Avis du vol Inter Iles Air Dzaoudzi Ouani en classe Economique

Compagnie Inter Iles Air
Vol IL671
Classe Economique
Siege 2A
Avion Cessna 207
Temps de vol 00:45
Décollage 30 Mai 12, 10:00
Arrivée à 30 Mai 12, 10:45
IL 5 avis
dewami
Par 8454
Publié le 14 juillet 2012
Ce vol s'inscrit dans le voyage CDG-TNR-DZA-AJN-DZA-TNR-CDG (Air Madagascar et Inter Iles Air).

Pour le CDG-TNR en A340-300

Pour le DZA-TNR en B737-300

En ce mois de mai 2012, la seule compagnie aérienne à relier Mayotte à Anjouan est Inter Iles. Car Comores Aviation International a des problèmes avec la DGAC des Comores (qui n'autorise plus les vols avec de vieux LET410 tels que D6-CAL).

A ce moment, la compagnie Inter Iles Air ne dispose pas du fabuleux Jumbolino, ZS-SMO, le quadriréacteur de 100 places, que nous avions utilisé il y a 5 mois (probablement en leasing avec 2 PNT et 3 PNC sud-africains).

photo ZS_SMO

Son plus grand avion est à ce moment un Cessna 404 Titan de 12 places.

photo interilesair_juin01

Nous sommes hébergés en Petite-Terre, à 5 minutes de l'aéroport.

photo FMCZ

Comme il n'y a pas d'agence Inter Iles en Petite Terre, il faut prendre la barge afin de se rendre en Grande Terre, à Mamoudzou, afin d'acheter les billets.

photo DSCF3558_s

L'agence d'Inter Iles se trouve Rue du Cinéma, non loin des bureaux de la Trésorerie.

photo pano_agence2

photo DSCF3563_s

photo pano_agence

Fraîchement arrivés de Paris, nous n'avons pas de réservation pour Anjouan. Heureusement, 2 passagers se sont désistés pour le vol du sur-lendemain vers Anjouan.
Cependant on nous apprend que la franchise bagage est diminuée à 15 kg, car le vol sera opéré par un petit avion.

Le billet électronique nous est délivré.

photo DSC04012_s

Retour vers la Petite Terre : 75 eurocents par personne (tarif en piéton, car le tarif voiture est bien entendu plus cher). A noter que dans le sens Petite Terre-Grande Terre, la traversée est gratuite.
Au-revoir la Grande Terre.

photo DSCF3607_s

Le jour du vol arrivé, nous nous rendons à l'aéroport. L'enregistrement est très rapide, car nous ne sommes que 5 passagers.
Vue des comptoirs d'enregistrement.

photo DSCF3650_s

photo DSCF3651_s

Nous obtenons l'indispensable carte d'embarquement.

photo DSCF3671_s

Nous passons dans la salle d'embarquement, après les contrôles habituels (PAF et passage au scanner).

photo DSCF3658_s

photo DSCF3666_s

De la salle d'embarquement, nous assistons à l'arrivée de D6-CAR, le Cessna 207 monomoteur de 7 places (8 avec le pilote) qui nous transportera à Anjouan dans quelques minutes.

photo DSCF3673_s

Ravitaillement de l'avion en carburant.

photo DSC03851_s

Nous sommes invités à embarquer : contrairement à l'habitude à Dzaoudzi, nous n'y allons pas en bus, mais à pied.

Comme nous sommes le seul couple, le pilote, qui est aussi propriétaire de la compagnie avec ses 2 frères, nous invite à prendre place à la 2ème rangée. Je serai assis juste derrière lui.

Quelques photos du décollage, tirées de la vidéo.

Le bâtiment de la tour de contrôle.

photo 001

Roulage vers la piste : le décollage se fera RWY34.

photo 002

Décollage sans problème. Voici quelques vues.

Dzaoudzi

photo 004

Mamoudzou.

photo 003photo 005

Longoni

photo 006

Quelques vues du tableau de bord.



