Avis du vol Air Manas Bishkek Osh en classe Economique

Compagnie Air Manas
Vol ZM193
Classe Economique
Siege 12A
Temps de vol 00:50
Décollage 05 Jui 18, 07:35
Arrivée à 05 Jui 18, 08:25
ZM 2 avis
nissimpasa
Par 1016
Publié le 10 juillet 2018
Bonjour à tou.te.s et bienvenu pour ce FR !

Comme promis voici la suite. Si le vol Istanbul-Kiev et son lot de péripéties n'était pas assez palpitant, si le Kiev-Almaty et l'excellent service d'Air Astana, ne vous a pas convaincu, voici le troisième épisode et indéniablement le plus original pour le moment. En effet, c'est le premier vol domestique kirghiz du site, le premier vers l'aéroport international de Osh et le premier avec Air Manas. Au passage merci à Flavien d'avoir ajouté aéroport et compagnie. Pour rappel, le routing jusque là :

Istanbul Atatürk (IST) - Kiev Boryspil (KBP)
Ukraine International Airlines (PS) 714, Boeing 737-900ER, Y
cliquez ici

Kiev Boryspil (KBP) - Almaty International (ALA)
Ukraine International Airlines (PS) 537, Boeing 737-900ER, Y

non-effectué

Kiev Boryspil (KBP) - Almaty International (ALA)
Air Astana (KC) 402, Airbus A320 (WL), Y
cliquez ici

-

Bishkek Manas (FRU) - Osh International (OSS)
Air Manas (ZM) 193, Boeing 737-400, Y
[vous êtes ici]

Petit briefing pour ceux qui ne connaîtrait pas cette compagnie : Air Manas est une compagnie kirghize qui a commencé ses opérations en 2009. En 2012, Pegasus a racheté 49% de la compagnie qui a pendant un temps opéré sous la marque "Pegasus Asia" avant de revenir à son nom originel. Elle possède deux avions : un 737-400 qui opère sur le réseau domestique et vers l'Ouzbékistan, un 737-800 qui opère vers Delhi, Istanbul et Moscou. Comme toutes les compagnies kirghizes, Air Manas est sur la liste noire européenne.

Bishkek (bonus)


Cliquez ci-dessous pour accéder au bonus.
Bonus : Cliquez pour afficher

Introduction


Après quelques jours à Bishkek, il nous fallait rejoindre le sud du Kirghizstan pour la suite du voyage. Étant limités par le temps, et n'ayant pas envie d'expérimenter les 12h de mashrutka qui séparent Bishkek de Osh, notre choix s'est porté sur l'avion. À choisir entre Air Manas et Avia Traffic Company, nous avons choisi la première car il est facile de réserver en ligne via le site de Pegasus que j'ai l'habitude d'utiliser. À noter que comme pour Pegasus, les vols de Air Manas sont quasiment toujours moins chers sur le site de flypgs.com
photo capture dcran 2018-05-21  17.07.53

Notre choix se porte sur le vol de 12h00 qui permet de profiter de toute l'après-midi à Osh sans nous obliger à se lever aux aurores. Il nous en coûtera 28€ par personne pour ces 45 minutes de vol.
photo capture dcran 2018-05-21  17.08.26

Cependant, la veille du vol, le service client nous appelle. Le vol de 12h est annulé. Nous avons donc le choix entre partir à 12h le lendemain de notre vol initial ou alors d'être placés sur le vol de 7h du matin. N'ayant pas une journée à perdre à Bishkek, nous décidons de faire un effort pour nous lever plus tôt ce qui nous laissera plus de temps pour visiter Osh et même nous avancer sur notre itinéraire en fin de journée. Après un bref échange mi-russe mi anglais, notre interlocuteur nous explique que notre réservation a été modifiée et que nous n'avons qu'à nous présenter aux comptoirs d'enregistrement pour le vol de 7h35.


