Avis du vol Shanghai Airlines Kuala Lumpur Shanghai en classe Affaires

Compagnie Shanghai Airlines
Vol FM886
Classe Affaires
Siege 8L
Temps de vol 06:00
Décollage 02 Jui 19, 16:10
Arrivée à 02 Jui 19, 22:10
FM 30 avis
Porcepic
Par 754
Publié le 19 juin 2019

Bonjour à tous,

Après quelques jours passés à Kuala Lumpur, il est déjà l'heure de rentrer en Europe et c'est l'objet de ce nouveau FR.

Le trajet du retour ne sera guère différent du trajet aller, avec une escale à Shanghai, à l'exception que le tronçon PVG-CDG sera lui opéré par China Eastern et non par Air France, ce qui sera l'occasion de comparer les deux produits sur la liaison. Je ne me rappelle plus exactement si le billet permettait de profiter du partage de codes avec Air France sur le vol PVG-KUL ; je crois bien que non, mais c'est sans doute surtout parce que le vol AF pour CDG part quasiment une heure plus tôt, ce qui laisse un temps de correspondance à Pudong un peu court (1h10 contre 2h).

En attendant, c'est de nouveau sur un KUL-PVG de 6 heures tout juste programmées et opéré en 737-800 que je vous embarque !

Petit rappel du routing global, et invitation à lire les précédents FR si vous ne l'aviez pas déjà fait (je n'insiste pas sur ce que vous perdriez à ne pas les lire…).


Routing


Transfert vers l'aéroport et enregistrement


L'horaire de ce vol étant à des heures plus raisonnables que mon arrivée, c'est cette fois en transports en commun que je me dirige vers l'aéroport. Une ligne de train relie en effet les 57km qui séparent la gare centrale de Kuala Lumpur et son aéroport international KLIA.

Deux services coexistent : un service KLIA "Ekspres" (sic) effectue le trajet sans arrêt en 28 minutes seulement, alors qu'un service KLIA "Transit" effectue trois arrêts intermédiaires, ce qui a pour conséquence d'allonger le trajet de 8 à 11 minutes en moyenne.

A 55 RM (environ 12€), le service n'est pas particulièrement bon marché comparé aux taxis (sauf de nuit avec des chauffeurs peu scrupuleux, cf. mon précédent FR) mais il a le mérite d'être plus rapide. Du moins si vous n'avez pas à compter le temps d'acheminement jusqu'à la gare centrale, ou encore le temps d'attente du prochain train : la fréquence n'est en effet pas exceptionnelle tout en restant acceptable (1 train toutes les 20 minutes environ).

A noter qu'un service d'enregistrement à la gare existe (un peu comme à HK), mais limité à quelques compagnies aériennes seulement dont, vous vous en doutez certainement, la locale Malaysia Airlines. Shanghai Airlines n'en fait bien évidemment pas partie, je ferais donc le trajet avec ma valise - des racks existent, mais le faible remplissage du train me permet de la conserver à proximité sans paraître trop incivique.


photo img_1740-36362

Le confort à bord (pas, qualité des sièges, propreté…) est convenable : on n'est pas au niveau du Airport Express de HK (ou, qui sait, du CDG Express !) mais certes, il faut le dire, la capitale malaisienne n'a, sur ce point du moins, pas à rougir face à sa sœur singapourienne. ;-)

Après un trajet plutôt rapide, j'arrive donc à l'aéroport. Le hall est aéré mais la signalétique pourrait être améliorée. A ce stade, ma première recherche est celle d'un FIDS qui m'indiquerait à quels comptoirs je suis censé m'enregistrer.


photo img_1741-75775

Après quelques dizaines de seconde d'attente face au FIDS, le temps que mon vol s'affiche, je m'aperçois qu'en fait je me trouve… juste devant les comptoirs de Shanghai Airlines !

Une file assez importante est déjà formée, mais la file Skypriority correctement matérialisée et que vous apercevez sur l'image ci-dessous (panneau rouge et doré) est quant à elle totalement vide. C'est donc de suite que j'aurai accès à une agente pour m'enregistrer.


photo img_1742-39036

Ma carte d'embarquement me sera remise en quelques minutes, et mes valises enregistrées jusqu'à Paris. L'agente me remet également une invitation pour le salon : Shanghai Airlines n'a pas de salon en propre à KUL et utilise le MAS Golden Lounge.

