Avis du vol Alitalia Milan Paris en classe Economique

Compagnie Alitalia
Vol AZ312
Classe Economique
Siege 20F
Temps de vol 01:30
Décollage 19 Aoû 18, 15:00
Arrivée à 19 Aoû 18, 16:30
AZ   #124 sur 130 Compagnies Un minimum de 20 flight-report est nécessaire pour apparaitre dans le classement. 253 avis
marathon
Par GOLD 415
Publié le 26 août 2018
C’est le dernier segment de nos vacances estivales :

CDG - TXL : JN1834 (A321)
TXL - FCO : AZ432 (A320) – c’était une exclusivité dans Flight Report
FCO - BRI : AZ1607 (A321)
BRI – LIN : AZ1638 (E190) – c’était une autre exclusivité dans Flight Report !
LIN – CDG : AZ312 (E175) vous êtes ici

C’est le trentième LIN-CDG publié sur Flight Report, mais le premier en Embraer, tous les autres ayant été effectués en A318/319/320/321. On a les exclusivités qu’on peut…

Je vous ai laissé à la sortie du PIF, qui est aussi l’entrée d’une sorte de centre commercial vaguement déguisé en aéroport.

photo img_7622a

Un salon est indiqué à la fin de la galerie marchande, mais commençons par inspecter les alentours de la porte A02, celle de notre vol.

photo img_7623a

Je n’ai pas pensé à vérifier par où passent les PMR.

photo img_7625a

La porte A02, au niveau du tarmac, est manifestement destinée à des transferts par PAXbus. De ne niveau, un peu de spotting après avoir confié nos bagages à main à la garde de Mme.

737-700 KLM – c’est évidemment Flightradar24 qui me permet de fournir le type

photo img_7626a

Non, les PAX à bord de cet A319 British Airways n’ont pas débarqué par l’issue de secours sur l’aile

photo img_7627a

E-175 Alitalia Cityliner

photo img_7628a

738 Airitaly

photo img_7629a

A319 Alitalia masquant des Embraer Alitalia Cityliner

photo img_7630a

C’est tout pour le spotting pour le moment, et c’est assez maigre. Il y a un salon Alitalia là haut ; comment font les PMR pour y aller ?

photo img_7631a

Cet engin de l'autre côté ne permet de franchir que la première volée d’escalier

photo img_7633a

L’ascenseur le plus proche ?

photo img_7638a

Non, il est réservé au personnel, grâce à ce digicode (Réserver les accès les plus rapides au personnel est un indice classique de médiocrité du service aux clients)

photo img_7632a

Donc cette employée peut emprunter l’ascenseur le plus proche

photo img_7636a

Les PAX Skypriority, eux, sont priés d’aller plus loin, à côté du monte-charge de service.

photo img_7634a

Pour ce qui est de la qualité de l’accueil, nous n’irons pas beaucoup plus loin que cela parce que la dragonne nous refuse l’accès au motif que c’est à l’autre salon que nous avons droit.

photo img_7641a

Il faut donc redescendre, par l'escalier cette fois-ci pour aller plus vite, admirer brièvement la cathédrale de Milan

photo img_7642a

… et revenir au salon dont l’entrée était juste après la sortie de la zone de duty free

photo img_7643a

La dragonne se trouve à ce comptoir (ici derrière le poteau), et elle n’est pas là pour nous sourire, vu qu’elle est en grande conversation téléphonique qui n’a rien de professionnel. Elle prend nos BP et ma carte FB Plat, et me les rend après avoir tapé nos références à son clavier sans avoir interrompu son bavardage.
Il faut dire qu’elle a beaucoup de travail, car pendant notre séjour au salon, elle va accueillir une bonne demi-douzaine de PNC Alitalia et leur faire la conversation, refouler quelques PAX aussi. Un seul PAX passera son barrage vers la fin.

photo img_7649a

Ce salon n’est pas immense, mais comme nous y sommes seuls (à part d’épisodiques PNC), on se sent chez soi, et même dix fois mieux que chez soi, car notre salon est au moins dix fois plus petit que cela. Il se termine par un mur de miroirs (c'est mon reflet flouté que vous apercevez à droite, ce qui a l’avantage d’élargir notablement l’espace visuel

photo img_7657a

Ces miroirs un peu partout ont cependant l’inconvénient de donner à la dragonne de multiples et insoupçonnés angles de surveillance. Après avoir fait une première passe de photos, revenu à mon fauteuil, je suis soudain interpelé :

Perché avete bisogno per prendere tutte queste foto?

Je lève les yeux : il y a devant moi la dragonne, avec un visage de mauvais jour, accompagné de l’employé de l’office. (Je ne garantis pas le verbatim, dans cette langue assez difficile pour moi ;)

Quand ça se gâte dans une langue étrangère, Mme se réfugie dans un silence prudent, tout comme mes collègues, ce qui est exactement ce que j’attends de l’une comme des autres. Retourner sur son terrain exotique un client hostilement soupçonneux, c’est mon fonds de commerce et ce n’est pas une dragonne italienne qui va m’effrayer.