Bishkek Manas International Airport


Rendez-vous est pris, nous voilà donc à une heure très matinale à bord d'un taxi Yandex qui nous emmènera à l'aéroport pour 500 soms kirghizes (~6€). Comme beaucoup de voitures au Kirghizstan (et à l'instar d'autres ex-SSR comme la Géorgie) celui-ci a le volant à droite ce qui n'est pas très réglementaire quand l'on roule à droite. Mais beaucoup de voitures étant importées du Japon car bon marché, elles arrivent avec la volant à droite.
photo img_7563

Au détour du regard j'essaye de capturer le monument emblématique de la ville…
photo img_7567

À savoir les montagnes qui la bordent au sud et qui sont magnifiquement éclairées par les premières lumières du jour.
photo img_7570

Nous arrivons en un peu plus de 30 minutes à l'aéroport, distant de 26km du centre-ville.
La version cyrillique.
photo img_7575

Et la version latine.
photo img_7576

Nous rentrons dans l'aéroport par le niveau 0, à savoir le niveau arrivées.
photo img_7578

Premier contrôle de sécurité expédié en 30 secondes.
photo img_7579

Au fond du terminal, les arrivées.
photo img_7580

Nous allons à l'opposé, et passons devant ces militaires cagoulés et AK-47 à la main, tranquillement assis.
photo img_7581

Ici les arrivées des pays de l'EAEU (Eurasian Economic Union) qui comprend la Russie, le Kazakhstan, le Kirghizstan, l'Arménie et la Biélorussie.
photo img_7584

Alors qu'il faut monter à l'étages pour les départs internationaux, les vols domestiques sont au même niveau dans une petite salle au fond.
photo img_7586

Les départs domestiques du jour. Pas de traces de notre vol initial de 12h00.
photo img_7587

Les comptoirs d'enregistrement : beaucoup de monde et beaucoup de bagages. Nous y arrivons une heure avant le décollage.
photo img_7588

Mais puisque nous avons déjà sélectionné nos sièges et imprimé nos BPs via le check-in online de Pegasus, nous nous dirigeons vers la queue de la sécurité.
photo img_7589

Il y a beaucoup de monde et personne n'avance puisque ne sont appelés que les passagers du vol YK146 qui part à 07:00. Le système est mal foutu, l'attente est longue et fastidieuse, et les annonces faites en kirghiz.
photo img_7590

Enfin, les passagers du vol ZM 193 sont appelés, c'est un peu la guerre et tout le monde essaye de doubler tout le monde. La queue n'avance guère en plus car voici le problème : un officier vérifie BP et pièce d'identité puis tamponne le BP. Mais il est seul et très lent ce qui fait que l'attente est longue.
photo img_7591

Et là c'est le drame. Alors que c'est à notre tour, l'agent en question prend nos BPs imprimés en ligne au format A4 et ne comprend rien. Visiblement il n'a jamais vu ça et demande sa supérieur. Après délibération, ils n'acceptent pas ce type de BP et nous invite à retourner imprimer un BP classique aux comptoirs d'enregistrement. Après nous être énervés un coup à l'idée d'avoir fait la queue pour rien et de devoir la refaire au comptoir d'enregistrement et à nouveau à la sécurité, nous nous résignons à obéir.
Après avoir attendu 2 min et être assez excédé, je me décide à crocheter la file et me retrouve à un comptoir qui était totalement vide et à part où un agent nous imprimera nos BPs en 30 secondes.
photo img_7592

Enfin muni du précieux sésame…
photo img_7593

Retour à la case départ, à savoir la sécurité.
photo img_7595

Pareil au bout de 2 min d'attente, l'idée de faire la queue alors qu'on l'avait déjà faite devient intolérable. Au passage d'un agent au sol en gilet fluo, nous engrenons son pas et doublons tout le monde en mimant ne rien comprendre au russe.
photo img_7596

Après avoir récupéré le fameux tampon, et passé la sécurité, nous voilà en salle d'embarquement.
photo img_7597