Je me dirige ensuite vers l'immigration qui est, de nouveau, passée sans encombre et sans attente du fait d'une ligne prioritaire pour les passagers VIP (Business et First, pas sûr que le bénéfice soit étendu aux voyageurs à statut). Puis, comme à l'aller, il faut prendre la navette qui nous emmène jusqu'au satellite. La fréquence des trains est particulièrement bonne, si bien d'ailleurs qu'aucun temps d'attente ne saurait avoir été mis à profit pour tenter de localiser le fameux espace à maquettes de l'aéroport de Kuala Lumpur…


photo img_1743-91536

La navette permet de déboucher sur un espace central matérialisé par la non moins fameuse "jungle" de l'aéroport. C'est la première fois que je vois cet espace en plein jour et force est de constater que l'effet est plutôt réussi !


photo img_1746

Néanmoins, l'espace à l'intérieur n'est pas très grand. On en fait vite le tour et, pour ainsi dire, cela présente en réalité extrêmement peu d'intérêt. C'est toutefois assez singulier de se retrouver "au milieu de la jungle", totalement isolé du reste de l'aéroport et de ses bâtiments tant du point de vue sonore (si j'ose l'oxymore) que visuel (si j'ose le pléonasme).


photo img_1744

Si l'on poursuit les comparaisons faciles Malaisie/Singapour, niveau cascade, je crois que le point va à la cité-État avec son Rain Vortex. ;o)


photo img_1745

La sortie des lieux est quasiment dangereuse : le personnel de l'aéroport ayant eu l'excellente idée de maintenir fermé un battant de la porte en verre située… juste derrière le "rideau de billes" isolant entrée et sortie. Heureusement, ma bonne étoile fera que j'aurais opté pour le bon côté du battant, bien ouvert.

C'est remis de mes émotions, et après avoir dépensé mes derniers Ringgits dans quelques boutiques de l'aéroport (qui, malgré l'architecture du satellite, se révéleront finalement plutôt petites, peu variées et somme toute assez décevantes), que je monte à l'étage direction le salon MAS Golden Lounge. Les escaliers pourraient être d'ailleurs un peu plus nombreux pour y monter, cela limiterait la marché nécessaire pour en trouver un qui nous mène à l'étage…

Comme le nom l'a déjà sûrement indiqué aux esprits avertis, il s'agit du salon de la compagnie locale, Malaysia Airlines, qui malgré son appartenance à l'alliance OneWorld offre l'accès aux passagers de Shanghai Airlines. J'espère donc de bonnes surprises !


photo img_1747

Mais avant cela, petite vue en arrière pour vous montrer le positionnement du salon… On aurait pu imaginer une situation un peu plus "centrale" pour un salon que j'ose espérer flagship, mais l'architecture des lieux n'y est certes pas très favorable.


photo img_1748

L'accueil par les dragons à l'entrée du salon est très cordial. Sur le chemin menant vers la salle principale, je croiserais quelques employés, pourtant affairés, qui prendront la peine de me saluer tout aussi chaleureusement à mon passage.

J'arrive dans ladite salle principale : première bonne surprise, c'est très grand, et il y a très peu de monde (du moins) à cette heure.


photo img_1749-52332

Immédiatement à droite sur la photo précédente, un bar à nouilles est notamment disponible. Au contraire d'AF dans son salon du hall L, la compagnie n'exploite pas que le côté esthétique de l'aménagement, mais juge aussi utile de profiter de cet espace pour y mettre quelques employés dont le rôle serait, justement, de vous servir de quoi vous nourrir conformément à la vocation de l'emplacement…


photo img_1753-74676

Ce n'est néanmoins pas le seul espace proposant une offre de plats chauds ; et l'espace central m'intéresse d'ailleurs bien plus ! Quelques sandwichs sont disponibles pour ceux qui souhaitent manger rapidement, mais j'ai tout mon temps et je préfère donc plutôt aller là !


photo img_1750-96528

Première sélection et installation près des fenêtres.

S'agissant de la nourriture, les plats sont bien exécutés avec une variété appréciable. Contrairement à ce qu'on peut parfois constater ça et là, la viande est qualitative (pas de gros morceaux de gras cachés sous de la sauce). Je crois même que j'irai en rechercher une deuxième portion… J'accompagnerai le tout d'un thé glacé maison particulièrement goûteux et rafraîchissant.

Côté assise, les fauteuils sont confortables ; la prise disponible sur le siège, au format international, fonctionnera sans problème.