1/ Afficher d’emblée une expression d’intérêt et d’absence de culpabilité
2/ Répondre dans la langue de l’interlocuteur, en la massacrant avec fluidité
3/ Dévier le sujet vers un détail mineur permettant de flatter l’interlocuteur
4/ Quand Dante (ou Confucius, ou Goethe, etc.) s’est suffisamment retourné dans sa tombe en entendant massacrer sa langue, suggérer à l’interlocuteur de passer en anglais, un terrain d’apparence linguistiquement neutre (mais en fait je le maîtrise mieux que lui)
5/ Une fois l’interlocuteur amadoué, passer à un niveau technique qu’il ne maîtrise pas bien, ce qui permet de lui affirmer que tout ça, c’est pour son bien.

- Regardez, c’est très intéressant : il y a une prise italienne de type L, compatible avec le type C, mais il y a aussi une prise de type E, compatible avec le type F, ce qui permet à ce salon de fournir un bon service à tous les passagers.

photo img_7662a

- Mais là,il y a une erreur de design : la prise de type E/F n’est pas visible
- Vous n’aimez pas notre design ?


Attention, rester toujours vigilant ! Il ne faut surtout pas critiquer l’interlocuteur sur un sujet de fierté nationale, comme le design en Italie. Correction d’urgence de la trajectoire, rétrograder en remettant une couche d’italien massacré :

- Il design è perfetto, ma la tavolina no è in la corretta posizione.
C’est pour montrer comment améliorer encore ce salon que je prends ces photos.


photo img_7661a

(En vrai, le design de l'aménagement est mauvais, puisque nulle part on ne voit les prises électriques de type E/F qui sont systématiquement cachées par ces tables basses. Il faut vraiment les chercher pour les découvrir, et déplacer un peu ces tables pour y accéder)

photo img_7659a

Ecco ! La dragonne s’en va avec le sens du devoir accompli, l’employé aussi, Mme est soulagée, et je vais pouvoir terminer le reportage photographique que vous attendiez tous. Oui, bien sûr, ce salon a déjà été évoqué par le régional de l'étape, j'ai nommé bien sûr Okapi, mais toujours de manière un peu furtive, ici, ou encore , voire de manière encore plus furtive ici. Pour changer d'Okapi, il y a aussi un FR de Globetrotter ici, pas beaucoup plus prolixe au sujet de ce salon.

Venons-en enfin au buffet :

photo img_7647a

Machine à café d’aéroport typique, ainsi que des sachets de thé

photo img_7650a

Je regrette cependant les gobelets de carton.

photo img_7668a

Il y a bien sûr de l’eau plate et frizzante, et aussi du jus d’orange

photo img_7666a

Boissons diverses au frais

photo img_7651aphoto img_7652a

Boissons plus alcoolisées en hauteur, hors de la portée des enfants et de votre serviteur qui n’en boit pas non plus.

photo img_7653aphoto img_7648a

Celles-ci sont à ma portée, mais je ne suis pas pour autant compétent à leur sujet.

photo img_7667a

Sucré ou salé ?

photo img_7669aphoto img_7674a

Il n’y a que deux couteaux, mais cela tombe bien : il n’y a que deux PAX au salon, à savoir nous deux.
(En fait, un troisième PAX arrivera plus tard ; nous le retrouverons dans la très courte file d’attente Skypriority à l’embarquement, car lui aussi va à CDG.)

photo img_7665a

Ne me rétorquez pas que l’on peut manger une banane sans couverts, malheureux !
Les petites tables proches des fauteuils n’étant pas très pratiques pour cela, et en l’absence d’autre PAX, c’est au buffet que Mme vous fait la démonstration de l’art et la manière de manger une banane lors d’un dîner en ville, ou d’un déjeuner en aéroport.

photo img_7671aphoto img_7673a

Plutôt que de me risquer à tenter de manger une banane selon les règles de l’art, je me suis intéressé aux brugnons, qui sans surprise n’étaient pas assez murs de manière à « bien présenter », et avant cela à cet échantillonnage de l’offre de nourriture.

photo img_7646a

Pour ce qui est des sanitaires (impeccablement propres), il y a à droite un exigu WC pour les hommes, qui n’ont pas l’habitude de se laver les mains et donc n’ont pas de lavabo derrière la porte de droite.

photo img_7664a

… et en face un autre pour les femmes, les handicapés et les bébés, bref les PAX ayant besoin d’assistance, enfin non, ce sont aussi les PAX qui apprécient d’avoir un lavabo et de la place. (Pour les hommes, il y a quand même un lavabo à l’entrée, avant la bifurcation.)

photo img_7676a

Le présentoir de presse (et le préposé au buffet, de dos).

photo img_7675a

L’offre de presse écrite est minimaliste, mais il y a quand même deux titres en anglais

photo img_7654aphoto img_7655a

Pour ce qui est du spotting, malgré les baies vitrées, ce n’est pas vraiment mieux qu’en bas, aux portes

photo img_7645a

L’heure de l’embarquement approche : il est temps de quitter ce salon à la dragonne décidément beaucoup plus sociale avec ses collègues qu’avec ses clients, mais cependant plus atteinte de téléphonite aiguë que de photophobie.

photo img_7677a

Porte A02

photo img_7678a

L’embarquement est annoncé. J’ai eu du mal à discerner un semblant de queue, mais un E-175 pas complet, cela ne fait pas une foule ingérable.

photo img_7679a

Les priorités à l’embarquement sont respectées, mais elles ne permettent que de se précipiter sur l’un des douze sièges dans l’exigu espace de pré-embarquement où l’attente se prolonge un peu plus que je ne l’aurais voulu.

