Avis du vol EasyJet Europe Lyon Nantes en classe Economique

Compagnie EasyJet Europe
Vol EJ4353
Classe Economique
Siege 2F
Avion Airbus A319
Temps de vol 01:20
Décollage 16 Oct 19, 14:30
Arrivée à 16 Oct 19, 15:50
EC   #7 sur 22 Compagnies low-cost Un minimum de 20 flight-report est nécessaire pour apparaitre dans le classement. 23 avis
Ohsamuel
Par 966
Publié le 17 octobre 2019

Routing

  • LYS Lyon > NTE Nantes - Airbus A319 EJU4353 Vous etes ici
  • RNS Rennes > LYS Lyon - Airbus A320 EJU4320 A venir

Arrivée à Lyon Saint-Exupéry


Je me rends pour raisons professionnelles, régulièrement à Rennes. Habitant dans l'agglomération de Valence, à 15 minutes de la gare Valence TGV, ma priorité est le TGV. Mais avec des tarifs exorbitants (plus de 300€ aller-retour en première classe) et un trajet plutôt long, je choisis l'option de l'avion. Surtout que EasyJet propose un vol quotidien direct vers Rennes. Malheureusement pour moi, ce vol aller était soit indisponible, soit plein. Je me rabattrais donc vers l'option via l'aéroport de Nantes que je connais bien, pour y louer entre autres régulièrement des salles de réunions au sein même du terminal et une correspondance par le train avec un train direct sans arrêt entre Nantes et Rennes.

Pour me rendre à l'aéroport de Lyon, plusieurs options possibles :
 - Le TGV direct depuis la gare de Valence-Ville (un peu plus de 30 minutes) pour une trentaine d'euros,
 - Le OUIGO direct depuis la gare de Valence TGV (moins de 30 minutes) pour 15 euros environ,
 - Le OUIBUS direct depuis la gare de Valence-Ville (un peu plus de 2 heures) pour 15 euros environ,
 - La voiture via l'autoroute A7 (environ 1 heure et quart en roulant dans le respect des limitations) pour une trentaine d'euros (avec péages).

Les horaires étant compliqués, j'ai préféré la solution facile de la voiture avec le parking au P5. Généralement, je ne pouvais pas réserver dans le nouveau parking automatisé à cause des horaires (tôt le matin et retour tard le soir). Pour une fois que j'avais des vols en journée, c'est celui-ci qui est plein. Il faut dire que je réserve un peu à la dernière minute et seule l'option P5 était proposée à un tarif raisonnable. Je réserve donc très facilement via le site internet de l'aéroport. Pratique, il est avec un accès à reconnaissance de la plaque minéralogique de ma voiture, me permettant d'éviter de sortir l'iPhone avec le QR Code à présenter à l'entrée.

Arrivé au P5, surprise, les différents emplacements sont presque tous pleins. Donc direction l'ilot Dublin pour garer ma voiture. 


photo img_6627

Me voilà donc avec une place à l'extrémité nord du P5, à proximité de la sortie pour mon retour et surtout très proche de l'arrêt de la navette de bus qui m'emmènera vers les terminaux de l'aéroport.


photo img_6628

À l'arrêt du bus "Dakar/Dublin", je suis très étonné par le nombre de passagers, comparé à mes autres expériences où je suis souvent accompagné d'un ou deux passagers généralement. Il faut dire que ce mercredi est très proche des congés de la Toussaint. Je suis encore plus étonné de voir autant d'enfants, l'école est pourtant obligatoire en France jusque ce vendredi soir ?

Le bus sera donc bondé avec un mélange d'hommes d'affaires en pleines conversations via leurs AirPods blancs, mais également des personnes âgées stressées par leurs vols à venir face à l'horaire qui leur semblait trop court. Enfin, les jeunes enfants ne pouvaient pas se retenir de hurler face aux balancements des passagers et des valises à chaque virages, dont un quasi 180° dans un rond point.

