espace de ce salon est d’une taille comparable à celle d’aéroports régionaux (genre MYJ). En outre, les lieux sont 99% cloisonnés, n’offrant aucune vue extérieure digne de ce nom. 
 


Comme il est coutume chez JAL domestique, (tant au sol comme à bord) le festin se borne à des pitances liquides. On commence par des verres réfrigérés et les tireuses qui vont avec. A Naha, les mousses sont locales : Orion ou Orion. 


photo img20211122171832

Plus loin, encore des Orions, des mélanges d’Atlanta ou du jus frais de goyave. 


photo img20211122171843

Pour conclure, ultime note locale : ce distributeur de glaçons veille sur une vase d’awamori, le saké okinawais (forte eau-de-vie, distillée à partir de riz allongé et levure noire).


photo img20211122171901

Le voici, en close-up.


photo img20211122175451

En fin de comptes nous goûterons le jus de goyave (très bon) et mènerons à bien notre séjour accompagnés d’une pression locale. 

Santé ! 


photo img20211122172433

Un brief passage aux toilettes (elles seront nickel, mochiron)


photo img20211122175725

Sans trop de regrets, on quitte les lieux


photo img20211122175911

l'avion


Moins de deux minutes (chrono) suffisent pour joindre la porte 26, d’où on embarquera ce soir. Salle déserte, alors que l’embarquement n’est pas encore en dernier appel. On sera en petit comité ce soir.


photo dsc09155

Cette dame, elle est toujours masquée et elle est toujours belle.


photo img20211122180930

Les procédures last-call commencent. 


photo dsc09157

Un dernier cliché avant de franchir le portillon.


photo img20211122180355

Beaucoup de reflets.


photo dsc09159

On s’élance.


photo dsc09161

Les reflets poussés à l’extrême. Là-dedans, on prépare tout. 


photo dsc09165-1

Le chemin est long. 


photo dsc09162

Notre stand.


photo dsc09163

Encore un peu. 


photo dsc09164

Nous y sommes. Double porte. 


photo dsc09166

Porte simple.


photo dsc09167

la cabine


L’entrée. Elle est sans accueil. (Celui-ci arrivera quelques instants après. Il sera cordial mais dépourvu d’enjolivements).


photo dsc09168-3

Regard furtif sur la classe première, confortable et trop prisée pour être accessible. 


photo dsc09169

Ce magnifique aéronef regorge fraicheur. A peine trois mois se sont écoulés depuis qu’il quitta les tarmacs toulousains. Voici un galley intermédiaire, avec une sortie de secours en tréfonds. 


photo dsc09171

Détaillée


photo dsc09175

La classe J, équivalente d’une premium-éco sur les lignes internationales de JAL, est rapidement traversée. 


photo dsc09225

Les rangées sont de 2-4-2. 


photo dsc09224

(Les deux photos précédentes furent prises à notre arrivée).


On se faufile dans notre secteur, alors que le personnel de cabine est en train de fermer les coffres à bagages.  


photo dsc09173

Plusieurs solutions ingénieuses ont été trouvées, afin de compenser le petit gabarit de beaucoup de PNCettes / PNCs (ces derniers étant de très rares spécimen chez JAL). La plus maline consiste à ajouter de petites tiges, servant de marchepied, au-dessous des accoudoirs adjacents aux couloirs. Les rangements supérieurs sont rendus, ainsi, plus accessibles.

Des cannes repliables avec un renforcement en caoutchouc sont aussi employées pour pousser les portes des coffres et s’assurer qu’ils sont bien fermés.


On regagne notre rangée, entièrement à notre disposition.  


photo dsc09176

L’écran de notre siège nous présente notre destination et nous remercie d’avoir embarqué ce bel avion. 


photo dsc09177

Le pas est très bon, le confort général optimal. 


photo img20211122182215

Une estimation grossière me dit que le remplissage n’atteint pas 50% ce soir. 


photo dsc09178

On fait nos adieux à Naha sous une intense pluie. 


photo dsc09179

Les belles vues, ça sera pour une autre occasion. 


photo dsc09181

Fiche de sécurité recto et verso.


photo img20211122182733photo img20211122182744

Et une courte série dépeignant les aptitudes chromatiques des luminaires installées sur ce A350.


photo dsc09183photo dsc09191photo img20211122183419

La vidéo de sécurité chez JAL est très didactique et nullement extravagante.


photo img20211122183036photo img20211122183213

Sous la pluie du soir, on décide de suivre l’action depuis les écrans.


photo dsc09192

Ils sont de bonne taille et de belle définition. Incongrûment, le système de navigation est disponible dans une myriade de langues -plus de dix-, dont le français. (Ces appareils sont exclusivement utilisés sur des routes domestiques). 


photo dsc09186

En revanche, le contenu est plutôt chiche et clairement orienté vers le public local : deux long-métrages -invariablement l’un domestique et l’autre hollywoodien-, beaucoup d’émissions télé, certains documentaires (d’habitude le choix audiovisuel le plus intéressant), très peu de musique et une offre relativement large de lecture en japonais -e-books-.