photo img_7681a

Mme a pris l’un des douze sièges, mais c’est l’une des quelques positions debout devant la porte, non pas pour monter en premier dans le PAXbus (encore que…), mais pour photographier le tarmac que je me suis placé. On peut quand même écrire que mon statut nous a permis d’avoir les meilleurs endroits pour attendre pendant ce qui ressemble furieusement à un préembarquement de LCC.
A319 Alitalia

photo img_7683a

Et hisse, et ho, on rentre du boulot !

photo img_7684a

Voici les cinq autres navigants

photo img_7685a

Là-dessus, le PAXbus démarre et dévoile un E-190 BA

photo img_7687a

Il ne va pas loin, bloqué par un véhicule de service

photo img_7691a

… car cet A319 AZ a la priorité

photo img_7693a

Le conducteur, juste de l’autre côté de la vitre, a un manifeste geste d’agacement en voyant qu’on ne peut toujours pas partir, car voici un autre avion

photo img_7695a

C’est un Bombardier Global 5000, reverse encore déployés ci-dessus

photo img_7696a

Après lui, c’est bon, et voici quelques appareils stationnés au large : 737-500 Blue Air

photo img_7698a

E-190 Bulgaria Air

photo img_7700a

Et Alitalia Cityliner, en livrée Skyteam

photo img_7701a

Arrivée auprès de notre appareil

photo img_7702a

Il y a une antisèche juste sous le seuil de l’escalier mobile : c’est un E-175

photo img_7703a

Instant porte pour Esteban

photo img_7704a

Deuxième instant porte pour fayoter Esteban

photo img_7705a

On se souvient qu’à BRI, l’employé à l’enregistrement ne m’avait trouvé « un siège au hublot du bon côté pas sur l’aile » qu’à condition de nous séparer. Je suis donc en 20F, et Mme fait la grimace en découvrant sa quasi-absence de hublot en 19A. Mais M. PAX 20D (mon voisin) arrive ; qui ne tente rien n’a rien et je lui propose d’échanger avec Mme, sans souligner l’évidente médiocrité du hublot. Coup de chance : il accepte, car sa compagne et sa fille sont en 20A/20C et son non-hublot ne l’intéressera manifestement pas pendant le vol.

photo img_7706a

Mme, ravie, se retrouve à mes côtés, face à une moquette propre

photo img_7707a

Et moi, tout aussi satisfait, à côté d’un hublot derrière l’aile, orienté à l’est pour un vol l’après-midi.

photo img_7708a

Que mon aumônière soit déchirée à gauche était un détail mineur dans ce tableau

photo img_7724a

La différence entre les deux sièges devant nous ?

photo img_7812-13a

Madame a même un crochet intact pour accrocher une veste qu’elle n’a pas

photo img_7815a

Contrairement à moi (je parle du crochet, pas de la veste). Entre l’aumônière et la patère, ce sont des brise-fer, les PAX en 20F !

photo img_7814a

Le pitch n’est évidemment pas celui des premiers rangs, comme lors du vol précédent, mais il est acceptable.

photo img_7713a

La largeur entre accoudoirs est évidemment la même que dans l’E190 du vol précédent, et donc un chouïa plus généreuse que dans un A32x.

photo img_7714a

La fiche de sécurité, recto-verso

photo img_7715a

L’instant F-OITN

photo img_7711a

Un PAX tentera vainement de placer son bagage à main dans le sens transversal dans le coffre à bagage au dessus de la place, mais trouvera de la place un peu plus loin.

photo img_7710a

En raison d’une superstition largement répandue dans le monde de culture chrétienne, il n’y a pas de rang 13 (car c’est le nombre de convives lors de la Cène, après laquelle Judas a trahi Jésus).

photo img_7759a

Et en raison d’une superstition spécifiquement italienne, il n’y a pas de rang 17 non plus, car en chiffres romains, 17 s’écrit XVII, anagramme de VIXI (« j’ai vécu », en latin).

Ce sont les vendredis 17 qui portent malheur en Italie, et non les vendredis 13 (le Christ est mort un vendredi, d’où la mauvaise réputation de ce jour de la semaine). Je n’allais pas pour autant sacrifier deux jours de vacances en rentrant le vendredi 17 août pour avoir peut-être plus de place dans les avions un jour néfaste.

photo img_7761a

Un peu de spotting pendant le roulage : A319 Alitalia devant la tour de contrôle qui ne fait pas honneur au design italien

photo img_7712a

CRJ900 Lufthansa Cityline

photo img_7716a

A319 British Airways

photo img_7720a

A320 Air One

photo img_7722a

Décollage ; ce 737 privé était trop loin, et l’air trop chaud pour que j’arrive à prendre un cliché correct au sol.

photo img_7726a

Le tarmac de LIN défile

photo img_7727aphoto img_7728a

Cinq passerelles seulement à LIN : il n’est pas étonnant d’avoir été au large à l’arrivée comme au départ.

photo img_7729a

A l’arrière plan, la forme rectiligne du lac Idroscalo n’est pas un hasard : il fut construit autour de 1930 pour accueillir des hydravions. Devenu une base de loisirs, ses 2600 m de long sont appréciés aujourd’hui pour les compétitions de canoë-kayak.