La majorité des passagers descendront, au Terminal 1. Mais comme souvent en France, beaucoup de passagers qui voulaient monter dans le bus, n'ont pas compris qu'il valait mieux laisser passer ceux qui descendaient avec leurs bagages et enfants. Un comportement qui m'étonnera toujours, car aucune logique de la majorité de nos concitoyens comparée à ce que j'ai pu observer dans les aéroports anglo-saxons par exemple.


photo img_6630-72560

Dans le terminal 1


Arrivé dans le hall principal du terminal 1, je remarque beaucoup de monde dans les espaces de restauration. Il faut dire qu'il est 12h30 et que c'est la pause déjeuner, en plus des passagers, de beaucoup de personnels de l'aéroport. Sous le soleil et le ciel bleu, des tables et chaises étaient même installés à l'extérieur du terminal. Bon point pour ceux qui seraient à proximité de la très belle gare de l'aéroport, chaque jour de la semaine, un food-truck différent y est présent.

Le passage à la sécurité confirme qu'il y a beaucoup de départs en vacances. Plus de queue que d'habitude et la priorité est donnée aux familles avec enfants. Il faut dire que seuls deux portes de sécurité sont ouvertes et pour chacune d'entre-elles, deux tapis roulants avec des bacs et pour chaque tapis 4 passagers qui vident leurs sacs et bagages. À nouveau, je ne peux que constater notre manque de sens de l'organisation et de la productivité car le passage en sécurité a été lent et laborieux. Aussi, beaucoup de passagers plutôt âgés, n'étaient pas très au fait des objects et volumes interdits en bagages cabines. Rester zen…



Après la sécurité et récupéré avec de l'attente mes bagages, passage obligé dans le duty-free. Il est environ 13h00, je passe donc prendre un repas "rapide" au "fast-food" du "roi du burger". Il va s'écouler environ 20 minutes entre le temps de terminer ma commande en borne et l'annonce de la disponibilité de mon repas, j'ai eu le temps de passer aux toilettes entre-temps. À nouveau, j'ai comme l'impression que rien ne sera rapide dans l'organisation de cet aéroport. Mais à leur décharge, il y a vraiment beaucoup de monde à cette heure dans les espaces de restauration du terminal.



CHEMIN VERS le hall d'embarquement des COMPAGNIES low-cost


Avant le tout nouveau Terminal 1, il y avait deux autres terminaux plus anciens. L'ancien terminal 1 qui est dorénavant le 1B qui me semble en restauration, mais également le terminal 3 qui accueillait les banques d'enregistrement des vols "low-cost". Ce terminal 3 avait la spécificité d'être l'un des plus longs couloirs de terminal en "préfabriqué" avec un parcours ponctué de faits de l'ancienne région Rhône-Alpes (aujourd'hui Auvergne-Rhône-Alpes). Je me souviens qu'il n'y avait pas de toilettes pendant tout ce trajet assez long et la durée de marche était d'environ 15/20 minutes sans exagérer, ce qui est plutôt long.

Aujourd'hui, le hall d'embarquement est accessible plus rapidement depuis le nouveau terminal , même si les portes d'embarquements débutant avec la lettre D sont les mêmes. Mais elles sont accessibles bien plus rapidement. Pendant le parcours, il y a toujours des faits, cette fois-ci de cultures générales plutôt plaisantes pour donner un peu plus de distraction dans cette marche vers les avions.



portes d'embarquement D des compagnies low-cost


Le hall des portes D est donc le même que du temps du terminal 3. Cependant, les aménagements ont un peu évolué. Même si les toilettes sont les mêmes, il est par contre regrettable qu'il y ait nettement moins de commerces. Maintenant, uniquement un point de distributeurs de boissons (fraiches et chaudes) et de choses à grignoter. Donc il faut bien penser à prendre son repas avant de se rendre dans ce hall si on souhaite un repas chaud, car pas de restauration disponible. À cette heure-là, beaucoup de vols en partance vers aussi bien des vols nationaux, européens et mêmes internationaux (dont un vol vers la Turquie avec Pegasus Airlines).

Pour ce qui est du spotting, il est plutôt intéressant, car on peut voir les avions "du sol" avec des perspectives différentes des autres terminaux. Cela me fait penser aux portes d'embarquement de l'aéroport de Lyon, dans le hub "HOP!" avec ses CRj, EMB et autres ATR. Sauf qu'ici, c'est la zone orange des EasyJets.



EMBARQUEMENT


Mon vol est annoncé à l'embarquement et cela me permet de rappeler pour ceux qui ne sont pas habitués des vols avec EasyJet, l'embarquement se termine 30 minutes avant l'heure prévue de décollage. À chaque fois je suis surpris, car avec Air France, c'est plutôt début de l'embarquement 30 minutes avant le départ prévu du vol !