Le sticker qui certifie que mon bagage cabine a bien été scanné.
photo img_7598

Apparemment il y aurait du wifi. Après vérification, il est vrai, il est très (très) lent mais ça peut faire l'affaire en cas d'urgence.
photo img_7599

La petite cafétéria qui ne casse pas trois pattes à un canard.
photo img_7600

À l'opposé, la porte 1 où l'embarquement du vol Avia Traffic Company pour Osh vient de se terminer.
photo img_7601

20 minutes après quelques personnes se lèvent, notre embarquement commence.
photo img_7604

Il s'agit donc bien de notre vol.
photo img_7605

Direction le bus qui doit nous emmener à notre avion.
photo img_7606

L'unique 737-800 de Air Manas, un ex-Pegasus.
photo img_7608

Qui va là ! Un copain de Turkish Airlines qui opère le Istanbul-Bishkek-Ulaabaatar.
photo img_7610

Un 767-300ER de Uzbekistan, pour Tashkent.
photo img_7611

Un A320 de Avia Traffic.
photo img_7613

Puis nous arrivons au pied de notre avion.
photo img_7615

ZM193



Et nous voilà prêts à embarquer à bord de "Aichurok" (EX-37402), l'unique Boeing 737-400 de la compagnie et un de ses deux avions. Cet avion a été livré en 2013 à la compagnie qui était alors Pegasus Asia. Il appartient à Pegasus depuis 1999 bien que ayant été prêté plusieurs fois et par le passé, il fut la propriété de Shaheen Air, Oman Air et autres compagnies du Moyen-Orient. Il est âgé d'un peu plus de 20 ans.
photo img_7616photo img_7618

Le logo n'est pas très évolué.
photo img_7619

Une vue avant d'entrée dans l'avion.
photo img_7620

La cabine pendant l'embarquement : rustique.
photo img_7627

Le pitch est comme qui dirait serré comme un café italien.
photo img_7628

La fiche de sécurité comme chez Pegasus : incrustée dans le siège.
photo img_7629

Mais contrairement à la maison mère, il y a une version détachable.
photo img_7630

Une vue par le hublot.
photo img_7631

Le vol pour Tashkent s'en va.
photo img_7632

Les passagers embarquent encore, nous aurons un léger retard au décollage.
photo img_7633

Le bus est vide et l'embarquement est complété.
photo img_7634

À noter que la langue des consignes de sécurité trahit le passé pegasusien de cet avion.
photo img_7635

Le détail du logo. Ça fait tout de même très cheap.
photo img_7636

Les panels à l'ancienne. N'oubliez pas : interdiction de fumer !!
photo img_7637

Mais qui va là encore. Un autre copain turc, cette fois-ci en version engrossé.
photo img_7641

Finalement push-back avec 10 minutes de retard sur le décollage.
photo img_7643

Nous passons devant un autre terminal.
photo img_7644

Et en 30 secondes et un demi-retour, nous voilà quasiment sur la piste. Dans tes dents CDG !
photo img_7645

Finalement nous nous alignons.
photo img_7647

V1, Rotation…
photo img_7648

… et nous voilà partis.
photo img_7650

Virage vers le sud instantanément après avoir décollé. Nous devons prendre la direction de Osh et éviter l'espace aérien kazakh.
photo img_7652

Le virage est particulièrement serré.
photo img_7653

Nous nous dirigeons vers le sud et Bishkek.
photo img_7654

Que l'on voit bien ici. Parfait pour comprendre la situation géographique de la ville.
photo img_7656

La vue est plutôt sympa pour commencer la journée.
photo img_7662

Les montagnes sont absolument impressionnantes.
photo img_7666

En continuant longtemps notre virage, nous nous retrouverons à partir vers l'ouest.
photo img_7667

En fait, malgré que la photo ne rende pas bien la perspective, il nous monter plus haut que ce mur de montagnes avant de prendre la direction du sud vers Osh.
photo img_7670