photo img_7730a

L’instant ferroviaire avec l’immense gare de triage de Segrate

photo img_7732a

La bifurcation entre les autoroutes A51 (en bas) et A52 (le long de l’aile)

photo img_7735a

Un beau « plat de spaghetti » au niveau de la barrière de péage de Milan-Est sur l’A51

photo img_7738a

Les retours vers Milan provoquent déjà un bouchon au péage, en ce début de dimanche après-midi

photo img_7739a

Beau temps sur le parcours, avait annoncé le CdB ? Comme d’habitude, cela n’exclut pas des nuages

photo img_7740a

Les Lacs de Pusiano (en bas à gauche), d'Annone (centre) et de Garlate (au second plan)

photo img_7742a

Castelmarte et Ponte Lambro

photo img_7744a

Le Lac de Côme apparaît

photo img_7745a

Cela se dégage

photo img_7746a

Le bras nord du Lac de Côme

photo img_7750a

Dervio, sur la rive est du lac de Côme

photo img_7754a

L'extrémité de l'Adda, qui alimente le Lac de Côme

photo img_7752a

Les nuages rendent plus difficiles l’identification du paysage à la frontière italo-suisse

photo img_7757a

Lointain air-to-air avec un appareil Lufthansa

photo img_7764a

Brunnen et la rive nord du Lac des Quatre cantons

photo img_7767a

Zoug, au fond à gauche, et le Lac de Zoug

photo img_7770a

Les méandres de l’Aar, rivière suisse appréciée des cruciverbistes, en amont de son confluent avec le Rhin tout juste hors champ en haut.

photo img_7772a

Et le Rhin ? Un instant de patience, le voici qui arrive à Bâle et St Louis

photo img_7776a

A défaut d’identifier correctement les avions, identifier correctement EAP, l’aéroport du spécialiste des avions (le fayotage d’Esteban continue ;)

photo img_7777a

Montbéliard

photo img_7783a

L’Isle sur le Doubs, le canal Rhin-Rhône, et sa gare sur la ligne Besançon - Belfort qui ne suscite aucun emploi direct local, puisque c’est un PANG (Point d’Arrêt Non Géré).

photo img_7784a

Vous êtes plus TGV que TER ? Voici la branche Est de la ligne à grande vitesse Rhin-Rhône, également entre Besançon et Belfort, ou plutôt entre les gares nouvelles de Besançon Franche-Comté et de Belfort - Montbéliard TGV, qui ne sont pas plus à Besançon d’une part, Belfort ou Montbéliard d’autre part, que BVA (« Paris – Beauvais ») n’est à Paris, mais quand même moins loin.

photo img_7785a

Sucré à droite ou salé à gauche ? Café à droite ou coca-cola à gauche ? Vous avez ici la quintessence de la gastronomie italienne revisitée par sa compagnie aérienne porte-drapeau.

photo img_7789a

Voici un échantillonnage de ces délices transalpins.

photo img_7790a

Par refus de tout gaspillage de nos précieuses ressources naturelles, j’ai restitué ces fournitures dont je ne ressens que rarement le besoin.

photo img_7788a

Ce n’est pas la présence de 2% de fer dans ces gâteaux parfumés à l’orange qui m’a intrigué, mais la recommandation de stocker ces sachets hermétiquement soudés dans un endroit sec. Vous croyez vraiment que le contenu pourrait s’humidifier, sinon ?

photo img_7792a

Compacter les déchets est tellement facile que j’ose à peine le mentionner.

photo img_7793a

L’autoroute A5 au premier plan, et Bar sur Aube sur la gauche, au second plan

photo img_7794a

Les lacs d’Orient (au premier plan) et d’Auzon-Temple, qui servent à écrêter les crues de l’Aube à la fonte des neiges, et donc de la Seine en aval.

photo img_7796a

Cela ne suffit pas toujours : voici à quoi ressemblait l’écrêtage d’une crue de la Seine qui ne devait rien à la fonte des neiges, car c’était le 4 juin 2016, mais à de violents orages sur l’ensemble du bassin versant en amont.

photo img_3305a

Ancienne base aérienne sous le nom de Vitry-Brienne, l’aéroport de Brienne le Château (LFFN) est encore utilisée pour de l’aviation de loisirs, mais la moitié de la piste (ici à droite) a été désaffectée pour l’intégrer à un circuit automobile

photo img_7801a

L’Aube et ses affluents faisant converger toute l'eau de ce bassin versant parfois trop arrosé vers le confluent avec la Seine un peu plus loin en aval

photo img_7806a

La Nationale 2, entre Dammartin en Goëlle et St Mard

photo img_7819a

Atterrissage imminent

photo img_7821a

Toucher plutôt doux, déploiement des spoilers

photo img_7822a

… sous l’œil et l’objectif de spotters juste à l’extérieur du périmètre aéroportuaire.

photo img_7823a

A330 Egyptair, A350 Latam

photo img_7825a

Le « camembert », autrement dit le bâtiment central du Terminal 1

photo img_7828a

A321 AF

photo img_7830a

A320 Vueling

photo img_7832a

Les avions de transport long courrier(de troupe, de civils évacués, de journalistes…) de l’armée française : A340

photo img_7834a

Et deux vénérables A310 (oups, merci Okapi…)

photo img_7835aphoto img_7836a

787 Norwegian Long Haul

photo img_7839a

A321 Turkish Airlines en livrée Euroleague (de basketball), malheureusement très flou à cause des cahots au roulage rapide.

