Avis du vol Swiftair Madrid Malaga en classe Economique

Compagnie Swiftair
Vol UX5035
Classe Economique
Siege 14A
Avion ATR 72-500
Temps de vol 01:30
Décollage 22 Sep 17, 07:10
Arrivée à 22 Sep 17, 08:40
W3 1 avis
wop
Par SILVER 561
Publié le 4 octobre 2017
Bonjour à tous,

Vous avez pu suivre mes pérégrinations d'un jeudi après-midi de CDG vers Valence puis Madrid. Nous sommes désormais vendredi matin, et après quelques tapas au centre de Madrid et une (courte) nuit à l'hôtel, la destination mystère vers laquelle je me rends n'est plus un secret pour le lecteur averti. Il s'agit du quatrième aéroport le plus fréquenté d'Espagne, à savoir Malaga.

L'itinéraire complet est donc le suivant.

Une panne sèche de batterie sur mon appareil photo m'a empêché de vous ramener des photos du retour avec Alitalia, vous en trouverez un résumé textuel à la fin de ce report.

Le train me ramène donc à l'aéroport depuis le centre-ville en une quinzaine de minutes. Nous voici en territoire Air Europa : deux comptoirs Business / Sky Priority et une flopée de comptoirs et machines pour le passager lambda.
photo dsc06444

Ce qui ne me dit pas où on range le fier Silver, qui est tout sauf lambda (il veut du moins le croire). Un coup d'oeil sur le site Air Europa : ils proposent bien l'enregistrement prioritaire pour leurs passagers "Elite", ce qui n'est pas mentionné sur les panneaux de la file Sky Prio. Décidant qu'il serait bien dommage de ne pas avoir de file prioritaire au hub de la compagnie, et au vu des deux personnes qui y attendent pour deux guichets contre au moins dix minutes d'attente dans la file classique, je tente ma chance avec succès.

L'agente tient à entourer la porte d'embarquement sur mon boarding pass, en me précisant bien "this is your gate". La porte "CDE", chouette, ça m'avance vachement.
photo dsc06337r

Avançons donc …non pas de ce côté. Outre un peu de monde aux comptoirs d'enregistrement Norwegian, encore, il s'agit de l'accès au PIF dédié aux détenteurs de cartes au moins dorées.
photo dsc06443

Le passage général du PIF nécessite de se rendre tout à droite des comptoirs, ce qui me permet de vérifier que le système de mise en surbrillance de mon vol fonctionne aussi à Madrid, et d'obtenir une information un peu plus précise sur ma porte : ce sera la E73. Passons sous ces panneaux, descendons un escalator, et zigzagons une dizaine de minutes, nous voici enfin face à l'un cinq postes d'inspection-filtrage armés ce matin.
photo dsc06445

Je vous laisse deviner ce qui se trouve de l'autre côté du PIF :
a) Un duty-free
b) Un duty-free
c) Un duty free
(indice : plusieurs réponses peuvent être correctes)

Ci-dessous, le duty-free qu'on est invités à traverser après la sortie du …duty-free post-PIF. Je passe mon tour.
photo dsc06446

On trouve ensuite de premières portes dans un espace plutôt bas de plafond, sobrement intitulé la "zone D"… puis d'autres plus spacieuses, bienvenue en "zone E" :
photo dsc06447photo dsc06448

Ca brille presque trop pour embarquer dans un ATR. Mais je reviens vite à la réalité en arrivant à ma porte, où l'embarquement débute, à côté d'un vol pour Francfort. Il est à peine 6h30 pour un départ à 7h10. Double-porte, côté droit, ATR, Malaga vs. Francfort, autant de signes qui laissent présager que c'est notre vol qui aura droit au paxbus. Et ça ne rate pas, l'escalier fatidique apparaît aussitôt la carte d'embarquement scannée, et le copain Cobus est là en embuscade.
photo dsc06449photo dsc06450photo dsc06451

Ce qui permet d'admirer cet Embraer aux anciennes couleurs d'Air Europa Express, qui part probablement à FRA (ou en Uruguay, puisque c'est marqué dessus ?), puis de deviner une rangée d'ATR vers laquelle on se dirige. Oui, deviner : il est encore tôt, mon appareil photo a encore du mal à ouvrir les yeux.
photo dsc06452photo dsc06453photo dsc06454