La vidéo du décollage



Pour la croisière, nous montons à 4000 pieds.

photo 011

Après 40 minutes de vol, nous commençons à descendre légèrement. Moment particulier : pendant quelques minutes, nous traversons les nuages : visibilité nulle.

photo 012

L'île d'Anjouan est de plus en plus visible.

photo 013

Gros plan de la sonde Pitot de l'aile gauche : peu de risque de givrage à 4000 pieds sous cette latitude.

photo 014

Nous longeons l'île d'Anjouan.

photo 015photo 016

Une vidéo de l'approche, pendant laquelle on longe la côte de l'île d'Anjouan, de Domoni juqu'à la pointe de Jimilimé, ensuite un virage vers Ouani.



L'aéroport de Ouani est en vue.

photo 017

La piste est sur notre gauche.

photo 018

La piste 10, un peu avant le toucher.

photo 019

Après un atterrissage en douceur, l'avion fait demi-tour sur la raquette : la piste se dévoile dans toute sa longueur.

photo 022

Le terminal et la tour de contrôle de FMCV.

photo 020

Nous dépassons la première sortie, pour emprunter la deuxième.

photo 021

La vidéo de l'atterrissage, dans laquelle on peut admirer la bonne maîtrise du pilote : virage pour s'aligner, tout en descendant et en ralentissant.



Vue googleearth du terrain de Ouani, FMCV (AJN).

photo FMCV

A noter que cet aéroport AJN est desservi par Air Madagascar chaque jeudi au départ de Antananrivo (ATR42-500).

Ce vol a été très intéressant.

Ce qui est surprenant, c'est la hauteur du tableau de bord qui masque la vue vers l'avant, du moins lors du vol en palier. Néanmoins, sur le côté, le tableau de bord redescend, permettant une légère vision vers l'avant. Bien sûr, en descente, on a une bien meilleure vue.
Autre chose : le bruit du moteur est omniprésent.

Tant à la vente qu'à l'enregistrement, le personnel d'Inter Iles est très bien.
Le pilote est non seulement compétent, mais aussi très prévenant.
Sympathique quand le pilote se retourne vers les passagers pour leur demander « Ca va ? »
Afficher la suite

Verdict

Inter Iles Air

6.8/10
Cabine7.5
Equipage8.0
Restauration5.0

Conclusion

Ponctualité : en ce moment, par absence d'un plus gros avion, le Cessna faisait plusieurs rotations, suivant le nombre de passagers programmés. Nous étions dans le 2ème vol du jour. Nous n'avons cependant pas attendu trop longtemps le retour de l'avion en provenance d'Anjouan : décollage avec seulement 5 minutes de retard.

Confort : placé idéalement juste derrière le pilote. Quoique le passager assis juste à côté du pilote était encore mieux placé.

Personnel : très accueillant et très compétent. Le pilote est toujours prêt à faire une rotation supplémentaire en cas de nécessité.

Repas : pas de repas sur ce vol très court. Prévoir des bonbons à sucer ou des gommes à mâcher pour la phase de descente.

Nous ne regrettons pas du tout ce vol en Cessna : c'est probablement le vol que nous n'oublierons pas de si tôt.
Le vol retour s'est fait dans le même avion, avec le même pilote et aux mêmes places.

Il y a une alternative à cette liaison aérienne entre Mayotte et Anjouan : le bateau (environ 100 places), tout-à-fait aux normes de sécurité françaises. Mais l'achat du billet se fait en Grande Terre, à Mtsapéré, assez loin de la capitale. Et l'enregistrement des bagages prend une matinée entière, et la récupération des bagages soute est problématique à Mutsamudu, la capitale d'Anjouan. Le prix étant environ 3/4 du prix de l'avion, celui-ci est préférable (sauf si on a beaucoup de bagages, car le bateau autorise 50 kg).

Sur le même sujet

23 Commentaires

Connectez-vous pour poster un commentaire.