Me voilà donc en porte D4 pour embarquer en priorité, car avec EasyJet, je prends toujours l'option SpeedyBoarding qui me permet en plus de la priorité d'embarquement, de choisir une place dès le départ avec un hublot, mais surtout avec la possibilité d'embarquer deux bagages : un bagage cabine standard sans restrictions de poids et un second bagage qui est mon sac à dos pour mon ordinateur.

Ce qui est curieux dans ce terminal, c'est le peu de sièges disponibles. De ce fait, pour ce vol, seuls les passagers SpeedyBoarding avaient la possibilité de s'assoir, car les sièges étaient présents uniquement dans cette zone. Les autres passagers ont donc attendu debout pendant toute la phase d'embarquement.

Notre avion du jour sera un Airbus A319 immatriculé en Autriche. Je remarque en embarquant à bord que EasyJet semble avoir obtenu un award de SkyTrax cette année. J'adore toujours l'organisation de l'embarquement, bien que pour ma part, la référence dans l'organisation de l'embarquement reste Southwest Airlines avec leurs repères pour placer à l'avance les passagers pour faciliter et  fluidifier l'embarquement des passagers à bord des avions.



VIE A BORD


Embarqué parmi les premiers passagers, je prends place au 2F. L'espace pour les jambes n'est pas aussi généreux qu'à bord des mêmes Airbus de Air France ou de Lufhtansa, mais suffisant pour un vol d'un peu plus d'une heure. Mais contrairement à RyanAir, EasyJet propose un magazine en anglais dont les articles sont plutôt intéressants. De même qu'une brochure de sécurité qui n'est pas affichée sous nos yeux.

Cependant, c'est de la publicité qui est imposée, tantôt pour des offres de snacking, mais également pour acheter leur carte annuelle "business" incluant le SpeedyBoarding. Aussi, comme toutes les low cost, les boissons et les choses à manger sont payantes. Pour avoir déjà pris, l'un de leurs sandwichs et leurs gâteaux sont plutôt bons. De plus ils acceptent les paiements en carte bancaire.



Decollage


Avant de décoller, un coup d'oeil sur le plan de vol sur FlightRadar24. Le capitaine annonce un départ légèrement retardé du fait de la météo exécrable à Nantes : nuages bas, pluie et un peu de vent.

De mon hublot, je peux observer l'embarquement d'un autre vol EasyJet vers une destination dont je n'ai pas retenu. Lors du push-back, une vie sur un Boeing 757 de TNT et surtout depuis les taxiways, une vue sur les montagnes des Alpes encore enneigées. Remontée de la piste 17R pour une atteinte du V1 rapide et un décollage juste avant le niveau du terminal 2 de la plateforme.

Juste avant le décollage, les habituelles annonces obligatoires de sécurité avec un équipage jeune, souriant et plutôt de très bonne humeur. Un certain Julien semblait passer une sorte de baptême du feu, avec des taquineries de la part des trois autres PNC mixtes.

Pendant le vol, les PNC passeront pour proposer des boissons, sandwichs, snacks et duty-free. J'ai cru entendre au travers de mon casque qu'il y avait une promotion pour un parfum. Un vrai marché volant les vols avec EasyJet, mais pas de cartes à gratter comme chez RyanAir. 



ATTERRISSAGE mouvementé à nantes avec un go around…


Après une traversée de la France agréable, l'arrivée sur Nantes a été quelque peu folklorique : un go-around à 921 pieds ! En effet, nous avons bien senti les turbulences lors de la descente toujours assez impressionnante au-dessus de la ville de Nantes. Toujours pas compris comment une telle plateforme aéroportuaire pouvait se trouver si proche des habitations d'une telle agglomération.


photo img_6697photo img_6701

C'est seulement 10 minutes après la remontée rapide avec les moteurs qui grondent, le capitaine nous explique que la visibilité est vraiment mauvaise. Suite à cela, il annonce qu'il va tenter un second essai d'atterrissage, mais qu'en cas de nouvel échec, il devra se rendre sur l'un des aéroports de Paris…

Heureusement, les pilotes réussiront l'atterrissage tout doux sur Nantes, sur une piste trempée. Une majorité de passagers, certainement soulagés tout comme moi de ne pas atterrir à Paris, ont spontanément applaudi.

