Avis du vol Iberia Express Lyon Madrid en classe Affaires

Compagnie Iberia Express
Vol I23735
Classe Affaires
Siege 02A
Avion Airbus A320
Temps de vol 01:55
Décollage 12 Sep 19, 19:20
Arrivée à 12 Sep 19, 21:15
I2   #106 sur 134 Compagnies Un minimum de 20 flight-report est nécessaire pour apparaitre dans le classement. 42 avis
Kethu
Par GOLD 666
Publié le 15 octobre 2019
Bonjour, amis reporters !

Je continue d'alterner vols du début de l'année et voyages actuels, cette fois-ci, c'est donc du presque frais que je vous sers ! Plus précisément, d'il y a environ un mois, le jeudi 12 septembre.

Mais comment en sommes-nous arrivés là, me demanderez-vous ? C'est très simple Jamy ! En effet, ce jeudi est très spécial, puisqu'il s'agit de mon dernier jour de travail, et donc de la libération tant attendue depuis des mois !

Il faut bien quelque chose pour fêter ça, mais quoi ? C'est une de mes remplaçantes qui me donnera involontairement l'idée. Cette dernière vient en effet d'Espagne… Et Madrid est une ville assez intéressante pour les avgeeks ! Deux choses m'y attirent particulièrement, l'A340-600 Iberia sur LHR, et le 789 LATAM sur FRA… Les deux sont très atypiques pour moi, découverte de LATAM et d'une cinquième liberté européenne d'un côté, et de l'autre découverte de l'A346, qui disparaît petit à petit du ciel ces dernières années…

C'est l'argument du prix qui m'aidera à me décider : Le vol LATAM MAD-FRA le vendredi après-midi est à 29€ avec sélection du siège incluse en éco, alors que le vol MAD-LHR frôle les 150€ (de mémoire). Pour rallier Madrid le jeudi soir, j'ai le choix entre Easyjet à 63€, ou Iberia Express à 78€ (en Y). Un supplément de 15€ pour découvrir une nouvelle compagnie ne me semble pas injustifié, je craque donc pour la belle Espagnole… Pour la nuit à Madrid, je me contente de l'Ibis de Barajas. Situé pas trop loin de l'aéroport, et accessible avec une navette gratuite qui part toutes les 30 minutes, c'est un bon compromis, pour un tarif raisonnable de 100€ petit-déjeuner inclus.

Pour le retour de Francfort, ça sera à destination de Paris pour y retrouver Madame. Peu d'hésitation ici, le TGV de fin d'après-midi Francfort-Paris est à seulement 55€ en première. Temps de trajet "porte à porte" plus court que l'avion, tarif plus intéressant que LH ou AF, et en plus l'occasion pour moi de découvrir le service DB-SNCF sur cette relation transfrontalière, que demander de plus ?

Routing

  • 12/09/2019 - Iberia Express I23735 - Économique Affaires - Lyon → Madrid en Airbus A320 Vous etes ici
  • 13/09/2019 - LATAM LA704 - Économique - Madrid → Frankfurt en Boeing 787-9 (Cliquez ici) A venir
  • 14/09/2019 - TGV Alleo 9560 - Première - Frankfurt Hbf → Paris Est en TGV Euroduplex Non reporté


Ayant pris le tarif de base sans sélection de siège, j'attends avec impatience l'ouverture de l'enregistrement en ligne 24 heures avant le départ du vol. J'espère également secrètement une proposition de surclassement…

A l'échéance prévue, je suis joie : La cabine J de 3 rangées est quasiment vide, seul un siège est occupé. En conséquence, une belle offre de surclassement est proposée, à 60€ ! Je n'hésite pas trop, après tout, ce n'est pas tous les jours que l'on a une démission à fêter ! La proposition de surclassement précise bien le confort accru, le parcours prioritaire à l'aéroport, un repas complet, mais n'évoque pas le salon. Serait-ce un oubli ? Nous verrons cela…

Bref, je choisis le siège 2A, n'étant pas un fan des bulkheads, et voulant éviter le côté soleil pendant le vol… Le seul autre occupant est installé en 1C.

Tout ceci nous amène donc à de belles découverte en perspective ! Pour moi, premier vol sur Iberia Express (et sur le groupe IAG dans son ensemble, d'ailleurs !), en découvrant d'emblée la J européenne. Ça sera aussi mon premier passage à l'aéroport de Madrid, et même ma première fois dans un aéroport espagnol.