Je me rends compte après coup que la photo ne rend pas hommage à la propreté des lieux : on pourrait croire en la voyant que le ménage est plutôt approximatif, alors que j'ai constaté à plusieurs reprises durant mon séjour au salon des passages de "brigades de propreté" traquant la moindre miette à terre.


photo img_1751

Pour ceux à qui la vue compte (et je les suppose nombreux parmi les lecteurs !), voici ce que cela donne, avec une vue "sur les toits" ! Pas grand chose à se mettre sous la dent à cette heure si ce n'est deux A330 de la Malaysia Airlines. Mais l'un est tout de même en livrée spéciale "Malaysia Negaraku", et l'autre dans une livrée OneWorld qui reste malgré cela bien colorée de la "patte" de la Malaysia !

Un peu plus tard, un Dreamliner de la Saudia viendra se garer à la porte que vous voyez juste devant.


photo img_1752

Le spotting, ça (ré)ouvre l'appétit ! Direction le bar à fruits pour le dessert…

Au menu, à la coupe : pastèque, melon d'hiver et papaye. Tous délicieux comme vous pouvez l'imaginer…


photo img_1754-79316

Tout à gauche se cachaient également quelques mini-tartelettes industrielles, qui ont le mérite d'exister mais font pâle figure face aux fruits.

Ayant anticipé la déception, j'avais pris d'avance un nouveau verre de thé glacé - boire pour oublier et ne jamais oublier de boire.


photo img_1755

Ces agapes n'empêcheront pas l'heure de l'embarquement d'inéluctablement arriver… direction la porte pour une petite marche jusqu'au bout d'une des branches du satellite d'où mon avion m'attend…


Embarquement et (re)découverte de la cabine


Mes lecteurs les plus attentifs auront peut-être remarqué que jusqu'alors je n'ai fait aucune mention d'un quelconque passage à la sécurité. Et pour cause, comme c'est par exemple le cas à Singapour, les PIF sont situés au niveau des portes d'embarquement.

Le temps que j'arrive, le pré-embarquement (passage de la sécurité avant d'attendre dans une salle - par ailleurs largement dimensionnée pour notre 737 !) est déjà bien entamé et l'attente au PIF sera tout à fait acceptable. Il n'y avait à ma connaissance pas de file prioritaire. Je trouve ensuite sans difficulté une place assise.


photo img_1756-34578

J'ai même l'opportunité d'immortaliser l'oiseau du jour. C'est B-6698 qui fera le voyage aujourd'hui, avion livré neuf à Shanghai Airlines à la fin de l'année 2015 (il y a environ 3 ans et demi).


photo img_1757

L'embarquement en tant que tel est ensuite rapidement annoncé, avec respect strict des priorités (des agents seront à l'entrée de la passerelle et n'hésiteront pas à refouler quelques indélicats).

J'hésite à attendre un peu mais me décide finalement à embarquer dans les premiers, bien m'en a pris : ça bouchonne rapidement puisque la compagnie procède à un contrôle complémentaire à l'ETD (détection de traces d'explosifs) en passerelle. Le contrôle est d'ailleurs effectué par un personnel (et une machine) de Shanghai Airlines, qui seront ré-embarqués dans l'avion en fin de processus.

Je ne sais pas si le personnel était dévolu à quelque chose lors du vol aller (PNC sur le vol aller ?), le cas contraire on devrait pouvoir proposer des économies à FM : plus de 10h de vol pour pouvoir contrôler l'embarquement d'un 737, ça paraît optimisable…

Mon embarquement dans les premiers me permet en outre de vous fournir la photo, promise dans le FR précédent, de la cabine ! De quoi récompenser votre fidélité à la lecture de mes FR… ;o)


photo img_1758

Comme sur le vol aller, et sans surprise, c'est une configuration de 3 rangées en 2x2 sur ce 737. Une fine cloison sépare la classe Affaires de la classe économique, quant à elle classiquement configurée en 3x3 et sans IFE personnels, contrairement aux premières rangées.