Arrivé à Nantes, débarquement sous la pluie et les escaliers, juste en face d'une passerelle. Débarquement rapide et en moins de 5 minutes, j'étais dans le bus de navette (9€, carte bancaire acceptée à bord pour payer le billet) pour me rendre à la gare de Nantes pour prendre une correspondance TER vers Rennes, ma destination finale.



Afficher la suite

Verdict

EasyJet Europe

7.1/10
Cabine6.5
Equipage9.0
Divertissements5.0
Carte payante8.0

Lyon - LYS

8.0/10
Fluidité8.0
Accès8.0
Services8.0
Propreté8.0

Nantes - NTE

8.0/10
Fluidité9.0
Accès8.0
Services8.0
Propreté7.0

Conclusion

Comme toujours, un bon vol ponctuel, avec un équipage avec une bonne humeur communicative. J'apprécie beaucoup l'option SpeedyBoarding proposée par EasyJet, ce qui me permet d'avoir un bagage cabine, un sac additionnel pour mon ordinateur, un choix de siège à l'avant de l'appareil et un embarquement prioritaire. J'aime beaucoup le nouveau terminal de Lyon, même s'il y a toujours un problème d'après-moi de gestion du personnel, un peu mal encadré dans leurs actions dont je trouve particulièrement désorganisés, lents et donc avec une expérience client pas très heureuse. Cependant, la plateforme de Nantes m'étonnera toujours autant par des bâtiments anciens, petits et avec pourtant un trafic qui me semble important.

Informations sur la ligne Lyon (LYS) Nantes (NTE)

Les contributeurs de Flight-Report ont posté 11 avis concernant 3 compagnies sur la ligne Lyon (LYS) → Nantes (NTE).


Pratique

La compagnie qui obtient la meilleure moyenne est Air France Hop avec 7.3/10.

La durée moyenne des vols est de 1 heures et 17 minutes.

  Plus d'informations

9 Commentaires

  • Comment 526911 by
    AirBretzel TEAM GOLD 4945 Commentaires

    Merci pour ce FR bien détaillé.
    Choisir entre l'avion et le train, le prix est souvent un facteur décisif .
    Un vol bien pratique pour rejoindre l'ouest de la France.
    Avoir un go around c'est un gros stress pour les passagers qui ne sont pas familiers de l'avion.
    A bientôt

    • Comment 527002 by
      Ohsamuel AUTEUR 27 Commentaires

      Merci et oui, l'avion a été un excellent choix. Car je suis rentré hier et si j'avais pris le train, j'aurai eu des problèmes avec les perturbations SNCF. Le Go Around a été bien géré, par contre j'en ai vécu un au-dessus de la piste à CDG car un avion avait traversé la piste. A bientôt !

  • Comment 526934 by
    Esteban TEAM GOLD 10153 Commentaires

    Merci beaucoup pour le partage !

    Un go around comme les AvGeek les aiment :)

    A bientôt !

  • Comment 526968 by
    Cornichou SILVER 81 Commentaires

    Merci pour ce FR
    J'ai l'impression d'être au travail mais j'étais en congés à cette période, votre retour est prévu pour quand ?
    Bonne soirée

    • Comment 527004 by
      Ohsamuel AUTEUR 27 Commentaires

      Merci pour votre commentaire. Pourquoi aviez-vous l'impression d'être au travail ? Je suis rentré hier après-midi de mon vol de RNS vers LYS. Je vais publier ce week-end ce retour qui n'a pas été d'une qualité satisfaisante au niveau du service et surtout de l'expérience client. Essentiellement parce que Rennes n'a certainement pas été prévu pour des vols avec des moyens courriers, mais presque exclusivement avec des appareils régionaux : la bétaillère ! A bientôt !

  • Comment 527071 by
    rogertaylor SILVER 279 Commentaires

    Merci pour ce FR plus que complet sur l'agent orange de LYS.

  • Comment 527186 by
    tnec 189 Commentaires

    Merci pour ce FR.
    Un vol classique sur Easyjet qui propose la plupart du temps un excellent rapport qualité prix. L'espace pour les jambes est pas terrible sur A319, mais sur les A320 c'est beaucoup mieux.
    Pour les remises de gaz c'est très courant l'hiver car la piste n'est pas équipée d'ILS. Heureusement qu'il y'a eu une deuxième tentative.
    A bientôt

Connectez-vous pour poster un commentaire.