Pour la base de données, un peu d'inédit (mais pas trop), puisque cette relation n'a été reportée en J que sur Air Nostrum, tout récemment, par SkyteamCHC ! L'occasion de voir si le service diffère entre les filiales de la major espagnole…

Libéré, délivréééé



Après 2 ans, 11 mois et 2 jours passés dans mon entreprise, je la quitte définitivement en ce jeudi 12 septembre, peu avant 17h ! C'est donc incroyablement soulagé que je rejoins le Rhonexpress. Comme assez régulièrement malheureusement, l'exploitation du tramway express se fait avec un départ toutes les 20 minutes (au lieu de 15 minutes en temps normal). La raison est assez simple : Le parc est composé de seulement 6 rames, dont 5 sont nécessaires pour l'exploitation normale du réseau. Si deux rames sont en maintenance, Transdev est forcée de réduire la fréquence de passage. Dommage pour un service aussi onéreux…

Bref, à 17h42, me voilà à LYS !

photo dsc_0943_3

La photo habituelle à chacune de mes arrivées en REX, avec le hall de la gare TGV… Je constate seulement après 65 passages à LYS que les deux côtés de la gare portent des noms : Porte Rhône, et Porte Alpes !

photo dsc_0944_3

Je ne m'y attarde pas, direction le trottoir roulant pour le terminal…

photo dsc_0945_3

LYS n'évolue pas du tout dans sa partie historique, au moins on n'est guère dépaysé d'un voyage à l'autre…

photo dsc_0947_3

Petit coup d’œil au FIDS, mon vol est prévu à l'heure, en porte P18. L'atterrissage du vol en provenance de Madrid est prévu avec 7 minutes de retard, la ponctualité devrait être quasiment au rendez-vous pour le retour donc !

photo dsc_0948_3

Chez Air France, c'est le calme plat !

photo dsc_0951_3

Mais pour une fois, je continue mon chemin, jusqu'au fond du terminal, où se côtoient Vueling, TAP, Iberia et Twinjet.

photo dsc_0953_3

Un comptoir classique est ouvert, ainsi qu'un comptoir prioritaire, vers lequel je me dirige. L'agent est très sympathique, et me remet ma carte d'embarquement ! Je lui demande si l'accès au salon est compris, mais il me répond par la négative : Depuis que la ligne est exploitée par Iberia Express au lieu de la maison mère, le salon n'est plus offert… Bon, je ne suis pas vraiment déçu, ce n'est pas comme si le salon Air France de Lyon était inoubliable…

Voilà donc la carte d'embarquement, qui porte encore l'ancien logo, pourtant remplacé depuis 6 ans… C'est collector !

photo dsc_0954_3

Le PIF est passé sans attente… Je ne passe pas par la file prioritaire, qui est plus chargée que la file normale (comprendre qu'il y avait deux personnes dans la file prioritaire, contre une dans la file normale). Le personnel est très sympathique et blagueur, le voyage commence bien pour le moment !

photo dsc_0956_3

Ayant omis de prendre une bouteille d'eau vide, et étant assoiffé, je suis contraint de passer au duty-free pour acheter une bouteille que je payerais la somme fabuleuse de 2€20… Les règlementations sur les liquides en cabine ont du faire doubler le chiffre d'affaire de ce genre de commerces !

photo dsc_0955_3

Le vol pour Madrid part de la porte P18, après la PAF, mais les vols pour Lisbonne et Amsterdam partent eux des portes Q05 et P01, avant la PAF donc. La logique de l'absence ou non de contrôle m'échappe totalement…

Bref, ici attendent les passagers de la TAP, bloquant le passage des heureux privilégiés ayant accès au salon AF…

photo dsc_0957_3

Pour moi, c'est par ici, via la PAF donc, astucieusement cachée sur le cliché pour ne pas avoir à me justifier auprès des PAFman, qui attendent les voyageurs… Curieusement, mon passeport sera longuement examiné, avec moult froncements de sourcils de la part du policier, alors que d'habitude cela ne prend que quelques secondes, et que les autres personnes n'ont pas droit à ce traitement de faveur.

photo dsc_0959_3

Heureusement, je ne finirais pas menotté pour utilisation d'un faux passeport, et je peux aller m'installer dans la salle d'attente, au niveau des portes qui servaient fut un temps pour les vols Emirates, entre autre… Petite déception : On trouvait ici auparavant un écran affichant une carte de l'Europe, avec tous les vols en approche sur Lyon, mais je n'en trouve plus trace… Dommage, c'était une idée assez sympathique ! Ça manque également de prises électriques…

photo dsc_0960_3

Juste derrière, les sanitaires, qui sont malheureusement peu propres… Dommage LYS, tu m'avais habitué à mieux !

photo dsc_0961_3

Je jette un coup d’œil à Flightradar : Comme quasiment tous les vols d'Iberia vers Lyon, ce dernier n'est pas reconnu par l'appli, pour une raison que j'ignore… Au moins, l'appareil est bien en vol, même s'il a décollé avec une vingtaine de minutes de retard !

photo screenshot_20190912-180953

A 18h50, alors que l'appareil est encore en l'air, le personnel arrive en porte… Aussitôt, toute la salle se lève et s'aligne pour faire la queue. Le personnel annonce rapidement un retard de vingt minutes, mais rien n'y fait, 90% des passagers restent debout. Cela dit, je peux comprendre, j'aime bien attendre debout parfois… Mais présentement, non ! Je reste donc tranquillement assis.