photo img_7841a

Passage d’un A320 Easyjet

photo img_7843a

Un autre au contact au terminal 2D

photo img_7847a

Quand un vol Skyteam se dirige vers le terminal 2D, c’est une garantie de PAXbus

photo img_7849a

Gagné : le comité d’accueil est là

photo img_7850a

Les compagnies aériennes assignées au 2D sont au contact : Easyjet en force, ainsi qu’Austrian Airlines et airBaltic.

photo img_7852a

Dernier virage

photo img_7856a

Fuselage shot

photo img_7857a

Un fayotage de plus de mon community manager préféré

photo img_7858a

Descente uniquement par l’avant

photo img_7859aphoto img_7860a

Le personnel au sol de CDG, réputé photophobe, est inattentif cette fois-ci : autant en profiter.

photo img_7861aphoto img_7863a

Gros plans sur les appareils au contact au terminal 2D :
737-500 airBaltic

photo img_7866a

A320 Austrian Airlines

photo img_7868a

A319 Easyjet

photo img_7871a

Non, pas de transit vers un vol long courrier pour nous

photo img_7872a

Mais en revanche, un long cheminement au niveau Arrivées, entre les deux jetées du terminal 2F

photo img_7873a

Traversée de la salle de livraison sans encombre de la salle de livraison de bagages. Le nôtre n’a pas étiqueté prioritaire à BRI, mais n’arrive pas moins assez rapidement. Juste avant la sortie en zone publique, je fais un écart pour éviter un douanier : c’est peut-être la raison pour laquelle il m’intercepte (une première pour moi à CDG) :

- Monsieur, vous venez d’où ?
- De Milan
- C’est bon, allez-y.


La scène n’a duré que quelques secondes : Milan n’est manifestement pas une provenance suspecte pour ce gabelou. Sa réaction aurait-elle été différente si j’avais parlé de Bari, phonétiquement proche de Paris (pour qui a mal entendu) et géographiquement proche de l’Albanie (pour qui a bien entendu) ? J’ai préféré ne pas chercher à le savoir.

photo img_7874a

A320 Joon aperçu depuis le corridor entre le terminal 2D et la gare de RER

photo img_7876a

Arrivée à la gare CDG-2 avec son célèbre FIDS

photo img_7877a

Cette fois-ci, contrairement à mes craintes, il y a peu de queue pour acheter nos billets de RER – on notera quand même que trois distributeurs sur cinq sont manifestement hors service.

photo img_7880a

Mais je dois à un lecteur d’un de mes FR précédents (merci à lui) de savoir qu’il y a deux distributeurs supplémentaires bien cachés derrière l’ascenseur de montée vers le terminal, là où personne n’irait spontanément acheter son billet. Vous ne les voyez même pas ici, derrière le pilier au-delà des armoires rouges.

photo img_7879a

Les voici, inoccupés puisque difficiles à trouver. Cela étant, en situation d’affluence, il y a quand même trop de PAX qui les trouvent, formant une petite queue qui en révèle la présence, et le mal est alors fait : l’attente est alors longue ici aussi.

photo img_7878a

Descente vers le quai du RER. Mme sera surprise de me voir continuer jusqu’au bout du quai pour monter à bord.

photo img_7881a

Jusque là-bas, à l’une des deux portes d’extrémité de la rame

photo img_7882a

Tout simplement parce que le niveau du quai remonte, ce qui permet d’être à niveau de cette rame à emmarchement haut. En bonus, il y a moins de monde à bord, donc plus de place pour caser ses bagages à bord d’un train dont l’aménagement n’est pas conçu pour transporter des voyageurs avec des valises.

photo img_7886a

Partout ailleurs, c’est un quai bas, et quand on a une valise enregistrée de 19,7 kg, la marche fait une différence. Il y aura peut-être un expert ferroviaire parmi mes lecteurs (suivez mon regard) pour expliquer cette curiosité qui figure dans la longue liste des inadaptations de la desserte ferroviaire de CDG ?

photo img_7883a

C'est la fin de ce FR; je vous propose un très court bonus en postface.

Bonus : Cliquez pour afficher
Afficher la suite

Verdict

Alitalia

7.5/10
Cabine8.0
Equipage8.0
Divertissements7.0
Restauration7.0

Alitalia Welcome Lounge

7.0/10
Confort8.0
Restauration7.0
Divertissements7.0
Services6.0

Milan - LIN

8.3/10
Fluidité8.0
Accès7.0
Services8.0
Propreté10.0

Paris - CDG

8.1/10
Fluidité7.0
Accès7.5
Services8.0
Propreté10.0

Conclusion

Un salon vide est forcément confortable, même si l'accueil est un peu limite et s'il faut faire avec la conversation incessante de la dragonne avec ses collègues.
Le catering n'est pas éblouissant, mais il a rempli le cahier des charges de nous fournir un déjeuner.
Le salon n'est guère spotter friendly, mais bénéficie de lumière naturelle avec des baies vitrées qui font honte à celle de son homologue de FCO, et à défaut d'une offre de presse fournie fournit un bon accès à internet.

Le diagramme 2+2 de l'E-175 n'a rien à envier à celui de l'E-190, et avec un hublot correctement aligné (ce qui n'est pas le cas de tous) et du bon côté, c'était l'idéal pour moi.
Je n'ai pas ouvert les magazines de vol cette fois-ci : le divertissement était constitué par l'IFE extérieur.
Service minimum, en solide comme en liquide, mais PNC raisonnablement agréables.