Et il faut avouer qu'il est plutôt imposant.
photo img_7672

Après quelques minutes nous y arrivons.
photo img_7675

Dur de se lasser de cette vue.
photo img_7676 1photo img_7677

Une fois notre niveau de (courte) croisière atteint, nous virons vers le sud.
photo img_7680

Et ce paysage qui ressemble au-dessus d'une tarte meringuée.
photo img_7681

Derrière nous on voit ce long couloir qui nous a mené depuis Bishkek.
photo img_7682

Nous commençons à survoler ces mastodontes. La plus part sont déjà à plus de 3000m, et jusqu'à 4500/5000m.
photo img_7685photo img_7687

La lumière matinale éclaire parfaitement ces roches.
photo img_7689

Le service est lancé pour ce vol de 30 minutes, il n'y aura que des boissons. Peu inspiré, j'opterais pour de l'eau.
photo img_7690

Les PNC au service.
photo img_7691

Les montagnes continuent à défiler.
photo img_7692

Au loin, on peut imaginer les premières montagnes du Xinjiang chinois.
photo img_7694

Difficile de se lasser de la vue. J'ai l'impression que ce vol a duré 2h alors qu'il a duré 30 minutes.
photo img_7696photo img_7698

Si ces montagnes peuvent paraitre hautes, ce n'est rien comparé au Pamir que l'on aperçoit au loin. Cette chaîne de montagne à cheval sur le Kirghizstan, le Tajikistan, la Chine et l'Afghanistan, prolonge l'Himalaya. Ses montagnes les plus hautes dépassent les 7000m avec notamment le Pic Ismail Somoni qui culmine à 7495m.
photo img_7700

Le paysage devient peu à peu vert, signe que l'on approche de la vallée de Ferghana.
photo img_7703

Une vue du pic Lénine (7134m).
photo img_7707

Nous allons entamer notre descente alors même que nous avons décollé il y a à peine 20 minutes.
photo img_7709

La vallée de Ferghana apparaît.
photo img_7711

C'est une des seuls zones fertiles de la région : coincée entre le désert ouzbek à l'ouest et les montagnes à l'est et au sud. Nous sommes à ce moment là au-dessus de l'Ouzbékistan.
photo img_7714

Nous voici au-dessus de Andijan, en Ouzbékistan.
photo img_7717

Et après ce virage, nous voilà prêt à nous aligner. En effet, pour atterrir à Osh qui se trouve à la frontière ouzbèke, il faut arriver par l'ouest et donc survoler ce pays.
photo img_7719

Coup d'oeil sur cette aile très rétro.
photo img_7720

Voilà de beaux champs bien arrosés.
photo img_7723

Finale.
photo img_7729

Nous passons la frontière juste avant de toucher le sol.
photo img_7734photo img_7737

Touché à 08h20 après 35 minutes de vol, à peine plus qu'un Istanbul-Ankara.
photo img_7739


Osh International Airport


Arrivée au bout de la piste, nous faisons demi-tour dans la raquette.
photo img_7742

Et remontons la piste avec quelques spécimens locaux.
photo img_7744

Un Ilyushin IL-jspcombien parce qu'il n'a que deux réacteurs.
photo img_7747

Le terminal au loin.
photo img_7751

On voit bien la différence entre l'IL-inconnu et l'IL-76.
photo img_7752

Les déneigeuses au chômage technique qui en profite pour se dorer la pilule.
photo img_7753

Le terminal de cet aéroport "international".
photo img_7755

Un 737-800 de S7.
photo img_7756

Le 737-300 de Avia Traffic arrivé de Bishkek un peu plus tôt.
photo img_7758

L'ancien et le nouveau.
photo img_7760

Nous faisons le tour pour venir s'aligner, en bon 737 qu'est notre avion.
photo img_7765

Ce sera évidemment un débarquement par paxbus.
photo img_7766

Une dernière vue de ces beaux hublots carrés.
photo img_7767

Vue de la cabine après le vol.
photo img_7769

Une fois au sol une vue du S7. On voit bien la différence au niveau de la couleur entre les photos prises à travers ce hublot tout sale qu'était le mien et à l'extérieur.
photo img_7770