photo dsc_0962_3

L'embarquement est effectivement lancé avec vingt minutes de retard, à 19h10. Je me faufile jusqu'à la file prioritaire, assez réduite puisque composée d'une dizaine de personnes à peine.

photo dsc_0963_3

Les priorités sont respectées, me voilà dans la passerelle vitrée…

photo dsc_0964_3

Tentative ratée d'instant nez !

photo dsc_0965_3

La tête de la passerelle permet d'apercevoir l'appareil, sans pour autant pouvoir le prendre en photo correctement… Mais grâce à Flightradar, je sais déjà que c'est EC-JFG qui va me transporter aujourd'hui, un A320 qui a fait toute sa carrière dans le groupe IAG, livré en 2003 à la maison-mère, avant de passer chez la petite sœur low-cost Vueling en 2011, puis chez Express en 2012.

photo dsc_0966_3

L'accueil à bord est très sympathique et souriant. Je n'ai pas le temps de mettre mon sac dans le coffre à bagages que le steward me l'a déjà pris des mains pour s'en occuper lui-même. Quelque chose me dit que le service sera bon sur ce vol !

photo dsc_0968_3

Le pitch est correct à l'avant de la cabine, même si c'est un peu court pour de la J européenne…

photo dsc_0969_3

Le pitch et les sièges vus de côté… Sans surprise, on retrouve des sièges extra slim peu confortables. Au moins la sellerie est plutôt jolie…

photo dsc_0970_3

Outre la finesse du siège, deux autres gros défauts pour une J : Pas d'inclinaison, et des accoudoirs très courts, qui font à peine la moitié de la taille de l'assise.

photo dsc_0971_3

Au moins, le siège dispose d'une patère…

photo dsc_0986_3

Ça n'est pas l'offre de divertissement qui compensera le manque de confort, mais ça reste bienvenu. Je n'en aurais pas l'utilité pendant le vol toutefois.

photo dsc_0973_2

Les têtières amovibles tente d'apporter un peu d'épaisseur sur ces sièges…

photo dsc_0974_2

Le boîtier pour l'alimentation électrique est bien placé en J : Au milieu, il ne gênera pas de passagers !

photo dsc_0975_3

L'embarquement se poursuit tranquillement… Le steward est vraiment très efficace, il accompagne les passagers un peu "perdus" jusqu'à leurs sièges, et aide à trouver des places pour les bagages.

photo dsc_0976_3

Nous sommes tout au bout du terminal 2, nos voisins sont donc des barres de repoussage, et des tracteurs. Les plus observateurs noteront, dans le reflet d'une vitre sur la gauche, l'empennage arrière d'un Embraer Austrian dans la lumière du soleil couchant.

photo dsc_0978_3

Retour dans la cabine pour poursuivre le tour d'horizon : La tablette…

photo dsc_0987_3

Elle parait encore plus minuscule une fois dépliée, définitivement pas adaptée à un service de J.

photo dsc_0989_3

Et en plus, le nettoyage n'est pas optimal.

photo dsc_0990_3

De manière générale, l'appareil montre des signes de vieillesse : C'est peu visible, mais le fond des coffres à bagages est plus noir que blanc, à force d'être frotté par les valises… Rien de bien vilain, mais un petit nettoyage en profondeur donnerait un meilleur aspect à la cabine !

photo dsc_0991_3

La ceinture est à l'image de la cabine, décevante car non siglée.

photo dsc_0992_3

Allez, passons, j'en fais beaucoup alors que la moitié des compagnies européennes offrent dorénavant le même "confort" en J de toute façon… Le plafonnier, classique !

photo dsc_0993_3

Sur le siège du milieu, deux coussins sont disposés.

photo dsc_0980_3

Ils sont un peu trop mous pour moi, et un peu tristounets aussi, tout blancs…

photo dsc_0981_3

Continuons avec la découverte du contenu de la pochette du siège ! Le magazine de bord tout d'abord, que j'ai trouvé bien peu avgeek friendly, puisque l'on n'y trouve ni flotte ni réseau. Après recherche, il s'agit du magazine spécifique à la Business… Je ne l'ai pas trouvé bien passionnant.

photo dsc_0979_3

L'offre de boutique en vol, et le vomito-bag, d'un format original, et malheureusement tout blanc aussi…

photo dsc_0982_3

Les consignes de sécurité. La deuxième illustration de la partie "Life vest" semble un peu… curieuse. Que cache donc ce passager avec son petit gilet de sauvetage ?

photo dsc_0983_3

Le recto, beaucoup plus verbeux : Le graphique d'utilisation des équipements électroniques est presque trop détaillé !

photo dsc_0984_3

Enfin, une fiche dédiée à l'utilisation des prises électriques et USB. En éco, il y a uniquement des prises USB, alors qu'en J, on trouve également une prise électrique alimentée en 110V.