La configuration de LIN est bien compliquée pour un petit terminal : transit en passant landside, traversée de boutiques airside, escaliers,... c'est facile quand on connait les lieux qui ne sont pas immenses, moins quand on les découvre. Par beau temps, le spotting pendant le trajet en PAXbus compense le pré-embarquement dans un espace étriqué. De nuit ou par mauvais temps, c'est uniquement un aéroport qui manque de passerelles.

Pour la même raison, le débarquement au large n'était pas un handicap réel à CDG, et la valise a été livrée assez rapidement. Je ne noterais jamais bien l'accessibilité en RER de CDG - c'est moins le quai bas que les escaliers dans le métro ensuite qui se font sentir quand on a une lourde valise.

Informations sur la ligne Milan (LIN) Paris (CDG)

Les contributeurs de Flight-Report ont posté 36 avis concernant 3 compagnies sur la ligne Milan (LIN) → Paris (CDG).


Pratique

La compagnie qui obtient la meilleure moyenne est Air France avec 7.5/10.

La durée moyenne des vols est de 2 heures et 2 minutes.

  Plus d'informations

17 Commentaires

  • Comment 461600 by
    okapi GOLD 3126 Commentaires

    Buongiorno Maestro.
    Commençons par la fin : les Airbus militaires ne sont évidemment pas des A300-600 mais des A310 !!! L'okapi, dans une version militaire datant d'un autre siècle eut l'insigne privilège de voler à bord de l'un des deux spécimen. Faut-il préférer le Famas au fouet?
    Transiter à LIN sans repasser le PIF implique une arrivée au contact. C'est aussi rare que possible mais parfois, cela favorise grandement le voyageur, surtout comme j'en fis l'expérience l'année dernière comme décrit ici ->https://flight-report.com/fr/report/25985/Alitalia-AZ1554-Milan-LIN-Cagliari-CAG
    Il y a un salon Alitalia là haut ; comment font les PMR pour y aller ? J'avais pourtant montré quel ascenseur était réservé aux PMR et j'en attendais une mesure précise. Je ferai donc ce test prochainement moi-même^^
    Je me suis dit aussi que c'était bizarre que d'avoir refusé l'accès au salon du haut. Nouvelle règle estivale que je n'ai pas encore subie? En fait, non : M. et Mme Marathon ont tenté un accès au salon Leonardo qui est réservé aux détenteurs d'un carte Club SEA ou bien Priority Pass. Ce n'est pas le salon Alitalia dont les seuls accès sont l'escalier en virage ou bien le fameux ascenseur sus-mentionné!
    Que tous les chemins mènent à Rome ne signifie pas forcément, en Italie, qu'ils y vont :-D
    L'épisode salon m'a permis de retrouver des marques délaissées cet été alors je me délecte de la sémantique utilisée ici -> "Perché avete bisogno" C'est clair, la dragonne ne demande pas pourquoi vous faites toutes ces photos mais pourquoi en éprouvez-vous le besoin. C'est encore plus inquisiteur. Bravo pour la tentative de détournement de bon fonds mais j'imagine déjà la scène, la dragonne optant pour un langage corporel bien décidé. Une vraie mamma qui décèle toujours les mensonges de son fils, qu'il eut 4 ou 40 ans. J'adore et c'est la raison pour laquelle je suis heureux de faire partie du très select (!) Skypriority panel. Cela permet d'arrondir les angles tout de suite.^^
    Allez, pour la route, petite correction sémantique : "Il design è perfetto, ma la tavolina no è in la corretta posizione." -> La petite tablette est devenue sexe masculin dans le langage moderne, ainsi, l'on dira la tavola (ou il tavolo) et il tavolino. Ceci dit, je suis bien d'accord sur l'antagonisme entre design et fonctionnalité en Italie...
    Les gobelets sont en carton car il n'y a que très peu d'espace de stockage, y compris pour de la vaisselle propre dans ce salon. Bien des éléments arrivent en général du salon en haut!

    Merci de m'offrir un regard neuf sur une ligne que je commence à bien connaitre en plus de 200 vols mais je constate avec grand plaisir que la répétition aérienne n'existe pas. Il est très rare de passer par EAP au retour et c'est ce qui justifie un atterrissage sur le doublet nord. J'apprécie grandement cette nouveauté. Et j'apprécie encore plus d'y voir une vieille connaissance en la personne de cet A320 AirOne qui traîne davantage à FCO d'habitude.

    • Comment 461880 by
      marathon GOLD AUTEUR 9336 Commentaires

      Beaucoup d’étourderies, comme d’habitude, dans mon FR. :(
      - J’ai déjà qualifié ces A310 d’A330, mais A300-600, c’est nouveau avec mon clavier.
      - J’avais aussi noté de mesurer l’ascenseur pour PMR, et oublié sur place
      - En revanche, j’avais prévenu que je massacre l’italien, donc je suis crédible. ;)
      Merci pour les correctifs !

      Le salon auquel nous avions droit est pile à la sortie des boutiques airside en venant du PIF. Il faut être FRiste pour chercher un salon auquel on n’a d’ailleurs pas accès !

      J'admets que le manque de place est une bonne raison pour utiliser des gobelets de carton.

      Mes navettes scandinaves étaient rarement répétitives (à part le catering). Pourquoi en serait-il autrement plus au sud ?

      Merci pour le premier tome de ce long commentaire !