Evidemment, un (très réussi) programme de géovision est aussi inclus.  


photo img20211122192421

La pandémie n’a pas eu (encore ?) raison des magazines de vol, version papier.


photo img20211122182821

Pour conclure la panoplie de divertissement électroniques, il faut s’attarder sur la connexion Wi-Fi, offerte a tout passager(e) et en accès libre. Il est relativement facile de brancher ses appareils (plusieurs terminaux peuvent être connectés simultanément)


photo screenshot_2021-11-22-19-14-58-37_3aea4af51f236e4932235fdada7d1643photo screenshot_2021-11-22-19-14-17-54_3aea4af51f236e4932235fdada7d1643

Sur le portail d’accueil spécifique on retrouve des info pratiques assez basiques (prédictions météo, géovision abrégée, etc.). 


photo screenshot_2021-11-22-19-14-32-66_3aea4af51f236e4932235fdada7d1643photo screenshot_2021-11-22-19-14-43-48_3aea4af51f236e4932235fdada7d1643

Mais le vaste world wide web est consultable sans aucune limitation, ni de temps, ni de contenu, ni de volume. (Il faut avouer, néanmoins, que je n’ai jamais essayé de télécharger de gros fichiers depuis les cieux…)


photo screenshot_2021-11-22-19-27-02-15_3aea4af51f236e4932235fdada7d1643

Passons au ravitaillement, qui approche. 


photo img20211122191035

Les PNCettes mettent des lunettes en plastique pour le service (quelqu’un en connait l’utilité ?). Celui-ci, sans surprise, reste spartiate. Thés, cafés (chauds ou froids/ verts ou noirs), sodas, soupes, jus… 


photo img20211122191750

… ou boisson originale skytime.


photo dsc09194

Qui est bonne. Le porte-gobelet est bien pratique. 


photo img20211122192511

Profitons de la détente après ces gargantuesques agapes pour dégourdir les jambes et explorer cette belle cabine.


photo dsc09196

Looong couloir. Les tiges sous les accoudoirs servant d’escabeau s’intègrent harmonieusement dans la carcasse des sièges.   


photo img20211122192530

Le fauteuil choisi pour les masses, d’origines teutonnes, est élégant et confortable. 


photo dsc09205

La têtière est logotée et modulable. Les finitions sont de bonne qualité. Et les tons sobres ne me déplaisent pas.


photo dsc09198

L’arrière-plan du dossier arbore un écran de dix puces, une prise USB, un creux prêt à accueillir des lectures, une prise électrique universelle, un porte-gobelet pliable, une tablette (repliable en deux) et des multiples pochettes.


photo dsc09209

Ainsi que de mignonnes patères. 


photo dsc09210

Les perquisitions décrites plus haut s’entremêlent à des échanges brefs mais sympathiques avec le personnel navigant le plus chevronné (les hôtesses novices étant un poil plus discrètes / timides). Le temps passe vite. Sans trop s’y attendre, des voix enrouées nous implorent de regagner nos places car la descente va bientôt s’entamer. Etant plus habitué aux navettes OKA-HND, c’est à ce moment que je remarque que le vol d’Osaka est nettement plus court ! 


photo dsc09214

Le spectacle nocturne offert par l’étalement et l’éclairage des grandes villes japonaises est saisissant depuis les hublots d’un aéronef (même de loin).


photo dsc09218

On vient de se poser doucement sur le tarmac d’ITM.


photo dsc09221

Et le débarquement se déroule d’une manière très organisée, observant les nouvelles règles annonces encourageant le respect des distances (ne mises en place qu’en début 2021 !!).


photo dsc09222

Les coffres sont grands et la cabine donne une agréable sensation d’ampleur. 


photo dsc09223

Aurevoir et merci de nous avoir amené à bon port. 


photo dsc09226

En dépit du sabre laser starwarien, un brin encombrant, on arrive à identifier le carrousel délivrant les malles et paquets transportés dans notre soute ce soir. Il est le No.5. 


photo dsc09230

Le voici -sans aucune pub de parfum en vue-.


photo dsc09231

Mais on peut quitter le hall d’arrivées, sans être obligé de se mêler à la foule. On nous prévient, comme même, qu’on va sortir et qu’il faut veiller à que vélos ou bâtons de golf n’abiment pas les portillons de filtrage. 


photo dsc09233

La déco à ITM pourrait éventuellement attirer la curiosité de dermatologues spécialistes en urticaires ou éruptions cutanées… 


photo dsc09234-1photo dsc09235ed

En fin, la ville d’Osaka nous accueille avec des températures bénignes pour cette période de l’année. Après un court trajet en monorail-train-métro, on arrive à notre logis pour les deux prochains jours, arborant un chic vestibule. 


photo img20211122224743

Ceci marque la fin de ce récit. Merci de m’avoir accompagné jusqu’à ici ainsi que de vos éventuels likes ou commentaires. Ils sont toujours appréciés.

