Avis du vol Brussels Airlines Nice Brussels en classe Economique

Compagnie Brussels Airlines
Vol SN3622
Classe Economique
Siege 20F
Avion Airbus A319
Temps de vol 01:30
Décollage 30 Jan 18, 15:40
Arrivée à 30 Jan 18, 17:10
SN   #71 sur 87 Compagnies Un minimum de 10 flights-reports sur les deux dernières années est nécessaire pour apparaitre dans le classement. 212 avis
Esco.B
Par 443
Publié le 20 février 2018
Bonjour et bienvenue sur ce FR !

Ceci est la 2e partie de mon routing avec SN sur Nice ; Petit rappel de mon incroyable épopée :

27/01/2018 : BRU-NCE Sukhoi SSJ-100 (SU9) c'est ici !
30/01/2018: NCE-BRU A320 100/200

Pour rappel la réservation a été effectuée 2 mois auparavant en Check&Go (pas de bagage en soute, restauration en BOB), pour 85€ aller/retour ce qui me semble assez correct. Pour ce prix SN pourrait tout de même proposer une boisson, mais on verra par la suite que je me débrouillerai pour leur extirper un peu d’eau !

Je suis déposé à l’aéroport de Nice au Kiss and Fly, dont l’accès en voiture est très bien indiqué depuis l’autoroute.
Je ne vais jamais à Nice même donc je détaillerai l’accès en tant qu’aéroport de desserte de la côte d’Azur et non de Nice même ( l’aéroport s’appelle quand même Nice Côte d’Azur donc ça a du sens ) ;
Je sais qu’il existe un service de bus qui dessert l’entièreté de la côte vers l’Est jusqu’à Menton, donc au bord de la frontière italienne. Cette ligne est longue et peu pratique car elle s’arrête à d’innombrables arrêts tout en passant par les embouteillages de Nice.
Une ligne plus pratique est la ligne d'azur qui s’arrête aux arrêts principaux et passe par l’autoroute. Une ligne va vers l’Ouest jusqu’à Menton, et l’autre à l’Est vers Cannes. Je ne la recommande absolument pas car ils ne sont pas fiables niveaux horaires et j’ai plus d’une fois du prendre un taxi en urgence pour rejoindre l’aéroport après avoir attendu un bus qui n’arrivera jamais. Et un taxi sur la côte d’Azur pour une quarantaine de kilomètres autant dire que ça pique, ce n’est pas très pratique.
Niveau train l'arrêt le plus proche est à 15 minutes à pied.
Je vois qu’un arrêt de tramway est en cours de construction, cela améliorera peut être l’accès à la ville de nice, mais pas de la côte d’azur.
Je ne peux donc pas vraiment louer l’accès en transports en commun de cet aéroport en tant qu’aéroport qui se veut dédié à la côte d’azur en entier.
En voiture par contre c'est très bon, à proximité de l'autoroute pour les passagers venant du reste de la côte d'Azur et à proximité de la ville également.

photo img_20180130_145928photo img_20180130_145931photo img_20180130_150140

Les vols Star Alliance partent du terminal1. Le dépose minute se situe tout au bout du terminal. J’y rentre donc au niveau des arrivées. On y trouve cette fameuse sandwicherie hors de prix que j’évoquais sur mon voyage aller.
Aussi on voit des options de transports en hélicoptère depuis l’aéroport vers Monaco, Cannes, St Tropez… Très bling bling tout ça. Il est vrai que NCE accueille beaucoup de jets privés surtout en été, ces services ont probablement lieu d’être.




On marche vers les départs qui sont à un étage légèrement plus élevé que celui des arrivées.
Un Joe&the Juice est présent au niveau de la zone check-in. Pas mal si on est en avance.
Un seul guichet est ouvert au check-in, l’agente me demande mon vol. En lui répondant Bruxelles elle est toute affolée et me dit de me dépêcher car on embarque dans 5 minutes…
Elle m’imprime mon BP rapidement. Très aimable.
Je vais ensuite vers la sécurité.
Comme à BRU, il faut d’abord scanner son BP avant d’accéder à la PIF. En faisant une photo de ces portiques, une agente me crie « pas de photos monsieur !! ». Je baisse vite l’engin du crime, mais le mal était fait. En scannant mon BP cette même agente me dit qu’elle trouve ça absurde aussi comme règle, mais qu’il faut suivre les règles de son supérieur. On blague un peu, et je passe à la sécurité, où il n’y a qu’une personne devant moi. C’est très fluide.
Heureusement que je suis un peu en retard car je vois un immense groupe de Coréens après la PIF. Si j’avais été à l’heure j’aurais du m’embêter à attendre pour passer la PIF. Le retard fait bien les choses (parfois) !