  • Comment 461603 by
    okapi GOLD 3126 Commentaires

    "Et en raison d’une superstition spécifiquement italienne (...)"-> https://family.lh.com/en/did-you-know/childrens-questions/why-is-there-often-no-row-17-in-lufthansa-planes
    "Le tarmac de LIN défile" -> On est à Milan, le défilé est une spécialité très locale ^^
    "Les retours vers Milan provoquent déjà un bouchon au péage, en ce début de dimanche après-midi" -> Comme on peut le voir sur les photos précédentes des "tangenziale" ou périphériques, le trafic milanais au sortit d'un 15 août n'est pas très dense. Cet amas de véhicules à la "Barrière Est" comme on l'appelle par là est plus le fait de voyageurs revenant de la côte Adriatique, Vénétie, Slovénie, Croatie et se dirigeant ensuite vers le nord de l'Europe en passant par la Suisse ou la France. Les Italiens ne rentrent pas de vacances aussi tôt, la majeur partie des entreprises étant fermées jusqu'au 27/08 ;-)
    "Sucré à droite ou salé à gauche ? Café à droite ou coca-cola à gauche ? Vous avez ici la quintessence de la gastronomie italienne revisitée par sa compagnie aérienne porte-drapeau." -> Note bien généreuse pour une quintessence aussi versatile que "puérile". C'est mieux que rien mais ce n'est pas grand chose pour autant. Monsieur aurait pu faire les courses de Madame au salon, une canette de Coca fraîche du frigo par exemple
    Par contre, je proteste, la marathonisation des restes de la cène rend vaine tous mes efforts pour en illustrer les efforts.
    "Milan n’est manifestement pas une provenance suspecte pour ce gabelou." -> je ne peux que confirmer le manque d'intérêt pour cette destination. Les douaniers ne sont pas lecteurs de mes exploits.^^
    "Il y aura peut-être un expert ferroviaire parmi mes lecteurs (suivez mon regard) pour expliquer cette curiosité" -> ce n'est pas moi qu'il faut regarder mais ce rehaussement est présent dans beaucoup de gares RER et il permet de faciliter un transit des passagers en fauteuil quand ceux-ci avisent préalablement de leur présence à bord. Un agent vient alors les accueillir et tête de train. Je crois que c'est une simple mesure d'économie d'argent.
    Merci de nouveau pour cette série et le premier bonus en 3D de l'histoire de FR!

    • Comment 461900 by
      marathon GOLD AUTEUR 9336 Commentaires

      C'était en effet opération "ville morte" partout où nous sommes allés cet été (une cathédrale, ça ne suffit pas à justifier l'ouverture des commerces quand elle est à plus d'un kilomètre de la plage).

      Quand je rentre chez moi, je trouve un congélateur et un placard pleins de nourriture, au contraire du minibar et de la penderie de la chambre du premier hôtel de mes vacances. Cela a un impact direct sur mes courses au salon sur le trajet.

      Alitalia, c'est un sujet niveau maternelle pour ce qui est du compactage des déchets.

      Douanier en sortie du terminal 2F (dédié aux vols Schengen), cela doit être assez austère. Bien sûr, on peut toujours espérer pincer un PAX transportant plus de 15 tiges de ciboulette, mais cela demande beaucoup de flair.

      L'accessibilité PMR, cela ne sert pas seulement aux PAX en fauteuil roulant, mais à tous ceux qui marchent difficilement ou qui ont de lourds bagages, autant dire la majorité des PAX dans la gare d'un aéroport. Si c'est effectivement par économie que ce quai est trop bas, c'est affligeant.

      Merci pour ce commentaire de plus de 3000 caractères cumulés !

  • Comment 461622 by
    Esteban TEAM GOLD 9002 Commentaires

    Merci François pour le partage !

    Et bien, même si il y avait eu des erreurs d'avions, j'aurais, dans ma bonté sans égale, mis le fouet de côté devant tant de fayotage pas du tout déplacé ! Merci pour la photo de l'EAP à 30'000 pieds ! Vous êtes quasiment passés au dessus de la maison !

    Ces agents au sol qui font la police pour les photos me surprendront donc toujours, n'ont ils vraiment rien de mieux à faire ?

    A bord, c'est du AZ typique, rien de bien folichon. Triste, même.

    A bientôt et bonjour à Mme !!

    • Comment 461904 by
      marathon GOLD AUTEUR 9336 Commentaires

      Pour ce qui est de l’identification, j’ai fatigué vers la fin, au large de CDG-1 ;)

      Cette méfiance de la dragonne était d’autant plus malvenue que nous étions seuls dans le salon.

      Les PNC n’était pas renfrognés, ce qui était déjà mieux qu’espéré pour un vol AZ.

      A bientôt, merci pour le commentaire !

  • Comment 461629 by
    jules67500 GOLD 4200 Commentaires

    Merci pour ce FR Guillaume... euh pardon, François !

    LIN est toujours aussi sinistre, le design semble donc s'arrêter au centre de Milan ^^

    Salon en mode privatif, c'est une très bonne chose !

    A bord par contre, c'est régime sec à base de sucré-salé. La déchéance d'AZ continue.

    A bientôt !

    • Comment 462129 by
      marathon GOLD AUTEUR 9336 Commentaires

      A LIN, le terminal conçu dans les années 30 fait son âge.
      De l’affluence au salon aurait été improbable, un dimanche après-midi en aout !
      C’est effectivement régime minceur à bord, mais cette fois-ci, les PNC ne donnaient pas l’impression qu’on les gênait.
      Merci, à bientôt !