6h45. C'est donc EC-LYB qui assurera mon vol. Il s'agit d'un ATR 72-500, tout comme sur mon vol précédent. Il est par contre opéré par Swiftair, dont les couleurs sont visibles sur la dérive, tandis que l'avant de l'avion est siglé Air Europa. Il a aussi presque 20 ans, plus du double de l'avion d'hier. Comme vous aller le voir à bord, ça se remarque.
photo dsc06455photo dsc06456photo dsc06457

Hop, ambiance ! Ah oui, ça change de l'ATR précédent. Les PSU sont pourtant les mêmes, mais les sièges et les coffres à bagages donnent l'impression d'entrer dans un appareil bien plus vieux. Les petites tâches blanches sur le siège sont d'origine, et non le fait de l'appareil photo.
photo dsc06459photo dsc06460photo dsc06461

Le pas est assez correct pour un vol court, peut-être pas pour un faire le Madrid-Cordoba à l'affiche.
photo dsc06465

6h50. L'embarquement se poursuit avec la trentaine d'autres personnes qui étaient présentes à bord du bus. Je compte sur le fait que ce soit le seul bus, ce qui me donnerait des chances d'avoir deux sièges pour moi. Notez les deux rangées de "Business" au fond de la cabine.
photo dsc06463photo dsc06464

Jusque là, ma connaissance de Swiftair se limitait à la connaissance de leur crash en 2014, et la description d'une flotte vieillissante. Je n'étais donc pas spécialement enthousiaste à l'idée de ce vol… l'aspect de la cabine n'a pas amélioré cette première impression. L'équipage un peu plus : souriants depuis le début de l'embarquement, et assez proactifs, s'avançant vers les passagers remontant l'allée pour les guider jusqu'à leurs sièges, et parlant dans un parfait anglais.
photo dsc06469

Après une dizaine de minutes sans que rien ne se passe (ça devient une habitude sur cette série de vols), un deuxième bus arrive, et libère… une seule passagère ! Je n'ai donc pas de voisin pour le troisième vol consécutif, une plutôt bonne performance ! Dernier regard sur les coffres avant leur fermeture, le commandant de bord nous annonce une heure et dix minutes de vol.
photo dsc06468

7h12. Viiiiioooooooon-flaaap-flaap-flapapapaapa-ooooooooooooooonnnnn (bis). On met en route, d'un côté puis de l'autre. Démonstrations de sécurité, roulage à vive allure toujours dans le noir, et décollage à 7h20.
photo dsc06470

Le service commence rapidement.
photo dsc06473

Oups, non, ça c'est la version améliorée par votre serviteur, avec des fartons, spécialité de Valence acheté deux escales plus tôt. L'offre gratuite ressemble plutôt à ça. Et encore, il faut explicitement demander ce verre d'eau, qui m'a néanmoins été apporté avec le sourire. Santé, sur fond de lever de soleil !
photo dsc06471photo dsc06472photo dsc06483

Toute cette eau me fait penser à vérifier que le nécessaire est là si je venais à m'y noyer. Woptest validé !
photo dsc06467

Le marathonage de ce généreux repas n'est pas bien compliqué.
photo dsc06479

Etudions justement le reste du contenu de la pochette. Les consignes de sécurité sont aux couleurs de Swiftair, le reste de la littérature provient d'Air Europa. A défaut de Géovision, je vous laisse retrouver l'itinéraire du jour sur cette carte.
photo dsc06475photo dsc06476photo dsc06480

Je commence une petite sieste en profitant du pas amélioré permis par mon doublet de sièges…
photo dsc06484

…mais le soleil me rappelle rapidement que la nuit est terminée !
photo dsc06485

Et tant mieux, car on s'approche de Malaga, en survolant la zone exceptionnelle du desfiladero de los Gaitanes. On y trouve les trois lacs turquoise du barrage du Conde del Guadalhorce, et le Caminito del Rey, importante attraction touristique de la région : un impressionnant sentier accroché aux parois des falaises.