photo img_20180130_150315photo img_20180130_150335photo img_20180130_150501

Le FIDS de ce milieu d’après midi. A nouveau pas tellement de départs, l’aéroport est très calme et tout est fluide.

photo img_20180130_151007


Après avoir passé la PIF je suis dirigé vers les portes B. On passe dans un couloir puis, de nouveau comme à BRU une zone de duty free obligatoire.

photo img_20180130_150955photo img_20180130_151103


On débouche sur la zone des portes A (pourquoi m’avoir dirigé vers les portes B juste après la PIF alors ? j’ai vu qu’un contrôle de police était organisé sur le passage des gens dirigés vers les portes A, mais un contrôle de police est aussi organisé pour les portes B… Peut être le contrôle est-il de nature différente).
Les portes A.

photo img_20180130_151205


Je passe un PAF pour aller aux portes B. Les agents sont super aimables et on blague un peu quand je leur fais remarquer que nous en Belgique on les ne contrôle pas les français, on les aime bien ! Bon ils ne sont pas là pour blaguer mais c’est agréable d’avoir un bon contact avec le personnel lorsque l’on voyage seul.

photo img_20180130_151207


J’arrive ensuite dans la zone où se trouvent les portes d’embarquement B. Elles sont toutes là… Sauf la mienne (la B37). Je demande mon chemin et je dois en fait rebrousser chemin pour trouver ma gate, qui n’était pas du tout indiquée après le passage de la PAF.
Elle est visible uniquement pour les passagers qui rebroussent chemin. Comme ça on est surs d’aller au bon endroit cette fois-ci mais on est condamnés à se tromper à part ça.
Il semble que cette PAF ait été installée temporairement, les installations ne sont pas en « dur » et ne font visiblement pas partie intégrante de la construction originelle du terminal.
La zone d’embarquement est étrange, il y a quelques sièges devant la porte, d’autres sièges dans le couloir, les gens se tiennent debout à moitié dans le couloir, à moitié devant la porte… Un peu chaotique tout ça, surtout que le groupe de coréens se sont tous trompés et font la file pour Bruxelles au lieu d’aller à la gate pour Istambul qui était leur vol !
On voit bien ici les gens à moitié dans le couloir à moitié devant la gate.

photo img_20180130_151526photo img_20180130_151556photo img_20180130_152603

Enfin on embarque, il faut passer par un couloir vitré qui offre de très bonnes vues sur les oiseaux.
Mon A319 du jour,produit à Hambourg il y a 10.4 ans. Et à côté un B737-8 THY.
Petit fuselage shot puis entrée dans la cabine, la clientèle est principalement business sur ce vol on dirait.



Installation, avec le pitch (respectable), le plafonnier, l’arrière du siège de devant, la tablette propre. Horatius aurait aimé ces petites pochettes en filet, bien plus propres qu’une pochette en tissu.



La littérature de bord, avec LE sympathique sac en papier Brussels Airlines, la fiche sécurité de cet A319-100, le B-Inspired qui n’a toujours pas changé depuis l’aller il y a 3 jours, avec les destinations de SN. Ce genre de carte est tellement plus simple à lire comparé à celles qui dessinent le tracé de la route sur la carte. Une carte de BRU, facile à lire et claire, et la page flotte qui fait l’honneur à Amare, l’avion de SN peint aux couleurs du festival Tomorrowland. J’ai bien hâte de voir le prochain design de livrée spéciale de SN dans ce magasine. Il sera dédié au Schtroumpfs, et l’avion sera révélé en mars 2018.
Le magasine Shop&Eat regroupe l’offre DutyFree ainsi que le BOB. Duty Free classique, les frites sont bel et bien en vente. Franchement 4€ pour une frite + sauce c’est à peine 1€ plus cher qu’un fritkot à Bruxelles, super prix ! Après il faut voir si le goût suit. L’ensemble de l’offre solide est proposée par Food Maker, une entreprise belge style Prêt à Manger. C’est très agréable de voir comme Brussels Airlines supporte plusieurs marques belges.