  • Comment 461745 by
    lysflyer SILVER 433 Commentaires

    Merci pour le partage très complet. Pour renchérir sur Okapi (enfin, pas au sens propre hein). Les gros navions blancs de l'Armée de l'air sont des A310-300 et des A340-200, modèle rare s'il en est. Ils ont été achetés d'occasion à OS et parcourent le monde vers des destinations ensoleillées la plupart du temps (lol).

    • Comment 462130 by
      marathon GOLD AUTEUR 9336 Commentaires

      Je ne garantis pas de me souvenir du type précis la prochaine fois (et pourtant je les vois régulièrement à CDG). C’est en fait souvent chaud à leur destination, dans tous les sens de l’adjectif.
      Merci pour la précision !

  • Comment 461952 by
    Kethu GOLD 1603 Commentaires

    Merci François, tu chasses sur les terres de l'Okapi !

    Un salon privé, c'est bien, même si ce serait mieux avec une employée moins intéressée par son téléphone...
    Heureusement qu'il y a des hublots pour s'occuper pendant le vol, car ce n'est pas avec le catering que propose AZ que l'on va trouver de quoi faire pendant plus de deux minutes.

    J'ai toujours voulu me faire arrêter par un douanier à l'arrivée en France, histoire de tester l'expérience, mais je n'ai toujours pas réussi... La prochaine fois je tenterai l'évitage en règle.

    A bientôt !

    • Comment 462132 by
      marathon GOLD AUTEUR 9336 Commentaires

      Tant qu’à la voir pendue au téléphone, je l’aurais préférée également indifférente à mes activités photographiques.
      S'il n'y avait pas eu d’IFE extérieur, j’aurais toujours pu commencer ce FR en vol !
      Mon expérience me fait préférer une interception par la douane taïwanaise ou japonaise.
      Merci pour le commentaire.

    • Comment 462221 by
      okapi GOLD 3126 Commentaires

      Il suffit de me le dire. Ou bien de conseiller aux Douanes françaises de lire la page meet-up ;-)

  • Comment 462009 by
    Chevelan GOLD 11542 Commentaires

    "Cet engin de l'autre côté ne permet de franchir que la première volée d’escalier"=> Absurde ! Commentaire qui me rappel une blague funeste... "Ou trouve t'on un tétraplégique " ? "à l'endroit ou on l'a laissé !

    Il faut être ingénieur électricien pour expliquer à la dragonne et son cerbère, le pourquoi du comment de l'utilité des photos ^^

    J'ai adoré l'instant "découpage de banane", hommage soit rendu à Madame...

    Bonne leçon de christianisme à bord, appréciable...

    Vol classique avec les sempiternels sucré/salé à la mode italienne ! Et les beaux paysages qui défilent sous les ailes.

    Belle illusion d'optique avec ces passages piétons en 3D, c'est la même chose dans les rues de Pompeï, sauf... Qu'il s'agit de vrais blocs au pied du Vésuve :))

    Merci pour le partage, à bientôt !

    • Comment 462276 by
      marathon GOLD AUTEUR 9336 Commentaires

      L’engin n’est pas absurde, car il permet d’atteindre un espace de restauration atteint par cette volée de marche ; un ascenseur serait très coûteux et difficile à intégrer.

      Je ne suis pas allé jusqu’à détailler l’incompatibilité de broches de 4,8 mm de diamètre avec une prise apte à recevoir des broches de 4 mm ;)

      Mme met rarement en œuvre ses souvenirs de leçon de savoir-vivre à la fin d’un repas.

      Je ne sais pas si l’illusion d’optique était voulue à Brindisi ; elle est plus nette en photo que dans la réalité à Paris.

      Merci pour le commentaire, à bientôt !

  • Comment 462218 by
    mogoy GOLD 9182 Commentaires

    Merci François pour ce FR.

    Examen clinique très poussé du salon.
    L'intrusion de la dragonne est assez désagréable sutout si elle est escorté d'un mannard.
    Pas très accueillant mais l'accès avait déjà donné le ton.

    "Ne me rétorquez pas que l’on peut manger une banane sans couverts, malheureux !" pleinement d'accord.

    Amusant qu'ils n'aient pas enlevé le logo d'EY à l'entrée. Cela aurait autant dispendieux (il aurait fallu recentrer l'Alitalia) et puis après tout, ce sont eux qui ont payé la rénovation du salon !

    • Comment 462281 by
      marathon GOLD AUTEUR 9336 Commentaires

      En fait, le préposé au catering devait s'ennuyer ferme (il passait très régulièrement pour vérifier si les deux PAX (nous !) n'auraient pas subitement dévalisé la réserve de cookies ou de coca-cola) : cette intervention de la dragonne était une distraction pour lui. J'ai négligé de mentionner une femme de ménage qui cherchait régulièrement en vain ce que nous aurions pu salir ailleurs qu'à nos fauteuils.

      Mme sera rassurée de savoir que tu sauras te tenir à la prochaine rencontre, s'il y a des bananes au menu ;)

      La rémanence du logo d'EY montre bien que l'heure n'est pas aux frais somptuaires chez AZ !

      Merci pour le commentaire !

Connectez-vous pour poster un commentaire.