Un oreiller et une couverture sont déjà disposés sur le siège, ainsi que dans l'aumônière un journal en chinois, des pantoufles et le casque audio (qui n'est pour le moment d'aucune utilité car les IFE ne fonctionnent pas encore). Contrairement au vol aller, le menu n'est pas encore présent sur le siège. Le PNC en charge de la cabine Affaires ne procédera en outre pas à une distribution proactive de l'équivalent presse en langue anglaise - mais ce n'est pas bien grave vu la qualité du journal que j'avais pu apercevoir sur le vol précédent…

Cette photo n'est certes pas la meilleure illustration qu'il en soit, mais elle permet quand même de témoigner du fait que cet avion est équipé des cabines "Sky Interior" de Boeing.


photo img_1759

Rapidement après mon installation sur le siège, un oshibori m'est distribué, sur sa réglette.


photo img_1760

Rapidement complété par la boisson de bienvenue - encore eau ou jus d'orange au choix, uniquement. Mais je m'arrêterai là dans la description, de peur de vous fournir trop d'indices pour jouer au jeu des sept erreurs entre la photo précédente et celle-ci.


photo img_1761

Et contrairement à ce que vous pourriez penser (et moi aussi, d'ailleurs…), la cabine avant se révélera finalement pleine puisqu'un groupe de 5 personnes embarquera juste à la fin, et viendra terminer de remplir cette cabine de 12 passagers.

A en juger par un modeste échantillon de deux vols non-représentatifs, Shanghai Airlines semble donc avoir de bons scores de remplissage !


Repoussage, roulage et en vol !


Une fois encore, nous repoussons avec un bon quart d'heure d'avance par rapport à l'heure de départ programmée. Gare aux amateurs : si vous prenez FM donc, veillez à garder un œil ouvert et à bien suivre les indications fournies par les FIDS, sans vous fiez à votre heure de départ théorique…

Le roulage sera l'occasion de passer devant l'un des A380 de Malaysia Airlines, initialement destinés à quitter leur flotte avant un retour en arrière de la compagnie. La liste des destinations desservies a néanmoins été drastiquement réduite, faisant notamment les frais de la desserte de CDG depuis/vers KUL.

Si vous souhaitez vous replonger dans l'histoire, vous pouvez (re)lire mes FR de 2014 à bord (ici depuis CDG ou depuis KUL).


photo img_1762

Décollage après un roulage assez long sur la piste, nos réservoirs devant être bien remplis pour ce vol de plus de 5h. C'est tout de même plus rapide qu'un A319 à pleine charge qui s'apprête à traverser l'Atlantique (encore de la publicité à vocation FR-historique !)… ;o)

Rapidement, nous rejoindrons les côtes et entamerons notre survol océanique jusqu'à… Shanghai. Les formations nuageuses sont toujours impressionnantes dans cette partie du monde, mais la montée n'aura pas été trop tumultueuse.


photo img_1763

Le PNC procédera ensuite à la distribution des menus, retirés une fois le choix fait. Comme je l'expliquais dans mon FR précédent, les menus sont "tournants" et changent chaque quinzaine sur un cycle de deux mois, avec pour chaque quinzaine une prestation différente pour le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner. Volant cette fois-ci début juin, la prestation est donc différente du vol aller qui avait lieu fin mai.

J'opterai cette fois pour les nouilles aux fruits de mer, accompagnées de thé vert. Je remarque souvent un sourire étonné mais d'approbation lorsqu'on annonce, en tant qu'occidental, à un PNC chinois que l'on souhaite du thé pour accompagner un repas.

Le PNC prendra le soin de m'expliquer que, compte-tenu de l'heure du départ du vol (aux alentours de 16h), le repas ne sera pas servi tout de suite mais aux alentours de 18h. C'est un bon point. Les passagers devant moi décideront néanmoins de prendre leur repas beaucoup plus tard dans le vol sans que cela ne semble gêner le PNC.

A l'inverse du vol aller, le PNC semble réellement maîtriser l'anglais - les interactions sont beaucoup plus fluides et naturelles, et il n'y a pas cette impression de "récité appris par cœur" qu'on retrouve assez souvent en Chine.

Rapidement, une collation sera servie pour patienter jusqu'au repas. Ce sera thé et cacahuètes ! Il pourrait être prévu de mettre ces noix/cacahuètes dans une porcelaine plutôt que de les distribuer directement dans leur sachet en plastique. Et pourquoi pas, quitte à passer du chic à l'indécence, aller jusqu'à les réchauffer !


photo img_1765

A ce moment du vol, les IFE ne semblent toujours pas actifs. Malheureusement, une annonce interviendra quelques minutes plus tard pour indiquer qu'un problème technique sur le système fait que ceux-ci resteront inactifs durant tout le vol.