On repousse un peu en avance, et passe devant le terminal 2, avant de s’aligner face à l’Est, de décoller et d’effectuer un virage très serré qui nous offrira une vue magnifique sur NCE.
Une fois la couche nuageuse passée (remarquez la « gloire du pilote » sur les nuages !!) on aperçoit les Alpes immédiatement, tandis qu’on met le cap plein Nord.



Le service débute pendant le survol des alpes (on reconnaît les traces humaines d’une station de Ski sur le versant d’une montagne. J’aime essayer de reconnaître les paysages mais la tâche m’avait l’air trop compliquée ici. L’un de vous a une suggestion pour cette station ?
Lorsque le trolley arrive à ma hauteur je demande un verre d’eau pour un médicament (oui j’étais vraiment malade, ceci n’est pas un subterfuge). Ils me demanderont d’attendre jusqu’à ce qu’ils aient fini le service pour cela.
En effet un petit 10 minutes plus tard je recevrai le précieux sésame : un VERRE D’EAU gratuit, et siglé Neuhaus s’il vous plait ! Malheureusement une compagnie comme SN n’a pas le choix que de réduire ce genre de coûts sur son réseau européen. C’est dommage mais c’est cohérent.

photo img_20180130_160551photo img_20180130_161316photo img_20180130_161350

Je passe ensuite aux toilettes en dérangeant mon unique voisine (nous aurons un siège libre entre nous deux, l’avion était rempli à 70% maximum). Elles sont immaculées, et sentent bon car un parfum a été collé à l’arrière du signe d’interdiction de fumer. Seul point noir : pas d’eau pour se laver les mains. Ils ont utilisé un sticker « broken trolley » pour signaler la panne.



En retournant à mon siège je fais rapidement une photo du galley et de la cabine vue de l’arrière.

photo img_20180130_162118photo img_20180130_162123


Le soleil ainsi que notre appareil commencent à baisser. On passe la couche nuageuse et sous nos yeux ébahis défile la grandiose campagne belge.

photo img_20180130_165352photo img_20180130_170144

L’arrivée se précise.

photo img_20180130_170428

Toucher en douceur, on passe devant un SSJ-100 encor een livrée City-Jet.
Je demande à voir le cockpit en sortant de l’avion, et les pilotes, très sympathiques me laisseront venir et poser quelques questions. Il y avait une troisième personne dans le cockpit habillée en « civil » je lui demande si elle a aussi volé dans le cockpit et il s’avèrera que c’était un passager tellement paniqué à l’idée de voler qu’il a demandé à être avec les pilotes au début du vol, et il finira par passer l’entièreté du trajet dans le cockpit !!
Quelle veinard, bon vous connaissez la tactique maintenant.
Ma photo en contrejour ne donne pas grand-chose mais au moins elle protège l’identité des occupants du cockpit.

photo img_20180130_170743photo img_20180130_171649

La passerelle donne directement sur la concourse A de BRU, pas d’étage ou de chemin différent pour les passagers en arrivance, donc tout le monde se croise dans le terminal. Il y a un bon bout de chemin (8 minutes de marche environs) pour retrouver le connector.

photo img_20180130_171815


Un A320 winglets d’Aegean.

photo img_20180130_171907


Après s’être acquittés d’une petite ballade on arrive au connector, d’où on peut observer la faune du jour.
Il y a de l’activité au Shengen avec des 2 avions SAS, Finnair, Austrian, LH, Aegean, et le petit HOP qui se cache. Par contre en hors Shengen il n’y a pas grand monde avec cet Embraer de BMI qui assure la connexion avec East Midlands et Newcastle depuis BRU.
Il ne faut pas se tromper de chemin, ou bien on va aux valises ou bien on va aux connections.
Le chemin pour arriver aux valises pourrait se doter d’un tapis roulant pour accélérer le flot de passagers et épargner quelques minutes de marche supplémentaires à ceux qui ont déjà dû marcher toute la longueur du terminal A en débarquant pour arriver jusque-là.