photo dsc_0985_3

A 19h30, l'embarquement est annoncé terminé. La cheffe de cabine réalise l'annonce de bienvenue en espagnol, puis en anglais. La durée de vol annoncée est de 1h30 ! Au passage, je note une petite nouveauté sur la plateforme de LYS : Aux côtés des habituels Cobus, un nouveau modèle de paxbus a rejoint la flotte : Ce Man Lion's City L fonctionnant au GNV (gaz naturel pour véhicules) ! D'une longueur de 15m, au lieu de 12 pour les bus standards, il devrait permettre d'emporter tous les passagers des avions régionaux de 100 places en une seule fournée…

photo dsc_0996_3

On repousse à 19h33, avec 13 minutes de retard. Emirates est en porte au T1B, tandis qu'Easyjet est parqué devant la jetée des low-cost. Au fond, ce qui me semble être un 767 de chez DHL.

photo dsc_0997_3

Les démonstrations de sécurité sont réalisées manuellement, avec une bande-son en espagnol et en anglais… Easyjet tente de nous griller la priorité, l'A320 orange repousse en effet également ! Il part pour Bordeaux…

photo dsc_1000_3

C'est parti pour le roulage ! J'aperçois l'atterrissage de l'appareil effectuant la liaison qui me tente le plus actuellement sur LYS : Un Avro RJ100 de BRA, en provenance de Göteborg. La compagnie suédoise remplace depuis cette année BMI Regional, qui remplaçait auparavant Hop!, sur cette liaison bi-hebdomadaire, en place principalement pour relier l'usine de Renault Trucks (anciennement usine Berliet, pour les plus âgés d'entre nous) au siège de la maison-mère, Volvo, dans la deuxième ville de Suède.

photo dsc_1001_3

Les pilotes n'utiliseront pas les 4km de piste en entier, 3020m devraient amplement suffire…

photo dsc_1005_3

La voie est libre !

photo dsc_1006_3

On s'élance à 19h41… Le soleil va bientôt disparaître derrière l'aérogare.

photo dsc_1007_3

La tour de contrôle de LYS, située au nord des portes régionales du T2…

photo dsc_1009_2

Et on s'envole, les trois kilomètres de piste auront suffit !

photo dsc_1012_3

Le soleil tente de nous éblouir pour que nous ne puissions pas admirer Pusignan en bas de l'image.

photo dsc_1013_3

On vire vers le sud-ouest, afin d'éviter l'éblouissement du soleil (je plains par contre les pilotes !). En bas à gauche, Montuel, à droite, Beynost, et entre les deux, les viaducs de la Côtière (sur l'A432 et la LGV Rhône-Alpes).

photo dsc_1018_3

Miribel et son parc, niché le long du Rhône. Derrière, le canal de Jonage, Meyzieu et Décines, avec entre autre le Parc OL.

photo dsc_1022_2

Encore le canal de Jonage, avec le réservoir du Grand Large (au-dessus du réacteur), et Vaulx-en-Velin et Villeurbanne à droite…

photo dsc_1024_3

Quelques secondes plus tard, on aperçoit bien au centre de l'image la piste 16/34 de l'aéroport de Bron, qui sert au trafic affaires et loisirs de la métropole lyonnaise depuis l'ouverture de Satolas en 1975 (bien que des liaisons commerciales soient restées à Bron jusqu'en 1981).

Tout en bas, la confluence du canal de Jonage avec le Vieux Rhône puis avec le canal de Miribel (hors champ)…

photo dsc_1025_3

La vue sur Lyon est vraiment très belle… Villeurbanne à gauche de l'image, le 3e et le 6e arrondissement au centre. On aperçoit bien la ligne ferroviaire qui longe le parc de la Tête d'Or (en bas au milieu), avant d'arriver sur les gares des Brotteaux et de Part-Dieu… A côté de la Part-Dieu, le gratte-ciel emblème de Lyon, le Crayon, qui a son sommet encore éclairé par la lumière orangée du soleil couchant…
Je parviens même à apercevoir l'immeuble où j'ai travaillé ces deux dernières années, vers le cours Gambetta (la grande avenue qui coupe en diagonale toutes les rues orientées "nord-sud" du quartier de Part-Dieu).

photo dsc_1027_3

On passe ensuite au-dessus de la Presqu'île, enserrée entre le Rhône et la Saône, avec le quartier de Confluence, Perrache, puis la place Bellecour, et enfin en bas au centre la place des Terreaux, l'hôtel de ville et le musée des Beaux-Arts.
De l'autre côté de la Saône, le Vieux-Lyon, et au-dessus, la basilique de Fourvière, encore éclairée elle aussi.

photo dsc_1029_3

On voit mieux la Confluence, et la gare de Perrache maintenant, le quartier du Point du Jour en bas. Au-dessus de la pointe de la confluence, on remarque les arches blanches du pont Raymond Barre, et un peu plus haut, le stade de Gerland, à côté du port de Lyon.

photo dsc_1030_3

Notre altitude augmentant, le sol devient moins visible avec cette fine brume… Brignais, et les méandres du Rhône, visibles jusqu'à Saint-Vallier !