FM "s'excuse pour la gêne occasionnée" sans que cela n'aille plus loin qu'une annonce audio en bonne et due forme. Sur un vol de près de 5h, sans IFE, c'est très moyen, même si les problèmes techniques peuvent arriver, OK…


18h pile, l'heure du repas


Comme annoncé initialement par le PNC, à 18h pile, le cérémonial marquant le début du repas est initié. Cela commence pour la distribution d'un nouvel oshibori, toujours sur sa réglette, et de la mise en place de la nappe avec nouvelle distribution de la boisson (des refills étaient jusque là bien évidemment fréquemment proposés).


photo img_1766

Puis c'est au tour du plateau et sa prestation principale de faire son apparition. L'espèce de tas informe sur la gauche des nouilles est en fait les crevettes et leur panure. La coupelle vide sur la gauche du plateau sera destiné à recueillir la sélection de pains proposée par le PNC.


photo img_1767

Si l'on compare avec la prestation du vol aller, l'entrée est significativement meilleure. Le visuel est correct alors qu'il est totalement insignifiant sur l'entrée du PVG-KUL, et le goût est là.

Le plat était franchement bon, et il n'y a plus la présentation du riz dans son papier - bon, certes, il n'y a plus de riz du tout. Les crevettes et leur panure sont très bonne, même si leur aspect est plutôt rebutant à première vue.

Bon point, le beurre ressemble plus, cette fois-ci, a du beurre. Ce n'est plus cette horrible margarine, et il est placé dans une coupelle et non plus dans un emballage en plastique.

Le dessert est similaire (des fruits, comme toujours), quoiqu'il y ait peut-être un peu plus de quantité et de diversité dans les fruits présentés (cinq fruits et légumes d'ores et déjà validés - kiwi, ananas, pastèque, melon d'hiver, papaye).

Le tout est finalement plutôt correct, mais on peut encore une fois regretter qu'il n'y ait qu'une seule prestation sur ce vol tout de même assez long. C'est néanmoins intelligemment contrebalancé par la flexibilité de l'équipage qui aura distribué "l'en-cas/apéritif" en tout début de vol et le repas en milieu de vol, plus proche de l'heure conventionnelle d'un repas.

On pourrait se dire que servir le repas en milieu de vol est le pire du pire puisqu'il coupe pile en deux le temps de repos, certes, mais : 1/ c'est un vol de jour ; 2/ le départ et l'arrivée sont dans le même fuseau horaire, pas de décalage à gérer ; 3/ comme je l'ai déjà mentionné, certains passagers ont souhaité dîner en toute fin de vol sans que l'équipage ne rechigne à personnaliser le service.


Descente et arrivée sur Shanghai Pudong


C'est finalement avec un peu plus d'une heure d'avance que nous atterrissons à Shanghai, après une longue boucle au-dessus des terres pour venir chercher une approche par le Nord.

Était-ce prévu, ou est-ce dû à notre arrivée très en avance, nous sommes garés très au large sur la plateforme. A tel point qu'on a même droit à une voiture follow-me sur les derniers hectomètres pour nous indiquer l'aire de stationnement précise. Pas très sérieux pour une compagnie quand on est sur sa base ! ;o)

Le débarquement est rapide et permet une prise de vue - légèrement floue, je vous l'accorde - au débarquement.


photo img_1768

Je comprends mieux la présence du follow-me : un peu plus et notre place était non trouvée !… ;o)


photo img_1769-41302

Vous noterez que nous sommes effectivement garés très au large, puisqu'on se retrouve même à côté d'un 777 cargo ! Pour ceux pour qui cela compte, vous noterez que la prise de photo, pile face à un agent, n'a fait moufté personne…

Les bus étaient déjà présents au moment de notre arrivée, ce qui a permis de faciliter le débarquement. Comme à l'aller, un mini-bus avec places assises est réservé aux passagers en classe Affaires, tandis que les autres passagers ont droit au Cobus 3000.

En pratique, et parce que le cheminement vers le terminal impose de couper des taxiways et donc de potentiellement laisser la priorité aux avions en attendant, les deux se rejoindront avant d'arriver au terminal. Néanmoins, les priorités seront toujours respectées et le chauffeur du bus n'ouvrira pas ses portes avant que tous les passagers du mini-bus ne soient sortis.