Malheureusement je suis vite rappelé à l'ordre : pas de photos ici !
photo img_7771

Nous arrivons dans le terminal.
photo img_7772

Les tapis à bagages à gauche.
photo img_7773

Nous sortons de cet aéroport en 2 minutes, en nous faufilant entre les chauffeurs de taxi qui se ruent sur nous.
photo img_7774

Car nous avons choisi le mashrutka pour rejoindre le centre de la ville.
photo img_7776

Osh et le sud du Kirghizstan (bonus)


Cliquez ci-dessous pour accéder au bonus.
Sur le chemin, nous passons à côté d'un champ de vieux coucous soviétiques.
Bonus : Cliquez pour afficher
Afficher la suite

Verdict

Air Manas

5.4/10
Cabine5.0
Equipage6.5
Divertissements5.0
Carte payante5.0

Bishkek - FRU

4.9/10
Fluidité1.0
Accès7.5
Services4.0
Propreté7.0

Osh - OSS

6.0/10
Fluidité8.5
Accès5.0
Services2.5
Propreté8.0

Conclusion

AIR MANAS
Cabine : un brin rétro mais surtout peu confortable. C'est supportable pour 35 minutes cela dit.
Équipage : minimum syndicale mais bon, quand on a fait 5h de vol avec Air Astana avant, c'est dur de se réadapter. Surtout difficile de faire plus sur un si court vol.
Divertissements : même pas un magazine sur la compagnie... mais pas même un IFE 4K 105cm ne m'aurait fait décrocher un oeil de mon hublot.
Restauration : je ne sais pas si un verre d'eau mérite ne serait-ce qu'un point.

BISHKEK - MANAS INTERNATIONAL AIRPORT
Fluidité : on aurait pu considérer cet aéroport comme fluide si les passagers étaient du bétail et l'avion un champ à brouter... mais ce n'est pas le cas.
Accès : 6€ pour faire les 30 bornes du centre-ville à l'aéroport, que demander de plus ?
Services : le minimum du minimum, toilettes, wifi super lent, distributeurs, cafétéria... quand on en vient à citer les toilettes dans service, c'est mauvais signe quand même.
Propreté : globalement correcte.

OSH INTERNATIONAL AIRPORT
Fluidité : le plus lent reste de passer les chauffeurs de taxi... sinon aucune attente.
Accès : mahsrutka dispo, dans le sens centre-ville-aéroport cela doit être plus folklorique.
Services : enlevez tous les services de FRU, à l'exception des toilettes : bienvenu à l'aéroport international de Osh.
Propreté : ràs. Toilettes cleans.

En volant avec une compagnie placée sur la liste noire européenne, je ne m'attendais pas à un service 5*. Heureusement d'ailleurs sinon j'aurais été déçu. Après pour 35 minutes de vol, on a pas vraiment le temps d'être exigeant. Enfin pas plus que dans le taxi qui nous a emmener à l'aéroport. De toutes façons, comparé au mashrutka, ce vol devrait rafler tous les points mais puisqu'il s'agit de Flight-Report et non de Bus-Report, je suis pas sûr qu'une telle notation puisse être tolérée. Enfin, j'aurais pu voyager debout que je n'aurais pas regretté ce vol tellement il offre une vue incroyable.

En espérant que vous avez apprécier ce vol autant que moi...
En attendant la suite, qui devrait arriver un peu plus tard...

À bientôt,
nissimpaşa

Informations sur la ligne Bishkek (FRU) Osh (OSS)

Les contributeurs de Flight-Report ont posté 3 avis concernant 2 compagnies sur la ligne Bishkek (FRU) → Osh (OSS).


Pratique

La compagnie qui obtient la meilleure moyenne est Air Manas avec 5.7/10.

La durée moyenne des vols est de 0 heures et 31 minutes.

  Plus d'informations

25 Commentaires

Connectez-vous pour poster un commentaire.