photo dsc_1032_3

Mornant en bas, et au centre la vallée du Gier

photo dsc_1034_3

La ville d'origine de Madame Kethu, Saint-Chamond, j'arrive à apercevoir sa rue de là-haut !

photo dsc_1035_3 - copie

C'est à ce moment que le steward, en charge de la Business, arrive, revêtu d'un tablier noir. Il me propose un verre de jus d'orange pressé en guise de verre de bienvenue, j'accepte avec plaisir ! Le dessous de verre et la serviette sont siglés.
Il me demande également si je souhaite manger sur le vol (mon voisin de devant répondra par la négative), précisant qu'il y a le choix entre poulet et pâtes. Poulet ce sera, accompagné de vin rouge, puisque mon choix de boisson m'est demandé juste après !

photo dsc_1036_3

Santé à tous les FRistes !

photo dsc_1037_3

Tout ceci passe bien vite, puisque nous abordons seulement Saint-Etienne quand je reprends mon cours de géo brumeux. Pour ceux qui se repèrent aux stades, on aperçoit plus ou moins le Chaudron, au nord de la ville (donc en bas sur l'image).

photo dsc_1039_3

Que trouve-t-on après Saint-Etienne ? Firminy bien sûr ! Où l'on peut découvrir un quartier du Corbusier.

photo dsc_1042_3 - copie

Le jus d'orange est vite avalé, particulièrement pulpeux comme je les aime…

photo dsc_1043_3

Le steward vient récupérer rapidement le verre, et me ramène aussitôt le vin demandé lors de la commande. Même si on est sur une 18,5 cL, il me montre la bouteille avant de l'ouvrir, et me sert lui-même. J'aime bien cette attention portée aux détails, ça n'est pas toujours le cas en J intra-européenne…

photo dsc_1044_2

Gros plan sur la bouteille. Le breuvage est bon, quoiqu'un peu épais en bouche. Mais ça reste agréable (et en tout cas, bien mieux que ce que peut proposer KLM par exemple !).

photo dsc_1045_3

On passe au nord du Puy, mais la brume devient vraiment trop épaisse pour distinguer quelque chose au sol… La correction d'image améliore un peu les choses, mais renforce malheureusement l'aspect "arc-en-ciel".

photo dsc_1047_3 - copie

Santé avec du vin aussi !

photo dsc_1048_3

Alors que l'on survole la région de Conques, et que la Lune quasiment pleine se lève à l'opposé du soleil couchant, le commandant de bord fait une annonce pour nous donner quelques infos de vol. Notre arrivée est prévue à 21h10, avec quelques turbulences sur l'approche à Madrid, et notre retard est du à l'arrivée tardive de l'appareil… (Bon, ça ne nous dit pas pourquoi l'appareil est arrivé en retard par contre !)

photo dsc_1051_3

25 minutes après le décollage, le repas chaud m'est amené sur un plateau par mon cher PNC. Bonne surprise, il est assez complet pour un vol de moins de deux heures !

photo dsc_1055_3

Les couverts sont en métal, mais pas siglés, dommage…

photo dsc_1057_3

La salade est basique, tomates, concombres, olives et fromage. C'est bon, mais pas de prise de risque !

photo dsc_1058_3

Dommage, on aperçoit à peine Toulouse et son aéroport…

photo dsc_1060_3

Je noie mon chagrin dans l'alcool et la nourriture, voilà le résultat ! Le plat principal, du poulet aux légumes, avec une sauce à la truffe, est vraiment très bon, comme en témoigne l'état du plat après mon passage. Et s'il reste un peu de sauce, c'est uniquement parce que je n'avais plus de pain… Voilà un petit défaut du plateau : Pas de choix dans le pain, ni dans la quantité servie (mais je n'ai pas non plus essayé d'en redemander).

photo dsc_1064_3

Le dessert est assez simple aussi, un gâteau recouvert de pépites de chocolat, mais c'est bon et léger, ça passe bien après le plat principal !

photo dsc_1066_3

La magie de l'avion… 40 minutes après avoir quitté le sol lyonnais, on aborde les Pyrénées vers Luz-Saint-Sauveur et le massif du Néouvielle, qui culmine à 3192m.

photo dsc_1070_3

Un peu plus enneigé que les autres sommets, au centre de l'image, le Vignemale, point culminant des Pyrénées françaises à 3298m, et marquant la frontière avec l'Espagne.

photo dsc_1071_3

Ce même pic, vu de côté ! Devant, quelques lacs, dont le Bachimaña Alto. En bas à droite, la vallée de Tena et ses lacs de retenue…

photo dsc_1073_3

Le plateau est ramassé par le steward, qui me tend une serviette rafraîchissante à la place (le chocolat était déjà sur le plateau). Proposition de thé ou café : Thé ce sera !

photo dsc_1075_3

Le bas de la vallée de Tena, et au-dessus la grande crête rectiligne bicolore de la Sierra de Tendenera… L'origine de cet ensemble géologique m'intrigue un peu !