Le paysage est spectaculaire, il faut en effet savoir que le relief monte jusqu'à 2000 mètres (voire 3000 plus à l'Est, dans la Sierra Nevada), à moins de 50 km de la côte.
photo dsc06496photo dsc06498photo dsc06499

Petite vue de l'autre côté de la cabine, d'où les photos auraient peut-être été moins à contre-jour, mais sans la vue du desfiladero.
photo dsc06497

En y regardant de plus près, les cartes publicitaires sont des cartes postales. Je ne sais pas si c'est juste décoratif, ou si la compagnie prévoit que des passagers partent avec ?
photo dsc06486

Mais il est déjà 7h30, et nous arrivons à l'Aeropuerto de Málaga-Costa del Sol. Contrairement à Valence, il n'y a ici pas de porte au contact pour les tondeuses à gazon, c'est donc en bus que nous rejoignons le terminal.


Il est long, très long : plus de vingt tapis en enfilade, ce qui ne doit pas être de trop en plein été, quand des charters se posent toutes les quelques minutes pour débarquer leur lot de touristes britanniques. C'est donc sept tapis plus loin que je vais retrouver ma valise. Et surprise, la concurrente préférée d'Air Europa est là, sur le tapis voisin. Laquelle des deux livrera le premier bagage : les paris sont ouverts !
photo dsc06509photo dsc06510

7h50 : le tapis 36, celui d'Iberia, tourne déjà dans le vide depuis quelques instants. Le 35, le mien, se met en route. Simultanément sur les deux tapis, un bagage apparaît. Et un seul ! Le tapis UX s'arrête, celui d'IB continue à tourner sans autre bagage. Vous saviez qu'un indicateur de performance souvent utilisé pour les assistants en escale est le délai de livraison du premier bagage sur le tapis ? :D

Trois minutes plus tard, le deux tapis se remettent en route presque en même temps, le 35 livre trois nouveaux sacs dont le mien et s'arrête, probablement pour de bon.

Avant de conclure ce report, je vous propose un petit tour à l'étage des départs, pour découvrir le très beau "terminal 2", dit terminal Pablo Ruiz Picasso. Inauguré en 1991, il accueille essentiellement l'enregistrement des low cost easyJet (à droite) et Ryanair.
photo dsc06513

Dans son prolongement, le "terminal 3", ouvert en 2010. De nombreux comptoirs d'enregistrement et un PIF unique pour les deux terminaux.
photo dsc06512photo dsc06514

Le centre-ville de Malaga est rapidement rejoint, par exemple en train (8 minutes et 1,80€) ou en bus (20 minutes, 3€). Efficace et à un prix raisonnable.

Je conclus avec une vue du "Customer service by Ryanair" qui m'a amusée :
photo dsc06515

Bonus : le retour avec Alitalia :
Bonus : Cliquez pour afficher
Afficher la suite

Verdict

Swiftair

6.5/10
Cabine6.5
Equipage8.0
Divertissements6.5
Restauration5.0

Madrid - MAD

7.6/10
Fluidité6.5
Accès8.5
Services8.0
Propreté7.5

Malaga - AGP

8.6/10
Fluidité9.0
Accès9.0
Services8.0
Propreté8.5

Conclusion

Encore un vol efficace, qui remplit son but à un prix raisonnable. La prestation à bord est limitée, mais conforme aux attentes dans la région, mais en partie rattrapée par un équipage sympathique et communiquant sans problème dans un bon anglais.

L'impression à l'aéroport de Madrid n'est ni spécialement mauvaise ni particulièrement bonne, mais je n'avais pas encore tout à fait ouvert les deux yeux. L'aéroport de Malaga est par contre agréable : largement dimensionné et avec une circulation facile entre les deux "terminaux" en fait totalement contigus. Un large choix de commerces et de bonnes liaisons avec la ville complètent le tableau.

Informations sur la ligne Madrid (MAD) Malaga (AGP)

Les contributeurs de Flight-Report ont posté 4 avis concernant 3 compagnies sur la ligne Madrid (MAD) → Malaga (AGP).


Pratique

La compagnie qui obtient la meilleure moyenne est Iberia Express avec 6.9/10.

La durée moyenne des vols est de 1 heures et 13 minutes.

  Plus d'informations

2 Commentaires

Connectez-vous pour poster un commentaire.