Afficher la suite

Verdict

Japan Airlines

8.4/10
Cabine10.0
Equipage9.0
Divertissements9.5
Restauration5.0

Naha - OKA

8.4/10
Fluidité8.5
Accès8.0
Services9.0
Propreté8.0

Osaka - ITM

9.4/10
Fluidité9.5
Accès9.5
Services9.0
Propreté9.5

Conclusion

Voler représente d’ordinaire un grand plaisir. Le faire à bord d’un Airbus 350 ne fait qu’aggraver les réjouissances. Lors que ceci a à peine trois mois, l’aisance du voyage est plus que garantie.
Ce fut un déplacement 'smooth as silk'. Certes, les rafraîchissements offerts à bord sont trop modiques/maigres et le salon n’apporta aucune détente avant l’embarquement, mais le confort fut au rendez-vous, le service attentif et distant, et les horaires rigoureusement respectés. Tout un A350 pour deux heures de trajet est une (petite) extravagance, très bienvenue.

EXPLICATIONS
[Voler et s’asseoir]
Que dire d’une cabine âgée d’à peine trois mois sur un Airbus 350 ? … (offerte, de surcroit pour un vol -domestique- de juste deux heures).

[Accueillir, guider et partager]
Le personnel de cabine le plus averti se montra charmant et loquace. Les membres novices furent plus restreints mais également efficaces.

[Se divertir]
En dépit de la ’nocturnité’ du vol (ce qui réduit les chances de belles vues), il fut possible de profiter d’une abondance de divertissements : les écrans sont équipés d'une geovision divine, de nombreuses lectures -sur papier ou en format digital- sont proposées (en japonais), et le 'world wide web' est entièrement (et gratuitement) accessible.

[Se restaurer]
… original drink ou pas d’original drink, telle est la question. Rien d’autre. Rien de plus.

[Salons]
Le Sakura Lounge de Naha nécessite d’une ample extension si on veut garantir des niveaux de confort acceptables. Le nombre de voyageurs encartés chez JAL est considérable et la plateforme okinawaise a un volume de trafic très important. En outre, le manque de vues extérieures amplifie la sensation de serrement dans cet espace étriqué. L’offre liquide est bonne. L’offre solide n’est à retrouver nulle part.

[Aéroports]
Tant ITM comme OKA sont des échangeurs prosaïques et bien reliés avec les centres urbains environnants. Si on requiert une architecture mirobolante attachée à des aérogares, on sera assurément déçus. Si on apprécie/requiert des commerces pratiques, des restaurants ou des points d’observation sur les opérations aéroportuaires, on sera ravis. La gestion des flux passagers et/ou bagages reste très efficace.

Sur le même sujet

10 Commentaires

Ce Flight-Report vous a plu ? N'hésitez pas à interagir avec son auteur en laissant un commentaire ci-dessous.
  • Comment 598410 by
    Esteban GOLD 17180 Commentaires

    Merci beaucoup pour le partage de ce vol super détaillé.

    Je crois que JL n'utilise le 359 que sur les vols domestiques avec une configuration dédiée non ?

    A bientôt !

    • Comment 598441 by
      SoraNoTabi SILVER AUTEUR 94 Commentaires

      Merci beaucoup de votre commentaire !
      Longue réponse, mais... En effet, comme vous le soulignez, JAL dispose d'une douzaine d'oiseaux toulousains: tous version 900 et tous dédiés aux lignes domestiques (entre 55min et 3h durée de vol !! ). En dehors de Blagnac, il se peut qu'ils n'aient pas déambulé par des tarmacs d'outre-mer... Les cabines sont spécifiquement agencées pour des vols internes. Je laisse aux experts les détails, mais je crois que même les configurations techniques (puissance des moteurs ? , capacité des reservoirs de combustible ? , etc) ont été adaptées à ce genre d'usage court et intensif.
      On attend avec impatience l'arrivée des A350-1000, prévus pour remplacer les B777-300ER sur les (grandes) lignes internationales !!

  • Comment 598423 by
    GregLYS TEAM SILVER 418 Commentaires

    Merci pour report extrêmement détaillé. Du travail d’orfèvre.
    Le 359 de JAL offre un très bon niveau de confort pour des vols aussi courts. Il remplacerait avantageusement certains modèles plus anciens et plus bruyants sur les lignes en LC.