photo dsc_1076_3

Quelques instants plus tard, au survol de Sabiñánigo… La Lune en fond, et au milieu sur la gauche, une tâche blanche qui s'avère être un 737-800 Ryanair reliant Faro à Varsovie.

photo dsc_1078_3

Vaine tentative de fixer Sabiñánigo, ville traversée par le Río Gállego, qui descend tout droit des Pyrénées, et se jette dans l'Èbre, 200km plus au sud.

photo dsc_1079_3

Petite déception n°2 dans le service : Le thé est servi en sachet, dans une tasse en plastique, avec des couverts tout aussi plastifiés (protégés par un emballage plastique, forcément), avec une eau pas tout à fait assez chaude pour l'infusion. C'est dommage, et assez curieux vu que le reste de ce qui est proposé est plutôt de très bonne qualité !

photo dsc_1080_3

Voilà le résultat. Ce n'est pas le meilleur thé que j'ai bu en avion…

photo dsc_1081_3

Le marathonage est un peu bâclé, je m'en excuse. La quantité de déchets pour un simple thé est impressionnante !

photo dsc_1083_3

J'ai oublié de vous montrer le rideau de séparation des classes, qui reprend le noir des têtières de J. Le soleil ne veut décidément pas nous quitter !

photo dsc_1085_3

Saragosse et son aéroport apparaissent sous vos yeux ébahis grâce à une petite retouche de l'image… Il est 20h33, l'heure de débuter notre descente !

photo dsc_1087_3

J'en profite pour faire un tour aux toilettes avant qu'il ne soit trop tard (ah, le thé…). C'est très propre, malgré le fait qu'elles ne soient pas toutes jeunes !

photo dsc_1088_3

Le narrateur se dévoile…

photo dsc_1089_3

La descente nous force à quitter la lumière du soleil, le changement de luminosité est radical… Quelques turbulences accompagnent le début de la descente.

photo dsc_1093_3

On arrive tout de même à distinguer le long lac de retenue sur le Tage et, plus près de nous, une usine…

photo dsc_1095_2

On vire sur la gauche, ce qui permet de s'attarder sur cette usine… Mes presque trois ans passés à travailler pour la section Nucléaire d'EDF ne me trompent pas : Il s'agit bien d'une centrale nucléaire, plus précisément celle de Trillo, qui abrite un des sept réacteurs d'Espagne. D'une puissance de 1056 MWe, la première divergence (premier démarrage) a eu lieu le 14 mai 1988…

photo dsc_1096_3

L'approche est bien longue, plus de vingt-cinq minutes après le début de la descente, l'atterrissage est enfin annoncé… Quelques minutes plus tard, nous voilà à l'est d'Arganda del Rey, avec au premier plan le centre de contrôle d'Hispasat, une entreprise gérant de nombreux satellites de télécommunications.

photo dsc_1099_3

La zone d'activités de Velilla de San Antonio, et derrière les lumières de Rivas-Vaciamadrid…

photo dsc_1100_3

L'autoroute M50, qui fait office de contournement extérieur de Madrid et surtout, fait Ô combien rare, une photo de nuit nette et bien exposée dans un de mes récits !

photo dsc_1102_3

Toujours la M50 au premier plan, et derrière, San Fernando de Henares…

photo dsc_1104_3

La zone aéroportuaire, enfin, avec le parking réservé aux cargos, et à l'aviation d'affaire.

photo dsc_1107_3

Et toucher sur la 32R, assez doux, à 21h03 !

photo dsc_1108_3

Même sans avoir mis les pieds ici auparavant, je reconnais assez facilement le terminal 4 de MAD.

photo dsc_1113_3

Pendant notre roulage, l'annonce d'arrivée est réalisée. Elle est assez détaillée, avec notre numéro de porte d'arrivée, et de tapis bagages.

photo dsc_1115_3

Iberia et ses filiales règnent logiquement en maître ici…

photo dsc_1117_3

On se gare à côté de ce frère qui va partir dans moins d'une heure à Las Palmas, aux Canaries.

photo dsc_1118_3

Arrivée en porte à 21h12, 3 minutes en avance sur l'horaire donc ! Le temps de vol semble prendre en compte une marge assez importante…

photo dsc_1121_3

Les agents au sol sont rapides, la passerelle est en place quelques dizaines de secondes après l'arrêt des moteurs…

photo dsc_1122_3

Et me voilà dans la passerelle, dépassé par un avgeek qui collectionne les flammes…

photo dsc_1123_3

Dernier coup d’œil à l'appareil du jour… Pas possible de le prendre en photo en entier malheureusement !

photo dsc_1124_3

Me voilà enfin dans ce vaste terminal, maintes fois aperçu sur FR…

photo dsc_1126_3

J'aime beaucoup, c'est beau, lumineux, très propre, et le cheminement est bien indiqué.

photo dsc_1127_3

Il faut descendre d'un niveau pour accéder aux tapis bagages et à la sortie…

photo dsc_1129_3

La salle est immense…

photo dsc_1131_3

Mais je ne m'y arrête pas, et je passe landside.