Le trajet en bus sera l'occasion de passer devant des silhouettes familières…


photo img_1771

Néanmoins, ce ne sera pas dans cet avion que vous me rejoindrez au prochain FR, même si la destination finale n'est pas aussi exotique que pourrait le laisser espérer le FIDS suivant… :-)


photo img_1772
Bonus : Cliquez pour afficher
Afficher la suite

Verdict

Shanghai Airlines

5.6/10
Cabine6.0
Equipage9.5
Divertissements0.0
Restauration7.0

Malaysian Airlines Golden Satelite Lounge - Business Class Section

9.1/10
Confort10.0
Restauration10.0
Divertissements6.5
Services10.0

Kuala Lumpur - KUL

8.9/10
Fluidité10.0
Accès8.5
Services7.0
Propreté10.0

Shanghai - PVG

9.6/10
Fluidité8.5
Accès10.0
Services10.0
Propreté10.0

Conclusion

En résumé, une confirmation de l'impression du vol aller : ça fait le job, mais il ne vaut mieux ne pas avoir trop d'attentes pour éviter les déconvenues !

Notation de la compagnie
- Cabine : correct pour ce vol, en tout cas pas rédhibitoire, mais on pourrait attendre mieux sur un vol de cette durée et dans cette région du globe. Comme à l'aller, on regrette qu'une trousse de confort ne soit pas disponible sur ce vol tout de même long ;
- Équipage : encore une réelle volonté de bien faire, avec un équipage aux interactions fluides qui maîtrise l'anglais. Bon point pour l'adaptation du service à l'horaire du vol, avec un repas servi par défaut en milieu de vol, à une heure correcte pour le dîner ;
- Divertissements : zéro pointé pour la panne d'IFE ! Pour la forme, notons également qu'aucun journal en anglais ne m'a été proposé sur ce vol alors que c'était le cas du vol aller (ce n'est pas la seule petite différence dans le protocole entre les deux vols) ;
- Restauration : prestation plus qualitative qu'à l'aller, en particulier sur l'entrée et le dessert. Un snack léger pourrait être proposé en sus pendant le vol, mais compensé par un service de l'unique prestation en milieu de vol.

Notation de KUL
- Fluidité : les accès sont meilleurs à cette heure de la journée, et on pourrait avoir bien pire pour un aéroport situé à cette distance du centre-ville (presque 60km). Néanmoins, le trajet en train pourrait être plus confortable au vu du prix payé pas forcément si bon marché, les fréquences un peu meilleures et le service d'enregistrement en centre-ville généralisé à plus de compagnies aériennes ;
- Services : je dégrade la note maximale car ça manquait à mon goût de boutiques souvenirs/gadgets de dernière minute ;
- RAS sur le reste.

Notation de PVG
- Accès : je dégrade la note maximale à cause du PIF correspondance un peu long (d'autant plus qu'on ne m'a pas dirigé vers les files prioritaires) ;
- RAS sur le reste.

Notation du salon
- Confort : une excellente surprise que ce salon MAS utilisé par Shanghai Airlines !
- Restauration : offre variée et qualitative, avec ses plats chauds, son bar à nouilles et son bar à fruits ;
- Divertissements : manque de presse internationale (l'offre se résumait à quelques magazines de publicité), voire de presse locale également. Même sanction que lors du départ à CDG donc, sachant que c'est à peu près la seule chose que j'attends d'un salon niveau divertissements ;
- Services : RAS. Je n'ai pas essayé de prendre une douche mais il semblait y avoir de quoi faire, avec du personnel dédié.

Sur le même sujet

2 Commentaires

Ce Flight-Report vous a plu ? N'hésitez pas à interagir avec son auteur en laissant un commentaire ci-dessous.
  • Comment 507888 by
    Esteban GOLD 19923 Commentaires
    Merci beaucoup pour le partage !

    Excellente attitude de l'équipage quant au service du dîner, c'est pro et très convaincant.

    La présentation ne paye pas de mine mais le goût y était pour le catering et c'est le principal.

    A bientôt !
    • Comment 507939 by
      Porcepic AUTEUR 99 Commentaires
      Merci pour le commentaire.
      Serait-il possible de faire remonter ce qui semble être un bug dans l'affichage des notations ? Mon sévère 0 sur la note divertissements n'apparaît pas dans la notation, bien qu'il semble correctement pris en compte dans le calcul de la note de FM sur ce FR. Merci d'avance.

Connectez-vous pour poster un commentaire.