    Je suis très honoré de voir que mon report FCO - CPH en 359 lui aussi ait été consulté aussi loin.

    • Comment 598602 by
      SoraNoTabi SILVER AUTEUR 94 Commentaires

      Merci pour vos sympathiques mots.
      Des vols courts en gros porteur sur le ciel européen constituent plutôt une anomalie. Forcément, lors que de tels récits sont proposés sur le site, notre curiosité s'active et on fait clic...
      Au Japon, néanmoins, tant ANA comme JAL proposent beaucoup de courtes liaisons en 'double couloir'. C'est un peu plus 'banal'.
      Comme vous le suggérez, et en dépit de cabines plutôt bien entretenues, la plupart des oiseaux employés par JAL sur des vols Europe & Amérique commencent à dater. La rénovation d'appareils s'impose !! Normalement ils devraient déployer des A350-1000 à ce fin. Mais à partir de quand ??

  • Comment 598434 by
    rogertaylor BRONZE 717 Commentaires

    Merci beaucoup pour ce FR

    Les superbes photos de paysages du début donnent envie de voyager. Le salon lui n'invite pas au rêve. Dommage aussi cette offre si légère en vol. Le 350 est un bel appareil, a tester sur un LC

    A bientôt

    • Comment 598606 by
      SoraNoTabi SILVER AUTEUR 94 Commentaires

      Merci pour votre commentaire.
      La moitié septentrionale de l'île de Honto est un monde apart vis-à-vis du surdéveloppement touristique du sud. Ça va le coup.
      Faute d'alternatives, on finit par s'habituer à la légèreté de l'offre alimentaire à bord (à ma connaissance, aucune compagnie nationale ne propose du solide, si ce n'est qu'en voyageant en classe supérieure -où en deboursant du pognon extra-LCC-).
      Pourtant, oui, ce fut plus étonnant d'expérimenter une telle justesse de confort au salon.

  • Comment 598571 by
    AK BRONZE 1060 Commentaires

    C'est toujours un plaisir de lire vos FR ! Comme d'habitude, une destination de rêve, encore inaccessible aux 外人観光客. Je pense bien que mon projet de voyage initialement prévu pour août 2020 a peu de chances de se réaliser cet été...

    Faire un voyage si court en A350 est très tentant, surtout avec un écran (mais il y a une chance de se retrouver sur un siège au milieu du couloir c'est dommage).

    A bientôt pour d'autres aventures !

    • Comment 598649 by
      SoraNoTabi SILVER AUTEUR 94 Commentaires

      Merci pour vos gentils mots !
      La fermeture des frontières japonaises aux visiteurs, en vigueur depuis déjà deux ans, est très regrettable. Pendant le début de la crise sanitaire, elles étaient même infranchissables au retour pour les résidents de nationalité étrangère...
      Il paraît qu'une certaine dynamique d'ouverture s'est mise en place dans ces dernières semaines, mais le tempo est piano-pianissimo.
      Cependant, il ne faut pas exclure des fenêtres ouvertes vers la fin de l'été... Je m'aventure à présager que la situation après les grandes vacances de fin avril déterminera la stratégie pour la période estivale. (Il faut avoir présent que le tourisme international ne représente que des miettes dans la machine économique nippone...)

      • Comment 598666 by
        AK BRONZE 1060 Commentaires

        Une amie étudiante attendait son visa depuis deux ans et suivait les cours en ligne avec sept heures de décalage horaire... Elle a eu son visa hier (!). Cela signifie que les choses commencent à bouger, mais comme vous dites "piano pianissimo". J'espère que quand les frontières rouvriront à tous, ça sera pour de bon et qu'aucune refermeture express n'aura lieu.

        Je pense que le Japon est l'un des derniers pays à avoir ses frontières fermées, avec la Chine (même la Corée du Sud rouvre à tous début avril). J'imagine qu'ils peuvent tenir encore longtemps comme ça, et honnêtement je ne pense pas qu'une ouverture soit possible avant que les élections de juillet soient passées, ça serait certainement impopulaire. Mon projet consistant à emmener une quarantaine de personnes au festival de yosakoi de Kochi début août, je pense que ça sera trop juste pour cette année encore (malheureusement).

        A bientôt pour la suite de vos aventures !

  • Comment 598656 by
    lefrid BRONZE 1252 Commentaires

    Les minutes à lire vos FR sont toujours des minutes bien dépensées. Impossible de quitter le FR sans l'avoir terminé. On ressent bien l'atmosphère du Japon tout au long de la lecture. Je planifie déjà une visite de l'expo universelle dans 4 ans, vu que celle de DXB m'est passée sous le nez alors que j'étais qu'à quelques kilomètres pourtant... :-)
    Continuez vos récits, ils sont de grande qualité.
    Merci
    Frédéric

Connectez-vous pour poster un commentaire.