photo dsc_1132_3

Fait assez rare, les navettes hôtel sont bien indiquées dès l'intérieur du terminal, pas besoin de demander son chemin… Je trouve facilement le Mercedes Sprinter de mon Ibis !

photo dsc_1133_3

La navette part à 21h30, et mettra 20 minutes pour arriver à l'hôtel, après avoir desservi les autres terminaux. Le check-in est efficace malgré l'affluence. La chambre est elle du classique Ibis, mais on sait à quoi s'attendre quand on réserve chez eux ! Je conseille l'hôtel en cas de nuit à passer à proximité de l'aéroport donc…

photo dsc_1135_3

Merci de m'avoir suivi sur ce vol, à bientôt pour le suivant ! Je vous laisse la trace radar du vol, avec notamment une approche sur MAD un peu biscornue…

photo 2019-09-29 22_08_24-ec-jfg - airbus a320-214 - iberia express - flightradar24

Et je m'excuse de mon manque de commentaire sur vos récits… J'essaie de m'y remettre !

A bientôt :)
Afficher la suite

Verdict

Iberia Express

7.8/10
Cabine4.0
Equipage10.0
Divertissements8.0
Restauration9.0

Lyon - LYS

6.5/10
Fluidité9.0
Accès6.0
Services4.0
Propreté7.0

Madrid - MAD

9.5/10
Fluidité10.0
Accès9.0
Services9.0
Propreté10.0

Conclusion

Je ne pouvais mieux trouver pour fêter mon dernier jour de travail ! (Enfin, si, bien sûr, j'aurais pu aller à Sydney en First sur EK au départ de Lyon, mais restons réalistes...)

Si Iberia en Y ne diffère des low-cost que par la possibilité de gagner des Miles, en J, elle a une offre que je trouve plus que satisfaisante, si on fait abstraction du confort médiocre ! Alors certes, il y a des choses à améliorer, mais ça me convient parfaitement, et ça vaut le prix payé pour le surclassement...

Lyon un peu décevant, pas très propre, et le T2 est encore plus ennuyeux en zone hors-Schengen. Au moins, tout le parcours était fluide !

Je n'ai pas été déçu par MAD, pourtant Dieu sait que j'avais hâte de découvrir cet aéroport !

Détail de la notation :

Iberia Express :
Cabine : Le gros point noir de cette J. Même pour une cabine européenne, ça n'est pas très glorieux. 4.
Équipage : Le steward en charge de la J était exceptionnel, serviable sans être trop présent (ce qui me gêne beaucoup en J) ! 10.
Divertissements : Une appli de divertissement, non testée, et sinon, pas grand chose : Le magazine de bord spécifique à la J est assez ennuyeux. C'est déjà mieux que beaucoup de compagnies. 8.
Restauration : Un plateau, certes pas très grand, mais complet, avec plat chaud : C'est très bon pour un vol de moins de deux heures... Dommage pour la petite faiblesse pour le thé. 9.

LYS :
Fluidité : Check-in, PIF, PAF très fluide, RAS ! 9.
Accès : Rhonexpress n'a plus le monopole, mais toujours aussi peu de liaisons avec le reste de la région... 6.
Services : Le terminal 2 est un peu vide niveau services par rapport au nouveau T1B, et c'est carrément vide après la PAF... 4.
Propreté : Un peu moyen dans les sanitaires, dommage LYS ! 7.

MAD :
Fluidité : Pour un aéroport international de ce niveau, le parcours d'arrivée à MAD est très rapide et bien indiqué. 10.
Accès : Du métro pour le centre, mais avec une rupture de charge, sinon des lignes de car... 9.
Services : La plupart des boutiques encore ouvertes, de bonnes indications... 9.
Propreté : RAS. 10.

Informations sur la ligne Lyon (LYS) Madrid (MAD)

Les contributeurs de Flight-Report ont posté 4 avis concernant 2 compagnies sur la ligne Lyon (LYS) → Madrid (MAD).


Pratique

La compagnie qui obtient la meilleure moyenne est Iberia Express avec 6.8/10.

La durée moyenne des vols est de 1 heures et 50 minutes.

  Plus d'informations

14 Commentaires

  • Comment 526675 by
    AirBretzel TEAM GOLD 5025 Commentaires

    Merci Robin pour ce FR.
    En effet le LATAM est nettement moins cher que le vol avec IBERIA.
    Mais l’expérience est totalement différente.
    mais rien n'y fait, 90% des passagers restent debout => le risque de perdre sa pole position
    Gros plan sur la bouteille. Le breuvage est bon => j’ai choisi le même sur mon vol MAD-LHR, il n’était pas mauvais.
    Plateau avec un plat chaud, c’est mieux que chez AF, mais c’est similaire à Air Nostrum.
    j'aurais pu aller à Sydney en First sur EK au départ de Lyon => une autre fois.^^
    A bientôt

    • Comment 526733 by
      Kethu GOLD AUTEUR 1850 Commentaires

      Merci pour ton commentaire Valérie :)

      LATAM sait comment faire pour remplir les sièges libres sur le deuxième segment de ce vol LC... Le tarif est imbattable !
      Il aurait été dommage de la part d'une compagnie originaire d'un pays viticole comme l'Espagne de servir une piquette en J :)
      Air Nostrum et Iberia Express semblent offrir un service équivalent en effet. Au-dessus des legacys européennes...
      Je crains que le voyage en P sur EK n'attende encore plusieurs démissions :P

      A bientôt !