photo img_20180130_172343photo img_20180130_172412photo img_20180130_172437

On doit passer des portiques (en panne aujourd’hui) dont je ne comprends pas l’utilité.
On passe ensuite devant une immense pub Neuhaus, je ne sais pas si le petit présentoir comportait auparavant des chocolats ou des vouchers pour recevoir une praline à un magasin Neuhaus du centre de Bruxelles. Quoi qu’il en soit, il n’y a plus rien quand je passe un peu avant 17h30.

photo img_20180130_172510photo img_20180130_172614photo img_20180130_172622

On arrive ensuite à la zone bagages. C’est un endroit un peu oppressant, bas de plafond, mais heureusement des choses sont mises en place pour améliorer l’expérience du voyageur.
Par exemple ce Jukebox (qui fonctionne), ou des bornes d’achat de billet de train pour rejoindre le centre. Cela peut être pratique pour gagner du temps en attendant les bagages.

photo img_20180130_172715photo img_20180130_172813

Le passager passe ensuite devant un petit troupeau de policiers belges béats qui regardent passer la foule avant de sortir définitivement de la zone airside et d’être accueilli (ou pas) par la/les personne.s qui est/sont venue.s le/la chercher.
Des brasseries sont présentes pour se restaurer, ainsi qu’un Quick et un petit supermarché, il y en a donc pour tous les goûts et budgets… NCE devrait en prendre de la graine.
La zone de location de voitures se trouve tout à droit de la zone d’accueil de passagers.

photo img_20180130_172909photo img_20180130_172912photo img_20180130_173154

Je descends ensuite au -1 pour attraper le premier train qui va à Bruxelles, et me voilà au centre en moins d’une demi heure de trajet !
Le train était bondé par contre, puisqu’il n’est pas uniquement dédié aux passagers de BRU et dessert une multitude de villes avant l’aéroport et /ou après Bruxelles, selon les cas.

photo img_20180130_175453photo img_20180130_175816photo img_20180130_182522

Voici quelques données sur le vol et les derniers trajets de l'avion.imagephoto nce-bru 30 janvphoto oo-ssw

Merci d'avoir suivi ce petit routing, je vous dis à très bientôt pour de nouveaux FR.
Afficher la suite

Verdict

Brussels Airlines

6.8/10
Cabine7.5
Equipage8.0
Divertissements6.5
Restauration5.0

Nice - NCE

7.8/10
Fluidité8.5
Accès5.5
Services8.0
Propreté9.0

Brussels - BRU

8.1/10
Fluidité7.5
Accès7.0
Services9.0
Propreté9.0

Conclusion

NCE est un bon aéroport de taille moyenne je trouve, les rénovations récentes ont amélioré l'expérience passager. Fluide et personnel très aimable. Le point noir reste la PAF injustifiée pour un vol intra-européen et l'accès, bon uniquement en voiture.
SN est toujours bon, c'est triste qu'on ne reçoive pas la moindre chose à manger. Franchement je trouve beaucoup de points communs entre cette expérience et celle d'une low cost, mais ça n'est pas spécialement négatif. Finalement j'ai payé 80€ aller/retour ce qui reste un assez bon prix.
BRU est très bon, je pénalise un peu car il y a beaucoup de marche à prévoir si on est débarqués loin dans le terminal A. Au delà d'être un aéroport efficace, à taille humaine, propre, fluide, etc... C'est un aéroport chaleureux et vivant, le passager s'y sent bien.

Informations sur la ligne Nice (NCE) Brussels (BRU)

Les contributeurs de Flight-Report ont posté 7 avis concernant 2 compagnies sur la ligne Nice (NCE) → Brussels (BRU).


Pratique

La compagnie qui obtient la meilleure moyenne est Brussels Airlines avec 6.9/10.

La durée moyenne des vols est de 4 heures et 45 minutes.

  Plus d'informations

5 Commentaires

Connectez-vous pour poster un commentaire.