  • Comment 526702 by
    Esteban TEAM GOLD 10242 Commentaires

    Salut Robin et merci pour le partage !

    Voilà comment fêter une démission dignement ! Bravo !

    Le plateau est vraiment bien sur un vol aussi court: tu aurais beaucoup moins eu sur AF ou KL.

    A bientôt !

    • Comment 526734 by
      Kethu GOLD AUTEUR 1850 Commentaires

      Salut Steph', merci pour ton com' !

      J'avais initialement prévu de rester chez moi à ne rien faire... Heureusement que j'ai eu une bien meilleure idée !

      AF ou KL aurait proposé un plateau froid qui n'aurait clairement pas rempli mon estomac, en effet...

      A bientôt !

  • Comment 526710 by
    Michelg GOLD 1483 Commentaires

    Bonjour Robin,
    Décidément, LATAM à la cote sur Flight report cet automne...
    Le seul truc qui pèche sur ton vol est bien le siège très low cost.
    Merci pour le partage et à bientôt pour la suite.

    • Comment 526735 by
      Kethu GOLD AUTEUR 1850 Commentaires

      Bonjour Michel !

      En effet, je ne vais pas vraiment faire dans l'exclusivité sur le prochain vol ! Mais Moritz nous a vraiment bien vendu cette liaison en 5e liberté, ça donne envie à tous les avgeeks forcément !

      C'est vraiment dommage pour le siège... Avoir une inclinaison serait déjà un peu plus correct pour une J.

      Merci pour ton commentaire, à bientôt !

  • Comment 526732 by
    K2World 1786 Commentaires

    Merci pour ce FR
    Le plateau repas rend vraiment bien, sinon la cabine n'a rien de spécial
    A bientôt

  • Comment 526807 by
    Chevelan GOLD 12427 Commentaires

    Encore un qui est tombé dans l'escarcelle LATAM ^^
    Un catering satisfaisant pour un vol qui à priori banal !

    Merci Robin pour ce FR, à bientôt...

    • Comment 526965 by
      Kethu GOLD AUTEUR 1850 Commentaires

      Salut Hervé !

      Je ne sais pas si les commerciaux de LATAM se rendent compte du nombre d'avgeeks qui prennent leur MAD<>FRA juste pour le plaisir :P

      Iberia est bien remontée dans mon estime après ce vol !

      A bientôt, merci pour ton commentaire :)

  • Comment 527828 by
    momolemomo GOLD 5723 Commentaires

    Un joli petit routing pour célébrer une démission! :)
    La cabine est un peu serrée mais il ne faut pas oublier qu’on est sur de la low-cost. Iberia a des sièges un peu plus confortables avec un legroom légérement amélioré en J.
    Même si Iberia Express a une business qui se défend plutôt bien, le marché d’Iberia Express ce sont les autres low-cost d’Espagne: Norwegian, Ryanair, Vueling, Volotea.
    Ils arrivent à avoir un choix de plat chaud sur ce petit vol, pas mal.
    Merci pour ce Fr!

    • Comment 528592 by
      Kethu GOLD AUTEUR 1850 Commentaires

      Quoi de mieux après de longs et difficiles mois de travail que de partir s'aérer l'esprit :)

      Je n'avais pas trop étudié le positionnement d'Express comparé à la maison-mère, merci pour les détails ! En tout cas c'est assez cohérent, la Y a un tarif similaire à la concurrence sur la ligne (U2), et la J a un catering de qualité, ce qui fait oublier le manque de confort... Bon compromis !

      Merci pour ton commentaire et ta lecture Moritz :)

  • Comment 528868 by
    mogoy GOLD 9770 Commentaires

    Merci Robin pour ce FR.
    L'absence de salon dans l'offre d'IB express est largement compensée à mon sens par la qualité du service.
    La question du pas de siège pour moi peut se résoudre à prenant un bulkhead, mais ce que les genoux y gagnent, les jambes le perdent !

    • Comment 529031 by
      Kethu GOLD AUTEUR 1850 Commentaires

      Merci pour le com' Quentin !

      Je préfère aussi de loin un bon service à bord qu'un accès au salon (même si les deux reste le top)...
      J'ai tendance à préférer par contre me râper les genoux sur le siège de devant plutôt que de passer le vol à avoir les jambes "coincées" contre la paroi ! Après, sans voisin à côté, on peut toujours trouver moyen de s'étendre un peu...

      A bientôt !

Connectez-vous pour poster un commentaire.